Previous page

देव् dev v. [1] pr. (devati) ca. (devayati) pp. (dyūna) pf. (pari) [inusité sans pf.].

देव deva [agt. div] a. m. n. f. devī brillant | divin — m. dieu [«être de lumière»] | phil. personnification d'une manifestation de la puissance divine | pl. devās myth. les dieux; la tradition en donne une liste conventionnelle de 33 [trayastriṃśa] | roi, sa majesté — f. devī déesse; reine | phil. np. de Devī, la Déesse — v. [11] pr. (devayati) adorer, prier, faire ses dévotions || lat. divus; fr. divin; avestique daeva.
devau le roi et la reine.
naradeva [«dieu parmi les hommes»] roi.
jayatu devaḥ vive le roi!
devagandharvamānuṣoragarakṣasās les dieux, les génies gandharvās, les hommes, les esprits serpents et les démons rakṣasās.

 devakula [kula] n. temple [«maison de dieu»] — f. devakulā petit temple, chapelle.

  devakulāvāsa [āvāsa] m. pl. dépendances d'un temple.
 devakula

 devagiri [giri] m. géo. np. de la ville de Devagiri au Mahārāṣṭra; c'était la capitale des Rāṣṭrakūṭa au 11e siècle, puis des Yādavās au 13e siècle; elle fut prise par Ala-ud-din Khalji en 1294, puis définitivement par Kutubuddin Mubarak Khilji en 1318; son roi Harapaladeva y fut écorché vif; en 1327 Mohammed Tughluk, sultan de Delhi, la renomma Daulatābād et tenta d'en faire sa capitale; sa forteresse était imprenable, avec 4 murailles de fortifications encerclant un fort établi sur un rocher de 200 m de haut, accessible seulement par un labyrinthe obscur creusé dans le rocher; Ahmad Nizam Shah la captura en 1499; mod. ruines de Daulatābād, à 13 km à l'ouest d'Aurangābād; cf. Rāmacandra_1.

 devagupta [gupta] m. hist. np. du roi Devagupta du Mālava, fils aîné de Mahāsena Gupta (fin du 6e siècle); il attaqua le roi Grahavarmā de Kanyākubjā, le tua et emprisonna son épouse Rājyaśrī; il fut vaincu par Rājya Vardhana_1 et ses biens confisqués; par traîtrise Śaśāṅka, roi du Gauḍa, tua Rājya, mais son frère Harṣa le vengea et s'empara du Mālava qu'il annexa à son empire.

 devagṛha [gṛha] n. [«maison de dieu»] temple, ville sacrée | palais du roi | géo. np. de nombreuses localités ou forts en Inde (mod. Deogarh); not. ville sainte du Jharakhaṇḍa (temple de Vaidyanātha), ville en Uttar Pradesh au sud-ouest de Lalitpur (temple de Daśāvatāra, complexe de temples et monastères jaina), ville d'Orissa à l'est de Sambalpur, ville du Rajasthan au nord d'Udaipur, et temple à Gwalior.

 devagraha [graha] m. phil. [tantra] possession par un dieu.

 devacandra [candra] m. hist. np. du moine jaïne Devacandra (11e siècle); Hemacandra fut son disciple.

 devacarita [carita] n. conduite des dieux.
na devacaritaṃ caret Ne te comporte pas comme un dieu.

 devajana [jana] m. gent divine; divinité | pl. devajanās les êtres divins: dieux, esprits serpents, etc.

 devatrāsa [trāsa] m. crainte des dieux.

 devatva [-tva] n. état divin, divinité.

 devadatta [datta] a. m. n. f. devadattā donné par les dieux; désiré (puisse Dieu nous le donner) | myth. être humain engendré par des dieux, tel Bhīṣmam. lit. np. de Devadatta «Dieudonné», personnage prototype utilisé par la rhétorique, comme Untel | myth. [Mah.] np. de la conque d'Arjuna, donnée par Maya | bd. np. d'un cousin félon du Buddha; cf. Nālāgiri.

 devadāru [dāru] m. n. natu. bot. Cedrus deodara, cèdre de l'Himālaya; ce grand conifère peut atteindre 85 m; myth. [KuS.] Śiva médite sous un cèdre.

 devadāsa [dāsa] m. hiérodule, serviteur de temple ou de monastère | np. de Devadāsa «Serviteur de Dieu», nom de divers personnages — f. devadāsī prostituée sacrée dans un temple.

 devadrāc [ac] a. m. n. f. devadrācī tourné vers la divinité.

 devanāgarī [nāgarī] f. [«de la cité divine»] alphabet, écriture de la langue sanskrite.

 devapati [pati] m. myth. np. de Devapati, épith. d'Indra «Roi des dieux».

 devapāla [pāla] m. hist. np. du roi Devapāla, fils et successeur de Dharmapāla_1; il régna de 810 à 850 sur l'Empire Pāla du Bengale.

 devapūjā [pūjā] f. soc. rite d'adoration divine, un des 6 devoirs d'un brahmane [ṣaṭkarmāni].

 devaprayāga [prayāga] m. géo. np. de la ville sainte de Devaprayāga dans l'Himālaya; l'Alakanandā y rejoint la Bhāgīrathī pour former la Gaṅgā.

 devamandira [mandira] n. temple.

 devamīḍha [mīḍha] m. myth. [Rām.] np. du roi Devamīḍha Janaka, fils de Kīrtiratha, père de Vibudha.

 devaya [ya_2] a. m. n. f. devayā qui recherche les dieux, qui va vers les dieux.

 devayajña [yajña] m. soc. [SB.] véd. le sacrifice aux dieux, un des cinq rites majeurs [mahāyajña].

 devayajya [yajya] n. soc. [SB.] véd. le sacrifice aux dieux — f. devayajyā id.

 devayāna [yāna] a. m. n. f. devayānī qui mène aux dieux — n. voie vers les dieux; véhicule divin | phil. libération à la mort, par la «voie des dieux», opp. pitṛyānaf. devayānī myth. np. de Devayānī «Qui mène aux dieux», fille de Śukra-Uśanā, épouse de Yayāti, mère de Yadu et Turvasu.

 devara [-ra] m. beau-frère (frère de son mari)

 devarata [rata] a. m. n. f. devaratā qui aime les dieux; pieux.

 devarati [rati] f. myth. np. de l'apsaras Devarati «Délice des dieux».

 devarāja [rāja] m. roi de droit divin | myth. np. de Devarāja, épith. d'Indra «Roi des dieux».

 devarāta [rāta] m. myth. np. du roi Devarāta «Donné par les dieux», épith. de Śunaḥśepha_1 fils de Ṛcīka, recueilli par Viśvāmitra et devenu roi de Mithilā sous le titre de Devarāta Janaka; Śiva lui donna l'arc Śaivacāpa, dont son descendant Janakarāja hérita | myth. [BhP.] np. du roi Devarāta Janaka, fils de Suketu_1, père de Bṛhadratha_2.

 devarṣi [ṛṣi] m. sage [ṛṣi] divin; épith. not. de Nārada, Vasiṣṭha.

 devaloka [loka] m. myth. np. de Devaloka, le Ciel des dieux; cf. Svar.

 devavat [-vat] a. m. n. f. devavatī gardé par les dieux, entouré de dieux | semblable à un dieu — adv. à la manière d'un dieu.

 devavāṇī [vāṇī] f. voix divine | [«langue des dieux»] sanskrit.

 devavrata [vrata] a. m. n. f. devavratā qui sert les dieux, pieux — m. myth. [Mah.] np. de Devavrata «le Pieux», fils aîné du roi Śāṃtanu par Gaṅgā; cf. Bhīṣma.

 devasenā [senā] f. myth. [Mah.] np. de Devasenā «Armée divine», fille de Dakṣa (ou de Prajāpati); avec sa sœur Daityasenā elles étaient d'une grande beauté; Keśī tenta de l'enlever, mais elle appela Indra au secours qui la sauva, pour devenir première épouse de Skanda.

 devasomā [soma] f. lit. np. de Devasomā, partenaire de Satyasoma de la pièce Mattavilāsa.

 devasthāna [sthāna] n. résidence divine; temple — m. myth. [Mah.] np. du ṛṣi Devasthāna «qui parle au nom des dieux»; il enseigna à Yudhiṣṭhira la nécessité du pouvoir temporel [daṇḍa] royal.

 devahūti [hūti] f. invocation des dieux | myth. np. de Devahūti, épouse de Kardama, mère de Kapila.

 devahūya [hūya] n. véd. invocation aux dieux.

 devāṃśa [aṃśa] m. myth. incarnation partielle d'un dieu.

 devālaya [ālaya] m. n. temple [«séjour de dieu»]; arch. sanctuaire principal d'un temple || hi. deval; oriya deul.

 devāvasura [asura] m. du. devāvasurau myth. [RV.] les deux titans devenus des dieux, épith. de Mitrāvaruṇau.

 devendra [indra] m. myth. np. de Devendra «Chef des dieux»; il qualifie Indra, et aussi Śiva.
deva

देवक devaka [agt. div] a. m. n. f. devikā céleste, divin — m. myth. [Mah.] np. du roi vṛṣṇi Devaka «Divin», fils d'Āhuka, frère aîné d'Ugrasena, père de Devakī | myth. np. de Devaka_1, fils aîné d'Akrūraf. devakī myth. [Mah.] patr. de Devakī «fille de Devaka»; épouse de Vasudeva, elle est mère de Balarāma et Kṛṣṇa (incarnations respectives d'un cheveu blanc et d'un cheveu noir de Viṣṇu, ou de Śeṣa et de Nārāyaṇa); elle est magicienne; on l'appelle aussi Sahadevā; [HV.] elle incarne sur Terre Aditi.

देवकी devakī iic. f. devaka.

 devakīnandana [nandana] m. myth. épith. de Kṛṣṇa «Fils de Devakī».

 devakīputra [putra] m. myth. épith. de Kṛṣṇa «Fils de Devakī».
devakī

देवता devatā [deva-tā] f. divinité, déité | effigie d'un dieu, idole.

 devatādhikaraṇa [adhikaraṇa] n. phil. rapport aux dieux, médiation avec les dieux | lit. section du Pūrvamīmāṃsāśāstra ayant trait aux dieux.
devatā

देवन devana [act. dīv_1] m. dé à jouer — n. f. devanā jeu de dés; jeu; sport | terrain de jeu; jardin | occupation; service; profession.

देवयु devayu [deva-yu] a. m. n. f. dévoué envers les dieux; dévot, pieux.

देवल devala [deva-la] m. officiant d'une idole | myth. np. du ṛṣi Devala; son ermitage était le tīrtha Utkocaka, où il vivait avec son frère cadet Dhaumya; cf. Huhu.

देवानाम् devānām [g. pl. deva] iic.

 devānāṃpriya [priya] a. m. n. f. devānāṃpriyā aimé des dieux; au fig. simple d'esprit — m. hist. np. de Devānāṃpriya, (pāli Devānaṃpiya), épith. dont se qualifiait le roi Aśoka «Aimé des Dieux».
devānām

देवापि devāpi m. myth. [Mah.] np. du prince kaurava Devāpi «Proche des dieux»; fils aîné du roi Pratīpa, il renonça au trône pour se faire ermite; on dit qu'il vit encore; son frère Śāṃtanu devint roi à sa place.

देवी devī iic. f. deva.

 devīkālottarāgama [kālottara-āgama] n. lit. np. du Devīkālottarāgama, ouvrage mystique śaiva donnant la voie du kālottarajñāna.

 devīcandragupta [candragupta] m. lit. np. du Devīcandragupta «La Reine de Candragupta», pièce dramatique attribuée à Viśākhadeva; elle conte les malheurs du roi Rāmagupta qui perdit sa femme Dhruvadevī à un ennemi śaka; son frère cadet la délivra avant de l'assassiner pour monter sur le trône sous le nom de Candragupta_2.

 devīpīṭha [pīṭha] n. myth. l'un des 51 (ou 64, ou 108) endroits sacrés où sont tombés les morceaux du cadavre de Satī; syn. pīṭhasthāna.

 devīpurāṇa [purāṇa] n. lit. np. du Devīpurāṇa.

 devībhāgavatapurāṇa [bhāgavata-purāṇa] n. lit. np. du Devībhāgavatapurāṇa.

 devīmāhātmya [māhātmya] n. lit. np. du Devīmāhātmya «Glorification de la Déesse», ouvrage du 7e siècle célébrant Durgā et Kālī, inséré dans le Mārkaṇḍeya purāṇa; cf. Śrīdurgāsaptaśatī.

 devīśataka [śataka] n. lit. np. du Devīśataka, recueil de 100 poèmes sur la Déesse d'Ānandavardhana.
devī

देवृ devṛ cf. devara.

देश् deś [ca. diś_1] v. [10] pr. (deśayati) montrer, faire voir; exposer, expliquer, enseigner.

देश deśa [obj. diś_1] m. point indiqué; place, endroit, lieu; région, province, contrée, pays | soc. évidence, document produit en court de justice — ifc. (après partie du corps) indique son emplacement.

 deśaguṇa [guṇa] m. particularité régionale; coutume locale.

 deśaja [ja] a. m. n. f. deśajā local; natif; d'origine | gram. régional

 deśajāta [jāta] a. m. n. f. deśajātā local; natif; d'origine | gram. régional

 deśabhāṣā [bhāṣā] f. langue régionale, vernaculaire.

  deśabhāṣāvijñāna [vijñāna] n. la compréhension des parlers régionaux, l'un des 64 arts [kalā].
 deśabhāṣā

 deśastha [stha] a. m. n. f. deśasthā demeurant dans un pays | soc. désigne une communauté de brahmanes issus du Mahārāṣṭra.

 deśānantara [anantara] n. pays étranger.

 deśāvakāśika [avakāśika] n. jn. observance de l'évitement de certains lieux, un śikṣāvrata.
deśa

देशक deśaka [agt. diś_1] a. m. n. f. deśikā ifc. qui indique, qui montre — m. indicateur; instructeur.

देशना deśanā [act. diś_1] f. direction, instruction.

देशिक deśika [deśa-ika] a. m. n. f. deśikā familier des lieux, guide | titre de maître spirituel | lit. cf. Vedāntadeśika.

देशिन् deśin [agt. diś_1] a. m. n. f. deśinī qui montre le chemin, guide | (au fig.) maître spirituel — f. deśinī index (doigt).

देशी deśī [f. deśa] f. langue vernaculaire | particularisme régional; provincialisme | néologisme non dérivable de la grammaire sanskrite.

 deśīnāmālā [mālā] f. lit. np. de la Deśīnāmālā, dictionnaire de barbarismes et néologismes attestés en prākṛta, dû à Hemacandra, en 8 sections [varga].

 deśīya [-īya] a. m. n. f. deśīyā autochtone, local, indigène; régional, provincial — ifc. natif de | compatriote de | voisin de; approximativement; presque, de peu.
pañcavarṣadeśīyaḥ d'à peu près 5 ans.
abdeśīyaṃ gṛtam du beurre presque liquide.
deśī

देश्य deśya [pfp. [1] diś_1] a. m. n. f. deśyā à montrer; à sélectionner; remarquable; standard | présent; témoin; indigène, régional — n. proposition à prouver, conjecture | accusation à établir — ifc. approximativement; qui laisse à désirer.
pacatideśyam il cuisine d'une manière qui laisse à désirer.

देष्टृ deṣṭṛ [agt. diś_1] a. m. n. f. deṣṭrī indicateur, pointeur.

देष्ट्र deṣṭra [instr. diś_1] n. indication, direction.

देष्ण deṣṇa [dā_1-sna] n. don; cadeau.

देह deha [agt. dih] m. n. corps; forme; masse | phil. la forme charnelle de l'homme; opp. ce qui l'anime [dehin] — ifc. ayant l'apparence de.

 dehavedha [vedha] m. phil. transsubstantiation du corps (simili de lohavedha).
deha

देहि dehi cf. dā_1.

देहिन् dehin [agt. dih] a. m. n. f. dehinī être vivant, homme | phil. [BhG.] [«ce qui anime le corps et lui survit»] âme; syn. ātman.

दैत्य daitya [vr. diti-ya] m. myth. fils de Kaśyapa et Diti, asura perturbant les sacrifices; Bali est le roi des daityās — a. m. n. f. daityā relatif à Diti et à ses fils.

 daityasenā [senā] f. myth. np. de Daityasenā «Armée des démons», fille de Dakṣa, sœur de Devasenā; Keśī l'enleva pour en faire son épouse.
daitya

दैधिषव्य daidhiṣavya [vr. didhiṣū] m. soc. fils d'un second mariage d'une veuve.

दैन daina [vr. dina] a. m. n. f. dainī de jour, diurne; quotidien.

दैनम् dainam [acc. daina] iic.

 dainaṃdina [dina] a. m. n. f. dainaṃdinī quotidien.
dainam

दैनिक dainika [vr. dina-ka] a. m. n. f. dainikī par jour; de jour; quotidien.

दैन्य dainya [vr. dīna-ya] m. tristesse, découragement; détresse | faiblesse, lâcheté.

दैव daiva [vr. deva] a. m. n. f. daivī divin, céleste, provenant des dieux; fatal — m. [«ce qui procède du divin»] volonté divine; destin, sort; hasard, fatalité || lat. divinus; fr. devin.
daivī vāk la langue des dieux (sanskrit).

 daivajña [jña] m. devin, voyant [«qui connaît le destin»] | astr. np. de Daivajña, titre d'astrologue prédictif.
cārān vicārya daivajñairvaktavyam bhūbhujām phalam | grahacāraparijñānam | | [Nīlakaṇṭha_1] Pour prédire son futur au roi, il est indispensable au voyant de consulter les espions avant que d'analyser le cours des astres.

 daivahata [hata] a. m. n. f. daivahatā frappé par le sort.

  daivahataka [-ka] a. m. n. f. daivahatakā frappé par le sort — n. coup du sort | destin tragique.
 daivahata
daiva

दैवत daivata [vr. devatā] a. m. n. f. daivatā qui concerne les dieux — n. divinité; idole | lit. np. du Daivata, section du Nighaṇṭu traitant des divinités — ifc. qui adore.

दैविक daivika [vr. deva-ika] a. m. n. f. daivakī divin — n. fatalité.

दैव्य daivya [vr. deva-ya] a. m. n. f. daivyā divin — n. pouvoir divin | destin.
daivyā hotārā véd. les deux prêtres divins.

दैशिक daiśika [vr. deśa-ika] a. m. n. f. daiśikā spatial.

दैहिक daihika [vr. deha-ika] a. m. n. f. daihikā concernant le corps; corporel.

दोग्धृ dogdhṛ [agt. duh_1] a. m. n. f. dogdhrī qui trait — f. dogdhrī qui allaite; vache laitière; nourrice.

दोल dola m. balancement, oscillation — f. cf. dolā — v. [11] pr. (dolayati) pp. (dolita) balancer.

दोला dolā [f. dola] f. balançoire; berceau; palanquin | (au fig.) hésitation, incertitude.

 dolāpūrṇimā [pūrṇimā] f. astr. pleine lune phālgunī; festival corr., le 14 du mois phālguna, où l'on balance une effigie de Kṛṣṇa pour célébrer sa jeunesse et ses jeux avec les gopī; le soir on allume les feux célébrant le bûcher de Holikā; cf. vasantotsava.

 dolāyātrā [yātrā] f. soc. festival de printemps; syn. holākā, phālgunotsava.
dolā

दोलित dolita [pp. dola] a. m. n. f. dolitā balancé.

दोष doṣa_1 m. soir, obscurité; ténèbres | myth. np. de Doṣa, personnifiant le ciel nocturne, un vasu — f. cf. doṣā.

दोष doṣa_2 [act. dūṣ] m. défaut, vice, faute, erreur | transgression, mal, péché, crime, outrage | méd. affection, maladie; humeur du corps (cf. tridoṣa) | accusation, reproche | lit. défault esthétique d'un ouvrage.
naiṣa doṣaḥ il n'y a pas de mal.
kotra doṣaḥ quel est le problème?.

 doṣajña [jña] a. m. n. f. doṣajñā qui connaît les fautes de <iic.> | qui sait se garder du mal; prudent, sage — m. médecin; lettré; homme sage.

 doṣadṛṣṭi [dṛṣṭi] f. recherche de fautes; découverte de la faute.

 doṣarohita [rohita] a. m. n. f. doṣarohitā exempt d'erreur, sans défaut.
doṣa_2

दोषन् doṣan [dos] n. bras, avant-bras | math. symb. le nombre 2.

दोषा doṣā [f. doṣa_1] f. obscurité; nuit.
doṣām adv. de nuit.

दोस् dos n. bras, avant-bras | math. symb. le nombre 2.

दोह doha [agt. duh_1] a. m. n. f. dohā ifc. qui tire profit de — act. m. traite, extraction; lait; avantage, gain; succès | (au fig.) fait de tirer profit de <g. iic.> — f. dohā morale d'un conte, verset supplicatoire d'un hymne — n. dohas traite.

दोहन dohana [agt. duh_1] a. m. n. f. dohanā qui donne du lait; qui apporte du profit — act. n. traite — f. dohanī seau à traire.

दोहनीय dohanīya [pfp. [2] duh_1] a. m. n. f. dohanīyā qui doit être trait.

दोह्य dohya [pfp. [1] duh_1] a. m. n. f. dohyā à traire, qu'il faut traire — n. animal donnant du lait.

दौःषन्ति dauḥṣanti [vr. duḥṣanta] m. myth. np. de Dauḥṣanti, patr. de Bharata «fils de Duḥṣanta».

दौरात्म्य daurātmya [vr. durātman-ya] n. méchanceté, dureté; dépravation.

दौर्जन्य daurjanya [vr. durjana-ya] n. méchanceté; mauvaise nature.

दौर्बल्य daurbalya [vr. durbala-ya] n. faiblesse; incapacité.

दौहित्र dauhitra [vr. duhitṛ] m. petit-fils (fils d'une fille) — f. dauhitrī petite-fille (fille d'une fille).

द्यावा dyāvā [nom. du. div] iic.

 dyāvāpṛthivī [pṛthivī] f. du. véd. le Ciel et la Terre.

 dyāvābhūmī [bhūmi] f. du. véd. le Ciel et la Terre.
dyāvā

द्यु dyu [div] m. ifc. ciel de; jour de — iic. du ciel || fr. diurne.

 dyukāma [kāma] a. m. n. f. dyukāmā qui désire le ciel.
dyu

द्युत् dyut_1 [relié à dīv_1] v. [1] pr. md. (dyotate) aor. [2] (adyutat) aor. [3] (adidyutat) ppr. (dyumat) pf. (ut, pra, vi) briller, resplendir — ca. (dyotayati) illuminer, irradier | expliquer, élucider, rendre lumineux.

द्युत् dyut_2 [agt. dyut_1] f. éclat, rayon de lumière.

द्युति dyuti [act. dyut_1] f. éclat, splendeur; majesté, gloire.

 dyutimat [-mat] a. m. n. f. dyutimatī resplendissant.
dyuti

द्युमत् dyumat [ppr. dyut_1] a. m. n. f. dyumantī lumineux, resplendissant, splendide; glorieux.

द्युम्न dyumna [dyut_2-mna] n. splendeur, éclat; majesté, gloire; vigueur | fortune, richesse.

द्यूत dyūta [pp. dīv_1] a. m. n. f. dyūtā joué — n. jeu de dés; pari, jeu de hasard; compétition | gain au jeu, butin.

 dyūtakuśala [kuśala] a. m. n. f. dyūtakuśalā doué au jeu.

 dyūtaparvan [parvan] n. lit. np. du Dyūtaparva, section du Mah. contant la partie de dés entre Yudhiṣṭhira et Śakuni, partie du Sabhāparva.

 dyūtamaṇḍala [maṇḍala] n. soc. cercle de jeu.

 dyūtaviśeṣa [viśeṣa] m. la connaissance des jeux de hasard, l'un des 64 arts [kalā].
dyūta

द्योत् dyot [ca. dyut_1] v. [10] pr. (dyotayati) illuminer, irradier | expliquer, rendre lumineux; révéler.

द्योत dyota [agt. dyut_1] m. lumière, luminosité.

द्योतक dyotaka [agt. dyut_1] a. m. n. f. dyotikā qui éclaire, qui illumine | gram. mot grammatical; opp. vācaka | explication; sens — ifc. qui éclaircit, qui explique.

 dyotakatva [-tva] n. gram. théorie du sens de Patañjali_1; elle explique la formation morphologique par composition sémantique.
dyotaka

द्योतन dyotana [agt. dyut_1] a. m. n. f. dyotanā qui brille, qui illumine | qui explique — m. lampe — act. n. fait de briller; illumination.

द्योतित dyotita [pp. ca. dyut_1] a. m. n. f. dyotitā expliqué | gram. exprimé; suggéré.

द्योत्य dyotya [pfp. [1] ca. dyut_1] a. m. n. f. dyotyā à expliquer; qui doit être exprimé ou suggéré — m. gram. connotation; sous-entendu.

द्यौस् dyaus [nom. div] ind. myth. np. de Dyau, le Ciel-Lumière personnifié, un trésor [vasu]; Pṛthivī est son épouse; [Mah.] pour le punir d'avoir volé sa vache Nandinī, Vasiṣṭha le condamna à s'incarner sur Terre comme Bhīṣma; cf. Gaṅgā.

द्रव drava [agt. dru_1] a. m. n. f. dravā qui court | qui coule, qui suinte; liquide, fluide, fondu; opp. kharan. écoulement; fluide, sécrétion.
dravīkṛ se liquéfier.
dravībhū devenir fluide.

 dravatva [-tva] n. phil. [vaiśeṣika] la fluidité, une qualité [guṇa].
drava

द्रविड draviḍa m. myth. np. de Draviḍa «le Tamoul», fils de Kṛṣṇa | nom du peuple et du pays dravidiens [drāviḍa] sur la côte du Coromandel au sud de la Godāvarī.

द्रविण draviṇa [relié à dravya_1] n. possession, richesse; propriété, fortune; puissance, prouesse — m. pl. draviṇās les biens.

द्रवी dravī iiv. drava.

 dravīkaraṇa [karaṇa] n. fonte; liquéfaction.

 dravībhāva [bhāva] m. fonte; liquéfaction | (au fig.) attendrissement.

 dravībhūta [bhūta] a. m. n. f. dravībhūtā fondu | attendri.
mama vacasā tasya hṛdayaṃ dravībhūtam mes paroles ont touché son cœur.
dravī

द्रव्य dravya_1 n. substance, objet, matière; chose | substance de <iic.>; matériau | objet adéquat, utile ou valable | propriété, biens, richesses; fortune | soc. matière oblatoire du sacrifice véd. | phil. [vaiśeṣika] la catégorie [padārtha] des 9 substances élémentaires: dont 5 substances tangibles [bhūtadravya]: la Terre [pṛthivī], les Eaux [āpas], le Feu [tejas], le Vent [vāyu], l'Éther [ākāśa], et 4 substances subtiles: le Temps [kāla_1], l'Espace [diś_2], l'Âme [ātman] et l'Esprit [manas]; cf. mūrtadravya.

 dravyatva [-tva] n. phil. [vaiśeṣika] substantialité, matérialité.

 dravyamaya [maya] a. m. n. f. dravyamayī matériel.
dravya_1

द्रव्य dravya_2 [dru_3-ya] a. m. n. f. dravyā relatif à un arbre — n. résine, gomme, laque.

द्रष्टु draṣṭu [inf. dṛś_1] iic. (inf.) voir.

 draṣṭukāma [kāma] a. m. n. f. draṣṭukāmā désireux de voir.

 draṣṭumanas [manas] a. m. n. f. incliné à voir.

 draṣṭuśakya [śakya] a. m. n. f. draṣṭuśakyā capable de voir.
draṣṭu

द्रष्टृ draṣṭṛ [agt. dṛś_2] a. m. n. f. draṣṭrī qui a une bonne vue, voyant; spectateur, contemplateur, témoin oculaire | juste; qui décide; juge | qui va voir.

द्रा drā_1 v. [2] pr. (drāti) courir, fuir — ca. (drāpayati) faire fuir — int. (daridrāti) être misérable (errer sans domicile fixe).

द्रा drā_2 v. [4] pr. md. (drāyate) v. [2] pr. (drāti) aor. [4] (adrāsīt) pf. (ni) dormir, s'endormir || lat. dormio; fr. dormir.

द्राक्षा drākṣā f. bot. Vitis vinifera, vigne; raisin.

 drākṣāpāka [pāka] n. lit. poésie très facile à comprendre (comme le raisin se mange sans préparation); opp. kadalīpāka, nārikelapāka.

 drākṣāphala [phala] n. raisin.

 drākṣārasa [rasa] m. jus de raisin; vin.

 drākṣārāma [rāma] m. géo. np. de Drākṣārāma, important lieu de pèlerinage sur les bords de la Godāvarī, près du port de Yanaon; c'est l'un des 5 lieux de pèlerinage de Rāma [pañcarāmakṣetra]; on y trouve le sanctuaire de Bhīmeśvara, l'un des trois signes de Śiva [triliṅga] délimitant le pays Telugu; c'est un śaktipīṭha de Sītā-Dākṣāyaṇī; on l'appelle la Bénarès du Sud [Dakṣiṇakāśi].

 drākṣālatā [latā] f. vigne.

 drākṣāsava [sava_1] m. méd. [āyurveda] vin, liqueur.
drākṣā

द्राघ् drāgh [relié à dīrgha] v. [1] pr. md. (drāghate) s'étirer, s'allonger — ca. (dhrāgayati) étirer, allonger; retarder, être lent.

द्राघिष्ठ drāghiṣṭha [super. dīrgha] a. m. n. f. drāghiṣṭhā le plus éloigné; syn. dīrghatama.

द्राघीयस् drāghīyas [compar. dīrgha] a. m. n. f. drāghīyasī plus éloigné; syn. dīrghatara.

द्रार् drār [ca. druh_1] v. [10] pr. (drārayati) supporter.

द्राव् drāv [ca. dru_1] v. [10] pr. (drāvayati) faire courir, mettre en fuite, chasser | faire couler, fondre.

द्राव drāva [act. dru_1] m. fuite.

द्रावण drāvaṇa [agt. drāv] a. m. n. f. drāvaṇā qui fait courir, qui met en fuite — act. n. fait de mettre en fuite | diluant.

द्राविड drāviḍa [vr. draviḍa] a. m. n. f. drāviḍā relatif aux dravidiens; not. pays Drāviḍa sur la côte du Coromandel au sud de la Godāvarī | pl. drāviḍās ses habitants; leur ancêtre mythique est Yadu.

द्रु dru_1 [relié à drā_1] v. [1] pr. (dravati) aor. [3] (adudruvat) pft. (dudrāva) pp. (druta) pfp. (dravya_1) abs. (drutvā, -drutya) pf. (anu, apa, abhi, upa, pra, vi) courir, fuir, s'enfuir | couler, s'écouler, fondre — ca. (drāvayati) faire courir, mettre en fuite, chasser — dés.(dudrūṣati) désirer courir | faire couler, fondre.

द्रु dru_2 [agt. dru_1] ifc. a. m. n. f. qui court, qui va; qui coule | tirant sur (couleur) <iic.>.

द्रु dru_3 [relié à dāru] m. bois; arbre.

 drumat [-mat] a. m. n. f. drumatī fourni en bois; fait de bois.
dru_3

द्रुत druta [pp. dru_1] a. m. n. f. drutā rapide; agile | fluide — n. phon. mesure de temps d'une demi more [mātrā], valant 2 brèves [anudruta] | mus. rythme accompagné (une frappe de l'instrument et une onde).
drutam adv. rapidement.

 drutavilambita [vilambita] n. lit. mètre poétique «alternant rapide et lent».
druta

द्रुपद drupada [dru_3-pada] m. myth. [Mah.] np. de Drupada «Pilier» fils de Pṛṣata, roi des Pāñcālās; sa capitale était Kāmpilyā; il étudia à l'ermitage de Bharadvāja avec Droṇa; il souhaitait un fils, et fit de grandes pénitences pour prier Śambhu-Śiva qui lui annonça qu'il aurait une fille qui deviendrait homme; il répandit sa semence à la vue de la nymphe Menakā; une très jolie fille lui naquit, pour laquelle on fit les rites comme pour un garçon sous le nom de Śikhaṇḍī; Droṇa lui apprit l'archerie; puis on la maria à la fille du roi Hiraṇyavarmā, qui apprenant la tromperie voulut faire la guerre à Drupada; Śikhaṇḍinī se retira dans une forêt où le yakṣa Sthūṇakarṇa accepta qu'ils échangeassent leurs sexes; ainsi la guerre fut évitée et Śikhaṇḍī devint un illustre guerrier aux côtés des Pāṇḍavās; à son accession au trône, Drupada méprisa son ancien camarade d'études Droṇa qui n'était qu'un pauvre brahmane; ce dernier, avec l'aide des Pāṇḍavās, le fit prisonnier et confisqua la partie de son royaume au nord du Gange; il implora vengeance par un sacrifice védique, dans le feu duquel naquirent Draupadī et Dhṛṣṭadyumna, destiné à tuer Droṇa; il participa à la guerre aux côtés des Pāṇḍavās et fut tué par Droṇa; cf. Yajñasena, Pārṣata.

 drupadaputra [putra] m. myth. [Mah.] np. de Drupadaputra, épith. de Dhṛṣṭadyumna «fils de Drupada».
drupada

द्रुम druma [dru_3-ma] m. arbre | myth. np. de Druma, roi des presqu'hommes [kinnarās] || gr. δρυμος.

द्रुह् druh_1 v. [4] pr. (druhyati) pp. (drugdha) pf. (abhi) être hostile à, haïr, vouloir nuire à; chercher à nuire à, faire violence à, offenser <dat. g. loc. acc.> — ca. (drārayati) supporter || lat. trux.

द्रुह् druh_2 [agt. druh_1] a. m. n. f. hostile, ennemi.

 druhyu [yu_3] m. myth. np. de Druhyu «l'Étranger», aîné des fils de Yayāti et Śarmiṣṭhā, frère de Puru et d'Anu | pl. myth. le peuple des druhyavas ou étrangers de l'Est.
druh_2

द्रोघ drogha [agt. druh_1] iic. mal intentionné; faux.

 droghavāc [vāc] a. m. n. f. dont la parole est trompeuse.
drogha

द्रोण droṇa [dru_3-na] m. seau, auge, récipient (en bois); bol à soma | boisseau, mesure de capacité et de poids de grain; un droṇa vaut 4 quarts [āḍhaka] (environ 14 l); il y en a 3 dans un minot [khāra] | mesure de superficie (la surface d'un champ ensemencé d'un droṇa de blé) | myth. [Mah.] np. du brahmane Droṇa «(Né dans une) coupe», de la semence de l'ermite Bharadvāja versée à la vue de la nymphe [apsaras] Ghṛtācī; il est une incarnation de Bṛhaspati; il acquit la science des armes de son père et de l'ermite Agniveśa; il épousa Kṛpī qui lui donna pour fils Aśvatthāmā; il rencontra Paraśurāma sur le Mont Mahendra_1; celui-ci lui donna ses armes et lui enseigna l'art de l'archerie [dhanurveda]; très pauvre, il alla chez les Pāñcālās demander assistance au roi Drupada, son ancien compagnon d'études, mais celui-ci le repoussa; il alla alors à Hastināpura, où à l'annonce de ses exploits Bhīṣma l'engagea comme précepteur et maître d'armes des princes kauravās et pāṇḍavās; comme prix de ses leçons il demanda la capture de Drupada, dont il confisqua la moitié du royaume; ayant prédit que nul archer ne serait meilleur que son élève Arjuna, il apprit qu'Ekalavya l'avait surpassé en s'entraînant seul devant une statue à son image, alors qu'il avait refusé d'enseigner à ce chasseur de basse caste [niṣāda]; il exigea alors comme prix de son savoir qu'il se mutilât le pouce droit; il fit jurer à Arjuna de pouvoir l'affronter au combat sans éprouver de remords à combattre son maître; lorsque le conflit éclata entre les princes cousins, il était favorable aux pāṇḍavās, et donna sa bénédiction à Yudhiṣṭhira, mais il s'était engagé aux côtés des kauravās, dont il devint général en chef [senādhipati] après la défaite de Bhīṣma; il anéantit l'armée des pāṇḍavās et tua de nombreux héros, dont Drupada et Virāṭa; il était invincible tant qu'il brandissait ses armes; découragé par la fausse nouvelle de la mort de son fils Aśvatthāmā (un demi-mensonge de Yudhiṣṭhira, à l'instigation de Kṛṣṇa, lui annonçant la mort d'un éléphant de même nom tué par Bhīma), il déposa les armes, entra en état de yoga et fut décapité dans l'instant par Dhṛṣṭadyumna, qui accomplit ainsi la malédiction de son père; son fils Aśvatthāmā le vengea — f. droṇī gouttière | récipient; seau.

 droṇaparvan [parvan] n. lit. 7e livre du Mah., «de Droṇa».
droṇa

द्रोणि droṇi [dru_3-ni] f. bac; baquet, seau.

द्रोह droha [act. druh_1] m. hostilité, haine, malveillance; traîtrise, perfidie, trahison.

 drohavacana [vacana] n. langage injurieux.
droha

द्रोहिन् drohin [agt. dru_1] a. m. n. f. drohiṇī malveillant | perfide envers, hostile envers <g. iic.>.

द्रौणि drauṇi [vr. droṇa] m. myth. [Mah.] np. de Drauṇi, patr. d'Aśvatthāmā «fils de Droṇa».

द्रौपदी draupadī [vr. drupada] f. myth. [Mah.] patr. de la princesse Draupadī, «fille du roi Drupada», du pays pañcāla [Pāñcālī]; elle naquit du feu sacrificiel, avec son frère Dhṛṣṭadyumna, dans la fosse de l'autel [yajñakuṇḍa] d'un sacrifice de Drupada; elle incarne la déesse Śrī; on l'appelle Kṛṣṇā «au teint foncé»; à son svayaṃvara à Kāmpilya elle choisit Arjuna, mais devint l'épouse commune des Pāṇḍavās pour réaliser la promesse d'Īśāna à Indrasenā_1, et par l'ordre de Kuntī que son fils Arjuna partage ses biens avec ses frères; elle eut 5 fils: Prativindhya de Yudhiṣṭhira, Śrutasoma de Bhīma, Śrutakīrti d'Arjuna, Śatānīka de Nakula et Śrutakarmā de Sahadeva; lorsque le roi Yudhiṣṭhira perdit son royaume aux dés, elle fut insultée et humiliée par Duḥśāsana devant ses époux; pendant l'exil chez le roi Virāṭa elle se dissimula comme la sairandhrī Mālinī_1, et fut agressée par Kīcaka; tous ses fils seront tués par Aśvatthāmā à la fin de la guerre; quand Dharmarāja décida leur renoncement [tyāga], elle suivit ses époux dans leur marche vers le Ciel, mais mourut en chemin, son dharma n'étant pas parfait, car elle préférait secrètement Arjuna; cf. Pārṣatī, Yājñasenī.

द्व dva num. * du. deux || gr. δυο; lat. duo; ang. two; all. zwei; fr. deux.

द्वन्द्व dvandva var. dvaṃdva [red. dva] n. paire, couple; dualité | querelle, combat, duel; alternative, dilemme — m. gram. mot composé copulatif (au duel); not. paire de notions opposées.
dvandvam var. dvandvena adv. par couple, deux à deux, face à face.
sāmānyabhūmipau du. (composé copulatif) le commun et le roi.

 dvandvamoha [moha] m. phil. illusion des dualités.

 dvandvavāda [vāda] m. dialectique.
dvandva

द्वय dvaya [dva-ya] a. m. n. f. dvayī double; de deux sortes — n. paire, couple — ifc. les deux, la paire de — f. dvayā ifc. id.
dvayam adv. doublement.
daladvaya n. les deux morceaux (sg.).

द्वयस dvayasa ifc. a. m. n. f. dvayasī de la taille de, de largeur, de profondeur, jusqu'à <iic.>.

द्वयोस् dvayos [loc. dva] ind. gram. se dit d'un mot utilisable avec les genres m. et f.

द्वा dvā iic. dva.

 dvācatvāriṃśa [catvāriṃśa] a. m. n. f. dvācatvāriṃśī ord. 42e.

 dvācatvāriṃśat [catvāriṃśat] f. 42 | var. dvācatvāriṃśati id.

 dvātriṃśa [triṃśa] a. m. n. f. dvātriṃśī ord. 32e | constitué de 32 parts.

 dvātriṃśat [triṃśat] f. pl. 32.

 dvātriṃśati [triṃśati] f. collection de 32 éléments.

 dvātriṃśikā [triṃśikā] f. collection de 32 éléments.

 dvādaśan [daśan] num. * douze.

 dvāpañcāśa [pañcāśa] a. m. n. f. dvāpañcāśī ord. 52e.

 dvāviṃśa [viṃśa] a. m. n. f. dvāviṃśī ord. 22e.

  dvāviṃśati [viṃśati] f. pl. 22.

  dvāviṃśatitama [-tama] a. m. n. f. dvāviṃśatitamī ord. 22e.
 dvāviṃśa

 dvāṣaṣṭa [ṣaṣṭa] a. m. n. f. dvāṣaṣṭī 62e.

 dvāṣaṣṭi [ṣaṣṭi] f. 62; syn. dviṣaṣṭi.

  dvāṣaṣṭitama [-tama] a. m. n. f. dvāṣaṣṭitamī 62e.
 dvāṣaṣṭi

 dvāsaptata [saptata] a. m. n. f. dvāsaptatī ord. 72e.

 dvāsaptati [saptati] f. 72; syn. dvisaptati.

  dvāsaptatitama [-tama] a. m. n. f. dvāsaptatitamī 72e.
 dvāsaptati
dvā

द्वाः dvāḥ iic. dvār.

 dvāḥstha var. dvāstha [stha] m. portier, garde.
dvāḥ

द्वादश dvādaśa [dvādaśan] a. m. n. f. dvādaśī ord. 12e | en 12 parties; 12 fois; augmenté de 12 — n. douzaine — f. dvādaśī astr. 12e jour d'une quinzaine | soc. jour de fête du 12e jour de la quinzaine claire [śuklapakṣa], préparant le festival de pleine lune; il est consacré à la tulasī; phālgunī dvādaśī inaugure le festival de holī | soc. jour de fête du 12e jour de la quinzaine sombre [kṛṣṇapakṣa]; cf. gurudvādaśī.

 dvādaśalakṣaṇī [lakṣaṇa] f. lit. np. de la Dvādaśalakṣaṇī ou Dvādaśādhyāyī, formant la Mīmāṃsāsūtra «en douze chapitres» de Jaimini; on l'appelle aussi Tantrakāṇḍa.

 dvādaśastotra [stotra] n. lit. np. du Dvādaśastotra, poème dévotionnel en 12 parties de Madhvācārya en adoration à Kṛṣṇa.

 dvādaśādhyāyī [adhyāyī] f. lit. np de la Dvādaśādhyāyī de Jaimini; cf. Dvādaśalakṣaṇī.

 dvādaśānta [anta] m. phil. [trika] centre psychique [cakra] situé à 12 doigts au dessus du brahmarandhra.

 dvādaśārka [arka] m. myth. np. de Dvādaśārka ou Dvādaśāditya, combinant les 12 aspects [āditya] du Soleil.

 dvādaśāha [aha_2] a. m. n. f. dvādaśāhā qui dure 12 jours — m. soc. rite de 12 jours de purification d'un yajamāna lors de sa dīkṣā pour participer au rituel śrauta.

 dvānavata [navata] a. m. n. f. dvānavatī ord. 92e.

 dvānavati [navati] f. pl. 92.
dvādaśa

द्वापर dvāpara [dva-apara] m. coup de dé de 2 — n. cf. dvāparayuga.

 dvāparayuga [yuga] n. phil. 3e âge du monde, âge de bronze; son roi en est Kṛṣṇa; [Rām.] les vaiśyās y acquièrent le droit de pratiquer l'ascèse [tapasya]; [Mah.] il est personnifié par Śakuni.
dvāpara

द्वार् dvār f. porte, portail — n. dvāra id. || gr. θυρα; lat. fores; ang. door; all. Thor.

द्वार dvāra iic. dvār.

 dvāraka [-ka] n. porte, portail — f. dvārakā myth. [Mah.] np. de la ville de Dvārakā «aux Grandes portes», capitale du royaume de Kṛṣṇa après qu'il fût chassé de Mathurā par des démons, à l'ouest du Gurjara; aussi appelée Dvāravatī et Ānartapura; elle fut engloutie par les eaux sept jours après la mort de Kṛṣṇa; près d'elle se trouve le siège du paścimāmnāya maṭha fondé par Śaṅkara_1; c'est l'une des 7 villes sacrées [saptapurī].

  dvārakānātha [nātha] m. hist. np. du mathématicien Dvārakānātha (16e siècle), auteur de la Śulbadīpikā, commentaire du Baudhāyana śulbasūtra.
 dvāraka

 dvārapaṇḍita [paṇḍita] m. bd. titre d'érudit «Maître de la porte» au monastère de Vikramaśīla; il y a en avait 6; au 11e siècle, ils étaient: Ratnākaraśānti à l'Est, Vāgīśvarakīrti à l'Ouest, Ratnavajra et Jñānaśrīmitra aux portes centrales, Nāropā au Nord et Prajñākaramati au Sud.

 dvārapāla [pāla] m. portier, garde | myth. yakṣa gardien | du. dvārapālau myth. Jaya_1 et Vijaya_1, les deux gardes de Viṣṇu, à l'entrée du Vaikuṇṭha; ils en refusèrent un jour l'accès aux quatre éternels toujours jeunes [sanakādi]; ceux-ci leur jetèrent comme malédiction [abhiśāpa] de devoir revivre sur Terre; Viṣṇu leur donna le choix entre renaître six fois comme ses serviteurs, ou trois fois comme ses ennemis; pour abréger l'épreuve ils choisirent la seconde voie, et revinrent sur Terre, d'abord comme Hiraṇyakaśipu et Hiraṇyākṣa au kṛtayuga, puis comme Rāvaṇa et Kumbhakarṇa au tretāyuga, enfin comme Śiśupāla et Dantavakra (ou Kaṃsa) au dvāparayuga | myth. Nanda et Sunanda, gardes du temple de Śiva.
jayaṃ ca vijayaṃ caiva citreṇaiva vinirmitam ... On représente les deux gardiens de part et d'autre de l'entrée du sanctuaire.

 dvārarakṣa [rakṣa] m. gardien de porte.

 dvāravat [-vat] a. m. n. f. dvāravatī muni de nombreuses portes — f. dvāravatī nom de ville capitale | myth. np. de Dvāravatī, capitale de Kṛṣṇa; cf. Dvārakā | géo. np. de Dvāravatī_1, capitale de l'empire Mon, vers Nakhon Pathom en mod. Thaïlande (7e au 11e siècles).
dvāra

द्वास्थ dvāstha [relié à dvār] m. porte.

द्वि dvi iic. dva.

 dvikaraṇī [karaṇī] f. math. diagonale d'un carré.

 dvikarmaka [karmaka] a. m. n. f. dvikarmikā gram. se dit d'un verbe admettant deux compléments à l'accusatif; l'un est dit principal [mukhya], l'autre secondaire [gauṇa].

 dvikūṭa [kūṭa] a. m. n. f. dvikūṭā arch. se dit d'un temple à deux sanctuaires.

 dvigaṅgam [gaṅgā] ind. au confluent des deux Ganges.

 dvigu [gu] m. (qui vaut) deux vaches | gram. [générique] catégorie de composés dont le premier terme est un nombre (comme dvigu).
dvigur api sadvandvo'ham gṛhe ca me satatam avyayībhāvaḥ | tat puruṣa karma dhāraya yenāhaṃ syāṃ bahuvrīhiḥ | | (mnémotechnique des sortes de composés) Bien que j'aie deux vaches, je suis querelleur, et chez moi on ne paye pas les factures; ainsi, Ô homme, travaille dur pour que je puisse devenir riche.

 dviguṇa [guṇa] a. m. n. f. dviguṇā double; de deux sortes | plié (vêtement) | deux fois plus, deux fois plus grand que <abl.> | (musique) à l'octave supérieur — adv. dviguṇā doublement; deux fois plus.
dviguṇākṛ labourer deux fois.
dviguṇāya devenir double.
dviguṇīkṛ doubler.
dviguṇībhū devenir double; augmenter.
dviguṇībhāva (musique) passage à l'octave supérieur.

 dviguṇita [guṇita] a. m. n. f. dviguṇitā doublé.

 dvicatvāriṃśat [catvāriṃśat] f. 42.

 dvija [ja] a. m. n. f. dvijā deux fois né — m. soc. homme aryen, de l'une des 3 premières classes [varṇa], ayant accompli l'upanayana; cf. brahmajanman | oiseau, animal ovipare en gén. | dent | myth. la Lune; cf. Atri.

  dvijottama [uttama] a. m. n. f. dvijottamā super. le meilleur des brahmanes | soc. prêtre principal.
 dvija

 dvijāti [jāti] a. m. n. f. d'origine aryenne.
dvijātīnām adhyayanam ijyā dānam Aux aryens appartiennent l'étude, les rites et l'aumône.

 dvijānu [jānu] a. m. n. f. (de l'eau) jusqu'aux deux genoux.

 dvijihva [jihvā] a. m. n. f. dvijihvā [«qui a deux langues»] menteur.

 dvitra [tri] a. m. n. f. dvitrā pl. deux ou trois.

 dvitri [tri] a. m. n. f. pl. deux ou trois.

 dvidaṇḍin [daṇḍin] a. m. n. f. dvidaṇḍinī qui porte deux bâtons (se dit de mendiants).

 dvidaśa [daśa] a. m. n. f. dvidaśī pl. deux dizaines; 20.

 dvinavata [navata] a. m. n. f. dvinavatī ord. 92e.

 dvinavati [navati] f. 92.

  dvinavatitama [-tama] a. m. n. f. dvinavatitamī ord. 92e.
 dvinavati

 dvipa [pa_1] m. éléphant [«qui boit en 2 fois»] (avec la trompe et la bouche).

  dvipendra [indra] m. myth. np. de Dvipendra, épith. d'Airāvata «Roi des éléphants».
 dvipa

 dvipañcāśa [pañcāśa] a. m. n. f. dvipañcāśī ord. 52en. 2 fois 50.

 dvipañcāśat [pañcāśat] f. 52.

  dvipañcāśattama [-tama] a. m. n. f. dvipañcāśattamī ord. 52e.
 dvipañcāśat

 dvipad [pad_2] a. m. n. f. bipède.

 dvipada [pada] a. m. n. f. dvipadā gram. consistant en 2 mots; contenant 2 mots | de deux pieds de long (brique) — m. [«bestiole à deux pattes»] (dérogatoire) homme — f. dvipadā strophe [ṛc_2] de deux pieds — f. dvipadī phon. mètre prākṛta; vers dans ce mètre | femelle bipède.

 dvipari [pari] ind. manqué de deux (not. au jeu pañcaka).

 dviprahara [prahara] m. soc. garde matinale (de 8 h à 11 h).

 dvibhuja [bhuja] m. math. angle.

 dvimīḍha [mīḍha] m. myth. np. de Dvimīḍha, deuxième fils de Bṛhatputra.

 dvimuni [muni] ind. gram. (n.) les deux Sages de la tradition grammaticale sanskrite (Pāṇini et Patañjali_1).

 dvirūpa [rūpa] a. m. n. f. dvirūpā qui admet deux formes; double; bicolore | (mot) écrit de deux manières différentes.

  dvirūpakośa [kośa] m. gram. dictionnaire de variantes orthographiques.
 dvirūpa

 dvirepha [repha] m. natu. [«en forme de 2 ‘r’»] gros hyménoptère noir.
dvayor eva nāmni rephayor bhavād bhramaraṃ dvirepha ityācakṣate tad dvirephasya dvirephatvam Parce qu'il y a deux ‘r’ dans son nom, l'abeille [bhramara] s'appelle ‘double-r’; ainsi l'état du dvirepha est celui de l'abeille.

 dvivacana [vacana] n. gram. duel et ses suffixes de déclinaison.

 dvivarṣa [varṣa] a. m. n. f. dvivarṣā âgé de deux ans — f. dvivarṣā génisse de deux ans.

 dvividha [vidhā_2] a. m. n. f. dvividhā de deux sortes — adv. dvividhā de deux manières.

 dviveda [veda] a. m. n. f. dvivedī qui maîtrise 2 Védas.

 dvivedin [vedin] a. m. n. f. dvivedinī qui maîtrise 2 Védas.

 dviśata [śata] n. 200 — f. dviśatī id.

 dviṣaṣṭi [ṣaṣṭi] f. 62; syn. dvāṣaṣṭi.

 dvisandhāna [sandhāna] n. amalgamation de deux composés | lit. procédé poétique à double but, inventé par Dhanañjaya_1 et théorisé par Bhoja_1.

  dvisandhānakavi [kavi] m. «poète de la double narration», épith. de Dhanañjaya_1.

  dvisandhānakāvya [kāvya] n. lit. np. du Dvisandhānakāvya ou Dvisandhāna mahākāvya de Dhanañjaya_1, combinant le Mah. et le Rām. grâce au procédé de coalescence [śleṣa]; cf. dvyarthakāvya.
 dvisandhāna

 dvisandhi [sandhi] a. m. n. f. composé de deux parties | gram. qui admet un sandhi ambigu.

 dvisaptata [saptata] a. m. n. f. dvisaptatī ord. 72e.

 dvisaptati [saptati] f. 72.

  dvisaptatitama [-tama] a. m. n. f. dvisaptatitamī ord. 72e.
 dvisaptati

 dvihāyana [hāyana] a. m. n. f. dvihāyanī de deux ans d'âge — f. dvihāyanī vache de deux ans.

 dvihṛdayā [hṛdaya] f. femme enceinte.
dvi

द्वित dvita [dvi-ta] m. myth. [Mah.] np. de Dvita «Second», fils de Gautama, frère indigne de Trita; il fut transformé en singe.

द्वितय dvitaya [dvi-taya] a. m. n. f. dvitayī double, constitué de deux parties; les deux — n. paire, couple.

द्विता dvitā [dvi-tā] f. fait d'être double; dualité — adv. raison de plus; justement; certainement, spécialement.

द्वितीय dvitīya [dvi-īya] a. m. n. f. dvitīyā ord. deuxième, second | astr. (mois) intercalaire — ifc. ayant pour second, accompagné de, muni de — m. deuxième fils de la famille | phon. deuxième phonème d'un varga (consonne sourde aspirée) — n. ifc. moitié de — f. dvitīyā accompagnante, amie proche; épouse (autre soi) | gram. accusatif (2e déclinaison) | astr. deuxième tithi d'un pakṣa.

 dvitīyarājataraṅgiṇī [rājataraṅgiṇī] f. lit. np. de l'épopée dynastique du Kaśmīra Dvitīyarājataraṅgiṇī de Jonarāja (1412), aussi appelée Rājāvali; elle fait suite à la Rājataraṅgiṇī de Kalhaṇa; elle fut continuée par son élève śrī Vara (1477).
dvitīya

द्वित्व dvitva [dvi-tva] n. phil. dualité | gram. duel.

 dvitvavat [-vat] a. m. n. f. dvitvavatī possédant un double caractère.
dvitva

द्विधा dvidhā [dvi-dhā] adv. doublement, 2 fois; en 2 parties; de 2 manières.

द्विर् dvir iic. dvis.

 dvirukta [ukta] a. m. n. f. dviruktā répété.
dvir

द्विष् dviṣ_1 v. [2] pr. (dveṣṭi) pr. md. (dviṣṭe) fut. (dvekṣyati) aor. ps. (adveṣi) pp. (dviṣṭa) ppr. (dviṣat) pf. (pra, vi) haïr, détester, traiter en ennemi — ca. (dveṣayati) inciter à la haine.

द्विष् dviṣ_2 [agt. dviṣ_1] m. ennemi — ifc. qui hait, hostile à, ennemi de | dviṣa id.

द्विषत् dviṣat [ppr. dviṣ_1] a. m. n. f. dviṣatī haineux; hostile à, ennemi de <acc. g.> — m. ennemi.

द्विष्ट dviṣṭa [pp. dviṣ_1] a. m. n. f. dviṣṭā haï, détesté | odieux, hostile.

द्विस् dvis [dvi] adv. deux fois, à deux reprises || ang. twice.

द्वीप dvīpa [dvi-ap] m. n. île | myth. continent; la géographie mythique en dénombre 7: au centre le jambu, puis le kuśa, le plakṣa, le śālmali, le krauñca, le śāka_1 et le puṣkara | l'une des 10 régions formant le Jambudvīpa.

द्वीपिन् dvīpin [dvīpa-in] a. m. n. f. dvīpinī tacheté [«qui a des îles (sur la peau ou la fourrure)»] — m. léopard, panthère, tigre.

द्वेष dveṣa [act. dviṣ_1] m. haine; dégoût, aversion (opp. icchā) | phil. [vaiśeṣika] la propriété [guṇa] d'aversion — ifc. antipathie pour, aversion pour.
dveṣaṃ kṛ manifester son aversion envers <dat.>.

द्वेषिन् dveṣin [agt. dviṣ_1] a. m. n. f. dveṣiṇī ennemi.

द्वेष्य dveṣya [pfp. [1] dviṣ_1] a. m. n. f. dveṣyā à abhorrer, à haïr; odieux, détestable — m. ennemi — n. noix de muscade.

 dveṣyatā [-tā] f. fait d'être odieux; défaveur, rejet.

 dveṣyatva [-tva] n. fait d'être odieux; défaveur, rejet.
dveṣya

द्वैत dvaita [vr. dvi-ta] n. phil. dualisme, dualité; doctrine prêchée par Madhva.

 dvaitādvaita [advaita] n. phil. dualité dans la non-dualité, doctrine prêchée par Nimbārka.
dvaita

द्वैध dvaidha [vr. dvi-dhā] a. m. n. f. dvaidhā double; bipartite — n. dualité; duplicité; division; séparation en deux | contestation; dispute; doute, incertitude | objet en double; réserve.
dvaidham en deux parts; doublement; de deux manières.

द्वैप dvaipa [vr. dvīpa] a. m. n. f. dvaipā relatif à une île, habitant une île.

 dvaipāyana_1 [āyana_1] m. myth. [Mah.] np. de Dvaipāyana_1 «Né sur une île», épith. de Vyāsa (né sur une île de la Yamunā).
dvaipa

द्वैपायन dvaipāyana_2 [vr. dvipa-ayana] n. myth. [Mah.] nom du lac Dvaipāyana_2 «où les éléphants vont boire»; Duryodhana s'y réfugia après avoir perdu la grande bataille.

द्वैप्य dvaipya [vr. dvīpa-ya] a. m. n. f. dvaipyā qui habite une île.

द्वैविध्य dvaividhya [vr. dvividha-ya] n. nature double, duplicité; variance.

द्व्य् dvy iic. dvi.

 dvyartha [artha] a. m. n. f. dvyarthā à double sens.

  dvyarthakāvya [kāvya] n. lit. poème à double sens, utilisant le procédé śleṣa; syn. dvisandhānakāvya; cf. Dhanañjaya_1, Rāmacarita_1.
 dvyartha

 dvyaśīta [aśīta] a. m. n. f. dvyaśītī ord. 82e.

 dvyaśīti [aśīti] f. 82.

  dvyaśītitama [-tama] a. m. n. f. dvyaśītitamī ord. 82e.
 dvyaśīti

 dvyaha [aha] m. période de 2 jours — a. m. n. f. dvyahā qui dure 2 jours — ind. pendant 2 jours; après 2 jours.

  dvyahatarṣam [tarṣam] adv. ayant été assoiffé pendant 2 jours.

  dvyahātyāsam [atyāsam] adv. deux jours plus tard | every 3 days.
 dvyaha
dvy

Next page

Le chameau Ocaml
Top | Index | Stemmer | Grammar | Sandhi | Reader | Corpus | Help | Portal
© Gérard Huet 1994-2017
Logo Inria