Previous page
 c

ca conj. cl. et, aussi, ainsi que | mais, par contre, bien que; si | même; précisément, uniquement || lat. que.
api ca même.
ca ... ca et ... et; non seulement ... mais encore; à peine ... que.
caiva aussi.
tathā ca et.
na ... ca ni ... ni; et ne ... pas || lat. neque.
ca ... naca toutefois ... néanmoins.
naca ... ca néanmoins ... pourtant.
... varaṃ na ca plutôt ... que; mieux vaut ... que.
tava ca mama ca à toi et à moi.
na pūrvāhṇe na ca parāhṇe ni le matin ni l'après-midi.

चकार cakāra [(ca)-kāra] m. le son ou la lettre ‘ca’ | gram. conjonction de coordination ‘ca’.

चकास् cakās [relié à kāś] v. [2] pr. (cakāsti) pft. péri. (cakāsām)(cakāra) briller.

चकित cakita a. m. n. f. cakitā tremblant, craintif, effrayé, intimidé — n. inquiétude; alarme.
cakitam en tremblant, avec crainte.
cakitaṃ nṛpasya pārśvam upaimi je m'avance vers le roi avec crainte.

चकृवस् cakṛvas [ppft. kṛ_1] a. m. n. f. cakruṣī ayant fait — n. gram. parfait (d'un verbe quelconque).

चकोर cakora m. natu. zoo. Perdix rufa, perdrix rouge ou bartavelle; on dit qu'elle se nourrit des rayons lunaires, et que ses yeux deviennent rouges devant la nourriture empoisonnée.

चक्र cakra n. roue, cercle, disque; cycle, mouvement circulaire | la roue royale, insigne de souveraineté; armée | région, pays; souveraineté | myth. disque flamboyant, arme solaire de Viṣṇu; cf. Sudarśana | phil. [tantr.] diagramme mystique circulaire | phil. [yoga] centre d'énergie psychique, dont les 7 principaux sont: mūlādhāra, svādhiṣṭhāna, maṇipūra, anāhata, viśuddha, ājñā_2 et sahasrāra || lat. circus; fr. cercle; pali cakka.
cakram car voyager en chariot.

 cakrakrīḍā [krīḍā] f. soc. [«réunion circulaire»] rituel krama secret d'orgie collective; syn. cakramelaka, vīramelāpa.

 cakratīrtha [tīrtha] n. myth. [VaP.] np. de Cakratīrtha, meilleur lieu saint du Pātāla selon Cyavana.

 cakrapāṇi [pāṇi] m. myth. np. de Cakrapāṇi, épith. de Viṣṇu «qui tient le disque en main».

  cakrappaṇidatta [datta] m. hist. np. de Cakrapāṇidatta, médecin bengali du 11e siècle, principal commentateur de Caraka, auteur du manuel ayurvédique Cikitsāsaṃgraha.
 cakrapāṇi

 cakrapāda [pāda] m. [«pied circulaire»] éléphant.

 cakrapuruṣa [puruṣa] m. myth. np. de Cakrapuruṣa, personnification de Sudarśana, disque flamboyant de Viṣṇu; on le représente associé à Gadādevī-Kaumodakī.

 cakrapūjā [pūjā] f. soc. [tantr.] rite d'union symbolique.

 cakramukha [pāda] m. [«museau circulaire»] sanglier.

 cakramelaka [melaka] m. soc. [«réunion circulaire»] rituel krama secret d'orgie collective; syn. cakrakrīḍā, vīramelāpa.

 cakravartin [vartin] m. empereur, maître de l'univers; souverain [«qui fait tourner la roue de la souveraineté [ratnacakra]»] | roi de la lignée des douze rois commençant à Bharata | bd. le Buddha en majesté || pali cakkavatti.
ubhayacakravartin m. souverain des deux mondes.

 cakravala [-vala] a. m. n. f. cakravalā circulaire, cyclique — m. math. méthode itérative.

 cakravāka [vāka] m. natu. zoo. Tadorna ferruginea, sorte de canard de couleur orange foncé, avec un collier noir, et des ailes blanches, vivant en couple; dans la tradition poétique c'est un modèle d'attachement conjugal, mais les couples doivent se séparer la nuit, à cause de la malédiction d'un sage, et ils évoquent alors la douleur de la séparation d'avec un être aimé; la poitrine des jolies femmes est comparée à un couple de ces oiseaux; syn. cakrāṅga, rathāṅga.

 cakravṛddhi [vṛddhi] f. soc. intérêt composé.

 cakravyūha [vyūha] m. ordre de bataille circulaire; [Mah.] Droṇa l'utilisa pour l'armée des Kauravās; Abhimanyu y fut trappé traîtreusement, provoquant sa mort.

 cakrākṣi [akṣi] m. myth. np. de Cakrākṣi, épith. de Jagannātha «aux yeux ronds»; sa décoration représente la face de Dieu contemplant les péchés du monde au kaliyuga.

 cakrāṅga [aṅga_1] m. f. cakrāṅgī [«au cou courbé»] oie | natu. zoo. Tadorna ferruginea, canard rouge; syn. cakravāka, rathāṅga.

 cakreśvarī [īśvarī] f. phil. [tantr.] divinité présidant à un diagramme mystique | jn. np. de la yakṣī Cakreśvarī, révérée comme śāsanadevatā d'Ādinātha.
cakra

चक्रक cakraka [cakra-ka] a. m. n. f. cakrikā circulaire.

चक्रवत् cakravat [cakra-vat] a. m. n. f. cakravatī muni de roues | circulaire, pareil à une roue — m. moulin à huile | souverain, empereur | myth. par ext. Viṣṇu — adv. comme une roue; en rotation.
cakravat parivartante sukhāni ca duḥkhāni ca Les bonheurs et les malheurs se succèdent comme la roue qui tourne.

चक्रि cakri [red. kṛ_1] a. m. n. f. qui fait; qui effectue <acc.>; actif.

चक्रिन् cakrin [cakra-in] a. m. n. f. cakriṇī qui a des roues; qui conduit un chariot | qui porte le disque; np. de Cakrī, épith. de Kṛṣṇam. potier | souverain; gouverneur de province | équilibriste; tricheur; informateur.

चक्रीवत् cakrīvat [cakra-vat] a. m. n. f. cakrīvatī muni de roues | allant en chariot — n. chariot.

चक्ष् cakṣ [red. kāś] v. [2] pr. md. (caṣṭe) pr. md. (cakṣate) imp. (cakṣva) inf. (cakṣṭum) pp. (caṣṭa) pf. (ā, pra, vi) voir, apercevoir, regarder | annoncer; dire, parler de <acc.>.

चक्षुः cakṣuḥ iic. cakṣus.

 cakṣuḥpīḍā [pīḍā] f. affection des yeux.

 cakṣuḥśravas [śravas] m. [«qui entend par ses yeux»] serpent.

 cakṣuḥśrotra [śrotra] n. phil. la vision et l'ouïe.
cakṣuḥ

चक्षुर् cakṣur iic. cakṣus.

 cakṣurviṣaya [viṣaya] m. champ de vision; syn. darśanapatha, nayanapatha | objet visible.
cakṣurviṣaye en vue; en présence de.
cakṣur

चक्षुष् cakṣuṣ iic. cakṣus.

चक्षुष्क cakṣuṣka [cakṣus-ka] ifc. a. m. n. f. cakṣuṣkā qui n'a d'yeux que pour <iic.>; qui prend le point de vue de <iic.>.

चक्षुस् cakṣus [abstr. cakṣ] n. œil; vue, vision | phil. [sāṃkhya] le sens [buddhīndriya] de la vue; son régent [niyantṛ] est Āditya; la perception [tanmātra] associéee est la forme [rūpa]; syn. akṣi.

चक्षू cakṣū iic. cakṣus.

 cakṣūrāga [rāga] m. coup de foudre.
cakṣū

चङ्क्रम् caṅkram [int. kram] v. pr. (caṅkramīti) toujours dominer — v. pr. md. (caṅkramyate) flâner, se promener.

चङ्क्रम caṅkrama [act. caṅkram] m. endroit de promenade — f. caṅkramā promenade | bd. première promenade du Buddha après son Éveil.

चञ्च् cañc v. [1] pr. (cañcati) pp. (cañcita) sauter; bouger, pendre, vaciller, être instable; trembler, palpiter.

चञ्च cañca m. panier d'osier — f. cañcā objet d'osier ou de canne; panier.

चञ्चल cañcala [int. cal] a. m. n. f. cañcalā agité; instable, inconstant; fluctuant; tremblant, vacillant — m. vent | libertin.

 cañcalatā [-tā] f. instabilité, inconstance.
cañcala

चञ्चित cañcita [pp. cañc] a. m. n. f. cañcitā tremblant, palpitant.

चञ्चु cañcu a. m. n. f. ifc. fameux pour — m. daim — f. bec d'oiseau.

चट् caṭ v. [1] pr. (caṭati) pp. (caṭita) pf. (ut) avoir lieu; se trouver; atteindre, échoir à <loc.>.

चटक caṭaka [agt. caṭ] m. f. caṭikā moineau.

चटु caṭu m. n. gazouillis amoureux | discours flatteur, compliments.

 caṭula [-la] a. m. n. f. caṭulā tremblant, instable | gracieux, charmant — n. pl. caṭulāni mots doux, flatteries.
caṭu

चण caṇa a. m. n. f. caṇā ifc. réputé pour <iic.>; syn. cuñcum. pois chiche.
vidyācaṇa réputé pour son savoir.

 caṇaka [-ka] m. natu. bot. Cicer arientinum, pois chiche.
caṇa

चण्ड caṇḍa a. m. n. f. caṇḍā f. caṇḍī chaud, ardent | emporté, féroce, cruel, furieux, violent | circoncis | myth. np. de Caṇḍa «Furieux», l'un des deux gardiens [dvārapālau] de Śiva; son compagnon est Pracaṇḍa | myth. np. du muni Caṇḍa_1 «le Terrible» Kauśika, fils de Kakṣīvān Gautama; cf. Bṛhadratha — f. cf. caṇḍī.

 caṇḍakauśika [kauśika_1] m. myth. np. de Caṇḍakauśika «plein de fureur», fils du ṛṣi Kakṣīvān Gautama; cf. Caṇḍa_1n. lit. np. du Caṇḍakauśika_1, drame dû à Kṣemīśvara.

 caṇḍaghoṣa [ghoṣa] m. lit. [DKC.] np. du prince Caṇḍaghoṣa «aux cris de fureur», fils de Caṇḍasiṃha et Līlāvatī_1; il mourut d'épuisement de sa vie dissolue; sa femme Ācāravatī mourut en couches, donnant naissance à Maṇikarṇikā.

 caṇḍamahāsena [mahāsena] m. hist. np. du roi Caṇḍamahāsena d'Avanti; cf. Pradyota.

 caṇḍavega [vega] a. m. n. f. caṇḍavegā au cours impétueux (se dit de la mer, du temps, d'une armée) | myth. np. de Caṇḍavega «Torrent furieux», chef des gandharvās qui pillèrent le royaume de Purañjana.

 caṇḍasiṃha [siṃha] m. lit. [DKC.] np. de Caṇḍasiṃha «Lion furieux», roi de Kāśī; par son épouse Līlāvatī_1 il est père de Caṇḍaghoṣa et Kāntimatī.
caṇḍa

चण्डाल caṇḍāla var. cāṇḍāla [caṇḍa-ala] a. m. n. f. caṇḍālā cruel; sauvage — m. soc. hors-caste (not. fils d'un serviteur [śūdra] et d'une brāhmaṇī); intouchable s'occupant de la préparation et de l'incinération des morts, ou de l'exécution des criminels.

 caṇḍālatā [-tā] f. soc. condition de paria.

 caṇḍālatva [-tva] n. soc. condition de paria.
caṇḍāla

चण्डिक caṇḍika [caṇḍa-ika] a. m. n. f. caṇḍikā circoncis — f. caṇḍikā myth. np. de Caṇḍikā «la Furieuse», l'une des 10 puissances terribles [mahāvidyā] de la Déesse [Śakti]; cf. Caṇḍī.

चण्डिमन् caṇḍiman [caṇḍa-man] m. caractère colérique.

चण्डी caṇḍī [f. caṇḍa] f. myth. np. de Caṇḍī ou Caṇḍikā «la Furieuse», épith. d'un aspect terrible [mahāvidyā] de la Déesse [Śakti]; elle est patronne des chasseurs tribaux [śabara] qui lui offrent des sacrifices humains; elle est divinité tutélaire de Kaṭaka | lit. np. de la Caṇḍī_1, partie du Mārkaṇḍeya purāṇa qui décrit les actes glorieux de la Déesse; elle est récitée not. durant la durgāpūjā.

 caṇḍīśataka [śataka] n. lit. np. du Caṇḍīśataka, poème à la gloire de Caṇḍī la furieuse dû à Bāṇa_2.
caṇḍī

चत् cat v. [1] pr. (catati) pp. (catta) ppr. (catat) partir, se cacher — ca. (cātayati) faire partir, chasser.

चतसृ catasṛ [f. catur] num. * pl. quatre.

चतुः catuḥ iic. catur.

 catuḥśata [śata] n. véd. 104 — a. m. n. f. catuḥśatā 400 — f. catuḥśatī lit. np. de la Catuḥśatī, poème tantrique «en 400 strophes».

 catuḥśataka [śataka] n. lit. np. du Catuḥśataka, poème philosophique en 400 strophes [kārikās] d'Āryadeva; il défend la doctrine de Nāgārjuna contre les autres écoles bd. et brahmaniques; il forme la base philosophique de l'école bd. Mahāyāna; Dharmapāla et Candrakīrti en firent le commentaire au 6e siècle — f. catuḥśatikā var. catuḥśatī lit. id.

 catuḥśāla [śālā] a. m. n. f. catuḥśālā arch. (bâtiment) à 4 salles — m. maison traditionnelle du Kerala, à 4 corps de bâtiment.

 catuḥṣaṣṭi var. catuṣṣaṣṭi [ṣaṣṭi] f. 64.

  catuḥṣaṣṭikalā var. catuṣṣaṣṭikalā [kalā] f. pl. catuḥṣaṣṭikalās soc. les 64 arts ou connaissances annexes [aṅgavidyā]: le Kāmasūtra énumère: le chant [gīta], la musique [vādya], la danse [nṛtya] et le théâtre [nāṭya], le dessin, la peinture et la calligraphie [ālekhya], l'ornement du visage et du corps [viśeṣakacchedya], l'ornement des autels avec du riz et des fleurs [taṇḍulakusumavalivikāra], l'arrangement de jonchées de fleurs [puṣpāstaraṇa], la coloration des dents, des membres et des vêtements [daśanavasanāṅgarāga], la confection de mosaïques en pierres précieuses [maṇibhūmikākarma], l'arrangement du lit [śayanaracana], la musique avec un pot rempli d'eau [udakavādya], le jeu dans l'eau [udakāghāta], les diverses [citra] sortes de yoga magique, la confection des guirlandes [mālyagrathanavikalpa], l'arrangement de diadèmes [śekharāpīḍayojana] et de fleurs dans les oreilles et les cheveux, l'art de la toilette [nepathyaprayoga], l'ornement des oreilles [karṇapattrabhaṅga], l'art du parfum et des cosmétiques [gandhayukti], l'art de la parure [bhūṣaṇayojana], la jonglerie et l'art du cirque [aindrajāla], l'art du déguisement [kaucumārayoga], la prestidigitation [hastalāghava], l'art de préparer les mets [vicitraśākayūṣabhakṣyavikārakriyā], l'art de préparer les boissons [pānakarasarāgāsavayojana], les travaux de couture [sūcīvānakarmāṇi], l'art des marionnettes [sūtrakrīḍā], le luth et le tambourin [vīṇāḍamaruvādyāni], l'art de la devinette [prahelikā], l'art de réciter les vers à rebours [pratimālā], l'art de prononcer des mots difficiles [durvācakayoga], l'art de déchiffrer les manuscrits [pustakavācana], le théâtre et les contes [nāṭakākhyāyikādarśana], le jeu de complétion de poèmes [kāvyasamasyāpūraṇa], le tressage et le cannage [paṭṭikāvetravāṇavikalpa], les travaux de filage [tarkukarmāṇi], la menuiserie [takṣaṇa], l'architecture [vāstuvidyā], l'appréciation des monnaies et des pierres précieuses [rūpyaratnaparīkṣā], la métallurgie et l'alchimie [dhātuvāda], la connaissance des gemmes [maṇirāgākarajñāna], l'horticulture [vṛkṣāyurvedayoga], l'organisation de combats d'animaux [meṣakukkuṭalāvakayuddhavidhi], le dressage des perroquets et des mainates [śukasārikāpralāpana], l'art de frotter, masser et friser les cheveux (utsādane saṃvāhane keśamardane ca kauśalam), l'art de raconter une histoire avec ses doigts [akṣaramuṣṭikākathana], la connaissance des langues étrangères [mlecchitavikalpa], la maîtrise des dialectes régionaux [deśabhāṣāvijñāna], l'arrangement d'un chariot de fleurs [puṣpaśakaṭikā], la connaissance des diagrammes magiques et des amulettes [yantramātṛkā], la mnémotechnie [dhāraṇamātṛkā], la déclamation du Veda en cœur [saṃpāṭhya], la poésie mentale (mānasī kāvyakriyā), la lexicographie [abhidhānakośa], la prosodie [chandojñāna], la rhétorique [kriyāvikalpa], l'art des tours de magie [chalitakayogās], l'art de dissimuler dans ses vêtements [vastragopana], les jeux de hasard [dyūtaviśeṣa], le jeu de dé [ākarṣakrīḍā], les jeux d'enfants [bālakrīḍanakāni], et les connaissances militaires de la discipline [vainayikī], de la stratégie [vaijayikī], et de la culture physique [vyāyāmikī]; ce sont les principaux arts [mūlakalā] du Śaivatantra; d'autres sources mentionnent d'autres arts, comme la science du vol [cauravidyā].
catuḥṣaṣṭikalāgamaprayogacaturaḥ [Daśakumāracarita] Doué en l'acquisition et la pratique des 64 arts.

  catuḥṣaṣṭiyoginī var. catuṣṣaṣṭiyoginī [yoginī] f. pl. phil. les 64 puissances divines; elles sont représentées, associées à Bhairava et Kātyāyanī, dans des temples circulaires à ciel ouvert (vers 9e siècle).
 catuḥṣaṣṭi

 catuḥsaptata [saptata] a. m. n. f. catuḥsaptatī ord. 74e.

 catuḥsaptati [saptati] f. 74.

  catuḥsaptatitama [-tama] a. m. n. f. catuḥsaptatitamī ord. 74e.
 catuḥsaptati
catuḥ

चतुर् catur num. * pl. quatre — adv. catus quatre fois — n. cf. catvāri — f. cf. catasṛ || lat. quatuor; fr. quatre.

 caturakṣa [akṣa] a. m. n. f. caturakṣī [«qui a 4 yeux»] au regard perçant | myth. épith. des chiens de Yama, ou d'Agni «qui voient tout».

 caturaṅga [aṅga_1] a. m. n. f. caturaṅgā formé de 4 parties; se dit not. d'une armée comportant des chars, des éléphants, des chevaux et des fantassins — n. [caturaṅgabala] armée — f. caturaṅgā [caturaṅgābalā] id. | jeu d'échecs; ses pièces en sont: le roi [rājan], le ministre [mantrin] (pour la dame), l'éléphant [hastin] (pour le fou), le cheval [aśva] (pour le cavalier), le char [ratha] ou la barque [naukā] (pour la tour) et le fantassin [padātin] (pour le pion).

  caturaṅgakrīḍana [krīḍana] n. jeu d'échecs.

  caturaṅgadīpikā [dīpikā] f. lit. np. de la Caturaṅgadīpikā, traité du jeu d'échecs attribué à Śūlapāṇi; cet ancêtre du jeu moderne se jouait à 4 joueurs, les joueurs de côtés opposés étant alliés; les coups étaient déterminés par le jet de deux dés.

  caturaṅgākrīḍā [krīḍā] f. partie d'échecs.
 caturaṅga

 caturadhyāya [adhyāya] a. m. n. f. caturadhyāyī constitué de 4 leçons — f. caturadhyāyī gram. np. de la Caturadhyāyī ou Caturadhyāyikā ou Caturādhyāyikā de Śaunaka_1.

  caturadhyāyika [-ika] n. f. caturadhyāyikā cf. caturadhyāyī.
 caturadhyāya

 caturaśīta [aśīta] a. m. n. f. caturaśītī ord. 84e.

 caturaśīti [aśīti] f. 84.

  caturaśītitama [-tama] a. m. n. f. caturaśītitamī ord. 84e.
 caturaśīti

 caturaśra [aśra_2] a. m. n. f. caturaśrā quadrangulaire; quadrilatère; rectangulaire, carré; régulier — m. rectangle, carré.

  caturaśratā [-tā] f. régularité, harmonie; symétrie.
 caturaśra

 caturaśri [aśri] a. m. n. f. quandrangulaire.

 caturādhyāya a. m. n. f. caturādhyāyī cf. caturadhyāya.

  caturādhyāyika [-ika] n. f. caturādhyāyikā id.
 caturādhyāya

 caturānana [ānana] a. m. n. f. caturānanā qui a quatre visages — m. myth. np. de Caturānana, épith. de Brahmā «aux Quatre visages» | myth. représentation quadricéphale de Viṣṇu avec les visages de Varāha, Narasiṃha, Rāma et Kṛṣṇa; cf. vaikuṇṭhacaturmūrti.

 caturāśrama [āśrama] m. n. l'un des 4 stades de la vie brahmanique: brahmacarya, gṛhastha, vānaprastha et sannyāsa; cf. puruṣārtha.

 caturtha [-tha] a. m. n. f. caturthī ord. quatrième — f. caturthī gram. datif (4e déclinaison) | soc. quatrième jour du mois lunaire; gaṇeśacaturthī.

 caturdaśan [daśan] num. * quatorze.

 caturdiśam [diś_2] adv. dans les 4 directions, vers les 4 points cardinaux.

 caturdhara [dhara] m. hist. np. de Nīlakaṇṭha_4 Caturdhara.

 caturdhā [-dhā] adv. en 4 parties.
caturdhākṛ diviser en 4 parts.
caturdhābhū être divisé en 4 parts.

  caturdhākaraṇa [karaṇa] n. division en 4 parts.

  caturdhāvihita [vihita] a. m. n. f. caturdhāvihitā division en 4 parts.
 caturdhā

 caturnavata [navata] a. m. n. f. caturnavatī ord. 94e.

 caturnavati [navati] f. 94.

  caturnavatitama [-tama] a. m. n. f. caturnavatitamī ord. 94e.
 caturnavati

 caturbāhu [bāhu] a. m. n. f. qui a 4 bras (épith. de représentations de divinités).

 caturbhāṇī [bhāṇa] f. lit. np. de la Caturbhāṇī, collection de 4 drames en style bhāṇa, comprenant l'Ubhayābhisārika, le Padmaprābhṛtaka, le Dhūrtaviṭasaṃvāda et le Pādatāḍitaka.

 caturbhuja [bhuja] a. m. n. f. caturbhujā qui a 4 bras (épith. de représentations de divinités).

 caturmāsa [māsa] n. période de 4 mois, correspondant à la saison des pluies | myth. période de sommeil de 4 mois de Viṣṇu; elle se termine à la pleine lune [pūrṇimā] du mois kārttika.

 caturmukha [mukha] a. m. n. f. caturmukhī qui a 4 faces — m. épith. de Brahmā.

 caturyuga [yuga] n. astr. ensemble des 4 âges du Monde; syn. mahāyuga.

 caturvarga [varga] m. groupe de 4 objets | lit. ouvrage en 4 parties.

 caturvarṇa [varṇa] m. soc. les 4 classes védiques.

  caturvargacintāmaṇi [cintāmaṇi] m. lit. np. du Caturvargacintāmaṇi «Trésor quadripartite», manuel de rituels [vrata] de Hemādri_1.
 caturvarṇa

 caturviṃśa [viṃśa] a. m. n. f. caturviṃśī ord. 24e | lit. stoma constitué de 24 parties.

 caturviṃśat [viṃśat] iic. vingt-quatre | constitué de 24 parts.

  caturviṃśacchata [śata] n. 124.
 caturviṃśat

 caturviṃśati [viṃśati] num. f. vingt-quatre.

 caturvidya [vidyā] a. m. n. f. caturvidyā soc. qui maîtrise les 4 Védas; syn. caturvedin.

 caturvedin [vedin] a. m. n. f. caturvedinī soc. qui maîtrise les 4 Védas (forme des np. de brahmanes); syn. caturvidya.

 caturvyūha [vyūha] m. myth. les 4 émanations divines de la tradition mystique vaiṣṇava: Vāsudeva, Saṅkarṣaṇa, Pradyumna et Aniruddha.

 caturhāyaṇa [hāyana] a. m. n. f. caturhāyaṇī âgé de 4 ans.

 caturhotṛ [hotṛ] m. pl. caturhotāras véd. les 4 prêtres ayant sacrifié pour qui? (question classique d'une énigme rituelle [brahmodya]).

 catuścatvāriṃśa [catvāriṃśa] a. m. n. f. catuścatvāriṃśī ord. 44e | constitué de 44 parts (not. stoma).

 catuścatvāriṃśat [catvāriṃśat] f. 44.

 catuṣka [-ka] a. m. n. f. catuṣkā quadripartite; carré | consistant en 4 éléments; not. svastikan. quadruple | croisement de deux routes, carrefour | soc. carré d'honneur tracé pour recevoir un hôte | collier à 4 rangs — a. m. n. f. catuṣkī étang quadrangulaire; moustiquaire; collier à 4 rangs.

 catuṣkoṭi [koṭi] f. bd. [«tétralemme»] principe logique en 4 parties, exprimant la totalité de la somme disjointe des quatre classes A et non B, non A et B, A et B, et non A et non B.
sarvaṃ tathyaṃ na tathyaṃ tathyaṃ cātathyam eva ca | naivatathyaṃ naiva tathyam etad buddhānuśāsanam || [Mūlamadhyamaka] Toute chose existe, ou n'existe pas, ou à la fois existe et n'existe pas, ou ni n'existe ni n'existe pas; ceci est l'enseignement du Buddha.

 catuṣṭaya [-taya] a. m. n. f. catuṣṭayī quadruple, quadripartite — n. tétrade | les quatre à la fois.

 catuṣṭva [-tva] n. fait d'être quadruple.

 catuṣpañcāśa [pañcāśa] a. m. n. f. catuṣpañcāśī ord. 54e.

 catuṣpañcāśat [pañcāśat] f. 54.

  catuṣpañcāśattama [-tama] a. m. n. f. catuṣpañcāśattamī ord. 54e.
 catuṣpañcāśat

 catuṣpatha [patha] m. intersection de deux routes.

 catuṣpad [pad_2] a. m. n. f. catuṣpadī quadrupède — n. la gent quadrupède; (collectif) les animaux.

 catuṣpada [pada] a. m. n. f. catuṣpadā quadripartite | (strophe) de 4 pieds [pada]; consistant en 4 mots — n. astr. dernier demi-jour lunaire [karaṇa] fixe.

 catuṣpari [pari] ind. manqué de quatre (not. au jeu pañcaka).

 catustriṃśa [triṃśa] a. m. n. f. catustriṃśī ord. 34e | constitué de 34 parts.

 catustriṃśat [triṃśat] f. 34.
catur

चतुर catura a. m. n. f. caturā habile, adroit; ingénieux; vif, rapide; charmant — m. soc. [nāṭyaśāstra] geste rituel de la main (paume horizontale, 4 doigts dressés, pouce incliné vers le majeur, symbolisant la véracité).

चतुर्दश caturdaśa [caturdaśan] a. m. n. f. caturdaśī ord. 14ef. caturdaśī quatorzième jour de la quinzaine sombre du mois lunaire (nouvelle lune) | soc. il est de bonne augure, et jour de fête; cf. dīpāvali [vaikuṇṭhacaturdaśī], nṛsiṃhacaturdaśī, śivarātri, anantavrata.

चत्वर catvara [catur] n. carrefour; place carrée; quartier | soc. carré de sol nivelé pour un sacrifice.
dūrvācatvara soc. carré de sol recouvert d'herbe dūrvā pour s'asseoir lors d'un sacrifice.

चत्वारस् catvāras cf. catur.

चत्वारि catvāri [n. catur] num. * pl. quatre.
catvāryāryasatyāni bd. les Quatre Nobles Vérités [āryasatya].

 catvāriṃśat [daśat] f. sg. quarante.
catvāri

चत्वारिंश catvāriṃśa [catvāriṃśat] a. m. n. f. catvāriṃśī ord. 40e.

चन cana part. donne une valeur indéfinie aux pr. et aux a. interr.
kaścana quelqu'un, quiconque.
kvacana quelque part; n'importe où.
na kaścana personne.
kiṃcana quelque chose | pl. kānicana quelques choses.
na kiṃcana rien.

चनस् canas n. plaisir, satisfaction.

चन्द् cand v. [1] pr. (candati) pp. (candita) briller, resplendir || lat. candeo; ang. candle; fr. chandelle, candide, incendie.

चन्द canda [agt. cand] m. Lune | hist. np. du roi Soma Canda, qui fonda le royaume éponyme au Kūrmāñcala au 11e siècle.

 candananagara [nagara] n. géo. np. du village de Candananagara au Bengale, sur le Gange à 30 km en amont de Calcutta, fondé comme comptoir commercial français (Chandernagor) par Duplessis en 1674, rattaché à l'Inde en 1950; mod. Candannagar.
canda

चन्दन candana [agt. cand] m. n. natu. bot. Sirium myrtifolium, arbre ou bois de santal; on dit qu'il est aimé des serpents || lat. sandalum; ang. sandalwood; fr. santal.

चन्दल candala [canda-la] m. hist. np. de la dynastie Candala ou Candela, fondée par Nannuk, chef d'un clan rājput qui sanskritisa sa lignée, la faisant descendre de la Lune [candravaṃśa]; les Candalās régnèrent du 9e au 12e siècle à Khajurāho, puis à Mahoba; ils étaient initialement vassaux des Pratīhārās; ils patronnèrent les arts et les lettres, et élevèrent de nombreux temples hindous et jaïnes.

चन्द्र candra [cand-ra] a. m. n. f. candrā brillant, qui illumine — m. la Lune [«qui brille»] | myth. np. du dieu Candra «Brillant», personnifiant la Lune; en tant que Soma il est le récipient de l'amṛta; il est né du barattage de la mer de lait [kṣīrodamathana], mais aussi des larmes d'Atri comme fils d'Anasūyā, et il est donc dit doublement né [dvija]; il est le gardien [dikpāla] de la direction du Nord-Est; en tant qu'Oṣadhipati il règne sur les plantes; son char est attelé de 7 oies sacrées [haṃsa]; il épousa 27 filles de Dakṣa, identifiées aux astérismes ou maisons lunaires [nakṣatra]; comme il les délaissait au profit de la seule Rohiṇī_1, elles se plaignirent à Dakṣa qui le maudit et le condamna au dépérissement; il implora Śiva, qui commua la sentence en dépérissement périodique; il est le Roi des étoiles Tārakārāja; après avoir effectué le sacrifice rājasūya de consécration royale, il devint arrogant et enleva la femme Tārā de Bṛhaspati; une guerre avec les dieux [tārakāmayayuddha] s'ensuivit; Candra fut coupé en deux par le trident de Śiva, et dut rendre Tārā, dont il avait obtenu comme fils Budha | myth. l'une des 10 régions [dvīpa] formant le jambudvīpa | math. symb. le nombre 1 | [candragomin] gram. école du grammarien Candragomī — ifc. le meilleur des.
kṣīrodārṇavasaṃbhūta atrinetrasamudbhava | gṛhāṇārghyaṃ mayā dattaṃ rohiṇyā sahito śaśin || (prononcé en faisant une offrande de lait à Candra lors de kṛṣṇāṣṭamī) Ô toi produit de l'écume de la mer de lait, issu de l'œil d'Atri, toi qui porte le lièvre, accompagné de l'étoile rouge, accepte l'oblation que je t'offre.

 candrakalā [kalā] f. seizième partie du cercle lunaire | phil. [tantr.] l'une des 16 divinités féminines associées | astr. croissant de lune un jour avant ou après la nouvelle lune | marque en forme de croissant sur l'ongle.

 candrakānta [kānta] a. m. n. f. candrakāntā cher à la lune | charmant comme la lune — m. lit. pierre de lune, une gemme [maṇi] supposée fondre à la lumière de la lune | natu. bot. Nymphæa esculenta, nymphéa blanc (qui fleurit la nuit); syn. kumudan. bois de santal — f. candrakāntā nuit.

 candrakānti [kānti] f. lustre de la lune; lumière de lune | disque de la lune au 9e jour.

 candrakīrti [kīrti] m. hist. np. du philosophe bd. Candrakīrti (6e siècle), commentateur de Nāgārjuna | hist. np. de Candrakīrti_1 «Gloire de l'astre Lune», prince d'Ujjayinī.

 candraketu [ketu] m. np. de prince Candraketu «Qui a la lune sur sa bannière» | myth. [Rām.] np. de Candraketu_1, fils de Lakṣmaṇa.

 candragupta [gupta] m. hist. np. du roi Candragupta Maurya, général rebelle qui renversa la dynastie des Nanda au Magadha et fonda la dynastie Maurya en 321 ant.; sa cour se tenait à Pāṭaliputra, Kauṭilya était son mentor et premier ministre; il est connu des Grecs comme Sandrakottos, et Plutarque dit (selon l'historien grec Mégasthènes) qu'il rencontra Alexandre au Pañjab en 329 ant.; après avoir conquis un empire s'étendant jusqu'au Gandhāra, il devint renonçant jaina, et abdiqua en faveur de son fils Bindusāra, père de l'empereur Aśoka; cf. Cāṇakya, Mayūrapoṣaka | géo. np. du roi Candragupta_1, premier véritable empereur de la dynastie Gupta; il se donna le titre de Mahārājādhirāja; son accession au trône en 320 marque le début de l'ère [saṃvat] Gupta; son fils Samudragupta lui succéda | np. du roi Kumāra Candragupta, fils cadet de Samudragupta; il succéda à son frère aîné Rāmagupta après l'avoir assassiné, et régna comme Candragupta_2 (~380–415); cf. Vikramāditya.

 candragomin [gomin] m. hist. np. du lettré bd. bengali Candragomī (vers le 5e siècle); il est l'auteur de la grammaire Cāndravyākaraṇa, de la pièce de théâtre [nāṭaka] Lokānanda, et de nombreux autres ouvrages.

 candragrahaṇa [grahaṇa] n. éclipse de lune.

 candracūḍa [cūḍā] m. myth. [«qui porte la lune comme crête»] épith. de Śiva; cf. candramauli.

 candrajanaka [janaka] m. np. de Candrajanaka, épith. de l'océan «où est né Candra».

 candranāḍī [nāḍī] f. cf. iḍā.

 candraprabha [prabha] m. jn. np. de Candraprabha «Lumière de Lune», 8e tīrthaṅkara mythique; son corps est blanc, son symbole est un croissant de lune; il est associé à la pure méditation [śukladhyāna].

 candrabindu [bindu] m. phon. signe de nasalisation, pour indiquer le changement d'une nasale muette en anusvāra devant une semivoyelle [anunāsika].

 candrabhāgā [bhāga] f. géo. np. de la rivière Candrabhāgā au Pañjab (mod. Chenab, confluence de la Candrā et la Bhāgā) | var. candrabhāgī id.

 candramaṇḍala [maṇḍala] n. disque de la lune.

 candramas [mās] m. lune | hist. np. de Candramā «Lune», épith. du roi Samudragupta, fils de Candragupta_1, père de Vikramādityaf. candramasī myth. np. de Candramasī, épith. de Tārā «Ravie par Candra».

 candramāsa [māsa] m. astr. mois lunaire.

 candramukuṭa [mukuṭa] a. m. n. f. candramukuṭā myth. np. de Candramukuṭa, épith. de Śiva «Qui a la lune comme diadème».

 candramukha [mukha] a. m. n. f. candramukhī qui a une face de lune.

 candramauli [mauli] m. myth. [«qui a la lune pour diadème»] épith. de Śiva; cf. candracūḍa.

  candramaulīśvara [īśvara] m. géo. np. de Candramaulīśvara, liṅga de cristal du sanctuaire de Cidambara | géo. np. de Candramaulīśvara_1, temple dédié à Śiva à Uḍupī.
 candramauli

 candravaṃśa [vaṃśa] m. cf. somavaṃśa.

 candraśekhara [śekhara] a. m. n. f. candraśekharā myth. np. de Candraśekhara, épith. de Śiva «qui porte la Lune en diadème».

 candrasiṃha [siṃha] m. hist. np. du paṇḍita Candrasiṃha, auteur du Padakṛtya (17e siècle).

 candrahāsa [hāsa] m. myth. np. de l'épée Candrahāsa «Rire de Lune», que Śiva donna à Rāvaṇa pour le récompenser de ses 1000 ans d'austérités [tapas].

 candrāditya [āditya] m. hist. np. de Candrāditya, fils aîné du roi Cālukya Pulikeśī_2; il combattit ses 4 frères; à sa mort, son épouse Vijayabhaṭṭārikā assura la régence de l'empire jusqu'à l'avènement de Vikramāditya_1.

 candrānanda [ānanda] m. hist. np. du philosophe Candrānanda (10e siècle), auteur de la Vaiśeṣikasūtravṛtti.

 candrāpīḍa [āpīḍa] m. myth. [Mah.] np. de Candrāpīḍa «Auréolé de la Lune», fils de Janamejaya | lit. [K.] np. du prince Candrāpīḍa_1, fils du roi Tārāpīḍa et de la reine Vilāsavatī; à 16 ans il est intronisé prince héritier, puis part conquérir le monde; il s'égare et trouve au lac Acchoda la belle Mahāśvetā qui lui raconte ses amours malheureuses avec Puṇḍarīka_2, le suicide de celui-ci et sa montée au Ciel avec Candra; elle l'emmène au Mont Hemakūṭa et l'introduit auprès de Kādambarī; ils sont pris de passion l'un envers l'autre; mais Candrāpīḍa_1 doit retourner au palais sur l'ordre de son père, et ils sont séparés; il part à la recherche de son ami Vaiśampāyana_1 et tombe dans une grande léthargie en apprenant sa triste fin; il est l'incarnation de Candra frappé de malédiction par Puṇḍarīka_2 qui renaît comme le triste roi Śūdraka_1, alors que son ami Vaiśampāyana_1 renaît comme le perroquet narrateur.

 candrāmṛta [amṛta] n. liquide humectant la cavité palatale; eau de jouvence.

 candrodaya [udaya] m. lever de lune.
candra

चन्द्रक candraka [candra-ka] a. m. n. f. candrikā semblable à la lune — m. œil de plume de paon; ongle — n. poivre — f. cf. candrikā.

चन्द्रट candraṭa m. méd. np. de Candraṭa, médecin du 10e siècle, fils de Tīsaṭa, dont il commenta la Cikitsākalikā; on lui doit aussi la Suśrutapāṭhaśuddhi.

चन्द्रिका candrikā [f. candraka] f. clair de lune | natu. bot. Rauvolvia serpentina, apocynacée arbuste aux baies noires; ses racines sont utilisées en médecine; syn. sarpagandhā — ifc. splendeur, clarté de | lit. éclaircissement sur (nom d'ouvrages) | [tātparyacandrikā] lit. np. de la Candrikā de Vyāsatīrtha; cf. Tātparyacandrikā.

 candrikācārya [ācārya] m. hist. np. de Candrikācārya «Maître de la Candrikā», titre donné à Vyāsatīrtha.
candrikā

चन्द्रिमा candrimā [candra] f. clair de lune.

चपल capala [kamp] a. m. n. f. capalā mobile, agile, instable | hésitant; capricieux, changeant; timide | inconstant, étourdi; espiègle.

 capalatā [-tā] f. inconstance; étourderie.
capala

चपेट capeṭa m. f. capeṭā gifle.

 capeṭikā [-ika] f. id.
capeṭa

चम् cam v. [1] pr. (camati) v. [1] pr. (cāmati) pft. (cacāma) pfp. (camya) pf. (ā) [inusité sans pf.].

चमत् camat ind. excl. de surprise ou d'appréciation (avec un claquement de la langue).

 camatkāra [kāra] m. étonnement, surprise; émerveillement, ravissement | lit. not. plaisir soudain causé par une composition littéraire; c'est l'essence du rasa.
yatpratipāditārthaviṣayakabhāvanātvaṃ camatkārajanakatāvacchedakatvaṃ tattvaṃ kāvyatvam [Rasagaṅgādhara] Seuls les mots suscitant l'émerveillement appartiennent à la poésie.

  camatkāracandrikā [candrikā] f. lit. np. de la Camatkāracandrikā, traité d'analyse poétique de Viśveśvara, composé à la cour de Siṅgabhūpāla II au Telangana (fin 14e siècle).
 camatkāra
camat

चमन camana [act. cam] n. fait de boire une gorgée

चमर camara m. f. camarī natu. zoo. Bos grunniens, yack blanc du Tibet | natu. sa queue, dont on fait des chasse-mouches || ang. chowrie.

चमस camasa [cam-asa] m. n. f. camasī véd. gobelet carré en bois muni d'une anse, utilisé pour boire le soma aux rituels de sacrifice.

 camasādhvaryu [adhvaryu] m. véd. prêtre officiant aux rituels de soma, chargé des gobelets.
camasa

चमू camū f. armée; syn. senā.

चम्प campa m. natu. bot. Bauhinia variegata, arbuste de la famille des fabacées aux grandes fleurs rose vif ou blanches au parfum suave — f. campā géo. np. de la ville de Campā, capitale du pays Aṅga (mod. Bhāgalpur au Bihāra); c'était une ville de commerce importante | myth. [Mah.] ville capitale de Lomapāda et de Karṇa | géo. np. du royaume hindouïsé du Campā_1 au Sud-Vietnam; il eut son apogée du 8e au 11e siècle; il comprenait les principautés (du Nord au Sud) d'Indrapura, d'Amarāvatī_2, de Vijaya_6, de Kauṭhāra et de Pāṇḍuraṅga_1.

 campaka [-ka] m. natu. bot. Michelia champaka, arbuste de la famille du magnolia; ses fleurs jaune vif sont suaves et consacrées à Śiva | hist. np. de Campaka, ministre du roi Harṣa_1 (11e siècle); le poète Kalhaṇa est son fils.
campa

चम्पू campū f. lit. [kāvya] style de composition littéraire élaborée dans lequel un même thème est traité successivement en prose [gadya] et en vers [padya]; cf. Rāmāyaṇacampū, Yaśastilakacampū.

चय caya [act. ci] m. tas, amas, masse; gerbe, bouquet, collection, assemblage; rassemblement; multitude | tas de terre; terrassement, fondation, mur; fortification, glacis.

चयन cayana [act. ci] n. pile de bois, bûcher | autel.

चर् car v. [1] pr. (carati) pr. md. (carate) pft. (cacāra) aor. [5] (acārīt) aor. [3] (acīcarat) pp. (carita, cīrṇa) ppr. (carat) pf. (ati, anu, apa, abhi, ā, ut, upa, pari, pra, vi, sam) aller, marcher, déambuler; paître | parcourir, suivre (un chemin); vivre | se mettre à, se livrer à, s'occuper de, exercer | accomplir, commettre, faire; agir | amener qqn. <acc.> à <acc.> — ca. (cārayati) faire mouvoir, faire pratiquer | faire reconnaître par un espion <i.> — ca. md. (cārayate) réfléchir, hésiter, avoir des doutes sur <loc.> || gr. κολος; lat. curro, carrus; fr. char; ang. car.
bhaikṣaṃ car demander l'aumône; mendier.
mārgaṃ car se frayer un chemin.
mithunaṃ car avoir des rapports sexuels avec qqn. <i.>.
mṛgayāṃ car aller à la chasse.
vrataṃ car observer un vœu.

चर cara [agt. car] a. m. n. f. carī mobile; qui bouge — ifc. qui va dans, qui habite; qu'on envoie — m. émissaire, espion; vent, souffle.

 carācara [acara] a. m. n. f. carācarā [«le mobile et l'immobile»] toutes les créatures; l'univers.
cara

चरक caraka [agt. car] m. étudiant nomade; ascète, moine errant; espion | myth. np. de Caraka, fils d'un muni; il est l'incarnation de Śeṣa pris de pitié par une visite sur Terre où il constata les ravages des maladies; il fit la synthèse des connaissances médicales d'Agniveśa et des autres disciples d'Ātreya dans la Carakasaṃhitā.

 carakasaṃhitā [saṃhitā] f. lit. np. de la Carakasaṃhitā, traité de médecine [Āyurveda] attribué à Caraka; il fut sans doute composé entre 100 et 400, et révisé par Dṛḍhabala.
caraka

चरण caraṇa [act. car] m. n. pied; jambe | section, division | gram. stance; syn. pāda | véd. école védique — n. conduite, manière d'être, pratique; accomplissement.
guroś caraṇaṃ hariḥ sāranam Pratique de guru, protection de Viṣṇu (mantra post-yoga).

 caraṇadāsa [dāsa] m. hist. np. du philosophe Caraṇadāsa, auteur not. du Guruśiṣyasaṃvāda.
caraṇa

चरत् carat [ppr. car] a. m. n. f. carantī en marchant, en allant, en errant.

चरम carama [super. cara] a. m. n. f. caramā dernier, final.
caramā kriyā cérémonie funéraire.
caramaṃ kim et quoi encore?

 caramaśloka [śloka] m. épitaphe.
carama

चरित carita [pp. car] a. m. n. f. caritā accompli; pratiqué — n. action accomplie, chose faite; passé | conduite, comportement, manière d'agir; pratique, exercice d'une fonction; présent | ensemble des actes, vie; existence; exploits, aventures || ang. care; fr. charité.

 caritāmṛta [amṛta] n. lit. [«nectar des actes de»] nom de biographies; not. Caitanyacaritāmṛta.

 caritārtha [artha] a. m. n. f. caritārthā qui a atteint son but, qui a réussi.

  caritārthatā [-tā] f. succès.
 caritārtha
carita

चरित्र caritra [instr. car] n. conduite, action, pratique; œuvre; saga, aventures, exploits.

 caritrabandhaka [bandhaka] m. n. prêt; gage, hypothèque.
caritra

चरु caru [car-u] m. oblation constituée d'une bouillie de riz, orge et pois cuits dans du lait | le chaudron servant à sa préparation.

चर्च carca m. discussion, délibération — f. cf. carcā — v. [11] pr. (carcayati) pp. (carcita) répéter (un mot, not. en récitant le Veda); discuter, délibérer — v. [11] pr. md. (carcayate) étudier.
carcāṃ kṛ être préoccupé par, se soucier de.

चर्चा carcā [f. carca] f. préoccupation | discussion; investigation | récitation avec répétition du Veda (not. en insérant iti).

 carcāpāṭha [pāṭha] m. soc. récitation du Veda à la manière carcā.

 carcāpāra [pāra] a. m. n. f. carcāpārī qui étudie à fond le carcāpāṭha.

 carcāviṣaya [viṣaya] m. objet de la discussion.
carcā

चर्चित carcita [pp. carca] a. m. n. f. carcitā répété; se dit notamment de la récitation du Véda avec particule iti de citation.

चर्म carma iic. carman.

 carmakāra [kāra] m. corroyeur, cordonnier, tanneur, travailleur du cuir | soc. homme de basse classe, not. fils d'une femme caṇḍālā ou vaidehī ou niṣādīf. carmakārī femme de tanneur || hi. camār.

 carmaja [ja] a. m. n. f. carmajā fait de cuir — n. poil de la peau.

 carmadaṇḍa [daṇḍa] m. fouet.

 carmadṛṣṭi [dṛṣṭi] f. phil. connaissance superficielle de l'apparence des êtres et des choses; opp. ātmadṛṣṭi.

 carmamuṇḍā [muṇḍā] f. cf. cāmuṇḍā.

 carmaraṅga [raṅga] a. m. n. f. carmaraṅgā qui teint le cuir — f. carmaraṅgā natu. bot. Cassia auriculata, arbuste buissonnant aux feuilles composées, aux fleurs jaune vif en corymbes, utilisé en tannerie et en médecine; syn. āvartakī.
carma

चर्मन् carman [car-man] n. peau, cuir; bouclier (de cuir) | soc. peau d'antilope d'un brahmacārin.

चर्य carya [pfp. [1] car] a. m. n. f. caryā qui doit être pratiqué ou accompli — n. ifc. transport par — f. cf. caryā.

चर्या caryā [f. caryā] f. marche, voyage, moyen de locomotion | conduite, occupation; pratique, observance (de <i. iic.>); not. observance de règles monastiques et de rites religieux | office, service, ministère.

 caryāgīti [gīti] f. lit. poème mystique chanté dans la tradition tantr. bengalie sahajayāna; cf. Caryācaryaviniścaya.

 caryācaryaviniścaya [ācarya-viniścaya] m. bd. np. du Caryācaryaviniścaya, recueil de poèmes mystiques [caryāgīti] en bengali ancien; syn. caryāpāda.

 caryāpāda [pāda] m. lit. ensemble de 47 poèmes mystiques [caryāgīti] en bengali exprimant l'expérience mystique en bd. tantr. sahajayāna, composés entre le 8e et le 12e siècles.

 caryāmelāpakapradīpa [melāpaka-pradīpa] m. lit. np. du Caryāmelāpakapradīpa «Explication intégrant la pratique», ouvrage bd. [Vajrāyana] d'Āryadeva; il est le fondement de l'école ésotérique guhyasamāja.
caryā

चर्षणि carṣaṇi [kṛṣ-ani] a. m. n. f. carṣaṇī actif, industrieux; agile, doué — f. carṣaṇī myth. np. de Carṣaṇī «la Semeuse», épouse de Varuṇa et mère de Bhṛgu | pl. carṣaṇyas les sédentaires, les agriculteurs.

चल् cal [relié à car] v. [1] pr. (calati) pp. (calita) pfp. (calitavya) pf. (pra, vi, sam) bouger, s'agiter, être agité; partir, dévier; trembler, palpiter — ca. (cālayati) agiter, secouer, remuer | détourner de, expulser de <abl.>, chasser — int. md. (cañcalyate) être instable.

चल cala [agt. cal] a. m. n. f. calā mobile, mouvant; fragile, instable; tremblant, confus; inconstant.
calīkṛ faire bouger.

 calācala [acala] a. m. n. f. calācalā instable, changeant, se mouvant sans cesse — m. myth. np. de Calācala, épith. de Śiva «Perpétuellement changeant» | [«mobile et immobile»] les plantes et les animaux.
cala

चलत् calat [ppr. cal] a. m. n. f. calantī en se déplaçant; mobile.
calantī pratimā soc. image mobile de temple, utilisée pour les processions; on l'appelle utsavamūrti en Inde du Sud.

चलन calana [agt. cal] a. m. n. f. calanā mobile, mouvant — act. n. motion, mise en mouvement; action de marcher | vibration.

चलित calita [pp. cal] a. m. n. f. calitā tremblant, mouvant; agité, instable | perturbé, ébranlé, dévié; détourné de <abl.> — n. fait de bouger, de remuer; déplacement; danse.
prathamacalitadakṣiṇacaranaḥ qui se déplace en partant du pied droit (rituel de bon augure).

चलितव्य calitavya [pfp. [3] cal] a. m. n. f. calitavyā qui doit partir | (impers.) il faut partir.

चवर्ग cavarga [(ca)-varga] m. phon. la classe des palatales.

चविक cavika n. f. cavikā cf. cavya.

चवी cavī f. cf. cavya.

चव्य cavya natu. bot. Piper brachystachyum, poivre sauvage.

चषक caṣaka m. n. tasse, gobelet, verre.

चषाल caṣāla m. n. groin d'un sanglier | soc. véd. anneau de bois octogonal couronnant le poteau sacrificiel [yūpa].

चाकचक्य cākacakya n. radiance; beauté | var. cākacikya illusion; erreur de perception.

चाक्षुष cākṣuṣa [vr. cakṣus] a. m. n. f. cākṣuṣī relatif à l'œil ou à la vision — m. myth. np. de Cākṣuṣa «le Visionnaire», 6e manu du kalpaf. cākṣuṣī myth. [Mah.] science [vidyā] de vision extralucide; le gandharva Aṅgāraparṇa, qui la possédait, l'enseigna à Arjuna qui l'avait vaincu au combat.

 cākṣuṣīvidyā [vidyā] f. cf. cākṣuṣī.
cākṣuṣa

चाटु cāṭu [vr. caṭu] m. n. flatterie, mots d'amour; caresses.

चाणक्य cāṇakya [vr. caṇaka-ya] m. hist. np. de Cāṇakya, patr. de Kauṭilya, ministre de Candragupta Maurya; cf. Viṣṇugupta, Mudrārākṣasa.

 cāṇakyanīti [nīti] f. lit. np. de la Cāṇakyanīti ou Cāṇakyarājanītiśāstra, ouvrage attribué à Kauṭilya destiné à l'enseignement des princes, proche de la Bṛhaspatisaṃhitā du Garuḍapurāṇa.
cāṇakya

चाण्डाल cāṇḍāla m. hors caste, paria; syn. caṇḍāla — ifc. le pire des — f. cāṇḍālī femme hors-caste.

चात् cāt [ca. cat] v. [10] pr. (cātayati) faire partir, chasser.

चातक cātaka [agt. ca. cat] m. f. cātakī natu. zoo. Cucculus melanoleucus ou zoo. Clamator jacobinus, coucou jacobin, oiseau noir et blanc; toujours assoiffé, on dit qu'il se nourrit des gouttes de pluie, qu'il doit saisir avant qu'elles ne tombent du sol; syn. sāraṅga.

चातन cātana [agt. ca. cat] a. m. n. f. cātanā qui chasse, qui supprime.

चातुर cātura [vr. catura] a. m. n. f. cāturī intelligent, ingénieux — f. cāturī intelligence, habileté.

चातुर्मास्य cāturmāsya [vr. caturmāsa-ya] n. soc. début d'une période de 4 mois; sacrifice fait à cette occasion; ces trois rituels saisonniers se nomment vaiśvadeva, varuṇapraghāsās et sākamedhās — a. m. n. f. cāturmāsyā quadrimestriel (sacrifice).

चातुर्य cāturya [vr. catura-ya] n. habileté; charme, amabilité; coquetterie.

चातुर्वर्ण्य cāturvarṇya [vr. caturvarṇa-ya] n. soc. ensemble des quatre classes védiques.
cāturvarṇyaṃ mayā sṛṣṭaṃ guṇakarmavibhāgaśaḥ [BhG.] J'ai créé les quatre classes en rétribution des mérites et des actes.

चातुर्वैद्य cāturvaidya [vr. caturvidya] a. m. n. f. cāturvaidyī soc. qui maîtrise les 4 Védas; syn. caturvedin.

चान्द्र cāndra [vr. candra] a. m. n. f. cāndrā lunaire; relatif à Candra | gram. relatif à la grammaire de Candragomīf. cāndrī lumière lunaire.

 cāndramāna [māna_2] a. m. n. f. cāndramānā (calendrier) lunaire (opp. sauramāna).

 cāndramāsa [māsa] m. mois lunaire.

 cāndrayoga [yoga] m. astr. cf. yogās.

 cāndravatsara [vatsara] m. année lunaire.

 cāndravyākaraṇa [vyākaraṇa] n. gram. np. du Cāndravyākaraṇa «Grammaire de Candragomī», du 6e siècle; c'est une grammaire sanskrite destinée aux bouddhistes.

 cāndrasaṃvatsara [saṃvatsara] m. année lunaire.
cāndra

चाप cāpa m. n. arc; arc-en-ciel | hist. np. de la dynastie Cāpa au Gujarāt, établie vers 690; cf. Vanarāja.
cāpapāṇi m. qui tient l'arc en main (se dit not. de Rāma).

 cāpaguṇa [guṇa] m. corde d'arc.

 cāpadhara [dhara] a. m. n. f. cāpadharā qui tient un arc.

 cāpapūjā [pūjā] f. myth. np. du festival Cāpapūjā d'archerie auquel Kaṃsa invita Kṛṣṇa et Balarāma afin de les tuer; cf. Akrūra.

 cāpin [-in] m. archer.
cāpa

चापल cāpala [vr. capala] n. légèreté, agilité, vivacité | frivolité, insouciance, étourderie; enfantillage; insolence.

चापल्य cāpalya [vr. capala-ya] n. mobilité | agitation; instabilité, inconstance.

चामर cāmara [vr. camara] a. m. n. f. cāmarā relatif au yack — n. chasse-mouches, panache (en queue de yack) — m. coquillage zoo. Cypraea moneta, utilisé comme monnaie — f. cāmarī id. || hi. kaurī.

चामीकर cāmīkara n. or.

चामुण्डा cāmuṇḍā [contr. carmamuṇḍā] f. myth. np. de Cāmuṇḍā «Peau chauve», une des dix puissances terribles [mahāvidyā] de la Déesse [Śakti]; noire, désséchée, vieille et hideuse, elle a la langue pendante; sa monture est un cadavre [śavārūḍha]; elle est classée comme saptamātṛkā en tant que śakti de Rudra | var. cāmuṇḍī myth. on l'appelle aussi Cāmuṇḍī.

चार cāra [agt. car] m. espion — act. m. mouvement, course; voyage | pratique, exercice.

 cārāyaṇa [āyana_1] m. hist. patr. de Cārāyaṇa, grammairien antique mentionné par Patañjali; il est aussi le promoteur [pravaktṛ] de l'école éponyme [cārāyaṇīya] du Yajurveda noir.

  cārāyaṇīya [-īya] a. m. n. f. cārāyaṇīyā relatif à Cārāyaṇa | phil. école du Yajurveda noir.
 cārāyaṇa
cāra

चारक cāraka [agt. car] a. m. n. f. cārikā qui met en mouvement | lit. composé par Caraka | associé, compagnon — m. cārika ifc. qui pratique <iic.> — f. cārikā dame de compagnie.

चारकीन cārakīna [vr. caraka-īna] a. m. n. f. cārakīnā bon pour les étudiants nomades.

चारण cāraṇa [agt. ca. car] a. m. n. f. cāraṇī véd. qui concerne une école védique | myth. musiciens et chanteurs célestes de la cour d'Indram. f. cāraṇī baladin, chanteur ambulant | mod. caste du Gujarāt et du Rajasthan; ses membres sont respectés pour leur courage et leur loyauté; ils sont prisés comme otages; trahis, ils pratiquent l'auto-immolation | lime.

चारित्र cāritra [instr. car] n. conduite, comportement, attitude | bonne conduite, attitude correcte; bonne réputation | observance; coutume.

चारिन् cārin [agt. car] a. m. n. f. cāriṇī qui fait, qui agit, qui pratique; qui se déplace, qui circule — m. fantassin.

चारु cāru [relié à canas] a. m. n. f. cārvī serein, doux, aimable | beau, agréable, plaisant, charmant, gracieux, joli | apprécié, estimé, cher — m. myth. np. de Cāru «Charmant», fils de Kṛṣṇa | myth. épith. de Bṛhaspatif. cārvī jolie femme | myth. np. de Cārvī «Charmante», épouse de Kuberan. splendeur, charme — ind. afin de plaire (à <dat.>); agréablement; avec grâce || lat. carus; fr. cher.

 cārucaryā [caryā] f. lit. np. de la Cārucaryā «Bonne conduite», traité d'hygiène et de morale en 100 vers attribué au roi Bhojadeva.

 cārutama [-tama] a. m. n. f. cārutamā super. le plus charmant, le plus beau; le mieux aimé.

 cārutara [-tara] a. m. n. f. cārutarā compar. plus charmant; très gracieux, très aimé.

 cārutā [-tā] f. beauté, grâce; charme.

 cārutva [-tva] n. id.

 cārudatta [datta] m. lit. np. de Cārudatta «Doué de grâce», brahmane ruiné, principal personnage de la Mṛcchakaṭikā; le vidūṣaka Maitreya_2 est son ami, la courtisane Vasantasenā en est éprise; l'enfant Rohasena est son fils de son épouse Dhūtā | lit. np. de Cārudatta_1, pièce dramatique de Bhāsa, texte précurseur de la Mṛcchakaṭikā.

 cārudarśana [darśana] a. m. n. de plaisante apparence.

 cārvakṣara [akṣara] a. m. n. f. cārvakṣarā (scribe) à la belle écriture.

 cārvāc [vāc] a. m. n. f. qui parle aimablement.
cāru

चार्य cārya [pfp. [1] ca. car] n. espionnage.

चार्वाक cārvāka [agt. cārvāc] m. myth. [Mah.] np. du vampire [rākṣasa] Cārvāka_1 «au Verbe agréable», ami de Duryodhana; il se déguisa en brahmane mendiant lors du retour triomphal de Yudhiṣṭhira à Hastināpura pour l'injurier, mais fut reconnu, brûlé vif et réduit en cendres par le regard des brahmanes | hist. np. de Cārvāka, philosophe sceptique probablement mythique, professant le matérialisme [lokāyata] | pl. cārvākās les matérialistes, adeptes de Cārvāka; ils sont athées [nāstika] et ne croient qu'aux témoignages de leurs sens; ils n'admettent comme moyen de connaissance légitime [pramāṇa] que la constatation directe par perception [pratyakṣa]; ils sont hédonistes et cherchent à mener une vie agréable, symbolisée par le beurre [ghṛta]; ils rejettent la transmigration des âmes et l'au-delà, l'autorité du Veda et les distinctions de caste; ils érigent la liberté de pensée en principe fondamental; cf. Bṛhaspati_1.

चाल् cāl [ca. cal] v. [10] pr. (cālayati) agiter, remuer; détourner de <abl.>, chasser.

चाल cāla [agt. cal] a. m. n. f. cālā qui se déplace; mobile.

चालक cālaka [agt. cal] a. m. n. f. cālikā conducteur — f. cālikā conductrice.

चालन cālana [act. cal] n. action de remuer, agitation | force motrice.

चालुक्य cālukya m. hist. nom de la dynastie Cālukya du Deccan; elle fut fondée au Karṇāṭa par le prince Jayasiṃha au 5e siècle, à Āryapura (mod. Aihole), berceau de l'art des Cālukyās; en 525 le roi Rāṇāraṅga édifia le sanctuaire de Mahākuteśvara; le roi Pulakeśī_1 déplaça la capitale à Vātāpi (mod. Badāmi) en 550; Pulakeśī_2 étendit l'empire au Sud au détriment des Pallavās et à l'Est; il arrêta Harṣa au Nord par une victoire au bord de la Narmadā; le roi Vikramāditya_1 établit les chroniques de la dynastie en 658; il captura Kāñcīpuram en 671; le dernier Cālukya de Badāmi fut vaincu en 753; les Cālukyās de l'Est maintinrent un royaume de capitale Veṅgī; plus tard (10e siècle) les Cālukyās de l'Ouest établirent leur capitale à Kalyāṇī; leur roi Vikramāditya_6 fonda en 1075 l'ère [saṃvat] Vikramacālukya.

चाष cāṣa m. natu. zoo. Caracias indica, geai bleu.

चाहुवाण cāhuvāṇa m. hist. np. de la dynastie rājput Cāhuvāṇa, se revendiquant de la lignée du Feu [agnivaṃśa]; elle fut la dernière dynastie hindoue à régner sur Delhi et Ajmer au 12e siècle.

चि ci v. [5] pr. (cinoti) pr. md. (cinute) pft. (cikāya) pp. (cita) abs. (citvā, -citya) pf. (apa, ava, ā, ut, upa, nis, pari, pra, vi, sam) entasser, accumuler, amonceler; rassembler, réunir | chercher, fouiller; noter, observer — ps. (cīyate) être entassé, être réuni | prospérer, croître (opp. apaci) — ca. (cayayati) ca. (capayati) ca. (cāyayati) ca. (cāpayati) entasser, rassembler — dés.(cikīṣati) dés.(cicīṣati) vouloir rassembler.
puṣpāṇi ci cueillir des fleurs.
agniṃ ci entretenir le feu, attiser [«rassembler les braises»].

चिकित्स् cikits [dés. cit_1] v. pr. (cikitsati) pp. (cikitsita) soigner, guérir; tergiverser.

चिकित्सक cikitsaka [agt. cikits] m. médecin — f. cikitsikā femme médecin.

चिकित्सन cikitsana [act. cikits] ifc. n. guérison de, remède pour.

चिकित्सा cikitsā [act. dés. cit_1] f. pratique de la médecine, thérapeutique.

 cikitsākalikā [kalikā] f. méd. np. de la Cikitsākalikā «Bourgeons de médecine», traité de Tīsaṭa (10e siècle), aussi appelé Yogamālā; son fils Candraṭa en fit un commentaire.

 cikitsāmṛta [amṛta] n. méd. np. du Cikitsāmṛta «Nectar de médecine», traité d'Āyurveda de 2500 vers dû à Milhaṇa (Delhi, 1224).

 cikitsālaya [ālaya] m. n. hôpital.

 cikitsāsaṃgraha [saṃgraha] m. lit. np. du Cikitsāsaṃgraha ou Cikitsāsārasaṃgraha «Thérapeuthique essentielle», traité d'Āyurveda dû à Cakrapāṇidatta.
cikitsā

चिकित्सित cikitsita [pp. cikits] a. m. n. f. cikitsitā soigné; guéri.

चिकीर्ष् cikīrṣ_1 [dés. kṛ_1] v. pr. (cikīrṣati) pp. (cikīrṣita) ppr. md. (cikīrṣamāṇa) vouloir faire.

चिकीर्ष् cikīrṣ_2 [agt. cikīrṣ_1] a. m. n. f. qui veut faire.

चिकीर्षक cikīrṣaka [agt. cikīrṣ_1] a. m. n. f. cikīrṣikā qui veut faire.

चिकीर्षा cikīrṣā [act. dés. kṛ_1] f. intention, but; désir de faire <g. iic.>.

चिकीर्षित cikīrṣita [pp. cikīrṣ_1] a. m. n. f. cikīrṣitā (but) recherché (par l'action); voulu, intentionnel — n. intention.

चिकीर्षु cikīrṣu [agt. dés. kṛ_1] a. m. n. f. qui se propose de faire, qui veut s'exercer à <acc. iic.>.
cikīrṣur lokasaṅgraham myth. [BhG.] désir (de Kṛṣṇa) d'agir pour le bien des mondes.

चिकुर cikura a. m. n. f. cikurā grossier, malpoli — m. chevelure | myth. [Mah.] np. du nāga Cikura, fils d'Āryaka, prince nāga de la lignée d'Airāvata; il épousa une fille de Vāmana, leur fils est Sumukha.

चिक्रोड cikroḍa m. natu. écureuil indien, chipmonk.

चिञ्चा ciñcā f. natu. bot. Tamarindus indica, arbre tamarin; son fruit est médicinal.

 ciñcāphala [phala] n. son fruit (astringent et laxatif).
ciñcā

चित् cit_1 v. [1] pr. (cetati) pft. (ciketa) pp. (citta) abs. (cetitvā) pf. (pra, vi) remarquer, observer, percevoir — ca. md. (cetayate) penser, réfléchir, comprendre; connaître, savoir — ca. (cetayati) faire remarquer, rappeler; faire comprendre, instruire — dés.(cikitsati) cf. cikits.

चित् cit_2 [agt. cit_1] a. m. n. f. ifc. qui pense — act. f. pensée, intellect; conscience | connaissance.
oṃ citānandarūpaṃ śivo'haṃ śivo'haṃ śivo'ham [mantra] Ôm-De conscience et de joie est ma forme, je suis Śiva je suis Śiva je suis Śiva.

 citsabhā [sabhā] f. géo. sanctuaire de Śiva-Naṭarāja à Cidambaram.

 citsukha [sukhā] m. hist. np. du maître [ācārya] Citsukha, disciple de Śaṃkara_1, auteur de la Bhāvatattvaprakāśikā, commentaire de la Naiṣkarmyasiddhi de Sureśvara, et de la Citsukhī, commentaire du Nyāyamakaranda.
cit_2

चित् cit_3 [agt. ci] ifc. a. m. n. f. qui a empilé <iic.> (not. les briques de l'autel) | véd. (autel du feu [uttaravedi]) empilé en forme de <iic.>.
agnicit qui a empilé (les briques pour l'autel) du feu.
śyenacit (autel du feu) édifié en forme de faucon.
kaṅkacit (autel du feu) édifié en forme de héron.
rathacakracit (autel du feu) édifié en forme de roue de char.

चित cita [pp. ci] a. m. n. f. citā rassemblé, réuni, entassé — f. citā bûcher funéraire.

चिति citi_1 [act. ci] f. tas; not. pile de bois; bûcher funéraire | collection; multitude.

चिति citi_2 [act. cit_1] f. compréhension — m. intellect.

चित्त citta [pp. cit_1] a. m. n. f. cittā pensé, remarqué, compris — n. connaissance; pensée; esprit, intelligence, raison; cœur, sagesse | phil. [vedānta] l'essence [tattva] de la Conscience, 4e constituant de l'instrument interne [antaḥkaraṇa]; il emmagasine les souvenirs dans la mémoire et détermine les tendances; son siège symbolique est le Cœur, où il est associé à l'Âme [jīvātman].

 cittamātra [mātra] n. bd. doctrine du rien-que-pensée, école du bd. Mahāyāna; cf. vijñaptimātra.

 cittavat [-vat] a. m. n. f. cittavatī qualifie un être conscient.

  cittavatkartṛka [kartṛka] a. m. n. f. cittavatkartṛkā gram. qui s'emploie avec un agent animé.
 cittavat

 cittaviprayukta [viprayukta] a. m. n. f. cittaviprayuktā phil. hors de la pensée; externe à l'image mentale.

  cittaviprayuktasaṃskāra [saṃskāra] m. phil. impression mentale d'influence externe.

  cittaviprayuktasaṃskāradharma [dharma] m. phil. éthique du comportement vis-à-vis de l'autre.
  cittaviprayuktasaṃskāra
 cittaviprayukta

 cittavibhrama [vibhrama] m. méd. trouble mental; folie.

 cittavṛtti [vṛtti] f. état d'esprit, état émotionnel; disposition | imagination, pensée consciente; cogitation | impression, pensée rémanente | phil. [yoga] processus cognitif, formation de concepts; [YS.] fluctuation de la pensée; on distingue le jugement valide [pramāṇa], le jugement erroné [viparyaya], la conceptualisation [vikalpa], la perte d'attention [nidrā_2], et l'appel à la mémoire [smṛti] | lit. modalité psychologique; opp. śabdavṛtti.

  cittavṛttinirodha [nirodha] m. phil. [«répression des mouvements de la pensée»] contrôle du mental, arrêt de la pensée; étape du yoga nécessaire à l'obtention de l'asaṃprajñāta samādhi; c'est le but du yoga selon le Yogasūtra (I, 2).
yogaścittavṛttinirodhaḥ [YS.] Le yoga supprime les fluctuations du mental.

  cittavṛttibheda [bheda] m. phil. divulgation des émotions.
 cittavṛtti
citta

चित्ति citti [act. cit_1] f. pensée, intention; compréhension, sagesse | pl. pensées.

चित्य citya [pfp. [1] ci] a. m. n. f. cityā véd. à empiler (briques, feu sacrificiel) — n. soc. pile de bois crématoire.

चित्र citra a. m. n. f. citrā excellent; remarquable | varié, multiforme; brillant; multicolore, bariolé | not. désigne une exécution avec divers moyens de torture | étonnant, étrange, merveilleux — n. dessin, peinture, tableau | merveille, prodige | myth. [Mah.] np. de Citra_1, fils de Dhṛtarāṣṭra; cf. Citrasena_1 | myth. [Mah.] np. du roi Citra_2, héros combattant aux côtés des pāṇḍavās dans la grande bataille; il fut tué par Prativindhyaf. citrā astr. np. de Citrā «la Brillante», 12e astérisme lunaire [nakṣatra], corr. à l'Épi de la Vierge; Indra y préside; son symbole est la perle | phon. désigne divers mètres poétiques, de 4 vers de 16 ou 15 syllabes | myth. np. de Citrā_1, épith. de Subhadrā «née sous le signe de Citrā» — v. [11] pr. md. (citrīyate) étonner, faire un prodige, émerveiller.
citram adv. de diverses manières, diversement.
citrīyate hemamṛgaḥ la gazelle d'or émerveille.

 citrakāvya [kāvya] n. lit. poésie à support graphique | lit. [Ānandavardhana] poésie sans sens suggéré | lit. ouvrage de puzzles poétiques du 19e siècle, de śrī Sundapalayam Ramabhadrachariar (1840–1904).

 citrakuṣṭha [kuṣṭha] n. lèpre à tavelures.

 citrakūṭa [kūṭa] m. myth. [Rām.] np. de la colline de Citrakūṭa, où se trouvait l'ermitage de Vālmīki; c'est là que Rāma s'établit avec Sītā et Lakṣmaṇa au début de son exil || pali Cittakūta.

 citrakṛt [kṛt_2] a. m. n. f. étonnant; sidérant.

 citraketu [ketu] m. myth. [BhP.] np. du roi Śūrasena Citraketu; il désirait un fils de son épouse Kṛtadyutī; le sage Aṅgirā le lui promis, mais à sa naissance son fils fut empoisonné par les autres épouses du roi, et ne put être ramené à la vie.

 citragu [gu] a. m. n. f. qui possède une vache à la robe tachetée — m. myth. np. de Citragu, fils de Kṛṣṇa.

 citragupta [gupta] m. myth. np. de Citragupta «aux nombreux secrets», comptable des actions [karman] des hommes au tribunal de Yama, né du corps de Brahmā; père de Bhaṭṭika, il est le patron des scribes [kāyastha]; très méticuleux, il garde trace de chaque action des êtres, pour leur examen le jour de leur jugement; un grand temple l'honore à Khajurāho; il est représenté au Prasat Thom, temple de Yama à Koh Ker (près d'Angkor).

 citrapataṃga [pataṃga] m. natu. papillon.

 citrapaddhati [paddhati] f. lit. [«trajet étonnant»] cf. turagabandha.

 citrapura [pura] n. géo. np. du monastère [maṭha] de Citrapura au Kanara (côte du Karṇāṭaka); c'est une communauté de sārasvatās; cf. Bhavānīśaṅkara.

 citrabandha [bandha] m. lit. variété de citrakāvya, où le poème est dessiné sur une image, not. de lotus [padmabandha] ou de cobra; syn. bandhacitra.

 citrabhānu [bhānu] a. m. n. f. brillant, étincelant; se dit not. du feu — m. astr. np. de Citrabhānu «Étincelant», personnalisant l'an 16 d'un cycle de vie [saṃvatsara] | hist. np. de Citrabhānu_1, père de Bāṇa_2; c'était un brahmane érudit [paṇḍita] de gotra vātsyāyana.

 citramīmāṃsā [mīmāṃsā] f. lit. np. de la Citramīmāṃsā, traité de poétique de Jagannātha_1 Paṇḍitarāja.

 citraratha [ratha] a. m. n. f. citrarathā au char resplendissant — m. myth. épith. du Soleil, Sūrya | myth. np. du roi gandharva Citraratha, épith. d'Aṅgāraparṇa «au char mis en feu (par Arjuna)»; [Mah.] après leur fuite du palais de laque, les pāṇḍavās arrivèrent à la forêt où ils tuèrent Hiḍimba et Baka_1; en longeant le Gange à la nuit, ils virent Aṅgāraparṇa qui s'y baignait avec son épouse Kumbhīnasī; le gandharva, gardien de la forêt, combattit Arjuna, qui brûla son char avec l'arme Āgneya et le fit prisonnier; sur le conseil de Yudhiṣṭhira, Arjuna le relâcha; Citraratha lui apprit alors la science de la vision extralucide [cākṣuṣīvidyā], et en retour Arjuna lui enseigna l'usage du missile Āgneya; Citraratha lui apprit qu'il descendait de Tapatī, et conseilla aux pāṇḍavās de prendre Dhaumya comme chapelain [purohita] | myth. [Mah.] np. de Citraratha_1, roi de Mārttikāvata; en se baignant dans la rivière il inspira un désir coupable à Reṇukā | myth. nom de nombreux personnages; not. père de Śaśabindu.

 citrarūpa [rūpa] a. m. n. f. citrarūpā de formes diverses; de couleurs variées.

 citralakṣaṇa [lakṣaṇa] n. lit. np. du Citralakṣaṇa, traité sur la peinture dû à Nagnajit_1.

 citralekhā [lekhā] f. myth. np. de la nymphe [apsaras] Citralekhā «Qui dessine à merveille»; elle aida Uṣā_1 à reconnaître son amant Aniruddha par un portrait qu'elle anima pour le matérialiser.

 citravadha [vadha] m. soc. exécution capitale avec torture.

 citravāhana [vāhana] m. myth. [Mah.] np. de Citravāhana «au char brillant», roi de Maṇipura, père de Citrāṅgadā.

 citraśālā [śālā] f. galerie de tableaux, salle ornée de peintures.

 citraśravas [śravas] a. m. n. f. dont la gloire est éclatante.

 citrasena [senā] m. myth. np. du roi gandharva Citrasena «à l'arme merveilleuse»; il incarne Brahmā puni par une malédiction; Sandhyā et Ratnāvalī sont ses épouses; [Mah.] quand Arjuna monta au ciel à la suite de ses austérités, il étudia le chant et la danse avec lui, et devint son ami; Arjuna le sauva d'une malédiction de Kṛṣṇa, son crachat étant tombé sur l'ascète Gālava effectuant son rite de sandhyā; lors de l'exil des pāṇḍavās, il se baignait dans un étang près de leur ermitage avec ses compagnons gandharvās, quand Duryodhana arriva à la tête d'une troupe, et leur ordonna de partir; Citrasena le fit prisonnier, et le relâcha à la demande d'Arjuna | myth. [Mah.] np. de Citrasena_1, fils de Dhṛtarāṣṭra, tué par Bhīma; cf. Ugrasena_1 | myth. np. de nombreux autres personnages.

 citrāṅgada [aṅgada] m. myth. [Mah.] np. de Citrāṅgada «au brillant bracelet», fils du roi Śāṃtanu et de Satyavatī; couronné roi de Hastināpura par son demi-frère Bhīṣma qui avait renoncé au trône; il vécut dans les plaisirs sans se soucier d'enfanter un héritier, et en fut sanctionné 3 ans plus tard par un gandharva éponyme qui le tua au combat; la couronne passa à son frère cadet Vicitravīryaf. citrāṅgadā myth. [Mah.] np. de Citrāṅgadā, princesse de Maṇipura, fille (et seule héritière [putrikā]) de Citravāhana; Arjuna l'épousa, dont elle eut pour fils Babhruvāhana.

 citrotpala [utpala] a. m. n. f. citrotpalā qui a des lotus de toutes les couleurs — f. citrotpalā géo. np. de la rivière Citrotpalā.

  citrotpalāvalambitaka [avalambitaka] m. lit. np. du Citrotpalāvalambitaka, comédie romantique de śrī Śaṅkuka, aujourd'hui perdue.
 citrotpala
citra

चित्रक citraka [citra-ka] m. peintre | natu. bot. Plumbago indica, arbuste aux fleurs rouge vif, utilisé en médecine; syn. dahanan. ifc. marqué par, caractérisé par; décoration de | marque sectaire sur le front | décoration; peinture.

चित्रिन् citrin [citra-in] a. m. n. f. citriṇī aux cheveux poivre et sel — f. citriṇī [kāmaśāstra] l'un des 4 types de femmes.

चिद् cid_1 var. cit part. cl. un, quelque, l'un des (donne un sens indéfini aux pron. interr.) || lat. quid.
kaścid m. quelqu'un, quiconque; quelque personne que ce soit.
kasmiṃścid en quelque; en n'importe; n'importe où.
na kaścid personne, aucun.
na kaścid api absolument personne.
kati cid quelques, plusieurs.
kiṃcid quelque chose, un peu, quelque.
na kiṃcid rien.
na kiṃcid api absolument rien.
yat kiṃcid une chose quelconque, quoi que ce soit.
yaḥ kaścid quiconque, n'importe qui, qui que ce soit.
kecid quelques.
kecit ... kecit ... certains ..., d'autres ...
kathaṃ cid en quelque manière.
kaccid est-ce que? peut-être? n'est-il pas vrai que?
kadā cid quelquefois, parfois; une fois, un jour.
na kadā cid jamais.
kutracid quelque part.
kvacid quelque part; parfois.
na kvacid nulle part; jamais.
kvacid ... kvacid ... tantôt ... tantôt ...

चिद् cid_2 iic. cit_2.

 cidambara [ambara] m. myth. np. de Cidambara «Pur esprit», liṅga d'Espace [ākāśa], caché derrière un rideau dans le sanctuaire [citsabhā] de Śiva-Naṭarāja; c'est le pañcabhūtasthala dédié à l'éther [ākāśa]; cf. Candramaulīśvaran. géo. np. de la ville de Cidambaram au Tamil Nadu; cf. dīkṣita.

 cidrūpa [rūpa] a. m. n. f. cidrūpā formé de pure pensée; syn. cinmayan. phil. l'Être suprême comme formé de pure pensée.
cid_2

चिन् cin iic. cit_2.

 cinmaya [maya] a. m. n. f. cinmayī phil. fait de pure pensée; [vedānta] qualifie l'univers indifférencié.

  cinmayānanda [ānanda] m. hist. np. du Svāmī Cinmayānanda «Béatitude de pure conscience», né Balakṛṣṇan Menon au Kerala (1916–1993); après une brève carrière de journaliste, où il se joignit au mouvement de lutte pour l'indépendance de l'Inde, il devint disciple du Svāmī Śivānanda; il passa 12 ans dans l'Himālaya pour suivre l'enseignement du Svāmī Tapovana Mahārāja; il prêcha ensuite le vedānta à travers le monde en établissant la «Chinmaya Mission».
 cinmaya

 cinmātra [mātra] a. m. n. f. cinmātrī phil. [vedānta] fait de pure conscience; syn. cinmaya.
cin

चिन्त् cint [relié à cit_1] v. [10] pr. (cintayati) pp. (cintita) ppr. md. (cintayāna) pfp. (cintya, cintanīya) abs. (cintayitvā, -cintya) pf. (vi, sam) penser, réfléchir, méditer; considérer; penser à, s'occuper de <acc.> || lat. sentio.
na kiṃ cid api cintayet [BhG.] On ne doit penser à rien.

चिन्तक cintaka [agt. cint] ifc. a. m. n. f. cintikā qui pense à, qui réfléchit à; qui se préoccupe de; familier avec.
sṛṣṭicintaka phil. [MU.] créationiste.

चिन्तन cintana [act. cint] n. fait de penser, réflexion; préoccupation; considération — f. cintanā id.

चिन्तयान cintayāna [ppr. md. cint] a. m. n. f. cintayānā réfléchissant, considérant.

चिन्ता cintā [act. cint] f. pensée, réflexion; méditation, rêverie | souci, préoccupation, inquiétude (à propos de <g. loc. upari>) | matière à réflexion, à examen, à suspicion — m. cinta ifc. préoccupé par <iic.>.
cintām dhā penser à, être préoccupé de <loc.>.
cintā māstu ne vous en faites pas.
cintā kuru ne vous inquiétez pas.

 cintākavi [kavi] m. lit. catégorie de poète utilisant la réflexion.

 cintāmaṇi [maṇi] m. variété de joyau fabuleux, qui change d'aspect suivant les pensées de son possesseur | myth. np. du Cintāmaṇi «Miroir des pensées», joyau fabuleux qui exhauce tous les vœux de son possesseur; il appartient à Brahmā | hist. np. du nāthayogin Cintāmaṇi_1, auteur de la Haṭhayogapradīpikā; il prit le nom religieux de Svātmārāma; on l'honora du titre de yogīndra | lit. [Vāsavadattā] np. du roi Cintāmaṇi_2 de Kusumapura, père de Kandarpaketu_1 — ifc. lit. «trésor de», nom d'ouvrages; cf. Tattvacintāmaṇi.
cintāmaṇiparityajyakācamaṇigrahaṇanyāya [«maxime d'abandon du joyau magique Cintāmaṇi pour un morceau de quartz»] lâcher la proie pour l'ombre.

 cintāratna [ratna] n. joyau exauçant les désirs; syn. cintāmaṇi — pp. (cintāratnāyita) (impres.) représenté comme un joyau exauçant les désirs.
cintā

चिन्तित cintita [pp. cint] a. m. n. f. cintitā pensé, médité, imaginé | à quoi l'on a réfléchi; investigué; trouvé — n. intention.

चिन्त्य cintya [pfp. [1] cint] a. m. n. f. cintyā qui doit être médité, qui mérite réflexion; qui peut se concevoir | sujet à caution, contestable — n. nécessité de penser à <g.>.

चिर cira a. m. n. f. cirā long (temps), qui dure depuis longtemps.
ciram adv. longtemps.
cirasya adv. après un long temps.
cireṇa adv. longtemps.
cirāt adv. depuis longtemps; à la longue, enfin.
cirāt dṛśyate voici longtemps qu'on ne s'est vu.

 cirakāla [kāla_1] a. m. n. f. cirakālā antique — acc. cirakālam adv. pendant longtemps — abl. cirakālāt adv. compte tenu de l'ancienneté — dat. cirakālāya adv. pour longtemps.

 cirajīvin [jīvin] a. m. n. f. cirajīvinī cf. ciraṃjīvin.

 ciratama [-tama] a. m. n. f. ciratamā super. le plus étendu (temps); le plus lent.
ciratamena plus lentement.

 ciratara [-tara] a. m. n. f. ciratarā compar. plus long (temps); très lent.
cirataram pendant très longtemps.
ciratareṇa plus lentement.

 ciratā [-tā] f. longue durée.

 ciranavīna [navīna] a. m. n. f. ciranavīnā éternellement jeune.

 cirāyus [āyus] a. m. n. f. qui a une longue vie — m. corbeau.
cira

चिरम् ciram [acc. cira] iic.

 ciraṃjīvin [jīvin] a. m. n. f. ciraṃjīvinī qui vit longtemps; éternel | soc. destiné à une longue vie (employé pour souhaiter longue vie au jeune marié lors du rite de mariage) | myth. épith. de Viṣṇu, de Vyāsa ou de Mārkaṇḍeya; aussi Jāmbavān | myth. l'un des 7 immortels: Aśvatthāmā, Bali, Vyāsa, Hanumān, Vibhīṣaṇa, Kṛpācārya, et Paraśurāma; ils seront les saptarṣi du 8e manvantara | corbeau (symbole de longévité).
ciram

चिल्ल cilla a. m. n. f. cillā chassieux — m. natu. zoo. milan noir, faucon pèlerin.
bandhanabhraṣṭaḥ gṛhakapotaścillāyā mukhe patitaḥ [«comme la colombe qui n'échappe à la captivité que pour être la proie du faucon»] tombé de Charybde en Scylla.

चिल्लि cilli [cilla] m. natu. faucon, oiseau de proie.

चिह्न cihna n. marque, timbre; signe, caractéristique, symptôme | bannière, enseigne — f. cihnā ifc. signe de (forme des signatures).

चीत् cīt [onomatopée] iic. brrr, pschitt, boum.

 cītkāra [kāra] m. bruit, cris.
cīt

चीन cīna var. cīṇa m. plomb | pl. cīnās géo. les chinois; la Chine.

 cīnapaṭṭa [paṭṭa] m. soie de Chine (opp. soie indienne [kauśeya]).

 cīnapiṣṭa [piṣṭa] n. minium.

 cīnāṃśuka [aṃśuka] n. [«tissu chinois»] soie.
cīna

चीनक cīnaka [cīna-ka] m. pl. géo. les chinois.

चीर cīra [ci-ra] n. vêtement végétal ou fait d'écorce, pour un renonçant ou un brahmacārin.

चीर्ण cīrṇa [pp. car] a. m. n. f. cīrṇā pratiqué, observé (vœu, austérité) — n. conduite.

चीवर cīvara n. bd. vêtement du moine; cf. tricīvara | haillons.

चुञ्चु cuñcu [relié à cañcu] a. m. n. f. ifc. réputé pour — m. myth. np. du roi Cuñcu «Fameux», de la lignée solaire [sūryavaṃśa], fils de Rohitāśva; Sudeva est son fils.
vidyācuñcu réputé pour son savoir.

चुद् cud v. [1] pr. (codati) pp. (cudita) pf. (pra, sam) véd. offrir — ca. (codayati) ppr. (codayat) inciter, exciter, pousser; presser, solliciter.
codayāt (bénédictif) puisse-t-il inciter.

चुम्ब् cumb v. [1] pr. (cumbati) pp. (cumbita) pf. (pari) baiser, embrasser.

चुम्ब cumba [act. cumb] m. baiser, embrassade.

चुम्बक cumbaka [agt. cumb] a. m. n. f. cumbakā qui embrasse beaucoup — m. aimant.
cumbakeya a. m. n. magnétique.

 cumbakamaṇi [maṇi] m. pierre aimantée.
cumbaka

चुम्बन cumbana [act. cumb] n. baiser.

चुम्बित cumbita [pp. cumb] a. m. n. f. cumbitā embrassé.

चुम्बिन् cumbin [agt. cumb] ifc. a. m. n. f. cumbinī qui embrasse | occupé à.

चुर् cur v. [10] pr. (corayati) v. [1] pr. (corati) aor. [3] (acūcurat) pp. (corita) voler, dérober à, piller | faire disparaître || romani chouraver.

चुरादि curādi [(cur)-ādi] m. gram. [«qui commence par cur»] qualifie la dixième classe [gaṇa] du présent des verbes; son marqueur caractéristique [vikaraṇa_2] est ṇic.

चुलुक culuka m. n. main creusée pour boire de l'eau | myth. np. du roi Culuka, fondateur présumé de la dynastie Caulukya.
culukaṃ jalasya kal boire une gorgée d'eau.

चूडा cūḍā f. touffe de cheveux au sommet du crâne, houppe, crête | soc. mèche réservée lors de la tonsure d'un brāhmaṇa, not. lors de l'upanayana ou du deuil; syn. śikhā || hi. curkī, cuṭiyā.

 cūḍākaraṇa [karaṇa] n. soc. tonsure (préservant la cūḍā); not. saṃskāra de première tonsure d'un enfant, dans sa 3 ème année; syn. cūḍākarman, caula.

 cūḍākarman [karman] n. cf. cūḍākaraṇa.

 cūḍāmaṇi [maṇi] m. joyau porté au sommet de la tête | astr. conjonction favorable du soleil et de la lune (éclipse solaire un dimanche ou éclipse lunaire un lundi) — ifc. (au fig.) meilleur des, fleuron de, couronnement de | soc. np. de Cūḍāmaṇi, titre honorifique d'érudit; cf. Janakīnātha Bhaṭṭācārya.

 cūḍāla [-la] a. m. n. f. cūḍālā qui porte la mèche [cūḍā].

 cūḍāvat [-vat] a. m. n. f. cūḍāvatī qui porte la mèche [cūḍā]; syn. cūḍāla | jeune garçon.

 cūḍin [-in] a. m. n. f. cūḍinī qui porte la mèche [cūḍā].
cūḍā

चूत cūta m. natu. bot. Mangifera indica, manguier.

 cūtavṛkṣa [vṛkṣa] m. manguier.
cūta

चूर्ण cūrṇa m. n. poudre; poussière; farine; poudre de bois de santal | craie; poudre de calcaire utilisée pour le confectionnement du bétel [tāmbūla] | plâtre — v. [11] pr. (cūrṇayati) pp. (cūrṇita) réduire en poudre, pulvériser.
cūrṇīkṛ réduire en poudre, pulvériser, écraser.
cūrṇīkṛta pulvérisé.

 cūrṇavṛddha [vṛddha] m. lit. [Mṛcchakaṭikā] np. de Cūrṇavṛddha, ami de Cārudatta.

 cūrṇaśas [-śas] adv. en poudre.
cūrṇaśaḥ kṛ réduire en poudre.
cūrṇa

चूर्णि cūrṇi [f. cūrṇa] f. gram. analyse scholastique se noyant dans les détails, coupage de cheveux en 4 | var. cūrṇī id.

चूला cūlā f. cf. cūḍā.

चूलिन् cūlin [cūlā-in] a. m. n. f. cūlinī qui porte la mèche [cūḍā] | qui porte une crête; dont la couronne est ornée — m. myth. [Rām.] np. du ṛṣi Cūlī; la gandharvī Somadā lui était très dévouée; par la pensée il la féconda pour donner naissance au sage Brahmadatta.

चूष् cūṣ v. [1] pr. (cūṣati) pp. (cūṣita) pfp. (cūṣaṇīya, coṣya) sucer; aspirer; assécher || ang. suck.

चेट ceṭa m. f. ceṭī serviteur; esclave.

चेत् cet_1 [ca. cit_1] v. [10] pr. (cetayati) faire remarquer, faire percevoir; rappeler; instruire — pr. md. (cetayate) penser, réfléchir, comprendre; connaître, savoir.

चेत् cet_2 iic. ced.

चेतक cetaka [agt. cit_1] a. m. n. f. cetakī qui donne à penser, évocateur; qui fait penser; doué de pensée — m. hist. np. de Cetaka «Stratège», chef du clan Licchavi; il régnait à Vaiśālī_1 au Bihāra au 5e siècle ant., et combattit Ajātaśatruf. cetakī natu. bot. Jasminim grandiflorum, jasmin; syn. mālatī | lit. [poétique] l'odeur de la fleur de jasmin [cetakī] évoque l'être aimé.

चेतन cetana [agt. cit_1] a. m. n. f. cetanī conscient, sensible, sensé, intelligent — m. homme intelligent | esprit, pensée, conscience — act. n. intelligence, âme — f. cetanā conscience, sensibilité; compréhension, intelligence.
cetanībhū prendre conscience de.

 cetanatva [-tva] n. sensibilité, état conscient.
cetana

चेतय cetaya [agt. ca. cit_1] a. m. n. f. cetayā qui fait percevoir | sensible | qui ramène à la vie.

चेतस् cetas [abstr. cit_1] n. conscience, esprit, cœur, sagesse, pensée.

चेद् ced var. cet_2 [ca] conj. cl. si, pourvu que, au cas où (ce qui précède).
atha ced mais si.
na ced sinon, afin que ne ... pas.
yadi ced si.

चेदि cedi m. géo. np. d'un pays au sud de la Yamunā (mod. Bundelkhand); Śuktimatī était sa capitale | myth. np. de Cedi, ancêtre fondateur d'une dynastie royale [saṃvat] (vers 249) | pl. cedayas son peuple, les Cedayas; cf. Uparicara, Damaghoṣa, Dhṛṣṭaketu, Śiśupāla, Subāhu_2.

चेल cela m. vêtement | (au fig.) apparence — ifc. un semblant de, un piètre.

चेष्ट् ceṣṭ v. [1] pr. (ceṣṭati) pr. md. (ceṣṭate) aor. [5] (aceṣṭīt) aor. [3] (aciceṣṭat) pp. (ceṣṭita) pfp. (ceṣṭavya) pf. (vi) gesticuler, remuer, s'agiter — ca. (ceṣṭayati) mettre en branle, exciter; exhorter.

चेष्ट ceṣṭa [agt. ceṣṭ] m. sorte de poisson — act. n. f. ceṣṭā geste; mouvement, effort, activité; exécution, conduite || lat. gestus; ang. gesture; fr. geste.

चेष्टक ceṣṭaka [agt. ceṣṭ] a. m. n. f. ceṣṭikā qui fait des efforts.

चेष्टन ceṣṭana [act. ceṣṭ] n. effort; agitation; déplacement — agt. a. m. n. f. ceṣṭanā qui s'agite.

चेष्टित ceṣṭita [pp. ceṣṭ] a. m. n. f. ceṣṭitā mis en mouvement — n. mouvement, effort, action; manière d'agir.
loke gurutvam viparītāṃ svaceṣṭitānyeva naraṃ nayanti Ce sont ses propres actes qui mènent l'homme à une haute position dans le monde ou bien à l'adversité.

चैतन्य caitanya [vr. cetana-ya] n. esprit, conscience, sensation | phil. [yoga] conscience éternelle, spiritualité | phil. [vaiśeṣika] conscience du monde sensible — m. soc. titre de novice [brahmacārin] de l'ordre Bhāratī | phil. np. de Kṛṣṇa Caitanya «Conscience de Kṛṣṇa» (1486–1533), mystique vaiṣṇava, né Viśvambhara Miśra fils de Jagannātha_2 à Māyāpura près de Navadvīpa au nord du Gange au Bengale; sa mère Sacī Devī l'appelait Nīmāya; il fut un expert de sanskrit et de rhétorique [paṇḍita] très jeune, et forma de nombreux élèves; il se maria à l'âge de 15 ans; à la suite d'une expérience extatique en 1509, il fut initié par Keśava_1, moine de l'ordre Bhāratī de Śaṅkara_1, mais suivit une doctrine proche de celle de Rāmānuja; il prêcha la dévotion [bhakti] à Kṛṣṇa par le chant dévotionnel [kīrtana], la récitation du mahāmantra et la danse extatique; il était d'une beauté éclatante [Gaurāṅga]; il se retira comme sannyāsin à Purī en 1515; il représente Kṛṣṇa réincarné comme Son propre disciple, et il est vénéré comme Mahāprabhu; on le représente dans une pose de danse extatique, les bras levés au ciel; Viśvarūpa_2 était son frère aîné; Nityānanda fut son ami et disciple; cf. Gauracandra, Prabhupāda, Śikṣāṣṭaka.

 caitanyacaritāmṛta [caritāmṛta] n. lit. np. du Caitanyacaritāmṛta «Vie de Caitanya», par Kṛṣṇadāsa (bengali, 1581).

 caitanyabhāgavata [bhāgavata] m. lit. np. du Caitanyabhāgavata, biographie de Caitanya.

 caitanyasvarūpa [svarūpa] n. phil. état conscient.
caitanya

चैत्य caitya_1 [vr. cit_2-ya] m. âme individuelle.

चैत्य caitya_2 [vr. citā-ya] m. n. monument funéraire; chapelle annexe d'un temple | soc. objet de culte; arbre sacré; pierre sacrée | bd. sanctuaire | jn. représentation [mūrti] d'un saint [jina].

 caityaka [-ka] m. myth. [Mah.] np. de Caityaka «Sanctuaire», l'une des 5 collines entourant la ville de Girivraja; elle portait un sanctuaire où l'on frappait trois tambours faits avec la peau de rākṣasās; c'est par là qu'arrivèrent Kṛṣṇa, Arjuna et Bhīma lorsqu'ils attaquèrent Jarāsandha.

 caityavandana [vandana] n. soc. vénération des icônes et des temples.
caitya_2

चैत्र caitra [vr. citrā] m. mois de Citrā (mars-avril); il débute l'année lunaire | soc. moine errant bd. ou jaïne | nom d'homme commun; «Untel» | soc. patr. Caitra «Fils de Citrā»; np. d'un fils de Buddhaf. caitrī soc. sa pleine lune; on y pratique un pākayajña; c'est le jour d'anniversaire [jayantī_2] de Hanumān.

चैत्ररथ caitraratha [vr. citraratha] m. myth. np. de Caitraratha «fruit du travail de Citraratha», merveilleux jardin de Kubera sur le Mont Mandara; son jardinier en est Citraratha.

चैल caila [vr. cela] a. m. n. f. cailā fait de tissu | [«élevé dans un cocon»] papillon, insecte — n. pièce de tissu; vêtement — f. cailā ifc. vêtu de <iic.>.

चोच coca n. écorce, not. de cannelle.

चोड coḍa [relié à cūḍā] m. prince des Coḍās | pl. géo. np. du peuple des Coḍās.

चोद् cod [ca. cud] v. [10] pr. (codayati) inciter, exciter, pousser; presser, solliciter.

चोद coda [agt. cud] a. m. n. f. codā qui anime, qui inspire, qui incite.

 codagaṅga [gaṅgā] m. hist. np. du roi Codagaṅga «Exalté par le Gange»; cf. Anantavarmā.
coda

चोदन codana [agt. cud] a. m. n. f. codanī qui oblige — act. n. injonction, règle — f. cf. codanā

चोदना codanā [f. codana] f. injonction, règle.

 codanālakṣaṇa [lakṣaṇa] a. m. n. f. codanālakṣaṇā phil. borné par des règles (se dit not. du dharma).
codanā

चोदित codita [pp. ca. cud] a. m. n. f. coditā enjoint, incité; invité; ordonné | informé; dont on s'est informé.

चोर cora [agt. cur] m. f. corī voleur; plagiaire.

 corabhaya [bhaya] n. peur des voleurs.
cora

चोरित corita [pp. cur] a. m. n. f. coritā volé, dérobé — n. vol.

 coritaka [-ka] n. bien dérobé — m. petit voleur.
corita

चोल cola m. blouse, veste | pl. colās nom du peuple des Colās de la côte du Coromandel [colamaṇḍala]; dynastie royale ancienne de la vallée de la Kāverī, gouvernant une grande partie de l'Inde du Sud du 9e au 13e siècle; leur capitale était Thanjavur; cf. Rājarāja_1.

 colamaṇḍala [maṇḍala] m. n. géo. pays Cola, sur la côte Sud du Coromandel || topo. Coromandel.
cola

चौड cauḍa var. caula [vr. cūḍā] n. soc. saṃskāra de tonsure d'un enfant; cf. cūḍākaraṇa.

चौर caura [agt. cur] m. voleur, brigand; escroc, usurpateur, plagiaire — f. caurī voleuse.

 caurapañcāśikā [pañcāśikā] f. lit. np. de la Caurapañcāśikā «50 stances du voleur», poème érotique de Bilhaṇa.

 cauravidyā [vidyā] f. science du vol, l'un des 64 arts [kalā].

 cauravīra [vīra] m. pl. cauravīrās pègre.
caura

चौरक cauraka [agt. cur] m. voleur — f. caurikā voleuse.

चौर्य caurya [caura-ya] n. tricherie, vol.

 cauryarata [rata] n. plaisir sexuel illicite.

 cauryavidyā [vidyā] f. art du vol | lit. np. du Cauryavidyā, traité de l'art du vol, attribué à Yogācārya, qui le tenait de Kārttikeya.

 cauryavṛtti [vṛtti] a. m. n. f. qui a l'habitude de voler; qui vit du vol — f. pratique du vol.

 cauryaśāstra [śāstra] n. science du vol; cf. Ṣaṇmukhakalpa.
caurya

चौल caula cf. cauḍa.

चौलुक्य caulukya [vr. culuka-ya] m. np. de la dynastie Caulukya «Descendant du roi Culuka»; elle régnait au Gurjara; cf. Kumārapāla, Siddharāja.

च्यवन cyavana [agt. cyu] a. m. n. f. cyavanā tombé; qui fait tomber; qui secoue; qui aide à accoucher — m. myth. véd. np. du sage [ṛṣi] Cyavana ou Cyavāna «Prématuré», fils de Bhṛgu, né dans la forêt après l'enlèvement de sa mère Pulomā_2 par le démon Pulomā_1; il pratiqua très jeune de grandes austérités, et son corps immobile fut recouvert de terre et de végétation; lorsqu'il fut très vieux, le roi Śaryāti vint un jour pique-niquer avec sa famille dans la forêt; sa fille, la jolie Sukanyā, alla avec ses amis sur le tertre où il était enterré, et dont émanait une radiance étrange; Sukanyā creusa par curiosité, et la voix de Cyavana lui ordonna d'arrêter, mais elle continua, vit deux points brillants, et leur enfonça des épines, aveuglant le sage; Cyavana, en proie à de grandes souffrances, continua son ascèse sans maudire Sukanyā, mais cette injustice provoqua de grands malheurs dans le pays; ni homme ni bête ne pouvait plus déféquer ni uriner; pour faire cesser ces désordres, le roi Śaryāti mena une enquête, et Sukanyā avoua sa mauvaise action; Śaryāti vint se prosterner devant le sage, et lui demanda son pardon; le sage, décrépit, laid et aveugle, demanda la main de la belle, au désespoir du roi qui dut accepter; Sukanyā devint une épouse dévouée à son vieux mari; en ce temps là Indra avait interdit aux Aśvinau de boire le soma [somapāna]; ceux ci rencontrèrent Sukanyā, furent éblouis pas sa beauté, et lui proposèrent de quitter Cyavana pour épouser l'un d'entre eux; sur son refus indigné, ils lui expliquèrent qu'ils étaient médecins divins et pouvaient préparer un bain de jouvence qui rendrait Cyavana aussi jeune et désirable qu'eux, pourvu qu'en fin de compte elle choisisse entre eux trois; ils plongèrent avec le vieil ermite dans la rivière, et revinrent comme des triplets identiques, jeunes et désirables; en priant la Déesse de lui faire choisir son vrai mari, Sukanyā identifia correctement Cyavana; celui-ci remerçia les Aśvinau en forçant Indra à les autoriser à participer à une cérémonie du soma à laquelle il invita tous les dieux; lorsqu'Indra brandit son vajra il le paralysa, et tira du feu sacrificiel un démon Mada capable de tuer tous les dieux; ceux-ci s'enfuirent, et Indra paralysé dut se rendre et s'excuser; Cyavana déchira Mada en 4 démons de possession: le Jeu, la Chasse, l'Alcool et les Femmes; Pramati est le fils de Cyavana et Sukanyā; Cyavana est aussi père d'Aurva par Āruṣī, fille de Manu; cf. Kekaralohitan. mouvement; descente | jn. chute de l'existence divine à la condition humaine | bd. mort — ifc. chute de; privation de.

च्यवान cyavāna [ppr. cyu] a. m. n. f. cyavānā véd. qui se déplace; actif — m. myth. np. de Cyavāna, fils de Bhṛgu; cf. Cyavana.

च्यु cyu v. [1] pr. md. (cyavate) v. [1] pr. (cyavati) pp. (cyuta) chanceler, tomber, déchoir; s'éloigner, disparaître, échouer.

च्युत cyuta [pp. cyu] a. m. n. f. cyutā tombé, déchu; révolu; expulsé; privé de <abl.> | arrivé à terme (se dit d'un fruit qui tombe de l'arbre à maturité).

च्लि cli nota. gram. modificateur [vikaraṇa_2] de formation générique de l'aoriste, à substituer par sic, ksa, caṅ, aṅ ou ciṇ.

च्वि cvi nota. gram. formes inchoatives en ou utilisées comme préfixe verbal des auxiliaires kṛ_1, bhū_1, et (rarement) as_1.

 ch

छटा chaṭā f. agglomérat; masse.

छत्त्र chattra [instr. chad_1] n. ombrelle, parapluie; parasol (insigne de royauté, symbolisant la protection du peuple) | var. chatra id.
chattrīkṛ utiliser comme parasol.
chatropānahapriyaḥ [Mah.] (Un élève) qui chérit l'ombrelle et les chaussures.

 chattrapati [pati] m. soc. officier tenant le parasol royal | hist. np. de Chattrapati «Maître du parasol», titre royal; not. titre du roi marathe Chattrapati Śivajī à son couronnement en 1674.

 chattravat [-vat] a. m. n. f. chattravatī muni d'un parasol.

 chattrasāla [śāla] m. hist. np. de Mahārāja Chattrasāla (1649–1731), qui combattit Aurangzeb et établit un royaume indépendant au Bundelkhand; son palais est à Dhubela, près de Khajurāho; Sabhāsiṃha est son fils.

 chattrin [-in] a. m. n. f. chattriṇī équipé d'un parasol — m. arch. pavillon surmonté d'un dôme, utilisé comme élément décoratif d'un palais, d'un temple ou d'un cénotaphe | géo. cénotaphe de prince, not. au Rajasthan | jn. cénotaphe honorant un supérieur [bhaṭṭāraka].
chattra

छद् chad_1 v. [1] pr. (chadati) pp. (channa) pf. (ā, pari, pra, sam) ca. (chādayati) couvrir, envelopper; cacher, tenir secret.

छद् chad_2 [agt. chad_1] ifc. a. m. n. f. qui cache.

छद chada [agt. chad_1] a. m. n. f. chadā qui couvre — m. couverture; aile; feuille — n. plumage.

छदन chadana [act. chad_1] n. voile, couverture.

छदि chadi [agt. chad_1] ifc. a. m. n. f. qui couvre; qui fait toit.
navacchadi qui a 9 toits.

छदिन् chadin [agt. chad_1] ifc. a. m. n. f. chadinī qui couvre.

छदिस् chadis [abstr. chad_1] n. toit, toiture; chaume.

छद्म chadma iic. chadman.

 chadmatāpasa [tāpasa] m. prétendu ascète.

 chadmarūpin [rūpin] ifc. a. m. n. f. chadmarūpiṇī déguisé en.

 chadmarūpeṇa [rūpa] i. adv. incognito; sous un déguisement.
chadma

छद्मन् chadman [chad_1-man] n. déguisement; masque | prétexte; tromperie, tricherie; trahison, traîtrise, perfidie — ifc. déguisé en.
tāpasacchadmanaḥ déguisés en ascètes.

छद्मिन् chadmin [chad_1-min] ifc. a. m. n. f. chadminī déguisé en.

छन्द् chand v. [1] pr. (chandati) pp. (chandita) pf. (upa) plaire à <dat. acc.>, contenter — ca. (chandayati) être favorable à, gratifier qqn. <acc.> de <i.>.

छन्द chanda [act. chand] m. intention, désir, volonté; plaisir, prédilection; caprice.

 chandatas [-tas] adv. suivant son désir, selon son intention; à volonté | selon la volonté de <g.>.
chandataḥ kriyā action suivant son bon plaisir.
chanda

छन्दन chandana [agt. chand] a. m. n. f. chandanā plaisant, charmant.

छन्दस् chandas [abstr. chand] n. désir, volonté | hymne védique, mètre; on distingue les mètres védiques, basés sur l'alternance de syllabes longues ou brèves [akṣaravṛttā], et ceux basés basés sur l'alternance de voyelles longues ou brèves [mātrāvṛttā], utilisés seulement en sanskrit classique | phil. la métrique ou prosodie, un des 6 traités annexes du Veda [vedāṅga] | gram. langue védique (opp. bhāṣā) | mus. harmonie rythmique.
chandasi gram. dans la littérature védique.
chandaḥ padau tu vedasya [Pāṇinīyaśikṣā] Le mètre donne ses jambes au Veda.

 chandaḥśāstra [śāstra] n. phil. prosodie | lit. np. du Chandaḥśāstra ou Piṅgalachandaḥsūtra, ouvrage de prosodie attribué à Piṅgala_2 (3e siècle ant.); aussi texte plus récent (6e siècle) de Jayadeva_1.
yamātārājabhānasalagām math. [Chandaḥśāstra] sūtra mnémotechnique représentant tous les triplets de syllabes brèves et longues [gaṇa] (suite B (2,3) de N. de Bruijn).

 chandaḥsūtra [sūtra] n. lit. np. du Chandaḥsūtra de Piṅgala_2.

 chandoga [ga_2] m. soc. chantre d'hymnes.

 chandojñāna [jñāna] n. la métrique [chandojñāna], l'un des 64 arts [kalā].

 chandonuśāsana [anuśāsana] n. lit. np. du Chandonuśāsana, recueil encyclopédique de mètres dû à Hemacandra.

 chandobhaṅga [bhaṅga] m. phon. non adéquation au mètre.
chandobhaṅgavat qui commet une erreur de prosodie.

 chandomāṇikya [māṇikya] n. lit. np. du Chandomāṇikya, ouvrage de prosodie dû à Tathāgatadāsa (11e siècle).

 chandoratnākara [ratnākara] m. lit. np. du Chandoratnākara, ouvrage de prosodie de Ratnākaraśānti, améliorant le Chandaḥśāstra de Jayadeva_1.

 chandovallari [vallarī] f. lit. np. de la Chandovallarī, ouvrage de prosodie sanskrite en anglais de Sampadānanda Miśra (1999).

 chandovid [vid_3] a. m. n. f. spécialiste de prosodie.
chandas

छन्दस्य chandasya [chandas-ya] a. m. n. f. chandasyā concernant les hymnes | selon son propre désir — n. phil. le Monde [«créé par le libre désir (de la divinité)»] — f. chandasyā soc. nom d'une brique rituelle [iṣṭakā].

छन्न channa [pp. chad_1] a. m. n. f. channā couvert, recouvert | obscurci; dissimulé, déguisé; caché; secret, clandestin; passé inaperçu (par <dat.>).
channam var. channe adv. secrètement.

छर्दि chardi [abstr. chṛd] f. méd. vomissement.

छल chala n. fraude, tromperie; feinte, astuce; fiction, semblant; déguisement | sorcellerie — v. [11] pr. (chalayati) pp. (chalita) tromper, tricher, feindre.

छलित chalita [pp. chala] a. m. n. f. chalitā trompé, abusé.

छलितक chalitaka m. hist. np. de Chalitaka, architecte de temples.

 chalitakayoga [yoga] m. pl. chalitakayogās l'art de jouer des tours de magie, l'un des 64 arts [kalā].
chalitaka

छवि chavi f. peau | couleur de peau; beauté, splendeur | chavī peau; dépouille.

छाग chāga m. natu. zoo. bouc — f. chāgā var. chāgī natu. chèvre.

छात्त्र chāttra [vr. chattra] m. [«hébergé»] élève, étudiant (not. pensionnaire) | var. chātra id.

 chāttrin [-in] m. f. chāttriṇī élève.
chāttra

छात्त्रि chāttri iic. chāttrin.

 chāttriśālā [śālā] f. salle de classes; école.
chāttri

छाद् chād [ca. chad_1] v. [10] pr. (chādayati) pp. (chādita) couvrir, envelopper; habiller; cacher, tenir secret.

छादन chādana [agt. ca. chad_1] a. m. n. f. chādanā qui couvre; qui dissimule — m. voile, couverture; peau.

छादित chādita [pp. ca. chad_1] a. m. n. f. chāditā caché, dissimulé.

छादिषेय chādiṣeya [vr. chadis-eya] a. m. n. f. chādiṣeyā (chaume, palmes) servant à faire une toiture.

छान्दस chāndasa [vr. chandas-a] a. m. n. f. chāndasā relatif au Veda; expert en Veda | védique; archaïque | relatif au mètre; érudit en métrique.

छान्दोग्य chāndogya [vr. chandoga-ya] a. m. n. f. chāndogyā soc. relatif aux chantres liturgiques.

 chāndogyopaniṣad [upaniṣad] f. lit. np. de la Chāndogyā, leçon philosophique [upaniṣad] majeure, composée vers-500; elle est rattachée au Jaiminīya brāhmaṇa du Sāmaveda.
chāndogya

छाय chāya a. m. n. f. chāyā qui projette une ombre | phil. [tantr.] qui émet une influence — m. ifc. ombre, reflet; réflexion; apparence; couleur, teint (de) — n. ifc. grande quantité de — f. cf. chāyā.
khaḍgacchāya n. troupeau de rhinocéros.

छाया chāyā [f. chāya] f. ombre, reflet; réflexion; apparence; couleur, teint (de) | myth. np. de Chāyā «l'Ombre», servante du Soleil Sūrya, substituée par Sañjñā pour lui servir d'épouse; elle est mère de Saturne (Śani), de Manu-Sāvarṇa et de la rivière Tapatī; jaloux d'être délaissé à leur profit, Yama leva le pied vers elle, et elle le maudit, ce qui la démasqua et incita Sūrya à rechercher Sañjñā.

 chāyācchidra [chidra] n. phil. [Netratantra] faiblesse permettant la possession par un esprit.

 chāyāpatha [patha] m. astr. Voie lactée; syn. mandākinī, rasā.

 chāyāpuruṣa [puruṣa] m. gnomon.

 chāyāvṛkṣa [vṛkṣa] m. arbre qui donne de l'ombre.

 chāyāvyākhyā [vyākhyā_2] f. lit. np. de la Chāyāvyākhyā, commentaire du Yogasūtra dû à Nāgeśa.
chāyā

छिद् chid_1 v. [7] pr. (chinatti) pr. md. (chintte) fut. (chetsyati) aor. [4] (acchaitsīt) aor. md. [4] (acchitta) inf. (chettum) pp. (chinna) pfp. (chedya) pf. (ava, ā, ut, pari, vi) découper; fendre, briser; couper, trancher — ca. (chedayati) couper; faire couper || lat. scindo; all. scheiden; fr. scinder.

छिद् chid_2 [agt. chid_1] ifc. a. m. n. f. qui coupe; qui détruit — m. math. diviseur; dénominateur.

छिद्र chidra [chid_1-ra] a. m. n. f. chidrā déchiré, fendu, incisé; percé, troué; qui fuit — n. trou, fente, ouverture; fuite | ouverture du corps (il y en a 9, syn. randhra) | math. symb. le nombre 9 | défaut, infirmité; lacune, point faible — v. [11] pr. (chidrayati) perforer.
chidraṃ donner accès à.

 chidrānveṣin [anveṣin] a. m. n. f. chidrānveṣiṇī qui cherche les points faibles; syn. randhrānveṣin.
chidra

छिन्न chinna [pp. chid_1] a. m. n. f. chinnā coupé, tranché; brisé; perforé; interrompu, troublé — ifc. limité par.
kiṃ chinnam qu'est ce qui nous arrête?

 chinnakeśa [keśa] a. m. n. f. chinnakeśā qui a les cheveux coupés.

 chinnamastā [masta] f. phil. [tantr.] np. de la yoginī Chinnamastā «Décapitée», l'une des 10 puissances [mahāvidyā] de la Déesse [Śakti]; on la représente debout sur Rati copulant avec Kāma; de sa tête coupée jaillit le sang, bu par des yoginī.
chinna

छुर् chur ca. (churayati) pp. (churita) joncher; saupoudrer; enduire.

छुरिका churikā [churī-ka] f. dague, couteau sacrificiel

छुरित churita [pp. ca. chur] a. m. n. f. churitā jonché; saupoudré; garni de <i. iic.> | mélangé.

छुरी churī [kṣurī] f. dague, couteau

छृद् chṛd v. [7] pr. (chṛṇatti) v. [1] pr. (chardati) ca. (chardayati) vomir.

छेक cheka a. m. n. f. chekā habile, malin, rusé | domestiqué.

 chekokti [ukti] f. lit. langage indirect ou ambigu; sous-entendu; paroles à double sens.
cheka

छेत्तृ chettṛ [agt. chid_1] a. m. n. f. chettrī coupeur, élagueur; bûcheron | qui décide; écarteur de <g.>.

छेद् ched [ca. chid_1] v. [10] pr. (chedayati) couper; faire couper.

छेद cheda [agt. chid_1] a. m. n. f. chedā ifc. qui coupe, qui découpe — act. m. découpage, section, portion; incision; éclat | fente, fissure, ouverture | gram. découpage en syllabes ou en mots, segmentation; cf. viccheda | math. diviseur; dénominateur | interruption, arrêt.

छेदक chedaka [agt. chid_1] ifc. a. m. n. f. chedikā qui coupe, qui découpe — m. math. dénominateur d'une fraction.

छेदन chedana [act. chid_1] n. découpage; section, partage; fait de couper | instrument coupant — ifc. section de; destruction de; suppression de.

छेदनीय chedanīya [pfp. [2] chid_1] a. m. n. f. chedanīyā à découper; à diviser.

छेदित chedita [pp. ca. chid_1] a. m. n. f. cheditā coupé; divisé.

छेदितव्य cheditavya [pfp. [3] chid_1] a. m. n. f. cheditavyā à découper; à diviser.

छेदिन् chedin [agt. chid_1] ifc. a. m. n. f. chedinī qui coupe, qui brise, qui retranche, qui supprime.

छेद्य chedya [pfp. [1] chid_1] a. m. n. f. chedyā à découper; à mutiler — n. découpage; fait de déchirer avec les dents ou les ongles.

Next page

Le chameau Ocaml
Top | Index | Stemmer | Grammar | Sandhi | Reader | Help | Portal
© Gérard Huet 1994-2017
Logo Inria