Previous page
 ś

śa nota. gram. modificateur [vikaraṇa_2] de formation du présent de gaṇa 6 [tudādi], thématique sans affixe à degré réduit.

॰श -śa (pour śaya) étendu sur | à qui appartient, en qui est.

शंयु śaṃyu [śam_1-yu] a. m. n. f. bénéfique, bienveillant | myth. np. de Śaṃyu «Bienveillant», fils de Bṛhaspati et Tārā; il préside au sacrifice véd.; on le dit parfois père d'Agni.

शंस् śaṃs v. [1] pr. (śaṃsati) pft. (śaśaṃsa) pp. (śasta) pfp. (śaṃsya, śasya, śastavya) pf. (ā, pra) indiquer, montrer | raconter, dire; proclamer, révéler; prononcer (not. un serment) | véd. réciter (comme hotṛ) | louer, célébrer — ca. (śaṃsayati) pp. (śaṃsita) id. || lat. carmen.

शंस śaṃsa [act. śaṃs] m. récitation; proclamation | véd. not. récitation du Ṛgveda | incantation; invocation; promesse, vœu; imprécation; bénédiction, malédiction — f. śaṃsā éloge; eulogie; annonce, proclamation; énonciation.

शंसित śaṃsita [pp. ca. śaṃs] a. m. n. f. śaṃsitā déclaré, dit; célébré, loué.

शंसिन् śaṃsin [agt. śaṃs] a. m. n. f. śaṃsinī qui indique; qui annonce, qui proclame; qui récite.

शंस्य śaṃsya [pfp. [1] śaṃs] a. m. n. f. śaṃsyā à réciter | digne d'éloge | désirable — m. soc. feu sacrificiel de l'Est.

शक् śak v. [5] pr. (śaknoti) v. [4] pr. (śakyati) pp. (śakta) pfp. (śakya) pf. (sam) pouvoir, être capable de <inf.> — ps. (śakyate) pouvoir <inf.> — dés.(śikṣati) dés.md. (śikṣate) pp. (śikṣita) cf. śikṣ.
śaknoti kartum il peut faire.
tacchakyate kartum cela peut se faire.
rāṣṭraṃ bhoktuṃ śakyasi pālayan [Mah.] Tu seras capable de jouir du royaume tout en le protégeant.

शक śaka m. hist. peuple Scythe Śaka arrivé de Bactriane au nord-ouest de l'Inde au 1er siècle ant. pour y fonder le royaume kuṣāṇa | pl. śakās géo. les Śakās ou Indo-Scythes; myth. on dit que leurs rois sont les kṣatriyās issus de la sueur de la vache de Vasiṣṭha, afin de détruire l'armée de Viśvāmitra; le roi Sagara les combattit en vain | cf. śakakāla.
śakavarṣeṣu catuḥśateṣu pañcaṣaṣṭiyuteṣu [«en l'ère Śaka quatre-cent soixante-cinq»] En 543.

 śakakāla [kāla_1] m. ère [saṃvat] Śaka, débutant en l'an 78 avec le roi Śālivāhana.

 śakāyanya [āyanya] m. phil. np. du sage Śakāyanya, qui enseigna la sagesse au roi Bṛhadratha_1 dans la Maitrī.
śaka

शक śaka_1 iic. śakan.

 śakadhūma [dhūma] m. fumée de feu de bouse de vache.
śaka_1

शकट śakaṭa m. n. f. śakaṭī char, chariot — m. myth. np. de l'asura Śakaṭa, tué par Kṛṣṇa.

 śakaṭikā [-ika] f. petit chariot à traîner (jouet d'enfant) | chariot de décoration florale.

 śakaṭin [-in] a. m. n. f. śakaṭinī qui possède un char.
śakaṭa

शकन् śakan [relié à śakṛt] n. excréments, ordure || gr. σκατος.

शकल śakala m. n. morceau, portion, bout; fragment, éclat, tesson; écaille; écorce — n. moitié; not. demi-lune, hémistiche, etc. | cannelle | sorte de pigment noir utilisé en teinture

शकार śakāra [(śa)-kāra] m. le son ou la lettre ‘śa’ | lit. [Mṛcchakaṭikā] np. de Śakāra, frère d'une épouse du roi Pālaka; il est frivole, arrogant, fanfaron et cruel | par ext. personnage conventionnel de théâtre du frère de la concubine royale; il porte des vêtements luxueux, est orgueilleux et arrogant.

शकित śakita [pp. śak] a. m. n. f. śakitā capable de <inf.>; incapable de <inf.> (avec na, passif).
na śakitaṃ chettum on ne pouvait pas le couper.
na śakitaṃ tena (impers.) il n'en était pas capable.

शकुन śakuna m. (grand) oiseau; oiseau de proie, milan, vautour, aigle | soc. oiseau de présage — n. présage; bon présage; mauvais présage — f. śakunī oiseau femelle | myth. np. de Śakunī, démon femelle qui rend les enfants malades; cf. Pūtanā.

 śakunaka [-ka] m. f. śakunikā sorte de grand oiseau.

 śakunajña [jña] a. m. n. f. śakunajñā qui connaît les présages.

 śakunaśāstra [śāstra] n. science des présages.
śakuna

शकुनि śakuni [śakuna] m. (grand) oiseau; not. milan | myth. [Mah.] np. du prince gāndhāra Śakuni «Vautour»; il est Saubala, fils du roi Subala, frère de Gāndhārī, et fourbe conseiller de Duryodhana; il gagna pour lui le royaume de Yudhiṣṭhira en trichant aux dés (les dés étaient faits de l'os de la cuisse de son père, et lui obéissaient); il personnifie le dvāparayuga; Ulūka est son fils; à la fin de la grande bataille, il fut décapité par Sahadeva | astr. deuxième demi-jour lunaire [karaṇa] fixe.

शकुन्त śakunta [relié à śakuna] m. oiseau; not. oiseau de proie.

शकुन्तला śakuntalā [śakunta-la] f. myth. np. de Śakuntalā «Protégée par les oiseaux», fille de Viśvāmitra et de la nymphe [apsaras] Menakā; abandonnée dans les bois à sa naissance, elle fut «protégée par les oiseaux», puis trouvée par le sage Kaṇva, qui l'éleva à son ermitage comme sa fille; lit. c'est l'héroïne du drame Abhijñānaśakuntalā de Kālidāsa; le roi Duṣyanta l'ayant épousée à la mode gāndharva (par rapt), elle donna naissance à Bharata; par la malédiction de Durvāsā le roi l'oublia, et ne la reconnut plus tard que grâce à l'anneau qu'il lui avait donné.

शकृत् śakṛt n. excréments; ordure.

 śakṛtkari [kari_1] m. [«qui fait du fumier»] veau.
śakṛt

शक्त śakta [pp. śak] a. m. n. f. śaktā capable de <inf. g. dat. i.>; puissant, fort.

शक्ति śakti [act. śak] f. pouvoir, puissance, force | lance, hampe; javelot de fer | myth. la lance de Skanda, fabriquée par Viśvakarmā en rabotant l'éclat du Soleil | myth. l'énergie du feu, arme d'Agni | phil. principe divin féminin, opp. vahni; puissance d'un dieu personnifiée | myth. np. de Śakti «la Force» (de Śiva), Déesse suprême, épith. de Durgā dans son aspect d'énergie cosmique | phil. [śaiva] le trident [triśūla] des trois puissances cpmprend la volonté [icchā], la connaissance [jñāna] et l'action [kriyā]; Somānanda leur ajoute le plaisir esthétique [nirvṛti] et la tension créatrice [aunmukhya] | phil. [trika] l'énergie créatrice suprême, qui a trois aspects: parāśakti l'énergie transcendante, parāpara śakti l'énergie intermédiaire, et aparā śakti l'énergie immanente | phil. [nyāya] sens d'un mot comme puissance d'évocation | gram. rôle sémantique d'un cas; syn. kāraka | lit. [KM.] talent poétique — m. myth. np. de Śakti_1, fils aîné du ṛṣi Vasiṣṭha et d'Arundhatī; cheminant un jour sur un chemin étroit, il se trouva face au roi Kalmāṣapāda, et lui demanda de s'écarter, ayant priorité comme brahmane; le roi le frappa d'un bâton, et il le maudit; son père Vasiṣṭha fit posséder le roi par le vampire [rākṣasa] Kiṃkara; Kalmāṣapāda devint lui-même un vampire, et il dévora Śakti_1 et ses 100 frères; après la mort de Śakti, son épouse Adṛśyantī accoucha de Parāśara, qui déjà chantait le Veda dans son ventre.

 śaktigraha [graha] a. m. n. f. śaktigrahā qui porte une lance | gram. qui comprend le sens (d'un mot ou d'une phrase) — m. soldat | myth. épith. de Skanda | gram. perception du sens d'un mot.

 śaktitā [-tā] f. ifc. pouvoir, capacité, faculté de.

 śaktitrikoṇa [trikoṇa] n. phil. [tantr.] triangle aqueux, la pointe en bas, symbolisant le principe femelle dans les diagrammes [yantra] géométriques.

 śaktitva [-tva] n. ifc. pouvoir, capacité, faculté de.

 śaktipāta [pāta] m. phil. [«chute de la Puissance»] initiation spirituelle par un maître [guru]; transmission d'énergie spirituelle d'un maître à un disciple théorisée dans la philosophie śaiva d'Abhinavagupta.

 śaktipīṭha [pīṭha] n. cf. pīṭhasthāna.

 śaktibhṛt [bhṛt] a. m. n. f. puissant | np. de Śaktibhṛt, épith. de Skanda «qui porte le javelot».

 śaktimat [-mat] a. m. n. f. śaktimatī qui peut; puissant, fort | compétent; capable de <inf. loc.> | armé d'une lance | myth. (dieu) accompagné de sa parèdre, personnalisant sa puissance.

  śaktimattva [-tva] n. puissance.
 śaktimat

 śaktivāda [vāda] m. lit. np. du Śaktivāda «Pouvoir de la parole», traité de sémantique dû à Gadādhara.

  śaktyāviṣkaraṇa [āviṣkaraṇa] n. phil. [trika] révélation de la puissance [Śakti] de Śiva.
 śaktivāda
śakti

शक्नुवत् śaknuvat [ppr. śak] a. m. n. f. śaknuvatī capable (de <inf.>).

शक्य śakya [pfp. [1] śak] a. m. n. f. śakyā faisable, praticable, qui peut être mis à exécution | capable de <inf.> | explicite | gram. (sens) littéral | phil. [nyāya] référent, dénotation — n. (impers.) il est possible de <inf.> — ifc. qui peut être obligé à, qui peut être soumis à | capacité de.

 śakyatā [-tā] f. phil. [nyāya] qualité de référent; signification.

  śakyatāvacchedaka [avacchedaka] m. phil. [nyāya] délimiteur de référence.
 śakyatā
śakya

शक्र śakra [śak-ra] a. m. n. f. śakrā véd. puissant, fort — m. myth. np. du radieux [āditya] Śakra, épith. d'Indra «le Puissant».

 śakragopa [gopa] m. natu. cochenille; insecte utilisé pour fabriquer une teinture rouge, le cramoisi.

 śakragopaka [gopaka] m. id.

 śakradhanus [dhanus] n. myth. l'arc-en-ciel, attribut de puissance d'Indra.

 śakrāvatāra [avatāra] m. myth. np. de Śakrāvatāra, lieu dit de la «Descente d'Indra»; cf. śacītīrtha.
śakra

शङ्क् śaṅk v. [1] pr. md. (śaṅkate) pp. (śaṅkita) pfp. (śaṅkya, śaṅkitavya) pf. (ā, pari, vi) soupçonner, se défier de <acc.>; craindre qqc. de qqn. <abl.> | hésiter, douter; se douter de, conjecturer || lat. cunctor.
śaṅke adv. je suppose; à mon avis, probablement; peut-être | on peut le craindre.

शंकर śaṃkara var. śaṅkara [śam_3-kara_1] a. m. n. f. śaṃkarā bienfaisant, qui apporte le bonheur ou la prospérité (np.) — m. myth. np. de Śaṅkara ou Śaṃkara, épith. de Śiva «accordant sa bénédiction» | hist. np. de Śaṅkara_1 ou Śaṃkara_1 ou Ādi Śaṅkarācārya «Maître bienfaisant» (788–820), philosophe né à Kālaṭi (près de mod. Kochi au Kerala); il était disciple de Govindanātha; il vécut à Vārāṇasī, où il prêcha le vedānta fondé sur la doctrine advaita; on lui attribue de très nombreux ouvrages, not. Vivekacūḍāmaṇi, Digvijaya, Prapañcasāra, Aparokṣānubhūti, Mohamudgara, Upadeśasāhasrī, Brahmasūtrabhāṣya_1-Śārīrakamīmāṃsābhāṣya; il fonda 4 monastères [maṭha], resp. à Purī-Govardhana_3, Śṛṅgerī, Dvārakā et Badarīnātha (jyotirmaṭha); leurs supérieurs sont les pontifes [jagadguru] de l'ordre daśanāmīdaṇḍin de la doctrine advaita; il fonda le système des 6 doctrines [Ṣaṇmatasthāpakācārya] | hist. np. de Śaṅkara_2 ou Śaṃkara_2 Miśra, poète, dramaturge et érudit du 15e siècle; on lui doit le Kaṇādarahasya, qui décrit les catégories du vaiśeṣika avec les méthodes de navyanyāyaf. śaṃkarī myth. np. de Śaṃkarī «Épouse de Śaṃkara», épith. de la Déesse — f. śaṃkarā natu. zoo. Sturnia pagodarum «Étourneau des pagodes» ou mainate brahmane, joli oiseau beige au capuchon noir d'allure sereine; on le compare aux renonçantes errantes [parivrājikā].
śaṃkarā nāma śakunikā l'oiseau appelé mainate brahmane.

 śaṅkararaṇya [raṇya] m. hist. np. du renonçant Svāmī Śaṅkararaṇya «Plaisir de la bienfaisance», frère aîné de Caitanya; cf. Viśvarūpa_2.

 śaṅkaravarman [varman] m. hist. np. du roi du Kaśmīra Śaṅkaravarmā (883–902); cf. Āgamaḍambara.

 śaṅkaravijaya [vijaya] m. lit. np. du Śaṅkaravijaya «Victoire décisive de Śaṅkara_1», œuvre d'Ānandagiri réfutant les hérésies | lit. np. du Śaṅkaravijaya_1, biographie de Śaṅkara_1 due à Vyāsācala.

 śaṅkarasena [senā] m. méd. np. du médecin Śaṃkarasena, auteur du Nāḍīprakāśa (18e siècle?).

 śaṅkarasvāmin [svāmin] m. hist. np. de Śaṅkarasvāmī, logicien auteur du Nyāyapraveśa.

 śaṅkarācārya [ācārya] m. hist. le Maître Śaṅkara_1 | soc. l'un des supérieurs des 4 monastères [maṭha] fondés par lui.

 śaṅkarānanda [ānanda] m. hist. np. du philosophe Śaṃkarānanda; il fut le guru de Sāyaṇa; on lui doit l'Ātmapurāṇa et de nombreux commentaires sur les leçons [upaniṣad].
śaṃkara

शङ्का śaṅkā [act. śaṅk] f. inquiétude, appréhension, peur | soupçon, méfiance, crainte; suspicion de <abl. loc. prati-acc.> | doute, hésitation — ifc. croyance en; fait de supposer que; suspicion de, présomption de — iic. id.
brahmahatyākṛtā śaṅkā peur d'avoir provoqué la mort d'un brahmane.
pāpaśaṅkā na kartavyā [KSs.] Il n'y a pas lieu de suspecter qu'un péché ait été commis.

 śaṅkāsthāna [sthāna] n. cause de crainte; objet de suspicion.
śaṅkā

शङ्कित śaṅkita [pp. śaṅk] a. m. n. f. śaṅkitā préoccupé, inquiet, alarmé; méfiant, craintif | craint; douteux, incertain.

शङ्कितव्य śaṅkitavya [pfp. [3] śaṅk] a. m. n. f. śaṅkitavyā à craindre, dont il faut se méfier.
śaṅkitavyam (impers.) c'est à craindre.

शङ्किन् śaṅkin [agt. śaṅk] a. m. n. f. śaṅkinī qui suppose, qui soupçonne; méfiant; jaloux; timide — ifc. qui craint, qui croit | qui éveille des inquiétudes.
kākaśaṅkin méfiant comme un corbeau.
atisnehaḥ pāpaśaṃkī excès d'affection fait craindre le pire.

शङ्कु śaṅku [śaṅk-u] m. pieu, poteau; tronc d'arbre | cheville, clou; flèche, pointe | astr. gnomon d'un cadran solaire | phil. l'aiguillon du remords | astr. sinus de l'altitude | math. un billion (mille milliards) | hist. np. de Śaṅku, l'un des neuf joyaux [navaratna] de la cour du roi Vikramāditya | myth. [Mah.] np. du prince vṛṣṇi Śaṅku_1, fils d'Ugrasena; c'est l'un des 7 célèbres archers yādavās.

 śaṅkuka [-ka] m. petite cheville; clou | hist. np. poète et dramaturgiste śrī Śaṅkuka à la cour du roi Ajitapīḍa (vers 850); il est auteur du Bhuvanābhyudaya, de commentaires d'esthétique littéraire; on lui doit aussi des comédies, comme le Citrotpalāvalambitaka.

 śaṅkukarṇa [karṇa] a. m. n. f. śaṅkukarṇī qui a les oreilles pointues — m. âne.
śaṅku

शङ्कुला śaṅkulā f. scalpel | ciseaux; pince coupante (not. pour découper la noix d'arec).

शङ्क्य śaṅkya [pfp. [1] śaṅk] a. m. n. f. śaṅkyā à craindre, dont il faut se méfier | à prévoir, à anticiper.
śaṅkyam (impers.) c'est à craindre.

शङ्ख śaṅkha m. n. conque; coquille, coquillage | myth. conque-attribut de Viṣṇu, symbolisant l'appel divin; cf. Pāñcajanyan. math. dix billions || lat. concha; fr. conque.

 śaṅkhadvāra [dvāra] n. arch. seuil de sanctuaire orné de deux conques.

 śaṅkhanidhi [nidhi] m. myth. np. de Śaṅkhanidhi, l'un des 9 trésors de Kubera [navanidhi].

 śaṅkhapāla [pāla] m. myth. np. du nāga Śaṅkhapāla.

 śaṅkhamuktā [muktā] f. nacre.

 śaṅkhalikhita [likhita] a. m. n. f. śaṅkhalikhitā impeccable, parfait; sans défault, irréprochable.

  śaṅkhalikhitavṛtti [vṛtti] f. conduite irréprochable.
 śaṅkhalikhita

 śaṅkhāsura [asura] m. myth. np. du démon marin Śaṅkhāsura «Génie de la conque»; cf. Pañcajana.
śaṅkha

शङ्खण śaṅkhaṇa m. myth. [Rām.] np. du roi d'Ayodhyā Śaṅkhaṇa, fils de Pravṛddha, père de Sudarśana_2.

शङ्खिनी śaṅkhinī [śaṅkha-in] f. nacre | soc. [kāmaśāstra] l'une des 4 natures de femmes (avec citriṇī, padminī, et hastinī).

शची śacī [śak] f. assistance, secours, grâce | éloquence | myth. np. de Śacī «Grâce», fille de Pulomā_1, épouse d'Indra.

 śacītīrtha [tīrtha] n. myth. lieu dit du pèlerinage de Śacī, où Śakuntalā s'arrêta sur le chemin du palais de Duṣyanta; on l'appelle aussi Śakrāvatāra.

 śacīpati [pati] m. myth. np. de Śacīpati «Maître de la Grâce», épith. d'Indra.
śacī

शठ śaṭha a. m. n. f. śaṭhā faux, trompeur; perfide, traître; adultère — m. méchant; traître; mari infidèle.

 śaṭhatā [-tā] f. méchanceté, vice; tromperie, perfidie.

 śaṭhatva [-tā] n. id.

 śaṭhāri [ari] m. ennemi des traîtres | soc. instrument de culte vaiṣṇava en forme de cloche en argent portant l'empreinte des pieds de Viṣṇu; il est utilisé par le prêtre pour bénir les fidèles au temple en le posant sur leur tête.
śaṭha

शण śaṇa m. natu. bot. Cannabis sativa, chanvre || lat. cannabis; fr. chanvre.

शण्ड śaṇḍa m. lait caillé, fromage frais | myth. np. de Śaṇḍa, fils de Śukra, prêtre des asurās.

शत śata num. n. sg. cent, une centaine — f. śatī ifc. id. || gr. εκατον; lat. centum; fr. cent.
dve śate var. dviśata deux cents.
trīṇi śatāni 300.
śatāni trīṇi 103.

 śatakarṇa [karṇa] m. np. d'homme.

 śatakṛtvas [kṛtvas] adv. 100 fois.

 śatakratu [kratu] m. myth. np. de Śatakratu, épith. d'Indra «Qui a pratiqué 100 sacrifices».
śatakratovivardhasva Prospère, Ô Indra.

 śatajit [jit] m. myth. np. du roi Śatajit «aux cent victoires», fils de Sahasrajit; il est père d'Ekavīra.

 śatatama [-tama] a. m. n. f. śatatamī ord. 100e.

 śatada [da] a. m. n. f. śatadā qui donne 100 (vaches) (à un brahmane).

 śatadru [dru_2] f. géo. np. de la rivière Śatadru ou Śutudrī «Qui s'écoule en 100 (branches)»; elle descend de l'Himālaya vers le Pañjāb pour se jeter dans l'Indus (mod. Sutlej); cf. Anavatapta.

 śatadhanvan [dhanvan] m. myth. np. du roi yādava Śatadhanvā «aux cent arcs»; à l'incitation d'Akrūra et Kṛtavarmā il assassina Satrājit pour s'emparer du joyau magique Syamantaka; Kṛṣṇa et Balabhadra le poursuivirent et le tuèrent.

 śatapatha [patha] a. m. n. f. śatapathā [«qui a 100 chemins»] qui a beaucoup d'aspects.

  śatapathabrāhmaṇa [brāhmaṇa] n. lit. np. du Śatapatha brāhmaṇa «Les cent voies du rituel», rattaché au Yajurveda blanc; cf. Yājñavalkya.
 śatapatha

 śatapad [pad_2] a. m. n. f. śatapadī qui a cent pieds.

 śatabhiṣaj [bhiṣaj] f. astr. np. de Śatabhiṣak «Qui guérit au centuple», 23e astérisme lunaire [nakṣatra], corr. à l'étoile λ du Verseau [kumbha]; Indra (ou Varuṇa) y préside; son symbole est un cercle.

 śatarūpā [rūpa] f. myth. np. de Śatarūpā «Multiforme», émanation cosmologique féminine de Brahmā, à la fois créatrice (par son double masculin Virāṭ) et épouse de Manu-Svāyaṃbhuva.

 śataśas [-śas] adv. par centaines; cent fois.

 śataśṛṅga [śṛṅga] a. m. n. f. śataśṛṅgā qui a cent cîmes — n. myth. [Mah.] np. de Śataśṛṅga, la montagne «aux Cent Cîmes», où se retira le roi Pāṇḍu quand il devint ermite.

 śatasahasra [sahasra] n. cent mille.

  śatasahasraśas [-śas] adv. par centaines de milliers.
 śatasahasra

 śatasahasraka [sahasraka] a. m. n. f. śatasahasrikā constitué de cent mille.

 śatasāhasra [sāhasra] a. m. n. f. śatasāhasrā f. śatasāhasrī constitué de cent mille — n. cent-millième part.

 śatasāhasraka [sāhasraka] a. m. n. f. śatasāhasrikā constitué de cent mille.
śatasāhasrikā prajñāpāramitā bd. longue version de la Prajñāpāramitā, en 100000 vers [sūtra].

 śatānanda [ānanda] m. myth. [Rām.] np. de l'ascète Śatānanda «joie au centuple», fils aîné de Gautama et Ahalyā; il était chapelain [purohita] du roi Janakarāja | hist. np. de Śatānanda_1, disciple de Svāmīnārāyaṇa, auteur du Satsaṅgijīvana.

 śatānīka [anīka] m. myth. [Mah.] np. de Śatānīka «à l'armée de cent braves», fils de Nakula et Draupadī; durant la grande guerre il fut tué par Aśvatthāmā; Sahasrānīka est son fils; cf. Jayatsena | myth. [BhP.] np. de Śatānīka_1, fils de Janamejaya, père d'Adhisīmakṛṣṇa.

 śatāvadhānin [avadhānin] a. m. n. f. śatāvadhāninī [«qui peut faire attention à 100 choses différentes»] champion d'aṣṭāvadhāna capable de prodiges de mémorisation.
śata

शतक śataka [śata-ka] a. m. n. f. śatikā en cent parties | centième — n. centaine; ensemble de 100 strophes; centurie | lit. recueil de cent poèmes; cf. śatakatraya.
sūryaśataka cent hymnes au Soleil.

 śatakatraya [traya] n. lit. np. du Śatakatraya «Triple recueil de cent poèmes» de Bhartṛhari_1; il comprend le Nītiśataka, le Śṛṅgāraśataka, et le Vairāgyaśataka.
śataka

शतिक śatika [śata-ika] a. m. n. f. śatikā au nombre de cent; contenant cent; au prix de cent; relatif à cent.

शतृ śatṛ nota. gram. affixe primaire [kṛt_2] marquant le participe présent actif.

शत्य śatya [śata-ya] a. m. n. f. śatyā constitué d'une centaine | qui peut être acquis pour 100 (roupies).

शत्रु śatru m. (qui attaque, qui renverse) ennemi, rival, agresseur, envahisseur; not. roi voisin hostile — ifc. hostile envers, qui vainc | (a. bahuvrīhi) vaincu par || gr. κοτος; ang. hate.

 śatrughna [ghna] m. myth. np. de Śatrughna «Qui vainc l'ennemi», fils de Daśaratha et de Sumitrā, frère jumeau de Lakṣmaṇa, compagnon de son demi-frère Bharata_1; il tua les asurās Madhu_2 et Lavaṇa; on lui attribue la fondation de la ville de Mathurā, qu'il donna à son fils Subāhu_1.

 śatrutā [-tā] f. hostilité, inimitié.

 śatrunibarhaṇa [nibarhaṇa] a. m. n. f. śatrunibarhaṇā qui extermine ses ennemis.
śatru

शत्रुम् śatrum [acc. śatru] iic.

 śatruṃjaya var. śatruñjaya [jaya] m. Śatruñjaya «Victoire sur l'ennemi», np. d'homme, de roi, d'éléphant | géo. épith. du Mont Vimalādri.
śatrum

शद् śad v. [1] pr. md. (śīyate) fut. (śatsyati) pft. (śaśāda) pp. (śanna) tomber — ca. (śātayati) faire tomber — ca. (śādayati) conduire le bétail (devant soi).
bilvaṃ bilvena śātaya [Mah.] Brise la noix de bel avec la noix de bel.

शनि śani [śam_1] m. myth. np. du graha Śani «(Astre) Lent», régent de la planète Saturne; il est fils de Sūrya et de Chāyā; astr. son influence astrale est crainte, il a le mauvais œil; [Rām.] Rāvaṇa, craignant son influence, l'enferma dans une citerne, dont le délivra son ami Hanumān; son premier regard tomba sur le palais d'or de Rāvaṇa, qui devint noir; il est représenté comme une masse noire avec des yeux brillants, ou comme un homme noir vêtu de noir; sa monture est le corbeau; cf. Krūradṛṭ, Krūralocana, Kroḍa, Nīlāñjanagiri, Manda, Saura.

 śanivāra [vāra] m. samedi.
śani

शनैस् śanais [śam_1] adv. tout doucement, lentement; peu à peu, au fur et à mesure, graduellement.
śanaiḥśanais adv. petit à petit, graduellement.

 śanaiścara [cara] a. m. n. f. śanaiścarā qui se meut lentement — m. astr. np. de Śanaiścara, épith. de la planète Saturne et du graha Śani.
śanais

शंतनु śaṃtanu n. cf. śāṃtanu.

शन्तु śantu [śam_3-tu] a. m. n. f. heureux.

शप् śap v. [1] pr. (śapati) pft. (śaśāpa) pft. md. (śepe) pp. (śapta, śapita) pfp. (śapya) pf. (abhi) maudire, prononcer une malédiction, lancer une imprécation | injurier <acc.> — pr. md. (śapate) jurer; prêter serment à <dat.> sur <i.> | injurier, maudire <dat.> — ca. (śāpayati) pp. (śāpita) faire jurer par <i.>.
śape je jure.
śap yadi ... s'engager à ne pas ...
anṛtaṃ śap faire un faux serment.
satyena vai śape En vérité je le jure.
svayamupagatā śrīstyajyamanā śapati Fortune inespérée qu'on néglige devient malédiction.

शप् śap_1 iic. préfixe d'assentiment.
śap karoti il est d'accord.

शप् śap_2 nota. gram. modificateur [vikaraṇa_2] de formation du présent de gaṇa 1 [bhvādi], avec -a thématique, à degré plein [guṇa].

शप śapa [act. śap] m. malédiction, imprécation | serment.

शपथ śapatha [śapa-tha] m. malédiction, imprécation, anathème | résolution, serment, vœu.
śapathaṃ kṛ jurer, faire serment.

शपित śapita [pp. śap] a. m. n. f. śapitā maudit.

शप्त śapta [pp. śap] a. m. n. f. śaptā maudit | conjuré, adjuré — n. serment.

शप्तवत् śaptavat [ppa. śap] a. m. n. f. śaptavatī qui a maudit.

शफ śapha m. sabot; sabot de cheval | griffe; crochet | crochet de bois pour retirer un pot du feu.

 śaphavat [-vat] a. m. n. f. śaphavatī (animal) à sabots.
śapha

शफर śaphara m. natu. zoo. Cyprinus Sophore, petit poisson brillant; carpe.

शबर śabara m. peuple tribal du Deccan; sauvage, barbare | myth. np. de Śabara, épith. de Śiva «Chasseur sauvage» | hist. np. de Śabara_1 Svāmī, philosophe du 5e siècle, auteur du Mīmāṃsāsūtrabhāṣya; son œuvre servit de fondement aux systèmes de Kumārila et Prabhākaraf. śabarī femme tribale | myth. [Ram.] np. de Śabarī, femme tribale qui donna à Rāma des jujubes [badara]; elle goûtait chaque fruit avant de le lui donner, pour être sûre qu'il était savoureux; elle symbolise la dévotion qui libère des fautes.

शबल śabala a. m. n. f. śabalā f. śabalī bigarré, tacheté; teinté de <iic. i.> | myth. [«au pelage bigarré»] np. de Śabala, chien gardien des enfers de Yama, au regard perçant [caturakṣa]; il est né de Saramā, comme son frère le noir Śyāma; il symbolise le Soleil-jour, comme son frère la Lune-nuit; du. ils sont collectivement désignés comme la paire śabalau; cf. Kālakañjās | changé, altéré — f. śabalā var. śabalī myth. np. de Śabalā ou Śabalī «Bigarrée», vache d'abondance de Pṛthu | myth. [Rām.] épith. de Nandinī, vache d'abondance de Vasiṣṭha || gr. κερβερος; fr. Cerbère.
śabalau m. du. myth. Śabala et Śyāma, les deux chiens du ciel de Yama.

शब्द śabda m. bruit, son; mot, parole; discours, langage | nom, titre, appellation | tradition orale | gram. mot déclinable; déclinaison; morphème | phil. [sāṃkhya] la perception [tanmātra] de l'ouïe [śrotra]; il est régi [niyantṛ] par les Diśas | phil. [nyāya] le Verbe, autorité de la parole sacrée, un moyen de connaissance [pramāṇa] | gram. [Bhartṛhari] le langage, sous les deux formes de signal sonore articulé [dhvani] et de sens [artha] | gram. mot dénotant; Patañjali_1 en distingue 4 catégories: jātiśabda nom commun (dénotant une espèce), guṇaśabda adjectif (dénotant une propriété), kriyāśabda verbe (dénotant une action) et yadṛcchāśabda nom propre (dénotant un individu) | (musique) note du clavier tempéré, divisant un octave en 12; en rajoutant 10 quarts de ton on obtient les 22 notes [śruti] du clavier naturel — ifc. gram. le mot «<iic.>» — v. [11] pr. md. (śabdāyate) v. [11] pr. (śabdayati) pp. (śabdita) faire du bruit.
śabdaṃ kṛ appeler à haute voix.
śabdaṃ élever la voix, appeler.
saśabdam adv. avec fracas.
śabdaṃ kuru fais du bruit.
śabdaṃ kārṣīḥ ne fais pas de bruit.
śabdapūrveṇa yogena phil. yoga fondé sur la parole impérissable [śabdatattva].
kvaśabda m. gram. le mot «kva».
dvitīyagāmī na hi śabda eṣa naḥ ceci est notre titre et ne s'applique à personne d'autre.

 śabdakalpa [kalpa] a. m. n. f. śabdakalpā gram. propre à traiter la langue.

  śabdakalpataru [taru] m. gram. lexique.

  śabdakalpadruma [druma] m. gram. encyclopédie | lit. np. du Śabdakalpadruma, lexique encyclopédique du sanskrit avec indications grammaticales de plusieurs lettrés bengalis, à l'initiative du Rājā Rādhākāntadeva.
 śabdakalpa

 śabdakāra [kāra] a. m. n. f. śabdakārā bruyant; sonore.

 śabdakārin [kārin] a. m. n. f. śabdakāriṇī bruyant; sonore.

 śabdakośa [kośa] m. dictionnaire.

 śabdakaustubha [kaustubha] m. n. gram. np. du Śabdakaustubha «Joyau de linguistique», œuvre de Bhaṭṭojī Dīkṣita.

 śabdaguṇa [guṇa] m. qualité du son.

 śabdaguṇaka [guṇaka] a. m. n. f. śabdaguṇikā phil. [vaiśeṣikā] qui a le son comme qualité spécifique (se dit de l'éther [ākāśa]).

 śabdacāturya [cāturya] n. utilisation du mot juste; bonne diction; éloquence.

 śabdatattva [tattva] n. phil. [«essence-parole»] la parole impérissable et créatrice du monde.

 śabdanityatva [nityatva] n. phil. [mīmāṃsā] doctrine de l'éternité du son.

 śabdabodha [bodha] m. connaissance induite d'un témoignage oral | compréhension du sens d'une énonciation; analyse logique d'une phrase | gram. sémantique communicative; il y a 3 méthodes d'analyse de la langue, suivant les écoles vyākaraṇa, nyāya et mīmāṃsā.

 śabdabrahman [brahman] n. phil. np. de Śabdabrahman, le Veda comme Verbe révélé, érigé en Être suprême.

 śabdabrahmavivarta [vivarta] m. phil. théorie esthétique de la transformation par les actes linguistiques.

 śabdabhāvanā [bhāvanā] f. phil. [mīmāṃsā] réalisation de la parole.

 śabdamañjarī [mañjarī] f. lit. np. de la Śabdamañjarī «Bouquet linguistique», glossaire de formes fléchies dû à K. L. V. Śāstrī (1961).

 śabdamaya [maya] a. m. n. f. śabdamayī constitué de son; fait de parole — ifc. formé du mot <iic.>.

 śabdarūpa [rūpa] n. nature ou qualité d'un son | gram. [Kāśikā] structure du signifiant; mot grammatical.

 śabdavat [-vat] a. m. n. f. śabdavatī qui émet un son; bruyant — adv. bruyamment.

 śabdavidyā [vidyā] f. grammaire; linguistique; philologie.

 śabdavṛtti [vṛtti] f. lit. modalité linguistique; opp. cittavṛtti.

 śabdavyāpāra [vyāpāra] m. usage de la parole.

  śabdavyāpāravicāra [vicāra] m. lit. np. du Śabdavyāpāravicāra «Investigation de l'usage de la parole», ouvrage de sémantique de Mammaṭa.
 śabdavyāpāra

 śabdaśakti [śakti] f. phil. sémantique lexicale, pragmatique; pouvoir de la parole | gram. pouvoir d'évocation de sens d'un mot; on distingue 4 niveaux: le sens littéral [abhidhā_2], le sens figuratif [lakṣaṇā], le sens suggestif [vyañjanā] et le sens que souhaite transmettre le locuteur [tātparya].

  śabdaśaktiprakāśikā [prakāśikā] f. phil. np. de la Śabdaśaktiprakāśikā «Révélation du pouvoir de la parole», ouvrage de sémantique [navyanyāya] dû à Jagadīśa_1.

  śabdaśaktimūla [mūla] a. m. n. f. śabdaśaktimūlā gram. [«qui a son origine dans le pouvoir des mots»] se dit d'un sens suggéré [dhvani] issu du signifiant; opp. arthaśaktimūla.

  śabdaśaktisvābhāvya [svābhāvya] n. gram. autonomie du pouvoir de la parole (justifiant les sens idiomatiques).
 śabdaśakti

 śabdādvaitavāda [advaita-vāda] m. gram. doctrine exprimant que tous les concepts sont associés à un signifiant linguistique.

 śabdādhyāsavāda [adhyāsa-vāda] m. gram. doctrine exprimant que les mots sont superimposés sur leur sens, postulant l'identité de śabda et artha.

 śabdānukṛti [anukṛti] f. gram. onomatopée.

 śabdānuśāsana [anuśāsana] n. gram. enseignement de la langue, règles de grammaire; traité de grammaire | lit. np. de la grammaire Śabdānuśāsana «Traité sur la langue» de Śākaṭāyana_1; elle comporte un commentaire Amoghavṛtti.

 śabdābdhi [abdhi] m. gram. np. du lexique Śabdābdhi «océan de mots».

 śabdārṇava [arṇava] m. lit. np. du Śabdārṇava, dictionnnaire dû à Vācaspati_1 Miśra.

 śabdārtha [artha] m. gram. signification d'un mot; signification analytique d'une phrase décomposée en mots (préalable à la glose bhāvārtha) | phil. pouvoir magique de la parole | du. śabdārthau gram. le signe linguistique (de Saussure), paire du son et du sens (d'un mot, d'une phrase).
siddhe śabdārthasaṃbandhe gram. [Kātyāyana] La relation entre la parole et le sens étant établie.

 śabdālaṃkāra [alaṃkāra] m. lit. [«embellissement phonétique»] figure de style euphonique: équilibre rythmique, répétition [yamaka], allitération [anuprāsa]; opp. arthālaṃkāra.

  śabdālaṃkāravicāra [vicāra] m. lit. np. du Śabdālaṃkāravicāra, chapitre de la Kāvyālaṃkāravṛtti de Vāmana_2.
 śabdālaṃkāra

 śabdenduśekhara [induśekhara] m. gram. np. du Śabdenduśekhara, commentaire de la Siddhāntakaumudī dû à Nāgojī Bhaṭṭa; on distingue le commentaire complet Bṛhacchabdenduśekhara et son résumé, le Laghuśabdenduśekhara.
śabda

शब्दन śabdana [śabda-na] n. bruit, son; fait de parler.

शब्दित śabdita [pp. śabda] a. m. n. f. śabditā (bruit) émis; énoncé, crié; communiqué; enseigné; invoqué — n. bruit, tumulte; braiement.

शम् śam_1 v. [4] pr. (śāmyati) pft. (śaśāma) pp. (śānta) pf. (upa, pra) travailler, se fatiguer; exercer des actes rituels | s'apaiser; être calme, être apaisé, être en paix | se reposer, se désister, renoncer; s'éteindre — ca. (śamayati) ca. (śāmayati) ps. (śāmyate) calmer, apaiser; se concilier (not. par un rite de conjuration) | rendre immobile; tuer || all. hemmen; ang. to hem.

शम् śam_2 v. [4] pr. (śamayati) ps. (śamyate) ca. (śāmayati) pf. (ni) [inusité sans pf.].

शम् śam_3 [act. śam_1] part. bénédiction, bonheur; bien-être; joyeusement, avec bonheur, bien.
śaṃyoḥ [yos] véd. paix et prospérité.
saṃ ca yoś ca véd. id.

शम śama [act. śam_1] m. apaisement, quiétude; paix du cœur; tranquillité; pacification | indifférence, apathie; abandon, renonciation, extinction | phil. [vedānta] la tranquillité, l'une des 6 vertus cardinales [ṣaṭsampad] | lit. le sentiment d'impassibilité | phil. émancipation des illusions de l'existence.
śamaṃ kṛ se calmer; être tranquille.

शमथ śamatha [śama-tha] m. phil. tranquillité de l'esprit, quiétude.

शमन śamana [agt. śam_1] a. m. n. f. śamanā qui calme, qui apaise, qui adoucit | qui éteint — m. myth. np. de Śamana, épith. de Yama «Qui éteint (la vie)» — act. n. apaisement; extinction.

शमि śami [act. śam_1] n. travail, labeur, exercice — f. cf. śamī.

 śamika [-ka] m. myth. np. du sage [ṛṣi] Śamika «Travailleur», père de Mātali.
śami

शमित śamita [pp. ca. śam_1] a. m. n. f. śamitā apaisé, calmé; éteint | détruit, tué | coupé (ongle).

शमितृ śamitṛ [agt. śam_1] a. m. n. f. śamitrī qui calme son esprit | tueur — m. soc. officiant préposé à la mise à mort des victimes sacrificielles | boucher.

शमी śamī [f. śami] f. natu. bot. Acacia suma, mimosa; véd. son bois sert à allumer le feu sacré par friction, car «Agni s'y cache»; il sert aussi pour le pal [yūpa].

शमीक śamīka m. myth. [Mah.] np. de Śamīka, fils de Śūra, héros vṛṣṇi.

शम्ब śamba m. myth. l'arme d'Indra; parfois identifié avec le syn. vajra | chaîne de fer autour de la ceinture, portée par certains ascètes | sillon de labourage à l'aller.

शम्बर śambara m. espèce de cerf ou de daim | myth. [RV.] np. du démon [dānava] Śambara (ou Śaṃvara); il avait 99 forteresses dans lesquelles il cachait le soma et gardait prisonnier Divodāsa-Atithigva; il personnifie la sécheresse; Hiraṇyakaśipu l'employa pour persécuter Prahlāda; Indra détruisit ses forts et le tua pour libérer le soma | myth. np. de l'asura Śambara_1 qui enleva Pradyumna enfant; ce dernier s'échappa, et devenu adulte revint pour le tuer, et épouser sa femme la magicienne Māyāvatī.

शम्बु śambu m. natu. coquillage bivalve; huître, moule, coque | var. śambuka id.

शम्बूक śambūka [śambu] m. natu. coquillage | myth. [Rām.] np. du śūdra Śambūka, qui pratiquait fautivement l'ascèse [tapasya] au dvāparayuga sans initiation; cette infraction provoqua la mort du fils d'un brahmane qui en fit reproche à Rāma; la cause du désordre ayant été expliquée par Nārada, Rāma lui trancha la tête, et le jeune brahmane revint à la vie.

शम्भल śambhala m. bd. [Kālacakra] np. du royaume mythique souterrain de Śambhala; c'est une terre pure fabuleuse, et un royaume spirituel, celui du Buddha du futur Maitreya; la tradition Vajrāyana lui donne une succession de 32 rois depuis le Buddha; les 7 premiers sont des saints [dharmarāja] transmettant l'enseignement de la Roue du temps [Kālacakra]; les 25 plus récents sont prophétisés comme annonçant Kalkī | myth. [VP.] lieu supposé de la naissance de Kalkī à l'Apocalypse.

शम्भु śambhu var. śaṃbhu [śam_3-bhu] m. myth. np. de Śambhu «Bienheureux», nom d'un aspect propice de Śiva | myth. [Rām.] np. du daitya Śambhu_1, meurtrier de Kuśadhvaja.

 śambhukṛpā [kṛpā] f. myth. miséricorde de Śiva bienveillant.

  śambhukṛpāmanoharastava [manohara-stava] m. lit. np. du Śambhukṛpāmanoharastava «Hymne au miracle de la miséricorde de Śiva», œuvre de Ratnakaṇṭha.
 śambhukṛpā

 śambhunātha [nātha] m. géo. np. de Śambhunātha, épith. de Śiva «Bienheureux seigneur», il est adoré not. au temple éponyme au Nepāla | hist. np. de Śambhunātha_1, guru d'Abhinavagupta pour la doctrine kaula.
śambhu

शय śaya [agt. śī_1] a. m. n. f. śayā ifc. gisant, couché, étendu sur; dormant sur — act. m. sommeil | lit, couche — f. śayā endroit de repos.

शयन śayana [agt. śī_1] n. lit, couche | sommeil, repos.
śayanīkṛ se faire une couche de.
śayanāya icchati il veut s'allonger pour dormir.

 śayanagṛha [gṛha] n. chambre à coucher.

 śayanaracana [racana] n. l'arrangement de la couche, l'un des 64 arts [kalā].
śayana

शयनीय śayanīya [pfp. [2] śī_1] a. m. n. f. śayanīyā servant à dormir ou à se reposer — n. lit, couche.
śayanīyam adv. (impers.) il faut dormir.

शयित śayita [pp. śī_1] a. m. n. f. śayitā gisant, étendu, couché; qui repose, qui dort; endormi.

शयितव्य śayitavya [pfp. [3] śī_1] a. m. n. f. śayitavyā qui doit dormir ou se reposer — n. (impers.) il faut se reposer.
rātrāvapi nikāmaṃ śayitavyaṃ nāsti je ne peux pas dormir à saciété, même pendant la nuit.
mayā hutavahe śayitavyam il doit être versé par moi dans le feu.

शयु śayu [śī_1-u] m. natu. [«qui est allongé»] boa.

शय्या śayyā [act. śī_1] f. lit, couche | repos, sommeil | lit. (poétique) le mot juste.

शर śara [act. śṝ] m. natu. bot. Saccharum sara, roseau (dont on fait des flèches) | flèche | math. symb. le nombre 5 (pour les 5 puṣpabāṇa) | peau du lait; cf. saras || gr. καλαμος; lat. calamus; all. Halm; ang. halm; fr. chalumeau.

 śaraja [ja] a. m. n. f. śarajā né dans les roseaux.

 śaradhi [dhi] m. carquois.

 śarapuṅkha [puṅkha] m. empennage d'une flèche | natu. bot. Tephrosia purpurea, indigo sauvage, légumineuse buissonnante aux fleurs pourpres.

 śarabandha [bandha] m. lit. poème géométrique [citrakāvya] en forme de flèche.

 śarabhaṅga [bhaṅga] m. myth. [Rām.] np. de l'ermite Śarabhaṅga «Briseur de flèches»; il accueillit Rāma dans la forêt Daṇḍakā après avoir reçu la visite d'Indra; il envoya Rāma, Lakṣmaṇa et Sītā chez l'ascète Sutīkṣṇa, puis s'immola dans le feu pour rejoindre le ciel de Brahmā sous les traits d'un ange étincelant.

 śarabhinna [bhinna] a. m. n. f. śarabhinnā transpercé d'une flèche.

 śarayantraka [yantraka] n. ficelle servant à lier les feuilles de palme d'un manuscript.

 śaralāva [lāva] a. m. n. f. śaralāvī coupeur de roseaux; débroussailleur.

 śaravarṣa [varṣa] n. pluie de flèches.

  śaravarṣin [-in] a. m. n. f. śaravarṣiṇī qui lance une pluie de flèches.
 śaravarṣa

 śarastamba [stamba] m. touffe de roseaux.

 śarāsana [āsana] n. [«qui lance des flèches»] arc.

 śarāhata [āhata] a. m. n. f. śarāhatā frappé par une flèche.
śara

शरच् śarac iic. śarad.

 śaraccandra [candra] m. lune d'automne.

 śaracchikhin [śikhin] m. natu. paon (en automne, ayant arrêté de crier).
śarac

शरण śaraṇa [agt. śri] a. m. n. f. śaraṇā qui protège, qui défend — act. n. abri, sanctuaire, refuge | asile, protection.
śaraṇaṃ gam chercher refuge auprès de <acc. g.>.
śaraṇaṃ id.
śaraṇīkṛ (md.) chercher refuge auprès de <acc.>.
buddhaṃ śaraṇaṃ gacchāmi bd. Je prends refuge dans le Buddha (premier vœu d'un disciple bd.).
kimanyaccharaṇam je ne peux pas aider.

 śaraṇagamana [gamana] n. bd. premier vœu d'un disciple bd. de «prendre refuge en Buddha».

 śaraṇada [da] a. m. n. f. śaraṇadā qui accorde sa protection.

 śaraṇadeva [deva] m. hist. np. de Śaraṇadeva, poète de la cour du roi Lakṣmaṇasena du Bengale, à la fin du 12e siècle; on lui doit la Durghaṭavṛtti.

 śaraṇalaya [laya] m. lieu d'asile; refuge, abri.

 śaraṇāgata [āgata] a. m. n. f. śaraṇāgatā qui vient chercher refuge ou protection; qui demande asile, réfugié; fugitif.

 śaraṇāgati [āgati] f. demande d'asile ou de protection | phil. fait de se placer sous la protection d'une divinité.

 śaraṇārthin [arthin] a. m. n. f. śaraṇārthinī qui cherche refuge; qui demande protection.
śaraṇa

शरण्य śaraṇya [śaraṇa-ya] a. m. n. f. śaraṇyā qui offre l'asile, qui accorde protection (à <g. iic.>); protecteur | qui cherche asile chez <iic.>.

 śaraṇyatā [-tā] f. fait de donner protection.
śaraṇya

शरत् śarat iic. śarad.

 śaratkāla [kāla_1] m. saison d'automne.
śaratkālam var. śaratkāle adv. en automne.
śarat

शरद् śarad f. saison [ṛtu] d'automne (mois d'āśvina et kārttika) | année | pl. śaradas des années (poétique).
śaracchatam adv. pour 100 ans.
śataṃ jīva śaradaḥ Puissiez vous vivre jusqu'à 100 ans.

 śaradvat [-vat] m. myth. [Mah.] np. du sage Śaradvān «(né en) Automne», fils de Kṛpa Gautama, né avec des flèches [śara] à la main; il était attiré par les armes, qu'il obtint par ses austérités de brahmacārin; Indra tenta en vain de l'en détourner par la séduction de la nymphe Jānapadī; sa semence tomba dans une touffe de roseau [śarastamba], où naquirent deux jumeaux, garçon et fille; le roi Śāṃtanu les recueillit, et les adopta sous les noms de Kṛpa et Kṛpī.
śarad

शरभ śarabha m. natu. bélier Markhor aux cornes en spirale | myth. śarabha, animal fabuleux créé par Brahmā; ce griffon à 8 pattes [aṣṭapad] est plus fort que le lion et l'éléphant, et court à une vitesse prodigieuse; il orne notamment les colonnes des temples d'Inde du Sud, où il est appelé yālī; le thème du śarabha dominant l'éléphant représente la victoire de l'hindouisme sur le bouddhisme; syn. vyāla.

 śarabheśvara [īśvara] m. myth. [SP.] np. de Śarabheśvara, forme de Śiva-Vīrabhadra qui met fin à l'incarnation de Narasiṃha.

 śarabhopaniṣad [upaniṣad] f. lit. np. de la Śarabhopaniṣad, aussi appelée Paippalādopaniṣad.
śarabha

शरव्य śaravya [śaru] a. m. n. f. śaravyā capable de blesser — f. śaravyā tir de flèche; déluge de flèches — n. cible; but.

 śaravyatā [-tā] f. fait de devenir une cible; exposition au danger.
śaravya

शरस् śaras [relié à saras] n. crème, peau du lait | fine couche de cendres.

 śarogṛhīta [gṛhīta] a. m. n. f. śarogṛhītā couvert d'une peau (lait); recouvert d'une croûte ou d'un film.
śaras

शरारु śarāru a. m. n. f. dangereux, toxique, méchant.

शराव śarāva m. n. assiette, écuelle, bol; plat ou pot (en terre) | couvercle de plat.

शरीर śarīra [śṝ-īra] m. n. corps humain, personne; vie | phil. [vedānta] le corps physique périssable, l'un des 3 corps formé par les 5 enveloppes [kośa] de l'âme; cf. kāraṇa, sūkṣma, sthūlaf. śarīrā ifc. corps de.
śarīrībhū prendre corps, s'incarner.
śarīram ādyaṃ khalu dharmasādhanam On remplit son devoir, en vérité, en prenant soin de son corps.

 śarīraka [-ka] n. petit corps | phil. «ce vil corps».

  śarīrakastūpa [stūpa] m. bd. reliquaire de restes corporels de Buddha.
 śarīraka
śarīra

शरीरिन् śarīrin [śarīra-in] a. m. n. f. śarīriṇī corporel — ifc. ayant pour corps <iic.> — m. créature; homme.

शरु śaru [śṝ-u] f. trait, lance, flèche | myth. missile divin, arme d'Indra et des génies des vents [marutas] — f. myth. cette arme personnifiée.

शरे śare [loc. śara] iic. .

 śareja [ja] a. m. n. f. śarejā cf. śaraja.
śare

शर्करा śarkarā f. pl. śarkarās gravier, sable; calcul, bouchon | sucre (candi ou cristallisé) || lat. saccharum; ang. sugar; fr. sucre; pali sakharā.

शर्मन् śarman [śri-man] n. abri, refuge, protection; sécurité — m. ifc. soc. joie de, bonheur de | soc. titre Śarmā formant des np. de brahmanes.

शर्मिन् śarmin [śarman-in] a. m. n. f. śarmiṇī heureux, fortuné, chanceux.

शर्मिष्ठा śarmiṣṭhā [super. śarmin] f. myth. np. de Śarmiṣṭhā «la plus Fortunée», fille de Vṛṣaparvā, épouse de Yayāti et mère de Puru, Druhyu, et Anu.

शर्य śarya [śara] m. flèche; missile — f. śaryā canne; tige, flèche; doigt.

 śaryaṇa [-na] m. pl. bosquet de roseaux | véd. np. d'une région du Kurukṣetra.

  śaryaṇāvat [-vat] m. véd. np. du Śaryaṇāvān, région d'altitude du Kurukṣetra où l'on trouve le soma.
 śaryaṇa
śarya

शर्याति śaryāti m. myth. np. du roi Śaryāti, fils de Manu-Vaivasvata; il vit à la cour de Yama; il fonda la dynastie des Śāryātās; il est père de la belle Sukanyā, qu'il dut marier au vieil ascète aveugle Cyavana qu'elle avait perturbé dans ses pénitences; c'est pour Śaryāti que Cyavana exécuta le yajña au cours duquel les Aśvinau burent le soma, en désobéissance à Indra; Ānarta est son fils.

शर्व śarva [śaru] m. myth. np. de Śarva, épith. de Rudra-Śiva «(qui tue) avec sa flèche» | véd. l'un des 11 rudrās.

 śarvavarman [varman] m. hist. np. du grammairien Śarvavarmā; il vivait au 2e siècle en Inde du Sud, sous les Sātavāhanās; il est l'auteur du Kātantra.
śarva

शर्वर śarvara [śarva-ra] a. m. n. f. śarvarī tacheté; étoilée — f. śarvarī nuit (étoilée) | crépuscule | myth. np. de Śarvarī, épouse de Doṣa, mère de Śiśumāra | pl. śarvarās myth. épith. des chevaux (ou des antilopes) des vents [marutas] «à la robe étoilée».

शर्विलक śarvilaka m. lit. np. du brahmane Śarvilaka, voleur cynique dans la pièce Mṛcchakaṭikā; il se révolte contre l'injustice du roi, et aide Āryaka_1 à le renverser.

शल् śal v. [1] pr. (śalati) pp. (śalita) pf. (ut) sauter (avec uc-).

शल śala m. pointe, broche, lance | piquant de porc-épic | myth. [Mah.] np. de Śala «Qui transperce», un des 100 fils de Dhṛtarāṣṭra | myth. np. du roi Śala_1 «Embroché», fils aîné du roi Parīkṣit; il refusa de rendre les chevaux qu'il avait empruntés à l'ermite Vāmadeva_1; lors de leur querelle, des géants l'attaquèrent et le transpercèrent d'un trident.

 śalala [-la] m. natu. porc-épic — n. piquant de porc-épic — f. śalalī id.
śala

शलभ śalabha m. natu. zoo. papillon de nuit | natu. sauterelle — v. [11] pr. md. (śalabhāyate) aller à une mort certaine (comme un papillon de nuit se jetant dans le feu).

शलाका śalākā [śala-āka] f. baguette, tige, brindille; bout de bois; règle; barre; pion | baleine de parasol; barreau de cage | aiguille de porc-épic; épine; pousse | dé à jouer cylindique de section quadrangulaire, d'ivoire ou d'os | flèche; aiguille, instrument pointu; bistouri; pinceau; not. applicateur de collyre — m. śalāka id. (rare).

 śalākāpari [pari] ind. coup de dé défavorable | manqué d'un dé.

 śalākāparīkṣā [parīkṣā] f. méthode traditionnelle d'examen: l'étudiant doit commenter une page choisie au hasard par une aiguille dans un ouvrage [grantha] du sujet de l'examen.

 śalākāpuruṣa [puruṣa] m. jn. personne éminente; la tradition en compte 63: 24 saints émancipateurs [tīrthaṅkara], 27 héros épiques (répartis en 9 groupes de triplets formés d'un saint [baladeva], d'un héros [vāsudeva] et d'un anti-héros [prativāsudeva]), et 12 empereurs [cakravartin].
śalākā

शलातुर śalātura [śala-ātura] n. géo. np. du village de Śalātura, lieu d'origine présumé de Pāṇini, près de mod. Peshawar.

शलालु śalālu n. substance parfumée.

 śalāluka [-ka] a. m. n. f. śalālukī qu vend du śalālu.
śalālu

शल्य śalya [śala] m. n. pointe de flèche ou de lance | épine, écharde, piquant — m. porc-épic | myth. [Mah.] np. de Śalya «Lancier», roi des madrās, frère de Mādrī; il incarne l'asura Saṃhrāda; son emblème est le sillon [sītā]; il rassembla une grande armée, promit à Duryodhana d'être son général en chef, et à la requête de Yudhiṣṭhira accepta de servir de cocher à Karṇa dans son combat contre Arjuna; après la mort de Karṇa il commanda l'armée des Kauravās; il tua au javelot Uttara, fut attaqué par son frère Śveta, et en fut sauvé par Bhīṣma; après une longue bataille inconclusive à la massue avec Bhīma, il fut tué par Yudhiṣṭhira armé du missile céleste Kālarātrī; cf. Ārtāyanif. śalyā ifc. id.

 śalyaka [-ka] m. natu. zoo. Hystrix Indica, porc-épic.

 śalyatantra [tantra] n. manuel de chirurgie.

 śalyaparvan [parvan] n. lit. 9e livre du Mah., «de Śalya».
śalya

शल्ला śallā var. śallakī [relié à śalya] f. natu. bot. Boswellia serrata, arbre dont la résine sert à faire l'encens.

 śallaka [-ka] m. natu. porc-épic — f. śallikā f. śallakī cf. śallā.
śallā

शव śava m. n. cadavre.

 śavārūḍha [ārūḍha] a. m. n. f. śavārūḍhā myth. se dit d'une divinité ayant pour monture un cadavre.

 śavāsana [āsana] n. phil. [yoga] posture de relaxation, allongé sur le sol, paumes de main vers le haut, dos adhérant au sol | soc. [tantra] posture d'accouplement «comme un cadavre», où le partenaire féminin est seul actif.
śava

शवर्ग śavarga [(śa)-varga] m. phon. la classe des sibilantes.

शव्य śavya [śava-ya] n. soc. crémation; funérailles.

शश् śaś v. [1] pr. (śaśati) pp. (śaśita) bondir, sauter; danser.

शश śaśa [agt. śaś] m. lièvre, lapin | tache de la Lune en forme de lièvre | type d'homme; cf. pañcamanuṣyavibhāgaf. śaśī lapine.
śaśīsarpanyāya maxime de la lapine et du serpent; la lapine dont les petits sont attaqués trouve la force de tuer le serpent.

 śaśaka [-ka] m. (petit) lièvre, lapin | homme du type lièvre.

 śaśadhara [dhara] m. hist. np. de Śaśadhara (1275–1325), philosophe de la connaissance; il investigua la notion de concomitance [vyāpti]; son ouvrage Nyāyasiddhāntadīpa influença Gaṅgeśa.

 śaśabindu [bindu] m. lune [«qui a une tache en forme de lièvre»] | myth. np. du roi Śaśabindu, fils de Citraratha, père de Bindumatī.

 śaśaśṛṅga [śṛṅga] n. [«corne de lièvre»] objet inexistant [aprasiddha].

 śaśāṅka [aṅka] m. la Lune [«qui porte l'image d'un lièvre»] | hist. np. du roi Śaśāṅka du Gauḍa (fin du 6e siècle); allié secret du roi Devagupta du Mālava, il assassina traîtreusement le roi Rājya Vardhana_1 en 606.

 śaśāda [ada] m. myth. np. de Śaśāda, épith. de Vikukṣi «Mangeur du lièvre (destiné au sacrifice)».
śaśa

शशि śaśi iic. śaśin.

 śaśimauli [mauli] m. myth. épith. de Śiva «Portant la lune en diadème».

 śaśivadanā [vadanā] f. lit. mètre poétique samavṛtta de 21 syllabes «au rythme du lièvre», avec césure [yati_3] après la 11e syllabe.

 śaśivarṇa m. myth. «quia un teint de lune», épith. de Gaṇeśa.
śaśi

शशिन् śaśin [śaśa-in] m. lune [«qui porte un lièvre»].

शश्वत् śaśvat a. m. n. f. śaśvatī perpétuel, continuel, sans fin; incessant; récurrent, fréquent; nombreux — adv. toujours; perpétuellement; continuellement, constamment | tout de suite, là dessus.

शष्कुलि śaṣkuli f. orifice de l'oreille | gâteau de riz sucré cuit à l'huile | var. śaṣkulī id.

शष्प śaṣpa n. herbe tendre | poils pubiens.

शस् śas v. [1] pr. (śasati) pp. (śasta) pfp. (śasya) pf. (vi) couper, égorger, tuer.

॰शस् -śas forme des adv. de manière (comme fr.-ment) | itère le numéral iic. (-fois).

शसन śasana [act. śas] n. abattage, mise à mort.

शस्त śasta_1 [pp. śaṃs] a. m. n. f. śastā_1 dit, récité | loué, célébré, approuvé.

शस्त śasta_2 [pp. śas] a. m. n. f. śastā_2 coupé, égorgé; abattu.

शस्त śasta_3 [pp. śās] a. m. n. f. śastā_3 puni.

शस्त्र śastra [instr. śas] n. épée — n. épée, couteau; dague; arme en gén. | invocation, hymne — f. cf. śastrī || lat. castrāre; fr. castré.

 śastrakarma [karma] n. chirurgie.

 śastraśāstra [śāstra] n. lit. np. du Śastraśāstra ou science des armes, un upaveda.
śastra

शस्त्रिन् śastrin [śastra-in] a. m. n. f. śastriṇī qui porte une arme; armé d'une épée.

शस्त्री śastrī [f. śastra] f. dague, couteau.

 śastrīśyāma [śyāma] a. m. n. f. śastrīśyāmā bleu acier [«bleu comme la lame d'un couteau»].
śastrī

शस्य śasya var. sasya [pfp. [1] śas] a. m. n. f. śasyā à couper; à récolter; à tuer — n. grain, blé; récolte de grain, moisson.

शा śā v. [3] pr. (śiśāti) pr. md. (śiśīte) pp. (śita, śāta) v. [4] pr. (śyati) pf. (ni) véd. aiguiser || lat. catus; ang. hone.

शाक śāka_1 n. légume, végétal — m. [śākavṛkṣa] natu. bot. Tectona grandis, arbre teck | [śākadvīpa] myth. l'un des 7 continents [dvīpa].

 śākadvīpa [dvīpa] m. myth. np. du Śākadvīpa «Continent du teck», entouré d'un océan de lait.

  śākadvīpīya [-īya] a. m. n. f. śākadvīpīyā myth. appartenant au Śākadvīpa | soc. qualifie une classe de brahmanes d'origine Scythe [śaka].
 śākadvīpa

 śākapārthiva [pārthiva] m. roi végétarien.

 śākaprati [prati] ind. un petit peu de légumes.

 śākabhakṣa [bhakṣa] a. m. n. f. śākabhakṣā végétarien.

 śākika [-ika] a. m. n. f. śākikī qui ramasse des légumes.
śāka_1

शाक śāka_2 [act. śak] m. puissance, force; secours | aide, ami.

शाक śāka_3 [vr. śaka] a. m. n. f. śākā relatif aux Śakāsm. n. cf. śākakālam. pl. peuple des Śākās.

 śākakāla [kāla_1] m. ère des Śakās, commençant en l'an 78
śāka_3

शाकट śākaṭa [vr. śakaṭa] a. m. n. f. śākaṭī relatif au chariot, à la charrette | qui va dans un chariot; qui tire un chariot; qui remplit un chariot — m. animal de trait; charretée.

शाकटायन śākaṭāyana [vr. śakaṭa-āyana_1] m. hist. patr. du grammarien antique Śākaṭāyana, mentionné par Pāṇini; certains lui attribuent les uṇādisūtrāṇi | hist. patr. du grammairien jaïne Śākaṭāyana_1 ou Abhinavaśākaṭāyana; il vivait à la cour des rois Rāṣṭrakūṭa à la fin du 9e siècle; il écrivit la grammaire Śabdānuśāsana et sa glose; il professait que tout substantif dérive d'une racine [vyutpattipakṣa].

शाकटिक śākaṭika [vr. śakaṭa-ika] m. charretier.

शाकम् śākam [acc. śāka_1] iic.

 śākaṃbharī var. śākambharī [bhara] f. myth. np. de Śākaṃbharī «la Potagère», épith. de Durgā qui fit pousser des légumes de son propre corps pour sauver le monde d'une sécheresse de 100 ans; [Mah.] son sanctuaire se trouve près du gué Triśulakhāta | géo. capitale des princes cāhuvāṇa.
śākam

शाकल śākala [vr. śakala] a. m. n. f. śākalā teint avec du śakala | concernant une portion, un éclat, etc. | habitant de Śākala | qui suit Śākalyam. n. morceau, portion; fragment, éclat, tesson; écaille — n. lit. texte de Śākalyam. géo. np. de la ville de Śākala, ville du pays Madra (mod. Sialkot au Pañjāb du Pakistan), capitale du roi Milinda; sa déesse tutélaire était Sāvitrī | pl. śākalās les habitants de Śākala.

 śākalasaṃhitā [saṃhitā] f. lit. np. de la Śākalasaṃhitā, compilation du Ṛgveda due à Śākalya.
śākala

शाकल्य śākalya [vr. śakala-ya] m. hist. patr. de l'Érudit [Vidagdha] Śākalya, grammairien qui vivait au nord du Bihāra vers 800 ant.; premier compilateur du Ṛgveda, il en fixa le texte segmenté [Padapāṭha]; sa recension comprend l'Aitareya brāhmaṇa; l'autre recension [śākhā] est due à Bāṣkala.

शाकिन् śākin [agt. śak] a. m. n. f. śākinī puissant — f. śākinī myth. [tantr.] démon femelle assistant Durgā; cf. hākinī.

शाकुन्तल śākuntala [vr. śakuntalā] n. lit. np. du Śākuntala, drame de Kālidāsa, aussi appelé Abhijñānaśakuntalā.

शाक्त śākta [vr. śakta] a. m. n. f. śāktā relatif au pouvoir ou à l'énergie | phil. relatif à la puissance divine, à la Désse [Śakti] — m. soc. [tantr.] sectateur de la Déesse, adepte du tantrisme, qui suit les enseignements des textes canoniques [tantra]; on distingue ceux qui suivent le rituel orthodoxe ou droit [dakṣiṇācāra] de ceux qui suivent le rituel impur ou gauche [vāmācāra].

शाक्य śākya [vr. śaka-ya] a. m. n. f. śākyā qui concerne le peuple des Śakās | soc. np. de famille [jāti] identifiant l'origine Indo-Scythe [śaka]; ce clan était assimilé à la classe [varṇa] kṣatriya; la tradition dit d'un prince śākya qu'il descend d'Ikṣvāku | bd. not. np. de famille du Buddha || pali sākiya.

 śākyabhikṣu [bhikṣu] m. bd. moine bouddhiste.

  śākyabhikṣuka [-ka] m. bd. moine bouddhiste — f. śākyabhikṣukī bd. nonne bouddhiste | soc. (en lit.) entremetteuse.
 śākyabhikṣu

 śākyamuni [muni] m. bd. np. de Śākyamuni, épith. du Buddha «Sage des Śakās».

 śākyasiṃha [siṃha] m. bd. np. de Śākyasiṃha, épith. du Buddha «Lion parmi les Śakās».
śākya

शाक्र śākra [vr. śakra] a. m. n. f. śākrī concernant Śakra-Indran. astr. le nakṣatra Jyeṣṭhā, présidé par Indraf. śākrī np. de Śākrī, épith. d'Indrāṇī.

 śākravarmaṇa [varmaṇa] m. hist. np. de Śākravarmaṇa, grammairien antique mentionné par Pāṇini.
śākra

शाखा śākhā f. rameau, branche, division; espèce; extrémité, doigt | soc. véd. école rituelle, secte; édition d'un texte sectaire.

 śākhāmṛga [mṛga] m. natu. singe [«animal de branche»].

 śākhin [-in] m. arbre [«qui a des branches»].
śākhā

शांकर śāṃkara [vr. śaṃkara] a. m. n. f. śāṃkarā relatif à Śaṅkara-Śiva | relatif à Śaṅkarācārya.

शाङ्ख śāṅkha [vr. śaṅkha] a. m. n. f. śāṅkhā relatif à la conque; fait de coquillage, de nacre — n. son de la conque guerrière.

शाङ्खायन śāṅkhāyana [vr. śaṅkha-āyana_1] m. hist. patr. de Śāṅkhāyana «fils de Śaṅkha», compositeur du formulaire rituel [brāhmaṇa] Kauṣītaki — a. m. n. f. śāṅkhāyanī relatif à Śāṅkhāyanan. lit. son œuvre, not. le Śāṅkhāyanabrāhmaṇa.

 śāṅkhāyanagṛhyasūtra [gṛhyasūtra] n. lit. np. d'un recueil d'instructions du rituel domestique dû à Śāṅkhāyana.

 śāṅkhāyanabrāhmaṇa [brāhmaṇa] n. lit. np. du Śāṅkhāyanabrāhmaṇa, épith. du Kauṣītaki brāhmaṇa «dû à Śāṅkhāyana».

 śāṅkhāyanāraṇyaka [āraṇyaka] n. lit. np. du Śāṅkhāyanāraṇyaka.
śāṅkhāyana

शाट śāṭa m. pièce d'étoffe, robe, jupe; sari — f. śāṭī id. — f. śāṭi id.

 śāṭaka [-ka] m. n. f. śāṭikā id.
śāṭa

शाठ्य śāṭhya [vr. śaṭha-ya] n. tromperie; fausseté, fraude, malhonnêteté.

शाड्वल śāḍvala [śādvala] a. m. n. f. śāḍvalā verdoyant, couvert d'herbe — m. n. (sg. ou pl.) prairie — m. taureau.

शाण śāṇa_1 [instr. śā] m. pierre de touche; pierre à aiguiser.

शाण śāṇa_2 [vr. śaṇa] a. m. n. f. śāṇā fait de chanvre.

शाण्डिल्य śāṇḍilya m. soc. nom de clan [gotra] | hist. np. de Śāṇḍilya, patr. d'un auteur d'aphorismes dévotionnels [Bhaktisūtra], de date inconnue.

शात śāta_1 [pp. śā] a. m. n. f. śātā aiguisé, tranchant | mince, maigre, émacié; faible.

 śātātapa [ātapa] m. hist. np. du légiste Śātātapa, compositeur de smṛti, de date incertaine.

  śātātapasmṛti [smṛti] f. lit. np. de la Śātātapasmṛti, recueil de lois dû à Śātātapa.
 śātātapa

 śātodara [udara] a. m. n. f. śātodarā mince, à la taille fine.
śāta_1

शात śāta_2 [act. śad] m. chute, perte (ongles, cheveux).

शातकर्णिन् śātakarṇin [vr. śatakarṇa-in] m. hist. np. de Śātakarṇī, patr. d'une lignée des Sātavāhanās; not. d'un empereur des Sātavāhanās, qui effectua deux sacrifices de cheval [aśvamedha] et conquit de grands territoires au 2e siècle ant.; sa capitale était Amarāvatī_1 | hist. np. de Gautamīputra Śātakarṇī, qui reconquit l'empire en 78 sous le nom de Śālivāhana.

शातन śātana_1 [act. śā] n. fait d'aiguiser | acuité, finesse; maigreur.

शातन śātana_2 [act. śad] n. fait de faire tomber; coupe, polissage; arrachage, destruction.

शाद śāda m. véd. herbe — f. śādā brique.
śaraśādam du roseau et de l'herbe.

शाद्वल śādvala var. śāḍvala [relié à śāda] a. m. n. f. śādvalā verdoyant, couvert d'herbe — m. n. (sg. ou pl.) prairie — m. taureau.

 śādvalin [-in] a. m. n. f. śādvalinī couvert d'herbe.
śādvala

शानच् śānac nota. gram. affixe primaire [kṛt_2] marquant le participe présent moyen.

शान्त śānta [pp. śam_1] a. m. n. f. śāntā calme, apaisé, tranquille | gentil, propice | inoffensif; mort — m. phil. le paisible, un des 9 modes artistiques [rasa]; on lui associe la couleur jasmin et la divinité Nārāyaṇaf. śāntā myth. [Rām.] np. de Śāntā «Paisible», fille du roi Romapāda; elle épousa l'ascète Ṛśyaśṛṅga — v. [11] pr. (śāntayati) apaiser.
śāntam interj. paix! du calme! tais toi! | à Dieu ne plaise (se dit pour écarter un mauvais présage).
śāntaṃ pāpam vade retro, satanas.

 śāntarakṣita [rakṣita] m. hist. np. du paṇḍita bd. Śāntarakṣita (8e siècle); on lui doit le compendium philosophique Tattvasaṃgraha.

 śāntarasa [rasa] m. phil. sentiment de paix; [Abhinavagupta] le paisible comme expérience esthétique libératoire.

 śāntātman [ātman] n. phil. [KU.] le vrai soi en paix.
śānta

शांतनु śāṃtanu var. śāntanu [vr. śam_3-tanū] a. m. n. f. salubre, sain pour le corps — m. myth. [Mah.] np. du roi mythique Śāṃtanu ou Śāntanu «Bien-portant», 21e roi de la lignée lunaire [somavaṃśa], descendant de Bharata par Kuru et fils de Pratīpa; il usurpa le trône de son frère aîné Devāpi quand celui-ci se fit ermite; par la déesse Gaṅgā il engendra Devavrata, le futur Bhīṣma, patriarche du Mahābhārata; il tomba amoureux de la belle Satyavatī, dont le père adoptif exigea qu'il lui promît la descendance royale, et qui engendra de lui Citrāṅgada et Vicitravīrya.

शान्ति śānti [act. śam_1] f. paix, calme, repos; paix du cœur | prospérité, bénédiction, bonheur | soc. rite propritiatoire préalable à un sacrifice; rite d'apaisement d'un démon de possession; pouvoir [siddhi] d'élimination des dangers | destruction, fin, mort; repos éternel | phil. [śaivasiddhānta] aspect paisible du bindu, associé à Sadāśiva-Tatpuruṣa | myth. np. de Śānti «Paix», fille de Dakṣa, épouse de Dharmam. myth. np. de l'aṅgiras Śānti_1 «Paisible», fils d'Aṅgirā | myth. np. de nombreux autres personnages.

 śāntideva [deva] m. hist. np. du philosophe et poète Śāntideva (~685–763), bd. d'obédience mādhyamika; selon la tradition, ayant reçu l'apparition de Mañjuśrī, il renonça à son destin princier, s'enfuit de son palais et reçut l'ordination à Nālandā; on lui doit le Bodhicaryāvatāra et le Śikṣāsamuccaya; il est particulièrement révéré au Tibet.

 śāntinātha [nātha] m. jn. np. de Śāntinātha «Maître de la Paix», 16e tīrthaṅkara mythique; son corps est jaune d'or, son symbole est un daim ou une tortue.

 śāntiparvan [parvan] n. lit. 12e livre du Mah., «de la pacification».

 śāntipāṭha [pāṭha] m. lit. hymne véd. «de la voie pacifique».

 śāntivacana [vacana] n. invocation d'apaisement, placée en tête d'un ouvrage.

 śāntyatīta [atīta] n. phil. [śaivasiddhānta] principe [tattva] transcendant, aspect suprême du bindu associé à Sadāśiva-Īśāna.

 śāntyudaka [udaka] n. soc. eau consacrée, utilisée dans le rite śānti.

  śāntyudakavidhi [vidhi] m. soc. [Atharvaveda] prescriptions concernant l'eau du rite śānti.
 śāntyudaka
śānti

शान्त्व śāntva [śam_1-tva] n. consolation, réconfort | pl. śāntvāni paroles apaisantes, bonnes paroles.

शाप् śāp [ca. śap] v. [10] pr. (śāpayati) pp. (śāpita) faire jurer par <i.>.

शाप śāpa [act. śāp] m. malédiction, imprécation, anathème.
śāpaṃ proférer une malédiction contre <loc. g. dat. prati-acc.>.
śāpaṃ vac id.
kuberaśāpena adv. par la malédiction de Kubera.

 śāpamokṣa [mokṣa] m. délivrance d'une malédiction.
śāpa

शापित śāpita [pp. śāp] a. m. n. f. śāpitā que l'on a fait jurer.

शाबर śābara [vr. śabara] a. m. n. f. śābarā méchant | relatif à Śabara_1m. offense, injure — f. śābarī langue tribale.

 śābarabhāṣya [bhāṣya] n. lit. np. du Śābarabhāṣya, commentaire Mīmāṃsāsūtrabhāṣya de Śabara_1.
śābara

शाब्द śābda [vr. śabda] a. m. n. f. śābdī sonore | concernant le son | oral, verbal; reposant sur l'autorité du Vedam. grammairien | gram. le signifiant (opp. ārtha le signifié) — f. śābdī myth. np. de Śābdhī «Signifiante», épith. de Sarasvatī.

 śābdabodha [bodha] m. gram. perception du sens d'une phrase; sémantique; cf. abhidhā_2, lakṣaṇa, vyañjanā.

  śābdabodhīya [-īya] a. m. n. f. śābdabodhīyā phil. (sens) obtenu par la compréhension d'une phrase.
 śābdabodha
śābda

शाब्दिक śābdika [vr. śabda-ika] a. m. n. f. śābdikā sonore; qui emet un son | qui concerne les sons ou les mots; verbal — m. [«expert en mots»] grammairien, lexicographe.

 śābdikābharaṇa [ābharaṇa] n. gram. np. du Śābdikābharaṇa, grammaire et lexique de racines [Dhātuvṛtti] dû à Dharmakīrti.
śābdika

शाम् śām_1 [ca. śam_1] v. [10] pr. (śāmayati) ps. (śāmyate) calmer, apaiser; se concilier (not. par un rite de conjuration) | rendre immobile; tuer.

शाम् śām_2 [ca. śam_2] v. [10] pr. (śāmayati) observer.

शाम śāma [agt. śam_1] a. m. n. f. śāmā qui appaise; qui guérit.

शामित्र śāmitra [vr. śamitṛ-a] a. m. n. f. śāmitrā relatif au sacrificateur — m. soc. feu du sacrifice — n. son emplacement | abattoir; lieu d'exécution.

शाम्ब śāmba cf. sāmba.

शाम्भव śāmbhava [vr. śambhu-a] a. m. n. f. śāmbhavī myth. concernant ou dérivant de Śiva; sacré à Śiva.

 śāmbhavopāya [upāya] m. phil. [Abhinavagupta] voie du salut selon Śiva, par laquelle on accède à l'état de jīvanmukti.
śāmbhava

शाम्य śāmya [vr. śama-ya] a. m. n. f. śāmyā relatif à la paix; paisible — n. paix; réconciliation.

शाय् śāy [ca. śī_1] v. [10] pr. (śāyayati) faire dormir, envoyer dormir.

शाय śāya [agt. śī_1] m. qui dort, qui se repose.

शायक śāyaka [agt. śī_1] a. m. n. f. śāyikā qui dort, qui se repose — f. śāyikā posture de sommeil | tour de repos.

शायिन् śāyin [agt. śī_1] a. m. n. f. śāyinī gisant, étendu; reposant.

शार śāra m. pièce, pion (au jeu de dés).

शारद śārada [vr. śarad-a] a. m. n. f. śāradī automnal; mûr | timide, modeste — m. année; nuage — n. grain, fruit (produits d'automne) — f. cf. śāradā.

 śāradacandrikā [candrikā] f. lit. np. de la Śāradacandrikā «Clair de Lune automnal», pièce de style nāṭaka de Bāṇa_2, aujourd'hui perdue.
śārada

शारदा śāradā [f. śārada] f. sorte de luth [vīṇā] | hist. écriture utilisée au Kaśmīra à partir du 8e siècle, évoluée de l'écriture brāhmī; l'écriture gurmukhī en est issue | myth. np. de Śāradā «Luth», incarnation de Sarasvatī, représentant la connaissance et la joie; on la célèbre au festival de navarātra; elle est vénérée not. à Śṛṅgerī; dans son sanctuaire Śāradāsthāna du Kaśmīra elle avait une idole miraculeuse qui fut détruite par Zain-ul-ābidīn pour lui avoir refusé son darśana | géo. np. d'une importante université ancienne du Kaśmīra, située dans la vallée de la rivière Nīlum.

 śāradātanaya [tanaya] m. hist. np. de Śāradātanaya «Fils de Śāradā», originaire d'Inde du Nord (entre le 12e et le 14e siècles); il est l'auteur du Bhāvaprakāśa.

 śāradātilaka [tilaka] m. lit. np. du Śāradātilaka tantra, texte kaula tardif (15e siècle).

 śāradāmāhātmya [māhātmya] n. lit. np. du Śāradāmāhātmya, texte d'éloges du sanctuaire Śāradāsthāna, chapitre de la Bhṛṅgīśasaṃhitā.

 śāradāsthāna [sthāna] n. géo. np. du sanctuaire Śāradāsthāna du Kaśmīra.
śāradā

शारद्वत śāradvata [vr. śaradvat-a] m. myth. np. de Śāradvata, disciple de Kaṇva.

शारिपुत्र śāriputra m. hist. np. de Śāriputra, l'un des disciples préférés du Buddha; il est fréquemment mentionné dans la Jātakamālā, avec Mahāmaudgalyāyana; il est le héros du Śāriputraprakaraṇa.

 śāriputraprakaraṇa [prakaraṇa] n. lit. np. du Śāriputraprakaraṇa «geste de Śāriputra», pièce de théâtre due à Aśvaghoṣa.
śāriputra

शारिबा śāribā f. natu. bot. Hemidesmus Indicus, salsepareille indienne, liane gentianée; la racine de cet arbuste sarmenteux est utilisée en médecine; syn. anantamūla.

शारीर śārīra [vr. śarīra] a. m. n. f. śārīrā corporel — n. méd. physiologie, anatomie.
śārīra daṇḍa châtiment corporel.

शारीरक śārīraka [vr. śarīra-ka] a. m. n. f. śārīrakā corporel — n. phil. l'esprit incarné | doctrine sur sa nature.

 śārīrakamīmāṃsā [mīmāṃsā] f. lit. np. de la Śārīrakamīmāṃsā «Investigation sur l'esprit incarné», épith. du Brahmasūtra.

  śārīrakamīmāṃsābhāṣya [bhāṣya] n. lit. np. du Śārīrakamīmāṃsābhāṣya de Śaṅkara; cf. Brahmasūtrabhāṣya_1 | lit. épith. du Bhāskarabhāṣya, autre glose du Brahmasūtra due à Bhāskara_1.
 śārīrakamīmāṃsā
śārīraka

शार्ङ्ग śārṅga [vr. śṛṅga] a. m. n. f. śārṅgā fait de corne; en forme de corne; pointu — m. f. śārṅgī natu. sorte d'oiseau — n. myth. np. de l'arc Śārṅga de Viṣṇu; cf. Śṛṅga.

 śārṅgaka [-ka] m. pl. myth. [Mah.] petits de śārṅga (en fait fils d'un sage) incapables de voler; dans l'incendie de la forêt Khāṇḍava, ils sont épargnés par Agni, satisfait de leur récitation du Veda, et qui leur accorde un vœu; ils demandent que tous les chats soient brûlés.

 śārṅgadhanus [dhanus] m. myth. épith. de Viṣṇu ou Kṛṣṇa «armé de l'arc Śārṅga».

 śārṅgadhara [dhara] m. hist. np. du poète Śārṅgadhara; il compila l'anthologie Śārṅgadharapaddhati en 1363 | hist. np. du médecin Śārṅgadharācārya (13-14e siècle); cf. Śārṅgadharasaṃhitā.

  śārṅgadharapaddhati [paddhati] f. lit. np. de la Śārṅgadharapaddhati, anthologie de dictons [subhāṣita] due à Śārṅgadhara (1363).

  śārṅgadharasaṃhitā [saṃhitā] f. méd. np. de la Śārṅgadharasaṃhitā, somme de connaissances de la pharmacopée āyurveda du 14e siècle.
 śārṅgadhara

 śārṅgarava [rava] m. hist. np. d'un disciple de Kaṇva «qui crie comme un śārṅga».
śārṅga

शार्दूल śārdūla m. natu. zoo. tigre — ifc. le meilleur parmi — f. śārdūlī natu. tigresse | myth. np. de Śārdūlī, fille de Kaśyapa et Krodhavaśā; elle engendra la race des tigres.
muniśārdūla meilleur parmi les sages.

 śārdūlakarṇa [karṇa] m. bd. np. de Śārdūlakarṇa «Oreille de tigre», fils du chef caṇḍāla Triśaṅku_1, que ce dernier voulait marier à la fille du brahmane Puṣkarasārī.

  śārdūlakarṇāvadāna [avadāna_2] n. bd. np. du Śārdūlakarṇāvadāna «Conte de Śārdūlakarṇa», texte bd. réfutant l'existence naturelle des classes et des castes.
 śārdūlakarṇa

 śārdūlavikrīḍita [vikrīḍita] n. lit. mètre poétique samavṛtta de 19 syllabes «au rythme du jeu du tigre», avec césure [yati_3] après la 12e syllabe; son rythme évoque la marche du tigre; on l'utilise not. pour les souhaits à des jeunes mariés.
śārdūla

शार्यात śāryāta [vr. śaryāti-a] a. m. n. f. śāryātī myth. descendant de Śaryātim. myth. roi de sa dynastie; cf. Haihaya, Tālajaṅgha | pl. myth. le peuple des Śāryātās.

शार्वरिन् śārvarin [vr. śarvara-in] m. astr. np. de Śārvarī «Crépuscule», personnifiant l'an 34 d'un cycle de vie [saṃvatsara].

शार्वरी śārvarī [vr. śarvarī] a. m. n. f. nocturne | pernicieux; lugubre — f. nuit — n. obscurité.

शाल śāla a. m. n. f. śālā qui reste chez soi — m. natu. bot. Shorea robusta ou Śāl, grand arbre utilisé en charpenterie; sa résine [rāla] est utilisée comme laque, pour l'encens, et pour la médecine; de son amande on extrait le beurre d'illipé utilisé en cosmétique; ses feuilles servent à faire des assiettes jetables; le śāla est sacré à Viṣṇu; bd. c'est contre cet arbre que la mère de Buddha s'appuya pour lui donner naissance, et c'est sous cet arbre qu'il passa en parinirvāṇa — f. cf. śālā.
śālam adv. à la maison; chez soi.

 śālagrāma [grāma] m. géo. np. de Śālagrāma, village sacré aux dévots de Viṣṇu [vaiṣṇava], situé sur la rivière Gaṇḍakī | soc. (provenant souvent de Śālagrāma) coquille d'ammonite fossile, utilisée comme image dévotionnelle du cakra de Viṣṇu; on lui attribue des vertus magiques; cf. tulasī.

 śālaparṇī [parṇī] f. natu. bot. Pseudarthria viscida, arbuste de la famille des papillionacées, trifoliée, aux fleurs roses; c'est l'une des 5 racines médicinales mineures [hrasvapañcamūla].

 śālabhañjikā [bhañjikā] f. lit. femme ou nymphe sylvestre [yakṣī] d'une telle beauté qu'elle fait fleurir un arbre qu'elle touche du pied; en sculpture on la représente déhanchée devant un arbre śāla, touchant de la main un rameau fleuri | courtisane.
śāla

शालङ्कायन śālaṅkāyana m. myth. patr. du ṛṣi Śālaṅkāyana ou Sālaṅkāyana, fils de Viśvāmitra | soc. nom de gotra | pl. hist. np. de la dynastie brāhmaṇa des Śālaṅkāyanās, qui régnèrent en Āndhra sur la région de Veṅgī de 300 à 440; ils étaient vassaux des Pallavās.

शाला śālā [f. śāla] f. hutte, maison; appartement; atelier; étable | pièce, salle; salle d'étude — n. śāla ifc. maison de || fr. salle.

 śālāvṛka [vṛka] m. chacal [«loup d'étable»].
śālā

शालाक्य śālākya [vr. śalākā-ya] m. méd. chirurgien; not. oculiste — n. méd. la chirurgie de l'œil et de l'oreille, une section de l'Āyurveda.

शालालुक śālāluka [vr. śalāluka-ka] a. m. n. f. śālālukī qu vend du śalālu.

शालि śāli m. riz | pl. śālayas grains de riz | myth. np. du yakṣa Śāli.

 śālika [-ka] a. m. n. f. śālikā dérivé du riz; à base de riz.

  śālikanātha [nātha] m. hist. np. de Śālikanātha, philosophe mīmāṃsaka du 7e siècle, auteur de la Prakaraṇapañcikā.

  śālikapiṣṭa [piṣṭa] n. farine de riz.
 śālika

 śālicūrṇa [cūrṇa] n. farine de riz.

 śālivāhana [vāhana] m. myth. titre Śālivāhana «qui a Śāli comme monture» du roi indo-scythe [śaka] Gautamīputra Śātakarṇī (78–102); il était kṣatrapa d'Ujjayinī; il fonda l'ère Śaka | pl. śālivāhana hist. np. du peuple et de la dynastie Andhra des Śālivāhanās; cf. Sātavāhanās.

 śālihotra [hotra] m. lit. «qui reçoit le riz en offrande», nom de cheval en poésie | hist. np. de Śālihotra, auteur antique d'un traité vétérinaire éponyme; il vécut à Śrāvastīn. lit. np. du Śālihotram, son œuvre; cf. Śālihotrasaṃhitā.

  śālihotrasaṃhitā [saṃhitā] f. lit. np. de la Śālihotrasaṃhitā, ouvrage vétérinaire de Śālihotra; il traite not. des chevaux et des éléphants.
 śālihotra
śāli

शालिन् śālin [vr. śālā-in] a. m. n. f. śālinī qui possède une maison, propriétaire | sédentaire (opp. yāyāvara) — ifc. qui possède; plein de, doué de, muni en abondance de.

शालीना śālīnā [śālā-īna] f. [«qui mérité d'entrer dans la chambre nuptiale»] nouvelle épouse.

शाल्मल śālmala m. natu. bot. Bombax heptaphyllum ou Salmalia malabarica, cotonnier ou arbre à kapok, à fleurs rouges; on dit que les épines de son tronc sont utilisées pour torturer les damnés en enfer | myth. l'un des 7 continents [dvīpa] — f. śālmalī id. | myth. np. de la Śālmalī, une des rivières de l'enfer | var. śālmali id.

शाल्व śālva m. pl. nom du peuple des Śālvās (à l'ouest des Aravalli) | myth. [Mah.] np. de Śālva, roi de Saubha, qui s'opposa sans succès au rapt par Bhīṣma des filles du roi de Kāśi qu'il devait épouser; Bhīṣma lui rendit l'aînée Ambā qui s'était promise à lui, mais il la répudia; [BhP.] Śālva, ami de Śiśupāla, fit le serment à la mort de celui-ci d'éliminer les Yādavās; par ses austérités il obtint de Śiva la construction par Maya d'une indestructible citadelle de fer magique; il attaqua Dvārakā, défendue par Pradyumna, mais seul Kṛṣṇa put le tuer avec son cakra.

शाल्वेय śālveya [śālva-īya] a. m. n. f. śālveyā pl. géo. np. des Śālveyās, peuple des Śālvās | leur roi.

शाव śāva_1 m. petit d'animal.

 śāvaka [-ka] m. id.
śāva_1

शाव śāva_2 [vr. śava] a. m. n. f. śāvā cadavérique; relatif au cadavre.

शाश्वत śāśvata [vr. śaśvat-a] a. m. n. f. śāśvatī éternel, perpétuel; continuel, incessant, ininterrompu; tout | imminent — n. continuité; éternité — f. śāśvatī la Terre.
śāśvatam éternellement, perpétuellement.
śāśvatīḥ samāḥ adv. pour toujours [«pendant une suite ininterrompue d'années»].

शाश्वतिक śāśvatika [śāśvata-ika] a. m. n. f. śāśvatikā éternel, permanent; constant.

 śāśvatikatā [-tā] f. éternité.
śāśvatika

शास् śās v. [2] pr. (śāsti) v. [1] pr. (śāsati) pft. (śaśāsa) pp. (śiṣṭa, śāsita, śāsta) pfp. (śiṣya, śāsya) abs. (śāsitvā, -śiṣya) pf. (anu, ā, pra, prati) punir, châtier | ordonner, régir, commander, gouverner | éduquer, instruire; enseigner — ps. (śiṣyate) être puni, être commandé, être instruit — ps. (śāṣyate) id.

शास śāsa_1 [act. śās] m. ordre, commande | śāsa commandant, gouverneur; punisseur | myth. np. du ṛṣi Śāsa Bhāradvāja, auteur d'hymnes véd.

शास śāsa_2 [instr. śas] m. couteau de boucher.

 śāsahasta [hasta] a. m. n. f. śāsahastā qui tient un couteau de boucher en main.
śāsa_2

शासक śāsaka [agt. śās] m. maître, précepteur.

शासन śāsana [agt. śās] a. m. n. f. śāsanī qui punit; qui commande; qui enseigne, précepteur — n. punition, châtiment; ordre, édit royal, décret | contrat écrit; titre de propriété; écrit faisant autorité, livre sacré | enseignement, instruction; doctrine, religion | lit. not. enseignement de Śiva à la Déesse dans ses révélations [śaivāgama] — ifc. pouvoir sur.

 śāsanadevatā [devatā] f. jn. divinité yakṣī protectrice associée à un saint jaïne [arhat]; cf. Cakreśvarī.
śāsana

शासित śāsita [pp. śās] a. m. n. f. śāsitā dirigé, gouverné; instruit | contrôlé, restreint | réprimandé, puni.

शासितव्य śāsitavya [pfp. [3] śās] a. m. n. f. śāsitavyā à enseigner, à prescrire | qui doit être dirigé ou instruit.

शासितृ śāsitṛ [agt. śās] a. m. n. f. śāsitrī qui punit; qui dirige; qui instruit | gouverneur, commandant | instructeur, enseignant.

शास्ति śāsti [act. śās] f. correction, punition; commande, ordre; commandement | sceptre.

शास्तृ śāstṛ [agt. śās] a. m. n. f. śāstrī qui punit, qui châtie, qui commande; qui instruit | maître, instituteur, gouverneur | myth. np. de Śāstā «Justicier», épith. de Hariharaputra-Ayyanār portant l'épée et le fouet; Puṣkalā et Pūrṇā_1 sont ses épouses.

शास्त्र śāstra [instr. śās] n. ordre, loi; précepte, règle | enseignement impératif, instruction; commandement | règle, théorie (opp. prayoga la pratique); doctrine, science; connaissance | [«instrument d'instruction»] traité, ouvrage d'enseignement, livre de préceptes; texte sacré — ifc. science de.
anantaṃśāstram alpaṃjīvitam Le savoir est sans fin, mais la vie est courte.

 śāstrakāvya [kāvya] n. lit. [«poésie instructive»] cf. Rāvaṇavadha, Hitopadeśa.

 śāstracarca [carca] m. discussion sur les textes sacrés.

  śāstracarcasadas [sadas] n. débat de discussion sur les textes sacrés.
 śāstracarca

 śāstradīpikā [dīpikā] f. lit. np. de la Śāstradīpikā, œuvre de mīmāṃsā de Pārthasārathi_1 Miśra (13e siècle); il enseigne les systèmes de Kumārila Bhaṭṭa et de Prabhākara Miśra.

 śāstradṛṣṭa [dṛṣṭa] a. m. n. f. śāstradṛṣṭā reconnu par les textes savants.

 śāstrapaddhati [paddhati] f. phil. interprétation canonique des textes sacrés.

 śāstraprameyapariccheda [prameya-pariccheda] m. lit. np. du Śāstraprameyapariccheda de Rāmānujācārya, partie de son Tantrarahasya.

 śāstraratnākara [ratnākara] m. soc. titre Śāstraratnākara d'érudit en textes sacrés.

 śāstravid [vid_3] a. m. n. f. qui connaît les textes sacrés.

 śāstrārtha [artha] m. scolastique, érudition | gram. dialectique interprétative du système de Pāṇini.
śāstra

शास्त्रि śāstri iic. śāstrin.

 śāstripariṣad [pariṣad_2] f. soc. communauté scientifique.
śāstri

शास्त्रिन् śāstrin [śāstra-in] a. m. n. f. śāstriṇī versé dans les écritures; lettré, érudit; savant — m. soc. np. de Śāstrī, titre de lettré.

शास्त्रीय śāstrīya [śāstra-īya] a. m. n. f. śāstrīyā conforme aux enseignements, prescrit par les textes; légal, correct.

 śāstrīyatva [-tva] n. fait d'être prescrit par les textes.
śāstrīya

शास्य śāsya [pfp. [1] śās] a. m. n. f. śāsyā punissable; qu'on doit punir | qui doit être gouverné ou dirigé.

शाह śāha m. géo. np. du Śāha, région du Kaśmīra.

 śāhin [-in] m. hist. np. de la dynastie Śāhī, originaire du Tibet, dernière dynastie hindoue du Nord-Ouest (3e au 10e siècle), régnant sur la vallée de Kabul et le Gandhāra; cf. Ānandapala.
śāha

शिंशपा śiṃśapā f. natu. bot. Dalbergia sissoo, grand arbre Sissou, aux fleurs jaune pâle; il est employé en médecine; son bois, dense et rose veiné, est employé en menuiserie de qualité; lit. le cadavre/vampire du Vetālapañcaviṃśatikā était sur un Sissou; Hanumān observa Sitā prisonnière à Laṅkā du haut d'un Sissou.

शिंशुमार śiṃśumāra [śiśumāra] m. natu. zoo. Platanista Gangetica, dauphin du Gange.

शिक्ष् śikṣ [dés. śak] v. pr. md. (śikṣate) v. pr. (śikṣati) fut. (śayiṣyati) pft. (śiśikṣa) pp. (śikṣita) pf. (anu, upa) étudier, apprendre (de <abl.>) | s'entraîner à <loc.> | vouloir aider, faire preuve d'amitié envers <dat.>; entrer au service de <acc.> — ps. (śikṣyate) être appris ou pratiqué — ca. (śikṣayati) instruire, faire apprendre qqc. à qqn. <2 acc.>.

शिक्षक śikṣaka [agt. śikṣ] a. m. n. f. śikṣikā qui instruit — m. instructeur; enseignant.

शिक्षण śikṣaṇa [act. śikṣ] n. étude; acquisition de connaissances | instruction, enseignement (en <loc. iic.>).

शिक्षणीय śikṣaṇīya [pfp. [2] śikṣ] a. m. n. f. śikṣaṇīyā qui doit être enseigné.

शिक्षा śikṣā [act. dés. śak] f. désir d'accomplir | apprentissage, étude; connaissance, art; science en <loc. iic.> | phil. la récitation ou phonétique, un des 6 traités annexes du Veda [vedāṅga]; cf. Āpiśaliśikṣā | gram. cf. pāṇinīyaśikṣām. śikṣa myth. np. de Śikṣa «Savant», un roi gandharva.

 śikṣāguru [guru] m. maître qui enseigne (opp. dīkṣāguru, qui initie).

 śikṣāvat [-vat] a. m. n. f. śikṣāvatī instruit; savant | instructif.

 śikṣāvallī [vallī] f. lit. 1r chapitre de la TU.

 śikṣāvrata [vrata] n. jn. vœu disciplinaire, exercice spirituel d'un renonçant jaina; on en compte quatre: la pratique de la méditation [sāmāyika], l'évitement de certains lieux [deśāvakāśika], l'expérience de vie ascétique d'une journée [poṣadhopavāsa] et le partage avec un hôte [atithisaṃvibhāga].

 śikṣāṣṭaka [aṣṭaka] n. lit. np. du Śikṣāṣṭaka, poème de 8 vers de quatre strophes dû à Caitanya, et résumant son enseignement.

 śikṣāsamuccaya [samuccaya] m. lit. np. du Śikṣāsamuccaya «Compendium didactique», œuvre philosophique bd. de Śāntideva.
śikṣā

शिक्षित śikṣita [pp. śikṣ] a. m. n. f. śikṣitā appris, étudié | qui a appris <acc.>; instruit, exercé en <acc. loc. iic.> — n. enseignement, instruction.

शिखण्ड śikhaṇḍa [śikhā] m. touffe de poils; mèche de cheveux au sommet de la tête | crête; plumet, aigrette | queue de paon.

 śikhaṇḍaka [-ka] m. id. | mèche de cheveux; groupe de 3 ou 5 mèches réservées dans la coiffure des guerriers.

 śikhaṇḍin [-in] m. myth. [Mah.] np. de Śikhaṇḍī «Portant la mèche», héros des Pāñcālās, en lequel se réincarna Ambā comme transsexuel [klība]; il affronta Bhīṣma au combat; celui-ci refusant de combattre une femme, il servit de bouclier à Arjuna qui porta le coup fatal à son aïeul; ainsi il vengea l'humiliation d'Ambā; il fut attaqué dans son sommeil et tué par Aśvatthāmāf. śikhaṇḍinī myth. np. de Śikhaṇḍinī, fille du roi Drupada qui devint le transsexuel Śikhaṇḍī par échange de son sexe avec le yakṣa Sthūṇakarṇa; épith. injurieuse employée par Ulūka pour désigner Śikhaṇḍī.
śikhaṇḍa

शिखर śikhara [śikhā-ra] a. m. n. f. śikharā pointu, dentelé — m. n. sommet, pic; pointe; faîte, pinnacle | arch. tour principale au-dessus du sanctuaire d'un temple | rubis.

 śikharin [-in] a. m. n. f. śikhariṇī pointu; couronné; muni d'une crête — m. montagne — f. śikhariṇī lit. nom d'un mètre complexe de kāvya de 17 syllabes avec césure [yati_3] après la 6e syllabe et souvent la 11e; il est utilisé not. par Bhavabhūti dans l'Uttararāmacarita.
śikhara

शिखा śikhā f. pointe | aigrette, toupet, crête; touffe de cheveux | soc. mèche réservée lors de la tonsure d'un brāhmaṇa; elle est portée not. par les disciples de Caitanya; syn. cūḍā | phil. [tantr.] la śikhā représente l'espace intermédiaire entre le brahmarandhra et le dvādaśānta | mamelon; pointe du pied | flamme, rayon | soc. intérêt [vṛddhā] [«poussant comme une mèche de cheveux»], payable quotidiennement à un taux usuraire.

 śikhāmaṇi [maṇi] m. joyau porté sur la tête — ifc. splendeur de (titre not. d'ouvrages).

 śikhāmuṇḍa [muṇḍa] a. m. n. f. śikhāmuṇḍā qui a la tête rasée, à l'exception d'une mèche de cheveux.

 śikhāmūla [mūla] n. [«racine avec une touffe»] carotte, navet.

 śikhāvat [-vat] a. m. n. f. śikhāvatī pointu; brûlant, flamboyant — m. feu, lampe | astr. comète — adv. pareil à une crête.
śikhā

शिखिन् śikhin [śikhā-in] a. m. n. f. śikhinī qui a un toupet ou une aigrette | brûlant — m. natu. zoo. paon | feu.
yatnād api kaḥ paśyec chikhinām āhāraniḥsaraṇamārgam | yadi jaladadhvanimuditās ta eva mūḍhā na nṛtyeyuḥ || [PT.] Quelque effort qu'on fasse, on ne verra jamais le cul d'un paon, à moins que cet idiot ne fasse la roue, mis en joie par le grondement de l'orage.

शिग्रु śigru m. natu. bot. Moringa oleifera, arbre Moringa; ses feuilles, riches en protéines, sont utilisées en médecine [āyurveda] — n. ses graines.

शित śita [pp. śā] a. m. n. f. śitā aiguisé, tranchant | mince, maigre, émacié; faible.

शिथिल śithila [śrath-ira] a. m. n. f. śithilā lâche, relâché, desserré, délié, dénoué, libre | flasque, mou — n. nœud défait; relâchement, négligence — v. [11] pr. (śithilayati) pp. (śithilita) rendre lâche, relâcher, desserrer; défaire (ses vêtements) — v. [11] pr. md. (śithilayate) négliger — v. [11] pr. md. (śithilāyate) se relâcher; s'amollir, s'affaiblir.
śithilīkṛ se relâcher; se relaxer.
śithilībhū se relâcher, se défaire; être à l'aise | abandonner, se désister de <abl.>.

शिथिलित śithilita [pp. śithila] a. m. n. f. śithilitā relâché, défait, lâche, flasque.

शिथिली śithilī iic. śithila.

 śithilīkaraṇa [karaṇa] n. phil. [yoga] relaxation.
śithilī

शिबि śibi m. myth. [Mah.] np. du sage royal [rājarṣi] Śibi ou Śivi, descendant d'Uśīnara et Mādhavī, roi des Uśīnarās; il est le symbole de l'altruisme désintéressé et du dévouement surhumain; pour sauver Agni transformé en colombe des coups d'Indra transformé en faucon, il offrit en poids égal des morceaux de son propre corps; un jour un brahmane vint à son palais pour mendier de la nourriture; à sa demande, Śibi tua son fils unique Bṛhadgarbha pour lui préparer le repas; bien que le brahmane ait incendié son palais, il fit bonne figure et le servit; lorsque le brahmane demanda qu'il partage ce repas, alors qu'il était végétarien, il acquiesca; Brahmā qui était venu le tester se révéla alors, et lui rendit son fils et son palais | pl. śibayas myth. ses descendants; cf. śaibya | myth. np. de l'asura Śibi_1, fils de Saṃhrāda.

 śibicarita [carita] n. lit. histoire de Śibi, épisode du livre 3 du Mah. | var. śibicaritra id.
śibi

शिबिका śibikā f. palanquin; litière | estrade.

शिबिर śibira n. résidence royale; camp royal; tente royale | tente; camp retranché | mod. [«camp d'étude»] atelier, séminaire.
saṃbhāṣaṇaśibira mod. camp d'étude du sanskrit parlé.

शिम्ब śimba m. f. śimbā cosse, gousse.

शिम्बि śimbi [śimba] f. cosse, gousse | śimbī id. | natu. bot. Phaseolus Trilobus, légumineuse employée pour le fourrage et en médecine pour guérir l'hépatite.

शिरस् śiras n. tête; crâne | partie supérieure, sommet, pinacle; avant-garde; début (d'un vers) | lit. np. du vers Śirā «āpo jyotir āpo 'mṛtam» [Baudhāyana] — ifc. chef, premier des || gr. χαρα; lat. cerebrum; fr. cerveau, cérébral.
uṣā aśvasya medhyasya śiraḥ [BU.] La tête du cheval du sacrifice, en vérité, est l'Aube.
śirodā [«donner sa tête»] renoncer à la vie.
śirodhṛ var. śirovah [«avoir la tête haute»] être fier.
śiropasthā [«tendre la tête»] reconnaître sa culpabilité.
śirasā grah var. śirasādhā, śirasādhṛ, śirasāvidhṛ, śirasābhṛ, śirasāvah, śirasākṛ porter sur la tête | recevoir avec déférence.
śirasā gam var. śirasāpragrah, śirasādhṛ, śirasāyā, śirasāpraṇam, śirasānipat, śirasāpraṇipat toucher de la tête | se prosterner devant.
śirasi kṛ var. śirasinidhā porter sur la tête.
śirasi sthā [«se tenir sur la tête de»] être très supérieur à <g.>.
śiro'rtiḥ mal de crâne.

 śiromaṇi [maṇi] m. joyau de coiffure ou de turban; diadême | titre d'ouvrage, somme littéraire ou scientifique; principal ouvrage sur un sujet | np. de Śiromaṇi, titre d'érudit [paṇḍita]; cf. Raghunātha_1.

 śirorekhā [rekhā] f. ligne supérieure de l'écriture devanāgarī.

 śirovrata [vrata] n. soc. [MO.] vœu de renoncement, marqué par le rasage de la tête.
śiras

शिरीष śirīṣa [śṝ-īṣa] m. natu. bot. Acacia sirissa ou bot. Albizia lebbeck, arbre au bois noir et aux fleurs blanches odorantes; il attire les perroquets — n. sa fleur; les femmes en font des pendants d'oreille; la douceur de ses pétales évoque en poésie la tendresse.

 śirīṣavaṇa [vana] n. bois d'acacias.
śirīṣa

शिल śila m. glânage (d'épis).

 śilāhāra [āhāra] a. m. n. f. śilāhārā glâneur; qui se nourrit du glânage — m. hist. np. de la dynastie Śilāhāra du nord de l'ouest du Deccan; elle se réclamait de descendre du vidyādhara Jīmūtavāhana; au 13e siècle, elle s'établit dans le Koṅkaṇa comme puissance maritime réglant le commerce à l'Ouest avec les arabes, au détriment de leur voisins [samanta] Rāṣṭrakūṭa; cf. Aparārka.

 śilāhārin [āhārin] a. m. n. f. śilāhāriṇī glaneur.

 śiloccaya [uccaya] m. [«tas de rochers»] montagne.

 śiloñcha [uñcha] m. du. siloñchau glânage d'épis et de grains | subsistance par des moyens de fortune.

 śilottha [uttha] a. m. n. f. śilotthā qui pousse sur les pierres; produit de la roche — n. bitume.
śila

शिला śilā f. pierre, rocher | pierre inférieure d'une meule; syn. dṛṣad.

 śilākuṭṭa [kuṭṭa] m. broyage au mortier.

 śilākṣara [kṣara] n. lithographie.

 śilācārika [cārika] m. épigraphe.

 śilānyāsa [nyāsa] m. arch. pose de la première pierre d'un édifice.

 śilāpaṭṭa [paṭṭa] m. pierre plate, dalle; meule.

 śilāyantra [yantra] n. mod. pierre à lithographier.
śilā

शिलूष śilūṣa m. natu. bot. Ægle marmelos; syn. bilva.

शिल्प śilpa n. décoration; œuvre d'art | art plastique; artisanat, métier; talent, adresse; la tradition en énumère 64; cf. kalā | soc. cuiller à oblation.

 śilpaśāstra [śāstra] n. lit. np. de l'upaveda Śilpaśāstra «Science des arts», discipline définissant les règles de représentation artistique.

 śilpin [-in] a. m. n. f. śilpinī artisan, artiste, ouvrier; not. sculpteur.

  śilpirāja [rāja] m. roi parmi les artistes.
 śilpin
śilpa

शिव śiva a. m. n. f. śivā bienfaisant; favorable, propice, salutaire, de bon augure — m. myth. épith. euphémique du dieu véd. Rudra; plus tard élevé en dieu suprême Śiva, forme transcendante du Divin; sa première épouse, Satī fille de Dakṣa, s'immola par le feu par humiliation qu'il ne soit pas invité au sacrifice que celui-ci fit à Viṣṇu; Śiva, fou de douleur, transporta son cadavre dans l'Univers, en dispersant ses membres en autant de sanctuaires [pīṭhasthāna]; plus tard il épousa sa réincarnation la Fille de la Montagne [Pārvatī], qui incarne son Inaccessible [Durgā] Puissance [Śakti]; leurs fils sont Gaṇeśa et Skanda; Śiva est le patron des ascètes, il porte les cheveux tressés en nattes formant chignon [Jaṭādhāra] et médite au sommet du mont Kailāsa; il est orné de serpents [nāgabhūṣaṇa]; omniscient, il possède le 3e œil [trinetra] au milieu du front, duquel sort le feu qui détruit Kāma; sa monture est le taureau Nandī, son symbole le liṅga; il porte l'arc Ajagava, et est l'archer Pinākin qui détruisit la Cité des trois démons Tripura; il tua le démon-éléphant [gajāsura]; sous sa forme terrible Bhairava il parcourt les champs crématoires avec son sceptre d'os et de crâne [khaṭvāṅga]; il se manifesta comme colonne de Feu [Aruṇācaleśvara] pour montrer sa suprématie à Brahmā et à Viṣṇu; cf. Ardana, Ardhanārīśvara, Īśa, Īśāna, Umāpati, Kapardī, Kālāri, Kṛttivāsas, Kedāra, Gaṅgādhara, Candramukuṭa, Candraśekhara, Tripuraghna, Dhanvin, Dhūrjaṭi, Naṭarāja, Nirañjana, Paśupati, Puramathana, Baṭu, Bhagālin, Bharga, Bhava, Bhikṣāṭana, Manthāna, Mahākāla, Mṛtyuṃjaya, Lakulīśa, Vīrabhadra, Vyomakeśa, Śaṅkara, Śabara, Śambhu, Śarva, Hara | soc. le culte de Śiva élève la puissance destructrice de Rudra en principe divin transcendant suprême [Maheśvara]; ses temples portent son signe [liṅga] dans le sanctuaire du Seigneur [Īśvara], gardé par Nanda et Sunanda; l'arbre bilva lui est sacré, ses feuilles trilobées [tryambaka] lui sont données en offrande | phil. [tantra] la doctrine shivaïte est développée dans les dialogues divins (āgama et nigama); le shivaïsme du Cachemire a développé la doctrine trikan. bien-être, prospérité, bonheur.
śivāya var. śivena heureusement; par chance.
śivāya gamyatām bon voyage!
śivās te panthānaḥ santu bon voyage!

 śivakara [kara_1] a. m. n. f. śivakarī qui cause le bonheur, la prospérité; bénéfique, propice.

 śivakāmasundarī [kāma-sundarī] f. myth. np. de Śivakāmasundarī «Belle du désir de Śiva», épith. de Pārvatī compagne de Naṭeśvara; son sanctuaire principal est à Cidambaram.

 śivagiri [giri] m. géo. np. de l'ermitage [maṭha] du Śivagiri «Mont Śiva», colline près de Varkala sur la côte du Kerala; mod. śrī Nārāyaṇa Guru (1855–1928) y prêcha l'abolition des castes.

 śivagītā [gītā] f. myth. [PP.] sermon prêché par Śiva à Rāma.

 śivajñāna [jñāna] n. phil. gnose révélée par Śiva dans un āgama.

  śivajñānabodha [bodha] m. lit. np. du Śivajñānabodha, ouvrage synthétique du mouvement śaivasiddhānta du Sud de l'Inde.
 śivajñāna

 śivatattva [tattva] n. lit. np. du Śivatattva, ouvrage de śaivasiddhānta.

 śivatva [-tva] n. essence de Śiva.

 śivadṛṣṭi [dṛṣṭi] f. lit. np. de la Śivadṛṣṭi «Vision de Śiva», ouvrage de base de la doctrine śaivasiddhānta de la Reconnaissance [pratyabhijñāśāstra]; son auteur est Somānanda (fin du 9e siècle).

 śivadviṣṭā [dviṣṭā] f. natu. fleur de l'arbre pandane, bot. Pandanus odoratissimus; elle est odieuse à Śiva; cf. ketakī.

 śivadhanus [dhanus] n. myth. arc de Śiva; cf. Bhīmasena.

 śivadharma [dharma] n. lit. np. du Śivadharma, texte rituel shivaïte du 5e siècle; il fait partie de la Nandikeśvarasaṃhitā.

 śivapura [pura] n. géo. np. de Śivapura, épith. de Vārāṇasī «Cité de Śiva» — f. śivapurī id. | géo. np. de Śivapurī, tiers du site d'Oṃkāreśvara.

 śivapurāṇa [purāṇa] n. lit. np. du Śivapurāṇa; cf. Vāyavīyapurāṇa.

 śivapuṣpaka [puṣpaka] m. natu. bot. Calotropis gigantea; cf. jambhana_1.

 śivamahiman [mahiman] m. myth. majesté de Śiva.
śivamahimnaḥ stava m. lit. hymnes de louange de Śiva.

 śivayogadīpikā [yoga-dīpikā] f. lit. np. de la Śivayogadīpikā, texte śaiva tardif.

 śivarātri [rātri] f. soc. festival de la nuit de Śiva, le 14e jour [caturdaśī] de la quinzaine sombre [kṛṣṇapakṣa] du mois de māgha; c'est un jour de jeûne [vrata]; on y célèbre le mariage de Śiva et Pārvatī et la danse cosmique [tāṇḍava] de Śiva; dans les sanctuaires le liṅga est ondoyé de pañcagavya; les fidèles passent la nuit au temple à chanter des hymnes, et les épouses y prient pour la longévité de leurs époux.

 śivaliṅga [liṅga] n. cf. liṅga | soc. geste [abhinaya] du pouce dressé symbolisant le śivaliṅga.

 śivaśaraṇa [śaraṇa] a. m. n. f. śivaśaraṇā «protecteur de Śiva», qualifie les prosélytes shivaïtes tels que Basava.

 śivasūtra [sūtra] n. lit. np. du Śivasūtra, recueil shivaïte [āgama] consistant en 77 stances [sūtra]; il est à la base du système trika du Kaśmīra; on dit qu'il fut révélé en rêve à Vasugupta; Kṣemarāja en fit le commentaire Vimarśinī_1 | pl. śivasūtrāṇi gram. 14 formules décrivant les familles de phonèmes utiles à l'Aṣṭādhyāyī; cf. pratyāhārasūtra.

  śivasūtravimarśinī [vimarśinī] f. lit. np. de la Śivasūtravimarśinī, commentaire du Śivasūtra dû à Kṣemarāja.
 śivasūtra

 śivasoma [soma] m. hist. np. de Śivasoma, disciple de Śaṃkara_1, guru du roi Indravarmā_1.

 śivastotra [stotra] n. lit. np. de l'hymne dévotionnel Śivastotra, attribué à Rāvaṇa.

 śivasmāmin [svāmin] m. hist. np. de Śivasvāmī, poète bd. du Kaśmīra, au 9e siècle; il était poète de cour du roi Avantivarmā (855–883); on lui doit le mahākāvya Kapphiṇābhyudaya.

 śivādityamiśra [āditya-miśra] m. hist. np. du logicien Śivādityamiśra (12e siècle), auteur de la Saptapadārthī.

 śivānanda [ānanda] m. hist. np. de Śivānanda «Joie du Seigneur», nom de divers personnages; not. mod. Svāmī Śivānanda_1 (1887–1963), médecin, sage et écrivain, fondateur de la «Divine Life Society».
śiva

शिवजी śivajī [śiva-] m. hist. np. du roi Marathe Chattrapati Śivajī (1627–1680); il est fils du mercenaire Śahjī, de famille Bhonsle, général du sultanat d'Ahmednagar, puis du sultanat de Bijapur à Pune; il combattit les empereurs moghols et créa un puissant royaume hindou au Deccan au 17e siècle.

शिवि śivi cf. śibi.

शिश् śiś cf. śā.

शिशिर śiśira [śyā-ira] a. m. n. f. śiśirā frais, froid — m. n. froid, fraîcheur, gel | saison froide (mois de māgha et phālguna).
śiśirīkṛ refroidir, rafraîchir.
śiśirībhū se refroidir.

 śiśirapathika [pathika] m. lit. [«voyageur hivernal»] catégorie de vers dans les anthologies; syn. hemantapathika.

 śiśiravasanta [vasanta] m. du. śiśiravasantau le froid et le chaud; l'hiver et le printemps.

 śiśireśvara [īśvara] m. myth. np. de Śiśireśvara, épith. de Śiva «Maître du froid»; il a un temple à Bhuvaneśvarī_1.
śiśira

शिशिरित śiśirita [śiśira-ita] a. m. n. f. śiśiritā refroidi | tremblé; crénelé (se dit not. du contour d'un yantra linéaire formant des recoins à angle droit).

शिशु śiśu m. enfant, jeune garçon; syn. kumāra, bāla | petit d'un animal — v. [11] pr. md. (śiśūyate) se comporter comme un enfant.
śiśūyate vṛddhaḥ le vieillard retombe en enfance.

 śiśutva [-tva] n. enfance.

 śiśunāga [nāga] m. hist. np. de Śiśunāga, prince du clan Licchavi, ministre [amātya] du Magadha, vice-roi de Vārāṇasī (5e siècle ant.); il mit fin à la dynastie Haryaṅka et devint empereur du Magadha; il établit sa capitale à Vaiśālī_1; il conquit Avanti et mit fin au pouvoir des rois Pradyota.

 śiśupāla [pāla] m. myth. [Mah.] np. de Śiśupāla «Protecteur des enfants», prince des Cedayas, fils de Damaghoṣa et de Śrutaśravā (et donc cousin paternel de Kṛṣṇa); lorsqu'il naquit, il avait 3 yeux et 4 bras, et il brayait comme un âne; on lui prédit qu'il perdrait son 3e œil et ses 2 bras supplémentaires à la vue de l'homme destiné à le tuer; un jour où Kṛṣṇa visitait le pays Cedi, il prit l'enfant dans ses bras et le miracle se produisit; sa mère lui fit alors promettre que si son fils lui faisait offense, il lui pardonnerait; Kṛṣṇa jura qu'il ne lui nuirait pas à moins qu'il ne l'insultât cent fois; il grandit et devint un roi puissant; Rukmiṇī lui fut promise, mais elle était amoureuse de Kṛṣṇa qui l'enleva le jour prévu pour son mariage; lors du sacrifice solennel [rājasūya] de Yudhiṣṭhira, Bhīṣma proposa d'honorer Kṛṣṇa comme hôte d'honneur recevant l'arghyā en premier, mais Śiśupāla se mit à l'insulter; à la centième insulte Kṛṣṇa le décapita avec son disque [cakra] Sudarśana; Śiśupāla, dernier avatar de la troisième renaissance des dvārapālau maudits, put alors se libérer en se fondant en Kṛṣṇa «comme un météore qui frappe la Terre».

  śiśupālagaḍa [gaḍa] m. géo. np. de Śiśupālagaḍa, capitale médiévale du Kaliṅga, à l'emplacement de l'antique Toṣalī; mod. les ruines de ses fortifications sont à 5 km au sud de Bhubaneśvar.

  śiśupālavadha [vadha] m. lit. np. du Śiśupālavadha «Meurtre de Śiśupāla», grand poème de Māgha; à la requête des dieux, Nārada demande à Kṛṣṇa de tuer son propre cousin Śiśupāla, réincarnation de Hiraṇyakaśipu et Rāvaṇa; lors du rājasūya de Yudhiṣṭhira, Kṛṣṇa insulté 100 fois s'en acquitta sans renier sa parole à sa mère; le poème est l'objet de commentaires de Mallinātha_1 et Vallabhadeva.
 śiśupāla

 śiśumātṛ [mātṛ] f. pl. śiśumātaras myth. [Mah.] les 7 «mères (dangereuses) aux enfants» associées à Skanda; cf. Āryā, mātṛgaṇa.

 śiśumāra [māra] m. f. śiśumārī natu. zoo. Platanista Gangetica, dauphin du Gange | natu. crocodile [«tueur d'enfants»] | myth. [VP.] np. de Śiśumāra, créature céleste, mi-homme mi-crocodile; la moitié humaine évoque Viṣṇu et la divinité latente en l'homme, le crocodile dévore le temps, alors que l'univers tourne autour de l'étoile polaire Dhruva qui porte sa queue | astr. constellation de la Petite Ourse, portant Śiśumāra.
śiśu

शिश्न śiśna m. n. queue; pénis.
śiśnaṃ bharaḥ adonné à la luxure.
śiśnodaraparāyaṇaḥ hédoniste, libertin [«qui ne pense qu'à son pénis et son estomac»].

 śiśnadeva [deva] m. myth. satyre, démon personnifiant le pénis — a. m. n. f. śiśnadevā véd. qualifie les barbares «adorateurs du pénis» | libertin, débauché, dépravé.
śiśna

शिष् śiṣ v. [7] pr. (śinaṣṭi) pp. (śiṣṭa) pf. (ava, ut, pari, vi) laisser — ps. (śiṣyate) rester — ca. (śeṣayati) faire rester; épargner.
na śiṣyate manquer.

शिष्ट śiṣṭa_1 [pp. śiṣ] a. m. n. f. śiṣṭā_1 laissé, resté — n. résidu, reste.

शिष्ट śiṣṭa_2 [pp. śās] a. m. n. f. śiṣṭā_2 châtié, puni | ordonné, commandé; enseigné, prescrit; normatif | éduqué, instruit; poli, bien élevé; cultivé, éminent | gram. (locuteur) de registre élevé.

 śiṣṭaprayoga [prayoga] m. pratique correcte (not. de la grammaire [vyākaraṇa]) | gram. usage correct de la langue.

 śiṣṭācāra [ācāra] a. m. n. f. śiṣṭācārā poli, bien élevé — m. bonnes manières; (formule de) politesse.
śiṣṭa_2

शिष्टि śiṣṭi [act. śās] f. correction, punition | langage châtié, parole correcte, enseignement autorisé.

शिष्य śiṣya [pfp. [1] śās] a. m. n. f. śiṣyā qui doit être éduqué — m. élève, apprenti, disciple.

 śiṣyahitā [hitā_2] f. gram. np. de la Śiṣyahitā, glose grammaticale [vṛtti] due à Ugrabhūti Bhaṭṭa (vers 1000).
śiṣya

शी śī_1 var. śe v. [2] pr. md. (śete) v. [1] pr. md. (śayate) pft. (śiśye) aor. md. [5] (aśayiṣṭa) pp. (śayita) pfp. (śayanīya, śayitavya) pf. (ati, adhi, anu, ā, upa, vi, sam) être étendu, être couché, être gisant; reposer | se reposer, dormir; se coucher, s'endormir — ca. (śāyayati) faire dormir, envoyer dormir — dés.(śiśayiṣate) avoir sommeil || lat. quiesco.

शी śī_2 [agt. śī_1] ifc. a. m. n. f. qui repose sur — f. repos de; tranquillité de.

शीक् śīk v. [1] pr. md. (śīkate) pft. (śiśīke) bruiner — ca. (śīkayati) ca. md. (śīkayate) parler.

शीकर śīkara [śīk] m. pl. śīkarās pluie fine, bruine.

शीक्षा śīkṣā cf. śikṣā.

शीघ्र śīghra a. m. n. f. śīghrā rapide; opp. mandan. astr. conjonction — v. [11] pr. md. (śīghrāyate) accélérer.
śīghram adv. rapidement, vite, en vitesse.
śīghreṇa adv. id.

 śīghraga [ga_1] m. myth. [Rām.] np. du roi d'Ayodhyā Śīghraga «Rapide», fils d'Agnivarṇa, père de Maru_1.

 śīghratara [-tara] a. m. n. f. śīghratarā compar. plus rapide.
śīghra

शीत् śīt cf. sīt.

 śītkāra [kāra] m. le son «pschitt»; not. le son de l'eau qui éclabousse | bravo | sons du plaisir amoureux ou de la douleur.
śīt

शीत śīta [pp. śyā] a. m. n. f. śītā froid, frais — n. le froid, gel, hiver.
śītāḥ eau froide (ellipse de āpas).

 śītaka [-ka] a. m. n. f. śītikā paresseux; opp. uṣṇaka.

 śītapitta [pitta] n. méd. maladie de peau; not. urticaire.

 śītapūtanā [pūtanā] f. myth. np. de Śītapūtanā «Puante glaciale», horrible piśācī qui dérobe les fœtus.

 śītāṃśu [aṃśu] m. lune (aux rayons froids); opp. gharmāṃśu.
śīta

शीतल śītala [śīta-la] a. m. n. f. śītalā froid, frais, rafraîchissant | glacé; glaçant | sans passion, calme — m. Lune | camphre — f. cf. śītalā.

 śītalanātha [nātha] m. jn. np. de Śītalanātha «Maître du froid», 10e tīrthaṅkara mythique; son corps est jaune d'or, son symbole est le svastika ou une feuille de pipal.
śītala

शीतला śītalā [f. śītala] f. variole | myth. np. de la déesse Śītalā «la Froide», personnifiant la variole; on prie pour sa protection; sa monture est un âne.

 śītalāsaptamī [saptamī] f. soc. festival du 7e jour de la quinzaine claire [śuklapakṣa] du mois de māgha, consacré à la déesse Śītalā; on doit n'y consommer que des aliments froids.
śītalā

शीधु śīdhu [relié à sīdhu] m. rhum.

शीर्ण śīrṇa [pp. śṝ] a. m. n. f. śīrṇā brisé, déchiré, broyé; fané, détruit; tombé (dent) | pourri, gâté.
śīrṇīkṛ endommager, blesser.

 śīrṇatva [-tva] n. pourriture.
śīrṇa

शीर्ष śīrṣa [śiras] n. tête, crâne; partie supérieure, front; partie antérieure, début | var. śīrṣan véd. id.

 śīrṣaṇya [-ya] a. m. n. f. śīrṣaṇyā phon. [«issu du crâne»] cérébral (phonème); syn. mūrdhanya.
śīrṣaṇyāḥ crinière.

 śīrṣāvaśeṣa [avaśeṣa] a. m. n. f. śīrṣāvaśeṣā dont il ne reste que la tête.
śīrṣa

शीर्षक śīrṣaka [śīrṣa-ka] a. m. n. f. śīrṣakā supérieur, en tête | phil. qui connaît le vers Śirām. myth. np. de Śīrṣaka, épith. de Rāhu «réduit à une tête» — n. tête, crâne | sommet; casque, chapeau; guirlande portée sur la tête | soc. jugement, verdict, sentence.

शील् śīl v. [1] pr. (śīlati) pp. (śīlita) pf. (pari) servir, révérer; pratiquer, agir — ca. (śīlayati) pratiquer intensément, s'engager dans; exercer, cultiver.

शील śīla [act. śīl] m. n. habitude, caractère, disposition, nature | pratique morale; bonne conduite, moralité, piété, vertu | bd. la vertu ou discipline morale, une des 6 perfections [pāramitā] d'un accompli [bodhisattva] — agt. f. śīlā ifc. habitué à, qui pratique, adonné à <iic.>.
kalahaśīla querelleur.
māṃsaśīla qui mange usuellement de la viande; carnivore.
duḥkhaśīla qui a l'habitude de la misère | de mauvaise humeur, irritable.
pañcaśīla mod. les cinq principes fondateurs de l'Etat d'Indonésie.
yuvāno vismaraṇaśīlāḥ les jeunes ont tendance à oublier.

 śīlaguṇopeta [guṇa-upeta] a. m. n. f. śīlaguṇopetā bd. [«qui possède la qualité de vertu»] vertueux.

 śīlavat [-vat] a. m. n. f. śīlavatī de bonne moralité, vertueux — f. śīlavatī myth. np. de Śīlavatī «la Pieuse», épouse d'Ugraśravā; pour sauver celui-ci de la malédiction de Māṇḍavya, elle empêcha le Soleil de se lever; elle fut apaisée par Anasūyā.

 śīlāditya [āditya] m. hist. np. du roi du Mālava Śīlāditya «Soleil de vertu», fils de Yaśodharmā (6e siècle); bouddhiste vertueux, il émigra au Kaśmīra, où il redevint roi en 540.
śīla

शीलन śīlana [act. śīl] n. pratique assidue, étude incessante (not du savoir [śāstra]); dévotion.

Next page

Le chameau Ocaml
Top | Index | Stemmer | Grammar | Sandhi | Reader | Help | Portal
© Gérard Huet 1994-2017
Logo Inria