Previous page
 j

ja [jan] ifc. m. f. né, né de.

जकार jakāra [(ja)-kāra] m. le son ou la lettre ‘ja’.

जक्ष् jakṣ [red. ghas] v. [2] pr. (jakṣiti) v. [1] pr. (jakṣati) pp. (jagdha) manger; dévorer; consommer.

जक्षण jakṣaṇa [act. jakṣ] n. alimentation, fait de manger; consommation.

जगत् jagat [red. gam] a. m. n. f. jagatī mobile, mouvant — n. ce qui se meut, le vivant; le règne animal; opp. tasthivat | le monde, l'univers — f. jagatī la terre | mètre véd. de 6 fois 8 syllabes | myth. np. du cheval Jagatī, attelé au char de Sūrya.
jagataḥ pitarau [Ragh.] Ô parents du monde (invocation de Śiva et Pārvatī).
na kadācid anīdṛśaṃ jagat phil. [Nyāyamañjarī] Le monde n'est jamais différent de ce que nous en voyons.

 jagatkṛtsna [kṛtsna] n. le monde entier.

 jagatpati [pati] m. myth. np. de Jagatpati, épith. de Viṣṇu «Maître du Monde» | myth. épith. de Śiva, Brahmā, Sūrya, Agni.

 jagatpitṛ [pitṛ] m. myth. np. de Jagatpitā, épith. de Śiva «Père du Monde»; cf. Jaganmātā.

 jagatsarva [sarva] n. le monde entier.

 jagadambā [ambā] f. myth. [tantr.] np. de Jagadambā «Mère de l'Univers», forme terrible de Śakti prise par Satī lorsque Śiva lui interdit d'assister au sacrifice de Dakṣa.

 jagadīśa [īśa] m. myth. np. de Jagadīśa «Seigneur de l'Univers», épith. de Brahmā, Śiva, ou Viṣṇu | hist. np. de Jagadīśa_1, néo-logicien du 17e siècle, élève de Rāmabhadra_1 Sārvabhauma; on lui doit la Tattvacintāmaṇidīdhitiprakāśikā, aussi appelée Jagadīśī, commentaire [ṭīkā] de la Tattvacintāmaṇidīdhiti de Raghunātha_1; on lui doit aussi la Śabdaśaktiprakāśikā et sa glose [vṛtti].

 jagadīśvara [īśvara] m. myth. np. de Jagadīśvara «Seigneur de l'Univers», épith. de Śiva, d'Indra, ou de rois | hist. np. de Jagadīśvara_1 Bhaṭṭācārya, auteur comique du 14e siècle; cf. Hāsyārṇava.

 jagaduddhāra [uddhāra] m. phil. salut du Monde | myth. np. de Jagaduddhāra «Sauveur du Monde», épith. de Kṛṣṇa ou de Śiva.

 jagadguru [guru] m. soc. titre honorifique [«qui enseigne au monde entier»]; pontife d'un ordre religieux.

 jagaddala [dala] m. géo. np. du monastère bd. Jagaddala, fondé au Varendra_1 par le roi Rāmapāla (11e siècle); il fut détruit en 1207 par les envahisseurs musulmans.

 jagaddhātṛ [dhātṛ] m. myth. np. de Jagaddhātṛ, épith. de Viṣṇu «Créateur du Monde» — f. jagaddhātrī myth. np. de Jagaddhātrī, épith. de Sarasvatī «Nourrice du Monde».

 jagannātha [nātha] m. myth. np. de Jagannātha «Maître de l'Univers», épith. de Kṛṣṇa-Viṣṇu; phil. Jagannātha est le regard de Dieu sur les péchés du Monde; son idole principale, au sanctuaire du temple de Jagannātha à Purī (Orissa), taillée dans un tronc d'arbre nīma et peinte en noir, jaune et rouge, comme abstraction du visage de Kṛṣṇa, avec de larges yeux ronds [cakrākṣi]; l'idole contient dans une cavité une substance divine [brahmapadārtha] que nul ne peut voir sans risquer la mort, et du basilic sacré [tulasī] qui ne se flétrit pas; elle est placée sur un trône [siṃhāsana] couvert d'ammonites sacrées [śālagrāma], au côté d'autres idoles de bois représentant Balabhadra, Subhadrā et Sudarśana; Jagannātha prend un bain rituel lors du festival de snānapūrṇimā, et est pris de fièvre; les idoles sont alors repeintes et le sanctuaire est fermé; elles sont ensuite déplacées pour 9 jours à leur résidence d'été Guṇḍicā au cours d'une procession de trois chars [rathayātrā] qui est l'objet d'un grand pèlerinage au début de la mousson, à l'āṣāḍha śukla dvitīya; on renouvelle l'idole tous les 12 ou 19 ans [navakalevara]; cf. Indradyumna | géo. nom du liṅga du sanctuaire double du temple de Jagannātha | hist. np. de Jagannātha_1 Paṇḍitarāja (1590–1665), poète sanskrit illustre, brahmane d'une famille de tradition védique orthodoxe originaire de Veṅgināḍu en Āndhra; c'était un maître de rhétorique classique [alaṅkāra] et un critique littéraire sévère, opposé à l'usage métaphorique [dhvani]; il écrivit les traités d'esthétique de poésie Rasagaṅgādhara et Citramīmāṃsā, des eulogies royales comme le Prāṇābharaṇa, et des poèmes comme la Sudhālaharī; il voyagea dans toute l'Inde, et on lui doit des éloges des rois d'Udaipur, de Delhi et d'Assam; il épousa une princesse moghole en gagnant une partie d'échecs; après sa mort prématurée, il lui dédia son poème érotique Bhāminīvilāsa, et se suicida dans la Gaṅgā en récitant la Gaṅgālaharī, se lavant du péché d'avoir épousé une princesse musulmane | hist. np. de Jagannātha_2 Miśra, père de Caitanya | hist. np. du lettré télugu Jagannātha_3 (début du 17e siècle), théoricien du rasa mystique | hist. np. du mathématicien Samrāṭ Jagannātha_4 (18e siècle), astronome du roi Jayasiṃha_6 (18e siècle); cf. Yantramandira | du. jagannāthau phil. Viṣṇu et Śiva «Dirigeant ensemble l'Univers» || ang. juggernaut.

 jaganmātṛ [mātṛ] f. myth. np. de Jaganmātā, épith. de Durgā «Mère du Monde»; cf. Jagatpitā.

 jaganmohana [mohana] n. arch. [«Enchantement du Monde»] salle d'audience précédant immédiatement le sanctuaire principal [devakula] dans les temples de l'Orissa.
jagat

जग्ध jagdha [pp. jakṣ] a. m. n. f. jagdhā f. jagdhī mangé, dévoré | épuisé par <i.>.

जग्धि jagdhi [jakṣ] f. repas; fait de manger, de consommer | ce qui est mangé par <i.>.

जग्मि jagmi [red. gam] a. m. n. f. qui va, qui se hâte.

जग्मिवस् jagmivas [ppft. gam] a. m. n. f. jagmuṣī étant allé.

जग्मु jagmu [red. gam] m. fait de se hâter.

जघन jaghana n. croupe, fesses, derrière.
jaghanena derrière <g.>.

जघन्य jaghanya [jaghana-ya] a. m. n. f. jaghanyā postérieur; dernier; inférieur, insignifiant — m. homme de basse caste.

 jaghanyaja [ja] a. m. n. f. jaghanyajā dernier-né.
jaghanya

जघ्नि jaghni [red. han_1] a. m. n. f. qui tue.

जघ्नु jaghnu [red. han_1] m. fait de blesser ou de tuer; meurtre.

जङ्गम jaṅgama [red. gam] a. m. n. f. jaṅgamā mobile, vivant — n. (collectif) le règne animal; opp. sthāvaram. soc. prêtre de la secte vīraśaiva; cf. liṅgāyat.

जङ्गल jaṅgala a. m. n. f. jaṅgalā aride, stérile, désertique — m. brousse, désert; pays inculte (sec) — ifc. terre des, pays des || ang. jungle.

जङ्घा jaṅghā [relié à jaghana] f. jambe; cuisse; mollet.

जट jaṭa a. m. n. f. jaṭā qui porte les cheveux en nattes — f. cf. jaṭā.

जटा jaṭā [f. jaṭa] f. chignon, tresse, chevelure en nattes des ascètes | récitation en tresse du Veda [vikṛtipāṭha]: chaque paire de mots est répétée trois fois, plus une fois à l'envers.

 jaṭākara [kara_1] a. m. n. f. jaṭākarā qui se fait un chignon.

 jaṭādhāra [dhāra_1] a. m. n. f. jaṭādhārī qui porte un chignon — m. soc. ascète | myth. np. de Jaṭādhāra, épith. de Śiva «qui porte le chignon».

 jaṭāmāṃsī [māṃsī] f. natu. bot. Nardostachys grandiflora, nard indien; plante de l'Himālaya au rhizôme fibreux aromatique; elle est employée comme tranquilisant en médecine; syn. nalada, jaṭāvatī.

 jaṭāmukuṭa [mukuṭa] m. n. diadème de tresses, signe iconographique d'un ascète.

 jaṭāyus [āyus] m. myth. np. du vautour Jaṭāyu, fils d'Aruṇa et de Śyenī; pariant sur sa vitesse avec son frère aîné Sampāti, il vola vers le Soleil et se brûla les ailes; Sampāti vola plus haut que lui pour le protéger, ses ailes brûlèrent, et il tomba sur le mont Vindhya; [Rām.] Jaṭāyu combattit Rāvaṇa qui venait de s'emparer de Sītā, mais ce dernier lui coupa les ailes; Jaṭāyu tombé à terre invoqua Rāma avant de mourir, pour l'informer du rapt de Sītā | var. jaṭāyu id.

 jaṭāliṅga [liṅga] n. liṅga marqué d'un chignon d'ascète.

 jaṭāvat [-vat] a. m. n. f. jaṭāvatī qui porte un chignon; épith. not. de Śivaf. jaṭāvatī cf. jaṭāmāṃsī.

 jaṭāsura [asura] m. myth. [Mah.] np. du vampire-dragon [rākṣasa] Jaṭāsura «Chignon»; déguisé en brahmane savant, il attaqua les Pāṇḍavās dans la montagne Gandhamādana, et après un furieux combat d'arbres et de rochers fut tué par Bhīma; il est père d'Alambuṣa.
jaṭā

जटि jaṭi [jaṭā] f. cheveux crépus.

 jaṭila [-la] a. m. n. f. jaṭilā chevelu, touffu; crépu | entremêlé, entortillé, compliqué.
jaṭi

जटिन् jaṭin [jaṭā-in] a. m. n. f. jaṭinī qui porte le chignon; ascète.

जठर jaṭhara n. ventre, abdomen; intestins, boyaux | matrice; cavité; intérieur de <iic.> | désordre intestinal || lat. venter; fr. ventre.
jaṭhareṇa i. adv. en faisant face; opp. pṛṣṭhatas.
yāvat bhriyeta jaṭharam Il ne faut pas avoir les yeux plus gros que le ventre.

 jaṭharanud [nud_1] m. natu. bot. Cassia fistula, arbuste légumineuse aux grappes de fleurs jaunes vif, au bois dur; utilisé en méd. comme purgatif; sa fleur est révérée au Kerala comme sacrée à Viṣṇu; syn. aruja, āragvadha, kṛtamāla.

 jaṭharāgni [agni] m. feu de la digestion; suc gastrique | phil. énergie vitale.
jaṭhara

जड jaḍa a. m. n. f. jaḍā engourdi, inerte, immobile, insensible; statique | abasourdi, ahuri; stupide, sot, imbécile | bd. inanimé; opp. ajaḍa.
jaḍīkṛ stupéfier, confondre, abasourdir.

 jaḍatā [-tā] f. ahurissement; stupidité; inconscience.

 jaḍatva [-tva] n. id.

 jaḍadhī [dhī_2] a. m. n. f. stupide, idiot.

 jaḍabuddhi [buddhi] a. m. n. f. stupide, idiot.

  jaḍabuddhitara [-tara] a. m. n. f. jaḍabuddhitarā très stupide.
 jaḍabuddhi

 jaḍātman [ātman] a. m. n. f. jaḍātmanī inanimé | stupide.
jaḍa

जडित jaḍita [jaḍa-ita] a. m. n. f. jaḍitā rendu inanimé, évanoui.

जडिमन् jaḍiman [jaḍa-man] m. rigidité; fait d'être inanimé; stupeur, apathie.

जतु jatu n. laque, résine || lat. bitumen.

जत्रु jatru n. clavicule — m. pl. jatravas vertèbres cervicales; cou.

जन् jan var. v. [4] pr. md. (jāyate) v. [1] pr. (janati) pr. md. (janate) fut. (janiṣyati) pft. (jajāna) aor. md. [5] (ajaniṣṭa) aor. [3] (ajījanat) pp. (jāta) pfp. (jananīya) pf. (anu, abhi, ā, ut, upa, pra, sam) naître (de <loc.>) | se produire, arriver; devenir — ca. (janayati) pp. (janita) abs. (janayitvā) engendrer, enfanter | produire, causer || lat. genui, gigno; ang. to generate; fr. engendrer, géniteur.
janayitvā ind. ayant engendré.
janāyāṃcakāra kaṭaṃ devadattaḥ Devadatta fabriqua cette natte.

जन jana [agt. jan] a. m. n. f. janī qui engendre — m. homme, personne, être; créature | (collectif) les hommes, les gens; le personnel; l'humanité | pl. janās id. — ifc. troupe, foule, peuple, gent | un parmi, un quelconque, plusieurs, en général; un éminent — f. janī var. jani femme; épouse | naissance; production || lat. gens; fr. gent, gens, gène.
ayaṃ janaḥ moi-même.
pitṛjanaḥ un père | les pères.
mitrajanānugṛhītaḥ aidé par des amis.
jana gaṇa mana mod. «(Ô toi qui guide) l'esprit des hommes», hymne national de l'Inde; il est formé des 5 premières strophes d'un poème bengali de Rabindranath Tagore composé en 1811 pour accueillir l'Empereur George V.

 janapada [pada] m. [«empreinte d'une tribu»] pays, peuple; population; contrée, campagne; le royaume (la terre et ses habitants) | pl. janapadās les gens; les sujets du royaume.

 janaloka var. janar, janarloka [loka] m. myth. np. de Janaloka, le «Ciel des surhommes», 5e monde céleste [loka], résidence des éternels [sanakādi] issus de l'esprit de Brahmā.

 janasaṅga [saṅga] m. fréquentation sociale.

 janasthāna [sthāna] n. myth. [Rām.] np. du Janasthāna, forteresse des rākṣasās Khara et Śūrpaṇakhā dans la forêt Daṇḍakā.

 janahita [hita_1] a. m. n. f. janahitā dirigé vers le peuple; qui bénéficie au peuple.

 janārdana [ardana] m. myth. [Mah.] np. de Janārdana «Qui stimule (ou tourmente) les hommes», épith. de Kṛṣṇa-Viṣṇu.

 janīna [-īna] a. m. n. f. janīnā propre à l'homme.
jana

जनक janaka [agt. jan] a. m. n. f. janikā producteur, géniteur — m. père | np. de la lignée Janaka, titre dynastique des rois du Videha | myth. [Rām.] patr. not. du roi philosophe Sīradhvaja Janakarāja, père de Sītā | myth. np. de son ancêtre le rājarṣi Mithi Janaka «Géniteur», issu de la cuisse de Nimi; premier roi du Videha, il donna son nom à la dynastie, dont il fonda la capitale Mithilā; Udāvasu est son fils | myth. patr. du roi Devarāta Janaka — ifc. qui produit, qui engendre; qui cause — f. janikā mère.

 janakatā [-tā] f. paternité; production.

 janakatva [-tva] n. productivité; génération.

 janakarāja [rājan] m. myth. np. du rājarṣi Janakarāja, fils de Hrasvaromā, roi de Mithilā; [Rām.] en labourant le terrain sacrificiel avec sa charrue, il fit surgir du sillon sa fille Sītā; il porte la charrue sur son étendard [Sīradhvaja]; il était dépositaire de l'arc Ajagava de Śiva, et avait promis la main de Sītā à qui pourrait le manier; le roi Sudhanvā_1 vint l'attaquer pour le lui prendre, mais il le tua et donna sa capitale Saṃkāśyā à son frère cadet Kuśadhvaja_1; le jeune Rāma vint à Mithilā, accompagné de Viśvāmitra, réussit à bander l'arc et le cassa, provoquant un tremblement de terre; le roi fit alors une grande cérémonie, où furent unis Rāma à Sītā, Lakṣmaṇa à sa 2e fille Ūrmilā, et leurs deux frères Bharata_1 et Śatrughna aux deux filles Māṇḍavī et Śrutakīrti_1 de Kuśadhvaja_1; son chapelain [purohita] était Śatānanda; Janakarāja représente l'idéal du Roi Védique, imbu de sacrifice; [Bṛhadāraṇyaka] il reçut l'enseignement de Yājñavalkya; [AG.] le jeune sage Aṣṭāvakra l'instruisit sur la nature du Soi [ātman]; [BhG.] Kṛṣṇa le cita comme modèle pour son karmayoga; il reçut la visite de Śuka, et lui prodigua sa sagesse.
janaka

जनकीनाथ janakīnātha m. hist. np. du logicien Janakīnātha Bhaṭṭācārya Cūḍāmaṇi (16e siècle); on lui doit la Nyāyasiddhāntamañjarī; Rāmabhadra_1 Sārvabhauma est son fils.

जनता janatā [jana-tā] f. gens, peuple; humanité.

जनन janana [agt. jan] a. m. n. f. jananī ifc. qui engendre, géniteur; qui produit — n. naissance, existence; production — f. jananī mère.

 jananāntara [antara] n. phil. naissance ou existence antérieure.
janana

जननीय jananīya [pfp. [2] jan] a. m. n. f. jananīyā à produire.

जनम् janam [acc. jana] iic.

 janamejaya [ejaya] m. myth. [Mah.] np. de Janamejaya «Qui fait trembler les hommes», fils de Parīkṣit, roi de Hastināpura; pour venger la mort de son père tué par une morsure de serpent, et poussé par le sage Uttaṅka, il fit un grand sacrifice de serpents [sarpasattra] et conquit le peuple nāga de Takṣaśilā; Vyāsa demanda à Vaiśampāyana de lui réciter le Mah.; Candrāpīḍa est son fils; cf. Pārikṣita, Sarpasattrī, Jaimini | myth. np. de Janamejaya_1, fils de Pūru; il est l'aïeul à 12 générations du roi Duṣyanta.
janam

जनयितृ janayitṛ [agt. ca. jan] m. progéniteur; père — f. janayitrī mère.

जनस् janas [abstr. jan] n. genre, classe (d'êtres); race | cf. janaloka || lat. genus.

जनि jani [f. jana] f. femme; épouse | naissance; production.

जन्तु jantu [jan-tu] m. être, créature, personne.

जन्म janma iic. janman.

 janmakuṇḍalī [kuṇḍalī] f. astr. horoscope de naissance.

 janmatas [-tas] adv. selon la naissance | selon le stade de vie.
janmato jāyate śūdraḥ saṃskārāddvija ucyate On est śūdra de naissance, on est appelé dvija par la cérémonie (de l'upanayana).

 janmadina [dina] n. anniversaire de naissance.

 janmadivasa [divasa] m. anniversaire de naissance.

 janmapattra [pattra] n. horoscope.

 janmapatrikā [patrikā] f. horoscope.

 janmabhāj [bhāj] a. m. n. f. possédant la vie — m. être vivant.

 janmabhāṣā [bhāṣā] f. langue maternelle.

 janmabhūmi [bhūmi] f. lieu de naissance; terre natale, patrie.

 janmamṛtyujarā [mṛtyu-jarā] f. naissance, mort et vieillesse.

  janmamṛtyujarāduḥkha [duḥkha] n. douleur de la naissance, de la vieillesse et de la mort.
 janmamṛtyujarā

 janmāntara [antara] n. phil. chaque naissance ultérieure.

 janmāṣṭamī [aṣṭamī] f. soc. 8e jour du mois śrāvaṇa_2, où l'on célèbre l'anniversaire de Kṛṣṇa; on doit observer le jeûne jusqu'à minuit, heure de sa naissance; syn. gokulāṣṭamī.
janma

जन्मन् janman [jan-man] n. naissance, origine; existence, vie — m. géniteur, père — m. janma ifc. né de — f. janmā ifc. née de || pali jamma.
punarjanman n. phil. renaissance, nouvelle naissance.

जन्य janya_1 [pfp. [1] ca. jan] a. m. n. f. janyā qui naît; qui vient à l'existence; né de, produit par <iic.> — m. géniteur; père.
janyajanakabhāva gram. relation entre parent et enfant (marqué par le g.).

जन्य janya_2 [jana-ya] a. m. n. f. janyā du même pays; national | relatif aux hommes, venant du peuple — m. homme du peuple | soc. parent ou ami du fiancé | rumeur publique — n. peuple, communauté, nation; gens.

जप् jap v. [1] pr. (japati) pft. (jajāpa) pp. (japta) chuchotter, murmurer (des prières); réciter ou prier à voix basse — ca. (jāpayati) faire réciter.

जप japa [act. jap] m. chuchottement | soc. récitation à voix basse de paroles sacrées — agt. ifc. qui murmure (à <iic.> loc.).
karṇejapa [«qui murmure à l'oreille»] dénonciateur.

 japamālā [mālā] f. rosaire.
japa

जपा japā f. natu. bot. Hibiscus Rosasinensis, hibiscus rouge; sa fleur est offerte à Kālī.

जबाला jabālā f. lit. [ChU.] np. de Jabālā, fille-mère de Satyakāma; elle enseigna à son fils que le respect de la vérité était la meilleure noblesse [brāhmaṇya].

जभ् jabh_1 v. [1] pr. md. (jabhate) mordre, happer; croquer; claquer | ouvrir la mâchoire | aboyer, gueuler.

जभ् jabh_2 [relié à yabh] v. [1] pr. (jabhati) inf. (jabhitum) avoir des rapports sexuels.

जभ्य jabhya [pfp. [1] jabh_1] a. m. n. f. jabhyā qui mord, qui croque — m. insecte granivore — voc. adr. (impers.) il faut ouvrir largement la bouche.

जम् jam v. [1] pr. (jamati) ppr. (jamat) ppr. int. (jājamat) manger, avoir en pâture.

जमत् jamat [ppr. jam] a. m. n. f. jamantī en mangeant.

 jamadagni [agni] m. myth. np. de l'ascète Jamadagni «Feu dévorant», l'un des saptarṣi, descendant de Bhṛgu; il est le fils de Ṛcīka et de Satyavatī_1, dernier brāhmaṇa de sa lignée par suite de la confusion des castes [varṇasaṃkara]; sa connaissance du Veda était inégalée; allié de Viśvāmitra, il s'opposa à Vasiṣṭha; il épousa Reṇukā dont il eut 5 fils, Rumaṇvān, Suhotra_1, Vasu_1, Viśvavasu et Paraśurāma; Reṇukā ayant péché en regardant les ébats du roi Kārtavīrya prenant son bain, il la condamna à errer comme lépreuse; elle lui revint après avoir été guérie par sa dévotion à Śiva, mais il ordonna alors à ses fils de la décapiter; les aînés lui ayant désobéi, seul le cadet Paraśurāma s'en acquitta; il coupa les mille bras du roi Kārtavīrya et le livra à la mort; il fut tué à son tour par les fils de celui-ci, et vengé par Paraśurāma qui tua tous les princes [kṣatriyās] pour rendre la Terre aux brahmanes.
jamat

जम्ब jamba m. boue.

जम्बाल jambāla [jamba-ala] m. n. terre glaise, argile; boue — m. natu. bot. Pandanus odoratissimus, arbre pandane; syn. ketaka.

जम्बीर jambīra m. natu. bot. Citrus limon, citronnier — n. natu. citron vert.

जम्बु jambu f. natu. bot. Eugenia jambolana, arbre jamblon ou prunier indien; ses fruits violets, semblables à une prune, sont comestibles — m. n. myth. np. du Jambu, fleuve mythique [divyagaṅgā] issu du jus des fruits du jambu couronnant le mont Meruf. jambū myth. la rivière Jambū, id.

 jambudvīpa [dvīpa] m. myth. np. du Jambudvīpa, le plus central des 7 continents mythiques entourant le mont Meru, entouré de l'océan Lāvaṇa; il est subdivisé lui-même en 10 régions [dvīpa]: kuru, candra, varuṇa, saumya, nāga, kumārikā, gabhastimat, tāmraparṇa, kaśeru, indra | géo. la grande Inde, le sous-continent indien.

 jambūnadī [nadī] f. myth. np. de la rivière Jambū.
jambu

जम्बुक jambuka m. natu. zoo. chacal — f. jambukā natu. chacal femelle.

 jambukeśvara [īśvara] m. géo. np. de Jambukeśvara, sanctuaire de Śiva situé à Tiruvanaikka près de Śrīraṅga, sur une île de la Kāverī; c'est le pañcabhūtasthala associé à l'élément eau [ap]; une source naturelle l'arrose.
jambuka

जम्भ jambha [agt. jabh_1] m. dent, défense | pl. jambhās mâchoires | jambha myth. démon dévoreur | myth. np. de l'asura Jambha, profanateur de sacrifices; à la tête des anti-dieux, il vola l'amṛta à Dhanvantari; [Mah.] np. de nombreux asurās, tués par Indra, Kṛṣṇa, Arjuna.

जम्भक jambhaka [agt. jabh_1] a. m. n. f. jambhakā qui détruit, qui dévore | myth. esprit malin animant les armes magiques.

जम्भन jambhana_1 [agt. jabh_1] a. m. n. f. jambhanī qui détruit, qui dévore — m. natu. bot. Calotropis gigantea, asclépiade en arbuste, au suc laiteux, aux feuilles laineuses; plante médicinale.

जम्भन jambhana_2 [act. jabh_2] n. copulation.

जम्भल jambhala [jambha-la] m. bd. np. du yakṣa Jambhala, dieu de la richesse ou roi du Nord (équivalent bd. de Kubera ou son général en chef); son épouse est Hārītī; cf. Vaiśravaṇa.

जय jaya [agt. ji] a. m. n. f. jayā conquérant, vainqueur — act. m. victoire, conquête | moyen d'obtenir la victoire | myth. [Mah.] np. de Jaya, épith. d'Arjuna «le Victorieux» | myth. [Mah.] nom assumé par Yudhiṣṭhira pendant l'exil des pāṇḍavās au royaume de Virāṭa; Arjuna était Vijaya, Bhīma était Jayanta, Nakula était Jayatsena, Sahadeva était Jayadbala, et Draupadī les appelait tous Jaya | myth. np. de Jaya_1, l'un des deux dvārapālau de Viṣṇu | lit. Jaya_2 «Victoire (du dharma sur l'adharma)», poème épique de 8800 vers, attribué à Vyāsa; il devint le Bhārata_1 de 24000 vers, récité par Vaiśampāyana, puis finalement le Mah. (100000 vers) | astr. np. de Jaya_3 «Conquérant», personnifiant l'an 28 d'un cycle de vie [saṃvatsara] — ifc. victorieux sur, qui conquiert — f. jayā myth. np. de Jayā, fille de Dakṣa; elle épousa Kṛśāśva, dont elle eut 50 fils très puissants, destinés à servir d'armes magiques pour combattre les asurās.
jayo 'svaḥ cheval de victoire.

 jayatīrtha [tīrtha] m. hist. np. du philosophe śrī Jayatīrtha, né près de Paṇḍharpur (1365–~1388); disciple d'Akṣobhyatīrtha, et son successeur comme pontife de l'ordre de Madhva; il était vigoureux et montait à cheval; il fut le maître commentateur [ṭīkācārya] de la doctrine dvaita; il est l'auteur not. de la Nyāyasudhā, de la Tattvaprakāśikā, de la Prameyadīpikā et de la Pramāṇapaddhati.

 jayadeva [deva] m. hist. np. de Jayadeva «Dieu de victoire», poète d'Orissa (~1150–~1210); il vécut à la cour du roi Lakṣmaṇasena du Bengale; il est l'auteur du Gītagovinda | hist. np. du jaïne Jayadeva_1 (6e siècle), auteur d'un ouvrage de prosodie; cf. Chandaḥśāstra | hist. np. de Jayadeva_2 Pakṣadhara, célèbre logicien de Mithilā (15e siècle) | hist. np. du poète et logicien Jayadeva_3 Pīyuṣavarṣa, auteur du Prasannarāghava et du Candrāloka.

 jayadhvaja [dhvaja] m. myth. np. du roi Jayadhvaja «Étendard de la victoire», fils aîné de Kārtavīrya; Tālajaṅgha est son fils.

 jayapattra [pattra] n. soc. édit royal; édit d'un tribunal déclarant la victoire d'une partie | soc. signe attaché au front d'un cheval choisi pour l'aśvamedha.

 jayapura [pura] n. géo. np. de la ville de Jayapura au Rajasthan, fondée par le roi Jayasiṃha_6 en 1727 pour lui servir de capitale (mod. Jaïpur).

 jayamaṅgala [maṅgala] m. éléphant royal | (mus.) sorte de mesure — f. jayamaṅgalā lit. np. de la Jayamaṅgalā, commentaire du Kāmasūtra dû à Yaśodhara_1.

 jayaratha [ratha] m. hist. np. de Jayaratha, lettré du Kaśmīra sous Rājadeva (début du 13e siècle), frère de Jayadratha_2; on lui doit not. la Vimarśinī_2.

 jayavarman [varman] m. hist. np. de Jayavarmā «Protecteur de la Victoire», nom de rois not. à Angkor; Jayavarmā_1 (650) était roi du Zhenla; Jayavarmā_2 (802) était roi à Angkor, ainsi que son fils Jayavarmā_3 (835); Jayavarmā_4 (928) régnait à Liṅgapura (mod. Koh Ker); il y construisit le Prasat Thom, temple de Śiva et Yama; Jayavarmā_8 (1280), bouddhiste, régnait à Angkor Thom; il construisit le temple Bayon aux tours à visage.

 jayaśrī [śrī] f. déesse de la victoire.

 jayasiṃha [siṃha] m. hist. np. du prince Jayasiṃha «Lion victorieux»; il créa la dynastie Cālukya du Deccan au 5e siècle; sa capitale était Āryapura (mod. Aihole) | hist. np. du roi Jayasiṃha_1, de la dynastie des Cālukyās de l'Est; il régna de 641 à 673 | hist. np. du roi Jayasiṃha_2, de la dynastie des Cālukyās de l'Est; il régna de 706 à 718 | hist. np. du roi Jayasiṃha_3, de la dynastie des Cālukyās de l'Ouest; il régna de 1015 à 1042; son fils Someśvara_1 lui succéda | hist. np. du roi Jayasiṃha_4 Siddharāja, de la dynastie Caulukya; il régnait au 12e siècle à Aṇahilapāṭaka au Gurjara; Hemacandra Sūri travaillait à sa cour; il fit une expédition à Avantī en 1140; à sa mort en 1143, son neveu Kumārapāla lui succéda | hist. np. de Jayasiṃha_5 (Jai Singh I), roi d'Amber, général de Shah Jahan (1611–1667) | hist. np. du mahārāja d'Amber Jayasiṃha_6 (Jai Singh II, [1688-1743]), descendant de Jayasiṃha_3; fils du mahārāja Bishan Singh, il monta sur le trône à 11 ans en 1699, et obtint le titre de Savai (meilleur d'1/4) d'Aurangśeb; il fonda en 1727 une nouvelle capitale à Jayapura (mod. Jaïpur); il était féru de mathématiques, et construisit plusieurs observatoires, d'abord à Ujjayinī (1719), puis à Delhi (1724), puis à Jayapura le Yantramandira (1728) pour son astronome Samrāṭ Jagannātha_4.

  jayasiṃhakalpadruma [kalpadruma] m. lit. np. du Jayasiṃhakalpadruma, ouvrage de dharmaśāstra de Ratnākara_3.
 jayasiṃha

 jayāditya [āditya] m. hist. np. du grammairien Jayāditya, co-auteur de la Kāśikā vṛtti (6e siècle).

 jayāpīḍa [āpīḍa] m. hist. np. du roi du Kaśmīra Jayāpīḍa «Couronné par la victoire» (règne 776–807); il est petit-fils de Lalitāditya, auquel il succéda; il patronna les arts et les sciences, et était expert en grammaire sanskrite; on lui donna le titre de paṇḍita; il fonda à sa cour une école de critique littéraire, dirigée par Udbhaṭa; le poète Dāmodaragupta fut son premier ministre; cf. Rājataraṅgiṇī.
jaya

जयत् jayat [ppr. ji] a. m. n. f. jayantī_1 conquérant, vainqueur.

 jayatsena [senā] m. myth. [Mah.] np. de Jayatsena «à l'Armée victorieuse», nom d'exil de Nakula au royaume de Virāṭa.

 jayadbala [bala] m. myth. [Mah.] np. de Jayadbala «Force de victoire», nom d'exil de Sahadeva au royaume de Virāṭa.

 jayadratha [ratha] m. myth. [Mah.] np. de Jayadratha «au Char vainqueur», roi du Sindhu [Saindhava], chef des sauvīrās; il est fils du vieux sage Vṛddhakṣatra, qui avait fait la prophétie à sa naissance que celui qui mettrait sa tête à terre aurait le crâne qui éclate en 100 morceaux; il assista au svayaṃvara de Draupadī sans être choisi, et en voua une haine pour Arjuna; lorsque les pāṇḍavās s'exilèrent, en traversant la forêt Kāmyaka ils allèrent à la chasse, laissant Draupadī seule dans une hutte; Jayadratha l'enleva; il fut rattrapé par les pāṇḍavās qui mirent en pièce son armée, et il fut tondu par Bhīma; il fut relâché sur ordre de Yudhiṣṭhira; il fit pénitence à Gaṅgādvāra, et Śiva lui accorda de pouvoir vaincre au combat tout pāṇḍava, sauf Arjuna; lors de la grande bataille il s'allia aux kauravās, ayant épousé Duḥśalā, fille unique de Dhṛtarāṣṭra; il gagna de nombreux combats; au 14e jour de la bataille il entraîna traîtreusement Abhimanyu dans le piège d'un cakravyūha pour le tuer; Arjuna jura qu'il le tuerait le jour suivant pour venger son fils; Kṛṣṇa apprit à ce dernier la prophétie de Vṛddhakṣatra; puis il simula un coucher de soleil en faisant éclipse avec son cakra, afin de tromper la garde de Jayadratha; Arjuna lui coupa la tête avec une flèche qui la fit tomber sur les genoux de son père en méditation; celui-ci se leva en se réveillant, vit la tête coupée de son fils rouler à terre, et son crâne explosa, réalisant sa propre prophétie | myth. np. du roi Jayadratha_1, fils de Bṛhatkāya, descendant de Hastī | hist. np. de Jayadratha_2, philosophe du Kaśmīra du 13e siècle sous Rājadeva; il portait les titres de Rājānaka et de Mahāmāheśvara; il est l'auteur du Haracaritacintāmaṇi; cf. Jayaratha.

  jayadrathayāmala [yāmala] n. lit. np. du Jayadrathayāmala, ouvrage de tradition kaula (10e siècle).
 jayadratha
jayat

जयन्त jayanta [jayat] a. m. n. f. jayantī_2 victorieux — m. myth. np. de Jayanta «le Victorieux», fils d'Indra; il attaqua Sītā sous la forme d'un corbeau, et Rāma lui creva un œil | myth. [Mah.] nom d'exil de Bhīma au royaume de Virāṭa | hist. np. de Jayanta_1 Bhaṭṭa, grammairien du Kaśmīra (9e siècle); il base la sémantique de la phrase sur la logique [nyāya]; on lui doit not. la Nyāyamañjarī et la Nyāyakalikā, ainsi que la pièce satirique Āgamaḍambara | épith. de nombreux dieux et rois — f. jayantī_2 myth. np. de Jayantī, fille d'Indra, épouse de Śukra | soc. fête anniversaire (not. de Kṛṣṇa [janmāṣṭamī], de Hanumān [caitrī], de Buddha [vaiśākhī], de Bhairava [bhairavāṣṭamī], de Dattātreya [āgrahāyaṇī], de Madhva [vijayadaśamī]).

जयिन् jayin [jaya-in] a. m. n. f. jayinī conquérant; vainqueur — ifc. qui vainc; qui gagne (un procès, au jeu, au sport, etc.).

जयिष्णु jayiṣṇu [agt. ji] a. m. n. f. victorieux.

जय्य jayya [pfp. [1] ji] a. m. n. f. jayyā qui peut être vaincu.

जर jara [agt. jṝ] a. m. n. f. jarā vieux, vieilli; qui vieillit — act. m. vieillissement, usure — f. jarā vieillesse | myth. [Mah.] np. de la rākṣasī Jarā_1 «la Vieille»; elle recueillit les demi-avortons de Bṛhadratha et les fusionna en Jarāsandha; elle fut tuée avec sa descendance par la massue magique de Jarāsandha déviée par Baladeva armé de l'arme sthūṇākarṇa.

जरण jaraṇa var. jīraṇa [agt. jṝ] a. m. n. f. jaraṇā vieux, usé | qui dissout, qui aide à la digestion — act. n. maturation — m. n. graines de cumin; diverses épices.

जरत् jarat [ppr. jṝ] a. m. n. f. jaratī vieux, usé, décrépit; infirme | périmé; ancien, hors service (temple); sec (herbe) — m. vieillard || gr. γεροντος; fr. géronte.
jarannaiyāyika m. phil. [«vieux ratiocinateur»] (dérogatoire) adepte de la logique traditionnelle [prācīnanyāya].
jaranmīmāṃsaka m. phil. [«vieux casuiste»] (dérogatoire) adepte de la doctrine du rituel traditionnel [pūrvamīmāṃsā].

 jaratkāru [kāru] m. myth. [Mah.] np. de l'ascète Jaratkāru «qui sauve ses ancêtres»; il vivait en brahmacārin errant [yāyāvara]; lors d'un pèlerinage, il vit ses ancêtres suspendus au dessus d'un abîme par une corde rongée par un rat, faute de descendance; il décida alors d'épouser Manasā, sœur du dragon [nāga] Vāsuki, qui en conçut Āstika.

 jaradgava [gava] m. vieux bovin | lit. [Hit.] np. du vautour Jaradgavaf. jaradgavī vieille vache.
jarat

जरस् jaras [agt. jṝ] m. myth. [Mah.] np. de Jarā_2 «le Vieux», chasseur qui prit Kṛṣṇa pour un daim et l'atteignit mortellement au talon, seul endroit vulnérable de son corps; cf. Sāmba.

जरा jarā [act. jṝ] f. vieillesse | bd. la décrépitude, 12e cause de souffrance [pratītyasamutpāda].

 jarāyu [āyus] a. m. n. f. qui a fini son temps, périssable | mue de serpent | placenta.

  jarāyuja [ja] a. m. n. f. jarāyujā vivipare; syn. yonija.
 jarāyu

 jarāsaṃdha var. jarāsandha [saṃdhā_2] m. myth. [Mah.] np. de Jarāsandha «Réuni par Jarā_1», fils de Bṛhadratha et de ses deux reines jumelles, monstre obtenu par fusion de deux demi-avortons par Jarā_1; il était invincible au combat; il devint roi du Magadha, sa capitale était Girivraja; il maria ses filles Asti et Prāpti au roi Kaṃsa, et combattit 18 fois Kṛṣṇa qui avait tué son gendre; il emprisonna de nombreux rois en vue de les sacrifier; il provoqua en duel Karṇa, mais concéda leur égalité au combat; Kṛṣṇa vint à sa cour avec Arjuna et Bhīma, tous trois déguisés en brahmanes snātaka; ils mirent au défi Jarāsandha, qui choisit de combattre Bhīma; le duel dura 14 jours; finalement, Kṛṣṇa conseilla à Bhīma de séparer Jarāsandha en ses deux moitiés pour le tuer; son fils et héritier Sahadeva_1 prêta allégeance à Kṛṣṇa et monta sur le trône | myth. [Mah.] nom d'un fils de Dhṛtarāṣṭra.
jarā

जर्जर jarjara [red. jara] a. m. n. f. jarjarā décrépit, infirme, abîmé; cassé, tordu, percé | divisé (royaume) — m. soc. canne de bambou de 5 segments représentant symboliquement la bannière d'Indra [indradhvaja] lors d'une représentation théâtrale; cf. pūrvaraṅga.
jarjarīkṛ mettre en pièces.
jarjarībhū s'abîmer, s'user.

 jarjaratva [-tva] n. décrépitude.

 jarjarapūjā [pūjā] f. soc. [théâtre] hommage à la bannière d'Indra.

 jarjarita [-ita] a. m. n. f. jarjaritā usé, décrépit, abîmé, cassé.
jarjara

जर्णु jarṇu [agt. jṝ] m. lune décroissante.

जर्य jarya [pfp. [1] ca. jṝ] a. m. n. f. jaryā périssable.

जल jala [relié à gal] a. m. n. f. jalā [jaḍa] stupide; engourdi | froid — n. froid | eau; fluide | pl. jalāni les eaux — f. jalā rivière — v. [11] pr. md. (jalāyate) devenir eau, se liquéfier || lat. gelu; all. Quelle; fr. gel.
jalaṃ hi jivitaṃ loke L'eau est en vérité la vie dans ce monde.

 jalacara [cara] a. m. n. f. jalacarī animal aquatique; crocodile, requin.

 jalajantu [jantu] m. animal aquatique.

 jalada [da] m. nuage [«qui donne de l'eau»].

 jaladhara [dhara] m. [«qui porte de l'eau»] nuage de pluie.

 jaladhi [dhi] m. océan | math. cent milliards.

 jalanakula [nakula] m. otarie.

 jalanidhi [nidhi] m. océan.

 jalabindu [bindu] m. goutte d'eau.

 jalamuc [muc_2] m. [«qui libère de l'eau»] nuage.

 jalamūla [mūla] n. racine aquatique | racines et eau.
jalamūlamātra rien que racines et eau.

 jalavindu [vindu_1] m. goutte d'eau.

 jalaśaya [śaya] a. m. n. f. jalaśayā reposant sur les eaux — m. myth. np. de Jalaśaya, épith. de Viṣṇu-Nārāyaṇa «Étendu sur les eaux (primordiales)».

 jalaśayana [śayana] m. myth. np. de Jalaśayana, épith. de Viṣṇu-Nārāyaṇa «Reposant sur les eaux (primordiales)».

 jalaśāyin [śāyin] a. m. n. f. jalaśāyinī qui repose sur les eaux.

 jalasthāna [sthāna] n. étang; réservoir; lac.

 jalāśaya [āśaya] a. m. n. f. jalāśayā couché dans l'eau — m. étang, lac, réservoir; océan.

 jalaukas [okas] a. m. n. f. qui vit dans l'eau — m. animal aquatique.
jala

जलम् jalam [acc. jala] iic.

 jalaṃdhara var. jalandhara [dhara] m. myth. np. de Jalandhara «qui porte l'eau (coulant de l'œil de Brahmā)», asura né d'un éclair du 3e œil de Śiva frappant l'océan primordial et adopté par Varuṇa; il prétendit prendre comme épouse Pārvatī, et envoya Rāhu comme messager; la colère de Śiva se matérialisa sous la forme du monstre Kīrtimukha; [PP.] il combattit les dieux qui avaient osé baratter son géniteur, vainquit Indra et fit Viṣṇu prisonnier au fond de l'océan; Śiva l'en délivra en tuant Jalandhara.

  jalaṃdharapura [pura] n. géo. np. de la ville de Jalandharapura «Bien irrigée» au Pañjab, entre les rivières Vipāśā (mod. Beas) et Śutudrī (mod. Sutlej); elle marque l'extrême Est de l'empire d'Alexandre; à l'époque de l'empire Kuṣāṇa s'y tint un concile bd. pour établir le canon; elle fut la capitale d'un royaume Śāhī puis Rājput jusqu'au 12e siècle.
 jalaṃdhara
jalam

जले jale [loc. jala] iic.

 jalecara [cara] a. m. n. f. jalecarī qui vit dans l'eau; (animal) aquatique.
jale

जलौक jalauka [jalaukas] m. f. jalaukā sangsue.

जलौकस jalaukasa [jalaukas] m. f. jalaukasā id.

जल्प् jalp [red. lap] v. [1] pr. (jalpati) pr. md. (jalpate) aor. [5] (ajalpīt) pp. (jalpita) parler, dire, raconter; causer avec qqn. <i.>; bavarder | balbutier, murmurer, babiller.

जल्प jalpa [act. jalp] m. énonciation; discours | pl. bavardages; ragots | dispute; débat, argumentation | phil. rhét. défense de thèse; opp. vāda, vitaṇḍā.

 jalpanyāya [nyāya] m. art de la rhétorique; ratiocination | argumentation ne visant qu'à gagner l'argument, plutôt que la recherche de la vérité [vāda] ou la défaite de son adversaire [vitaṇḍā].
jalpa

जल्पक jalpaka [agt. jalp] a. m. n. f. jalpikā bavard.

जल्पन jalpana [agt. jalp] a. m. n. f. jalpanā qui fait des discours — act. n. bavardage.

जल्पाक jalpāka [agt. jalp] a. m. n. f. jalpākī bavard.

जल्पि jalpi [act. jalp] f. murmure, chuchotement; patenôtres | récitation ou discours à voix basse.

जल्पित jalpita [pp. jalp] a. m. n. f. jalpitā dit, parlé | à qui l'on s'est adressé — n. le parlé.

जल्प्य jalpya [pfp. [1] jalp] n. racontar, ragot.

जल्हण jalhaṇa m. hist. np. de Jalhaṇa, compilateur du recueil de proverbes Sūktimūktāvalī (1258).

जव java [agt. ] a. m. n. f. javā véd. qui se hâte; rapide — m. hâte, rapidité, vitesse; cf. manojava.
javam var. javāt rapidement.

जवनिका javanikā f. rideau, écran; voile.

जविष्ठ javiṣṭha [super. java] a. m. n. f. javiṣṭhā le plus rapide.

जवीयस् javīyas [compar. java] a. m. n. f. javīyasī plus rapide; très rapide.

जस् jas v. [4] pr. (jasyati) pft. (jajāsa) être épuisé — ca. (jāsayati) épuiser.

जस्र jasra [jas-ra] a. m. n. f. jasrā mourant, qui s'éteint.

जह jaha [agt. hā_1] a. m. n. f. jahā qui abandonne.

जहक jahaka [agt. hā_1] a. m. n. f. jahikā qui abandonne — m. temps | natu. mue d'un serpent.

जहत् jahat [ppr. hā_1] a. m. n. f. jahatī en abandonnant | gram. exclusif.

 jahatsvārtha [svārtha] a. m. n. f. jahatsvārthā qui perd son sens originel — f. jahatsvārthā gram. dérivation [vṛtti] d'un composé dont la dénotation d'origine du constituant subordonné est perdue.

 jahadajahat [ajahat] a. m. n. f. jahadajahatī en abandonnant partiellement.

 jahadajahallakṣaṇā [lakṣaṇa] f. gram. se dit d'une interprétation [vṛtti] de métonymie plus ou moins exclusive.

 jahallakṣaṇā [lakṣaṇa] f. gram. se dit d'une interprétation [vṛtti] de métonymie exclusive; opp. ajahallakṣaṇā.
jahat

जहि jahi [imp. han_1] ind. coupe! frappe!

 jahistamba [stamba] m. moissonneur («coupe-gerbes»).
jahistamboyam il dit sans cesse «bats les épis».
jahi

जह्नु jahnu m. myth. np. du sage [ṛṣi] Jahnu, fils d'Ajamīḍha et Keśinī; il arrêta la Gaṅgā pendant 12 ans en l'avalant quand elle coula sur son aire sacrificielle; à la prière de Bhagīratha, il la rendit par ses oreilles; cf. Jāhnavī, Kāverī.

 jahnujā [] f. myth. np. de Jahnujā «Issue (des oreilles) de Jahnu», épith. de Gaṅgā.
jahnu

जा cf. jan.

जागदीशी jāgadīśī [vr. jagadīśa] f. lit. np. de la Jāgadīśī, œuvres de Jagadīśa_1.

जागर jāgara [agt. jāgṛ] a. m. n. f. jāgarā éveillé — act. m. état de veille — f. jāgarā éveil.

जागरण jāgaraṇa [agt. jāgṛ] a. m. n. f. jāgaraṇā éveillé — act. n. veille | surveillance.

जागरित jāgarita [pp. jāgṛ] a. m. n. f. jāgaritā éveillé, réveillé | qui veille depuis longtemps, qui lutte contre le sommeil — n. état de veille.

जागर्ति jāgarti [act. jāgṛ] f. vigilance.

जागृ jāgṛ v. [2] pr. (jāgarti) aor. [5] (ajāgarīt) pp. (jāgarita) ppr. (jāgrat) pf. (pra) se réveiller, être éveillé, veiller, surveiller — ca. (jāgarayati) éveiller, réveiller.
jāgṛhi adr. réveille-toi!
ajāgāri (aor. ps. impers.) le réveil s'est produit

जागृवि jāgṛvi [agt. jāgṛ] a. m. n. f. attentif, actif; éveillé, qui veille | qui anime, qui tient éveillé (le soma, les dés) — m. roi | feu toujours actif; feu qui couve.

जाग्रत् jāgrat [ppr. jāgṛ] a. m. n. f. jāgratī qui veille, éveillé; surveillant — m. l'état [avasthā_2] de veille | phil. le premier stade de conscience; cf. māṇḍūkyopaniṣad.

जाङ्गल jāṅgala [vr. jaṅgala] a. m. n. f. jāṅgalā aride, désert; qui a le caractère de la garrigue | inhabité; naturel, sauvage; qu'on trouve dans la jungle | terroir de broussailles; opp. anūpan. gibier (de terrain sec); viande, chair — ifc. terre des, pays des || ang. jungle.
kaurujāṅgala var. kaurujaṅgala propre à la terre des Kuru.

जाङ्गुल jāṅgula var. jaṅgula n. venin — f. jāṅgulā f. jāṅgulī connaissance des poisons.

जाङ्गुलि jāṅguli [jāṅgula] m. charmeur de serpents.

जाङ्गुलिक jāṅgulika [jāṅgula-ika] m. charmeur de serpents | antidote de venin

जाजमत् jājamat [ppr. int. jam] a. m. n. f. jājamatī dévorant; ardent; qui consume continuellement.

जाड्य jāḍya [vr. jaḍa-ya] n. stupeur; bêtise, stupidité.

जात jāta [pp. jan] a. m. n. f. jātā né, produit, engendré; arrivé, paru; devenu | muni, doué de <i. iic.> — iic. s'étant produit; devenu, tombé | (impers.) il s'est produit, il est arrivé — n. origine, race, espèce; collection (de <iic.>) | être vivant, créature — m. pl. myth. le peuple des Jātās, une tribu des Haihayāsf. jātā fille || lat. gentis; fr. genre, engendrer.
kiṃ jātam qu'est-il arrivé?
kāryajātam phil. l'agrégat des effets.
devajātaprasādaḥ phil. la grâce des dieux.

 jātakarman [karman] n. soc. rite [saṃskāra] effectué à la naissance d'un garçon; avant de couper le cordon ombilical, le père fait une oblation [homa] de lait caillé et de beurre avec des formules sacrées [mantra]; il dit «vāk» trois fois dans l'oreille droite de l'enfant, lui fait goûter du lait, du beurre et du miel, lui murmure un nom secret [nāmakaraṇa], le met au sein de sa mère, et prononce une formule de vœu [iṣṭi_1] à l'intention de la mère.

 jātakāma [kāma] a. m. n. f. jātakāmā tombé amoureux.

 jātakopa [kopa] a. m. n. f. jātakopā enragé.

 jātaputra [putra] m. dont le fils est né; syn. putrajāta.

 jātapreta [preta] m. mort-né.

 jātarūpa [rūpa] a. m. n. f. jātarūpā d'une beauté innée | brillant, doré — n. or.

 jātaroṣa [roṣa] a. m. n. f. jātaroṣā enragé.

 jātavidyā [vidyā] f. connaissance des créatures.

 jātavedas [vedas_1] a. m. n. f. qui connaît tout | (de vedas_2) qui possède tout — m. véd. np. de Jātavedā, épith. d'Agni «qui possède toutes les créatures».

 jātaśrama [śrama] a. m. n. f. jātaśramā fatigué [«dont la fatigue est née»].

 jātahāriṇī [hāriṇī] f. myth. «ravisseuse d'enfant», influence maléfique attaquant les femmes enceintes et leurs embryons.

 jātānutāpa [anutāpa] a. m. n. f. jātānutāpā pris de remords.
jāta

जातक jātaka [jāta-ka] a. m. n. f. jātakā né, natif, produit, engendré — n. nativité | astr. horoscope de naissance | bd. histoire d'une naissance antérieure du Buddha en tant que accompli [bodhisattva], sous forme animale ou humaine.

 jātakamālā [mālā] f. lit. np. de la Jātakamālā «Guirlande des vies antérieures», recueil de 547 histoires pieuses de naissances antérieures présumées du Buddha [jātaka]; il fut compilé au 4e siècle ant., et finalisé par Buddhaghoṣa au 5e siècle en pāli; un premier recueil de 34 naissances passées du Buddha avait été composé par Śūra_1 au 1er siècle en sanskrit dans le style campū.
jātaka

जाति jāti [vr. jan-ti] f. famille, caste; genre, espèce; naissance, race, noblesse, rang | sorte, classe | bd. la naissance, 11e cause de souffrance [pratītyasamutpāda] | phil. généralité, trait commun; opp. vyakti | phil. [nyāya] caractère générique | gram. [sémantique] universel | gram. mot tout-fait | lit. type de langue (sanskrit, prakrit ou apabhraṃśa) | lit. [«caractère intrinsèque»] procédé poétique [alaṃkāra] de description réaliste de la nature; syn. svabhāvokti | natu. espèce animale ou végétale | phon. classe de mètres, mesurés en mores [mātra] | var. jātī natu. bot. Myristica fragrans, arbre muscadier; la graine de son fruit est la noix de muscade.
tapasābrāhmaṇojātastasmājjātirnakāraṇam [Mah.] C'est par sa conduite que le brahmane est reconnu, sa lignée n'en est pas la cause.

 jātikośa [kośa] m. noix de muscade; syn. jātiphala.

 jātinirṇaya [nirṇaya] m. lit. np. du Jātinirṇaya «Prescription des castes».

 jātiphala var. jātīphala [phala] n. noix de muscade; syn. jātikośa.

 jātibādhaka [bādhaka] m. phil. [vaiśeṣika] incohérence d'une classe ontologique universelle; Udayana_1 en dénombre 6: la singularité [vyakti], l'équivalence [tulyatva], le chevauchement [saṃkara], l'instabilité [anavasthiti], la perte de forme [rūpahāni], et la déconnexion [asambandha].
vyakterabhedatulyatvaṃ saṃkaro'thānasvasthitiḥ | rūpahānirasambandhaḥ jātibādhakasaṃgrahaḥ | | [Muktāvalī] L'ensemble des incohérences de classe comprend la singularité, l'équivalence, le chevauchement, l'instabilité, la perte de forme, et la déconnexion.

 jātibrāhmaṇa [brāhmaṇa] m. qui n'est brahmane que par la naissance (et non par le savoir).

 jātibhāj [bhāj] a. m. n. f. générique; ordinaire.

 jātimātra [mātra] n. soc. caste de naissance (sans occupation particulière).

 jātivādin [vādin] a. m. n. f. jātivādinī phil. qui croit que tout mot exprime un universel.

 jātiśakti [śakti] f. gram. sens universel d'un mot; opp. vyaktiśakti.

  jātiśaktivāda [vāda] m. phil. doctrine de l'universalisme du sens.
 jātiśakti

 jātiśabda [śabda] m. soc. nom collectif, nom d'espèce, nom de famille | gram. nom commun; opp. yadṛcchāśabda (nom propre).

 jātismara [smara] m. phil. souvenir des existences antérieures.
jāti

जातीय jātīya [jāti-iya] ifc. a. m. n. f. jātīyā de la race de.
paṭujātiyaḥ qui agit intelligemment.

 jātīyaka [-ka] ifc. a. m. n. f. jātīyikā de la sorte de.
evaṃ jātīyaka a. m. n. de cette sorte.
kathaṃ jātīyaka a. m. n. de quelle sorte?
jātīya

जातु jātu adv. toujours, n'importe quand | possiblement, peut-être; sans doute, apparemment, une fois.
api jātu adv. peut-être.
na jātu adv. jamais, nullement, aucunement.
jātu cid adv. un jour, une fois.
jātu vṛṣalaṃ yājayen na marṣayāmi je ne tolère pas qu'il fasse sacrifier par un homme de basse caste.

जात्य jātya [jāti] a. m. n. f. jātyā de bonne naissance, noble; authentique, vrai | plaisant; excellent.

जान jāna [vr. jana] n. véd. origine; lieu de naissance.

जानक jānaka [vr. janaka] a. m. n. f. jānakī issu de Janakaf. jānakī myth. [Rām.] np. de Jānakī, patr. de Sītā.

जानकी jānakī [f. jānaka] f. myth. [Rām.] np. de Jānakī, patr. de Sītā.

 jānakīharaṇa [haraṇa] n. lit. np. du Jānakīharaṇa, mahākāvya de Kumāradāsa.
jānakī

जानत् jānat [ppr. jñā_1] a. m. n. f. jānatī qui sait, qui comprend; savant.

जानपद jānapada [vr. janapada] m. villageois; habitant du royaume — f. jānapadī mode de vie du peuple | myth. np. de la nymphe [apsaras] Jānapadī «(Jolie) villageoise», envoyée par Indra pour séduire l'étudiant/ascète [brahmacārin] Śaradvān.

जानि jāni [vr. jani] ifc. f. femme, épouse de — m. ifc. celui dont l'épouse est.
ananyajāni m. qui n'a pas d'autre femme.

जानु jānu n. genou || lat. genu; all. Knie; ang. knee; fr. genou.
jānubāhum adv. avec les mains sur les genoux.

 jānudaghna [daghna] a. m. n. f. jānudaghnā f. jānudaghnī qui a (de l'eau) jusqu'aux genoux.
jānu

जाप jāpa [act. jap] m. chuchottement | soc. fait de marmonner des prières.

जापक jāpaka [agt. jap] a. m. n. f. jāpakā soc. qui récite des prières ou des litanies de louanges — m. soc. prêtre marmonnant des prières.

जापिन् jāpin [agt. jap] ifc. a. m. n. f. jāpinī qui marmonne <iic.>.

जाप्य jāpya [pfp. [1] jap] a. m. n. f. jāpyā à murmurer — n. fait de marmonner ses prières.

जाबाल jābāla [vr. jabālā] m. myth. [ChU.] np. de Jābāla, matronyme de Satyakāma «fils de Jabālā» | pl. soc. nom d'une école du Yajurveda | var. jābāli myth. [Rām.] np. de Jābāli munivara, ministre du roi Daśaratha; il essaya en vain de faire revenir Rāma sur sa résolution de prendre l'exil, en employant des arguments athées [nāstika]; plus tard, il officia à la consécration de Rāma; il est célébré à Jābāli tīrtha, près de Tirumala | lit. [K.] np. du sage extralucide Jābāli_1, qui révèle au jeune perroquet Vaiśampāyana_1 tombé du nid sa vraie nature; il décrit Ujjayinī, son roi Tārāpīḍa, la quête du prince Candrāpīḍa_1, sa rencontre avec Kādambarī, et sa léthargie.

जामदग्न्य jāmadagnya [vr. jamadagni-ya] a. m. n. f. jāmadagnyā myth. issu de, relatif à Jamadagnim. myth. np. de Jāmadagnya «fils de Jamadagni», patr. de Paraśurāma.

जामातृ jāmātṛ [vr. jan-mātṛ] m. gendre.
jāmātā daśamo grahaḥ Un gendre est comme le 10e démon ravisseur.

 jāmātṛtva [-tva] n. fait d'être un gendre.
jāmātṛ

जामि jāmi [vr. jan] a. m. n. f. proche parent; sœur; frère (plus rare) — f. not. belle-fille — n. consanguinité | gram. répétition; tautologie.
jāmī du. frère er sœur.

 jāmitva [-tva] n. consanguinité | soc. répétition d'actes semblables.
jāmi

जामी jāmī [f. jāmi] f. belle-fille.

जाम्बवत् jāmbavat [vr. jamba-vat] m. myth. np. du roi des ours Jāmbavān «Boueux», fils de Brahmā; il tua le lion qui avait tué Prasena; [BhP.] il se soumit à Kṛṣṇa après une longue bataille et lui offrit son joyau Syamantaka et sa fille Jāmbavatī; [Rām.] il aida Rāma à envahir Laṅkā avec son armée d'ours; vieillard plein de sagesse, qualifié d'immortel [ciraṃjīvin], il indiqua à Hanumān comment se rendre à la montagne aux herbes [Vṛṣa] pour sauver les rāghavās blessés dans la bataille de Laṅkāf. jāmbavatī myth. np. de Jāmbavatī, fille de Jāmbavān; elle épousa Kṛṣṇa, dont elle conçut Sāmba.

 jāmbavatīkalyāṇa [kalyāṇa] n. myth. mariage de Kṛṣṇa et Jāmbavatī.

 jāmbavatīpariṇaya [pariṇaya] m. lit. np. du Jāmbavatīpariṇaya «Mariage de Jāmbavatī», drame composé par l'empereur Kṛṣṇadeva Rāya; il conte l'histoire de la quête par Kṛṣṇa du joyau magique Syamantaka, son combat victorieux contre Jāmbavān, et son mariage avec sa fille.
jāmbavat

जाम्बूनद jāmbūnada [vr. jambū-nada] a. m. n. f. jāmbūnadā provenant du fleuve Jambūn. or tiré du fleuve Jambū; or en gén.

जाया jāyā [vr. jan-ya] f. épouse [«qui enfante»] — ifc. cf. jāni.

जायु jāyu [vr. ji-u] m. [«qui vainc (la maladie)»] remède | médecin.

जार jāra [agt. jṝ] a. m. n. f. jārā vieillissant — ins. m. amant, adultère.

 jāragarbha [garbha] m. [«conçu par un amant»] bâtard — f. jāragarbhā femme enceinte d'un amant.
jāra

जाल jāla n. filet; réseau, maillot, treillis; piège | grande quantité; multitude | mod. réseau de distribution ou de communication.

 jālamārga [mārga] m. fenêtre (de palais) | pratiques trompeuses.
jāla

जालंधर jālaṃdhara var. jālandhara [vr. jalaṃdhara] a. m. n. f. jālaṃdharā relatif à Jalandhara.

 jālaṃdharabandha var. jālandharabandha [bandha] m. phil. [yoga] position du menton appuyé contre la poitrine en contractant la gorge.

 jālasthāna [sthāna] n. mod. site Web.
jālaṃdhara

जाल्म jālma a. m. n. f. jālmī vil, méprisable.

जाल्मक jālmaka [jālma-ka] a. m. n. f. jālmikā (personne) méprisable.

जाह्नव jāhnava [vr. jahnu] m. myth. np. de Jāhnava, patr. de Viśvāmitra «descendant de Jahnu» — f. jāhnavī myth. np. de Jāhnavī, patr. de la Gaṅgā «issue de Jahnu»; aussi épith. de la Kāverī, épouse de Jahnu et demi-Gange [Ardhagaṅgā].

जि ji v. [1] pr. (jayati) pr. md. (jayate) pft. (jigāya) aor. [3] (ajījayat) aor. [4] (ajaiṣīt) pp. (jita) ppr. (jayat) pfp. (jayya) abs. (jitvā, -jitya) pf. (abhi, ava, ā, ut, upa, nis, parā, vi, sam) vaincre, conquérir | gagner au jeu, battre | var. jināti surpasser, dominer; cf. jyā_1 — imp. (jaya) victoire à — ca. (jāpayati) ps. (jāpyate) faire vaincre — dés.(jigīṣati) dés.md. (jigīṣate) souhait conquérir, vouloir vaincre.
jayati rājā vive le roi!
jayatu saṃskṛtam vive le sanskrit!
satyam eva jayate [MU.] La vérité triomphe toujours (mod. devise du Grand Sceau de l'Inde).
yaḥ yat jayati tasya tat Ce que tu gagnes est à toi.

जिगमिष् jigamiṣ [dés. gam] v. pr. (jigamiṣyati) vouloir aller.

जिगीष् jigīṣ [dés. ji] v. pr. md. (jigīṣate) vouloir vaincre.

जिगीषा jigīṣā [act. dés. ji] f. désir de vaincre.

जिगीषु jigīṣu [agt. dés. ji] a. m. n. f. qui désire la victoire | ambitieux.

जिघत्स् jighats [dés. ghas] v. pr. (jighatsati) vouloir dévorer; consumer.

जिघत्सु jighatsu [agt. dés. ghas] a. m. n. f. qui veut dévorer.

जिघांस् jighāṃs [dés. ghas] v. pr. (jighāṃsati) pr. md. (jighāṃsate) vouloir tuer.

जिघांसा jighāṃsā [act. dés. jighāṃs] f. désir de meurtre ou de destruction; vengeance.

जिघांसिन् jighāṃsin [agt. jighāṃs] a. m. n. f. jighāṃsinī qui désire tuer.

जिघांसु jighāṃsu [agt. dés. ghas] a. m. n. f. qui désire tuer — m. ennemi.

जिघृक्ष् jighṛkṣ [dés. grah] v. pr. (jighṛkṣati) pr. md. (jighṛkṣate) pp. (jighṛkṣita) vouloir s'emparer de, vouloir saisir, avoir l'intention de prendre, convoiter.

जिघृक्षा jighṛkṣā [act. dés. grah] f. intention de saisir, convoitise.

जिघृक्षित jighṛkṣita [pp. jighṛkṣ] a. m. n. f. jighṛkṣitā convoité.

जिघृक्षु jighṛkṣu [agt. dés. grah] a. m. n. f. qui veut prendre, qui veut voler.

जिघ्र jighra [agt. ghrā] ifc. a. m. n. f. jighrā qui flaire | qui observe.

जिङ्गिणी jiṅgiṇī var. jhiṅgiṇī f. natu. bot. Lannea coromandelica, arbre à l'écorce grise employée en médecine; syn. meḍhraśṛṅgī.

जिज्ञास् jijñās [dés. jñā_1] v. pr. md. (jijñāsate) pp. (jijñāsita) pfp. (jijñāsitavya) désirer savoir.

जिज्ञासक jijñāsaka [agt. jijñās] a. m. n. f. jijñāsikā cf. jijñāsu

जिज्ञासन jijñāsana [act. jijñās] n. cf. jijñāsā

जिज्ञासा jijñāsā [act. dés. jñā_1] f. désir de savoir, curiosité; enquête, investigation | gram. intention du locuteur — m. jijñāsa ifc. qui investigue.

जिज्ञासित jijñāsita [pp. jijñās] a. m. n. f. jijñāsitā investigué; enquêté.

जिज्ञासितव्य jijñāsitavya [pfp. [3] jijñās] a. m. n. f. jijñāsitavyā à investiguer.

जिज्ञासु jijñāsu [agt. dés. jñā_1] a. m. n. f. curieux, investigateur.

जित् jit [agt. ji] ifc. a. m. n. f. qui vainc, vainqueur de | qui vainc par.

जित jita [pp. ji] a. m. n. f. jitā vaincu — iic. qui a vaincu — ifc. vaincu par.

 jitakrodha [krodha] m. qui domine sa colère.

 jitaprāya [prāya] a. m. n. f. jitaprāyā presqu'entièrement vaincu.

 jitendriya [indriya] a. m. n. f. jitendriyā qui domine ses sens.
jita

जिन jina [ji-na] m. vainqueur, conquérant | jn. saint jaina; not. np. de Jina «le Vainqueur», épith. de Vardhamāna-Mahāvīra | bd. épith. de Buddha | bd. [Mahāyāna] être spirituel accompli; not. gardien de paradis (Akṣobhya, Amitābha, Amoghasiddhi, Ratnasaṃbhava, Vairocana) | myth. épith. de Viṣṇu «Vainqueur».

 jinaratna [ratna] m. hist. np. du moine jaïne Jinaratna (Rajasthan, 13e siècle); il composa le poème Līlāvatīsāra.

 jinasena [senā] m. hist. np. du maître jaïne ācārya Jinasena, disciple de Vīrasena_1 (9e siècle); on lui doit le Pārśvābhyudaya et le Vardhamanapurāṇa; son disciple Guṇabhadra compléta son Ādipurāṇa_2.

 jinendra [indra] m. bd. être accompli [buddha] | jn. saint jaina | hist. np. du grammarien Jinendra; cf. Jinendrabuddhi.

  jinendrabuddhi [buddhi] m. hist. np. du grammarien Jinendrabuddhi, auteur du Nyāsa, commentaire de la grammaire de Bénarès [Kāśikā]; il vivait vers 700.
 jinendra
jina

जिन्व् jinv [relié à jīv] v. [1] pr. (jinvati) pp. (jinvita) inciter, exciter; activer; animer.

जिन्वित jinvita [pp. jinv] a. m. n. f. jinvitā excité.

जिष्णु jiṣṇu [agt. ji] a. m. n. f. qui triomphe, qui surpasse, qui l'emporte sur <acc. iic.> — m. myth. np. de Jiṣṇu «le Triomphant», qui vivait avec Viṣṇu dans leur ermitage secret de Badarī; il représente Arjuna accompagnant Kṛṣṇa.

जिहीर्ष् jihīrṣ [dés. hṛ_1] v. pr. (jihīrṣati) pp. (jihīrṣita) vouloir enlever.

जिहीर्षा jihīrṣā [act. dés. hṛ_1] f. désir, intention de saisir.

जिहीर्षु jihīrṣu [agt. dés. hṛ_1] a. m. n. f. qui cherche à prendre.

जिह्म jihma a. m. n. f. jihmā oblique, transverse; en travers | qui cligne (œil) | tortueux, retors; trompeur, malhonnête | lent, paresseux; faible, émoussé — n. mensonge, malhonnêteté — v. [11] pr. (jihmāyati) se tromper de chemin — v. [11] pr. md. (jihmāyate) être oblique; hésiter à <inf.>.
jihmam i aller de travers; prendre le mauvais chemin; rater le but <abl.>.

 jihmopāya [upāya] m. stratagème retors; traîtrise.
jihma

जिह्वा jihvā f. m. jihva langue | phil. [sāṃkhya] le sens [buddhīndriya] du goût; son régent [niyantṛ] est Varuṇa; la perception [tanmātra] associée est la saveur [rasa] | langue de feu; flamme; cf. saptajihva || lat. lingua; ang. language, tongue; fr. langue.
dvijihva m. [«qui a la langue fourchue»] serpent; fourbe.

 jihvāgra [agra] n. bout de la langue.

 jihvānta [anta] m. pl. jihvāntau extrémités de la langue.

 jihvāpa [pa_1] a. m. n. f. jihvāpā se dit d'un animal qui lappe — m. chien, ours, félin, etc.

 jihvābandha [bandha] m. phil. [yoga] position de la langue retournée et étayée contre la voûte du palais.

 jihvāmūla [mūla] n. base de la langue (point d'articulation des gutturales).

  jihvāmūlīya [-īya] a. m. n. f. jihvāmūlīyā phon. se dit des gutturales, not. du visarga guttural; opp. upadhmānīyam. phon. (véd.) fricative vélaire sourde, représentée par écrit par le ardhavisarga, remplacée en sanskrit classique par le visarga.
 jihvāmūla
jihvā

जी [contr. jīva] ifc. m. mod. (adresse honorifique, après nom) Monsieur.

जीमूत jīmūta m. nuage | np. de cheval | myth. [Mah.] np. de Jīmūta, lutteur réputé invincible venu à la cour du roi Virāṭa défier Bhīma-Ballava, qui l'écrasa.

 jīmūtaketu [ketu] m. myth. [Hitopadeśa] np. de Jīmūtaketu «Qui a un nuage pour bannière», roi de Ceylan; le vidyādhara Kandarpaketu est son fils.

 jīmūtavāhana [vāhana] m. myth. [Nāgānanda] np. du prince vidyādhara Jīmūtavāhana «Porté par un nuage» qui, jeune marié, demanda à Garuḍa de le dévorer vivant pour sauver la vie d'un serpent; cf. Maṇicūḍa, Malayavatī, Śilāhāra | myth. épith. d'Indra «Chevauchant les nuées».
jīmūta

जीर jīra_1 [jinv] a. m. n. f. jīrā vif, rapide | qui conduit <g.> — m. soc. mouvement rapide (de la meule de soma) | épée.

 jīradānu [dānu] a. m. n. f. au cours vif.
jīra_1

जीर jīra_2 m. natu. bot. Cuminum cyminum, cumin.

 jīraka [-ka] m. id.

 jīraṇa var. jaraṇa [-na] m. n. graine de cumin.
jīra_2

जीर्ण jīrṇa [pp. jṝ] a. m. n. f. jīrṇā usé, vieux, vieilli, décrépit, délabré | dissous, digéré, avalé.
jīrṇam aṅge subhāṣitam Les bonnes paroles me sont restées dans la gorge.
bhogā na bhuktā vayam eva bhuktās tapo na taptaṃ vayam eva taptāḥ | kālo na yāto vayam eva yātās tṛṣṇā na jīrṇā vayam eva jīrṇāḥ | | De plaisirs non rassasiés nous voilà lassés; de mortifications sans fin nous voilà brûlés; de bon temps jamais terminé nous voilà épuisés; de désirs jamais assouvis nous voilà usés.

 jīrṇavastra [vastra] a. m. n. f. jīrṇavastrā déguenillé.

 jīrṇoddhāra [uddhāra] m. restauration, réparation, rénovation.
jīrṇa

जीव् jīv v. [1] pr. (jīvati) pr. md. (jīvate) fut. (jīviṣyati) pft. (jijīva) pp. (jīvita) abs. (jīvitvā, -jīvya) pf. (anu, ā, ut, upa, sam) vivre, être vivant | vivre de, se nourrir de <i.> — dés.(jijīviṣati) désirer vivre || gr. βιος; lat. vivo; fr. vivre, biologie.
jīvan interj. puisse-t-il ne pas vivre!

जीव jīva [agt. jīv] a. m. n. f. jīvā vivant, vif — act. m. vie; existence; âme individuelle | phil. np. de Jīva, le Microcosme ou l'Homme | hist. np. de Śrīla Jīva Gosvāmī, disciple de Caitanya (1555–1600); c'est l'un des six pasteurs du Vṛndāvana [gosvāminas]; il composa le Harināmāmṛtavyākaraṇa, grammaire du sanskrit dévotionnel d'obédience vaiṣṇava; il est aussi l'auteur du Paramātmasandarbhaf. jīvā vie | la Terre, le vivant | math. corde ou arc de cercle; syn. jyā_3 || lat. vivus; fr. vivant.
jīvam adv. pendant toute la vie.

 jīvanaś [naś_2] a. m. n. f. soc. se dit d'un sacrifice où l'on tue un être vivant.

 jīvātman [ātman] m. phil. l'Âme individuelle; l'Être incarné.

 jīvānta [anta] m. mort.
jīva

जीवक jīvaka [agt. jīv] a. m. n. f. jīvikā vivant — m. être vivant — f. cf. jīvikā.
jīvakaḥ (bénédiction) longue vie à lui.

जीवत् jīvat [ppr. jīv] a. m. n. f. jīvāntī vivant.
jīvan puisse-t-il ne pas vivre.

 jīvanmukta [mukta] a. m. n. f. jīvanmuktā phil. [«délivré vivant»] qui a accompli la libération spirituelle de son vivant (et peut ainsi vaquer aux affaires du monde sans attachement et sans souillure, et s'abstenir des rites et des devoirs de sa caste); il observe le présent avec indifférence.

 jīvanmukti [mukti] f. phil. [«délivrance en cette vie»] état de libération, but ultime du yoga.

  jīvanmuktiviveka [viveka] m. lit. np. du Jīvanmuktiviveka, œuvre d'advaita vedānta due à Vidyāraṇya-Mādhavācārya, en défense de Śaṃkara_1 (vers 1380).
 jīvanmukti
jīvat

जीवन jīvana [agt. jīv] a. m. n. f. jīvanī vivifiant; qui donne la vie — act. n. manière de vivre; moyen de subsistance | eau | charbon ardent.

जीवम् jīvam [acc. jīva] iic.

 jīvaṃjīva [jīva] m. natu. perdrix.

  jīvaṃjīvaka [-ka] m. id.
 jīvaṃjīva
jīvam

जीविका jīvikā [f. jīvaka] f. mode de vie — ifc. subsistance par.
jīvikā kṛ gagner sa vie.
yasyāgamaḥ kevalajīvikāyai taṃ jñānapaṇyaṃ vaṇijaṃ vadanti [Kālidāsa] Celui dont le seul revenu est d'enseigner les écritures, on l'appelle un marchand de savoir à vendre.

 jīvikāprāpta [prāpta] a. m. n. f. jīvikāprāptā qui a obtenu de quoi vivre.
jīvikā

जीवित jīvita [pp. jīv] a. m. n. f. jīvitā vivant — n. être vivant | vie; vitalité | durée de vie || lat. vita; fr. vie.

 jīvitasaṃśaya [saṃśaya] m. risque ou danger vital.
āturaḥ jīvitasaṃśaye vartate le diagnostic de vie du patient est engagé.

 jīvitāśā [āśā_2] f. espoir de vivre.
jīvitāśā dustyajā Il est difficile de renoncer à l'espoir de vivre.
jīvita

जीवितव्य jīvitavya [pfp. [3] jīv] n. (imp.) à vivre | possibilité de vie; vie à venir | possible retour à la vie.

जीविन् jīvin [jīva-in] a. m. n. f. jīvinī qui vit; qui vit de ou par.

जुगुप्स् jugups [dés. gup] v. pr. md. (jugupsate) pp. (jugupsita) se défendre de <abl.> | être sur ses gardes; se méfier de, éviter, détester, mépriser <acc.>.

जुगुप्सा jugupsā [act. dés. gup] f. aversion, dégoût; horreur | phil. le dégoût, une émotion stable [sthāyibhāva].

जुगुप्सित jugupsita [pp. jugups] a. m. n. f. jugupsitā détesté; répugnant — n. action répugnante ou horrible.

जुगुप्सु jugupsu [agt. dés. gup] a. m. n. f. qui évite, qui déteste, qui méprise; qui éprouve du dégoût pour.

जुम्बक jumbaka m. myth. np. de Jumbaka, forme mauvaise de Varuṇa.

जुष् juṣ_1 v. [6] pr. md. (juṣate) pp. (juṣṭa) goûter, apprécier, prendre plaisir à <acc. g.>; aimer; s'adonner à <acc.> — ca. md. (joṣayate) chérir, préférer <acc.> — ca. (joṣayati) faire apprécier || lat. gusto; all. kosten; gr. γευω; fr. goûter.

जुष् juṣ_2 [agt. juṣ_1] ifc. a. m. n. f. qui goûte, qui apprécie, qui trouve son plaisir à; dévoué à | qui réside en, qui visite.

जुष्ट juṣṭa [pp. juṣ_1] a. m. n. f. juṣṭā content, satisfait | apprécié, aimé, agréable; bienvenu; fréquenté.

जुहू juhū [red. hu] f. langue | véd. cuiller à verser le beurre en oblation.

जुहोत्यादि juhotyādi [(juhoti)-ādi] m. gram. [«qui commence par hu»] qualifie la troisième classe [gaṇa] du présent des verbes; son marqueur caractéristique [vikaraṇa_2] est le redoublement ślu.

जू v. [1] pr. (javati) pr. md. (javate) se dépêcher, être rapide.

जूर्ण jūrṇa [jṝ] a. m. n. f. jūrṇā vieux, gâté.

जृम्भ् jṛmbh v. [1] pr. md. (jṛmbhate) pp. (jṛmbhita) pf. (ut, vi) ouvrir la bouche ou la gueule, bailler; s'ouvrir (fleur) | s'étendre, s'étaler, se déployer, se développer.

जृम्भ jṛmbha [act. jṛmbh] m. n. bâillement | épanouissement; expansion, étirement; gonflement — f. jṛmbhā ifc. floraison de <iic.>.

जृम्भक jṛmbhaka [agt. jṛmbh] a. m. n. f. jṛmbhikā qui baille — m. soc. formule magique pour exorciser les esprits mauvais possédés par les armes | myth. [Uttararāmacarita] arme divine acquise par Rāma, et qu'il promet à Sītā de transmettre à ses enfants; plus tard, Sītā répudiée se réfugie à l'ermitage de Vālmīki où elle donne naissance à Kuśa et Lava; des années plus tard, Rāma entreprend un sacrifice de cheval; l'armée gardant le cheval est mise en déroute par un homme seul grâce à l'arme divine, à quoi on reconnaîtra Lava — act. f. jṛmbhikā bâillement.

जृम्भण jṛmbhaṇa [agt. jṛmbh] a. m. n. f. jṛmbhaṇā qui fait bailler — act. n. bâillement; fait de s'étirer; épanouissement.

जृम्भित jṛmbhita [pp. jṛmbh] a. m. n. f. jṛmbhitā ouvert, épanoui; élargi, étiré, accru | ouvert (fleur); décordé (arc) — n. bâillement | élargissement, déploiement; épanouissement; étirement; gonflement.

जृम्भिन् jṛmbhin [agt. jṛmbh] a. m. n. f. jṛmbhiṇī qui baille | qui s'ouvre (fleur) — f. jṛmbhiṇī natu. bot. Mimosa octandra.

जॄ jṝ var. jṛ v. [1] pr. (jarati) v. [4] pr. (jīryati) pft. (jajāra) pp. (jīrṇa) être vieux, vieillir; s'user, se gâter | être dissous ou digéré — ca. (jarayati) faire vieillir.

जेतृ jetṛ [agt. ji] a. m. n. f. jetrī vainqueur, conquérant.

जेय jeya [pfp. [1] ji] a. m. n. f. jeyā qui doit être vaincu.

जैन jaina [vr. jina] m. jn. Jaïn, adepte du Jaïnisme; cf. Mahāvīra_1, tīrthaṅkaraf. jainī jn. Jaïnisme.

 jainarājataraṅgiṇī [rājataraṅgiṇī] f. lit. np. de l'épopée dynastique du Kaśmīra Jainarājataraṅgiṇī de śrī Vara, suite de la Rājāvali.
jaina

जैमिनि jaimini m. myth. patr. du sage [ṛṣi] Jaimini, disciple de Vyāsa, prêtre-chantre [udgātṛ] au sacrifice de serpents [sarpasattra] de Janamejaya; on le dit fondateur de la doctrine pūrvamīmāṃsā; le Mārkaṇḍeya purāṇa lui aurait été transmis par quatre oiseaux savants; il est l'auteur d'un traité de rites domestiques [gṛhasūtra]; et du Pūrvamīmāṃsāśāstra; on dit qu'il mourut piétiné par des éléphants sauvages.

 jaiminīya [-īya] a. m. n. f. jaiminīyā relatif à, attribué à, composé par Jaimini not. se dit d'une école de chant Sāmavedan. lit. np. du Jaiminīya brāhmaṇa | lit. np. du Jaiminīya gṛhasūtra, associé au Sāmaveda.
jaimini

जोनराज jonarāja m. hist. np. de Jonarāja, écrivain du Kaśmīra de la fin du 14e siècle; il compléta la Rājataraṅgiṇī de Kalhaṇa avec sa Dvitīyarājataraṅgiṇī qui couvre les rois hindous de 1148 à 1339, puis la dynastie islamique fondée par Shah Mīr, jusqu'à sa mort en 1459.

जोष joṣa [juṣ_1] m. plaisir, satisfaction, contentement.
joṣam adv. [tranquillement] en silence | à son bon plaisir.
joṣam ās être satisfait; se calmer; rester silencieux.
joṣam sthā id.
tūṣṇīṃ joṣam āssva tiens ta langue!

जोष्तृ joṣtṛ [agt. juṣ_1] a. m. n. f. joṣtrī qui chérit, qui aime.

ज्ञ jña [agt. jñā_1] a. m. n. f. jñā_2 ifc. connaisseur; intelligent | qui sait, qui connaît; qui reconnaît; intelligent | familier de; versé dans — m. sage | phil. [saṃkhya] l'Esprit pensant Puruṣa | myth. np. de Jña, épith. de Budha «qui a le savoir».

 jñavāra [vāra] m. mercredi (jour de Mercure); syn. budhavāra.
jña

ज्ञप् jñap [ca. jñā_1] v. [10] pr. (jñapayati) aor. [3] (ajijñapat) pp. (jñapta, jñapita) faire savoir, informer — pr. md. (jñapayate) s'informer.

ज्ञप्त jñapta [pp. ca. jñā_1] a. m. n. f. jñaptā instruit; informé | var. jñapita f. id.

ज्ञप्ति jñapti [act. ca. jñā_1] f. compréhension.

ज्ञा jñā_1 v. [9] pr. (jānāti) pr. md. (jānīte) pft. (jajñau) aor. [1] (ajñāt) aor. ps. (ajñāyi) pp. (jñāta) pfp. (jñeya) abs. (jñātvā, -jñāya) pf. (anu, abhi, ava, ā, pari, pra, prati, vi, sam) connaître, savoir, prendre connaissance de; apprendre; connaître comme <2 acc.> | se rappeler de <g.>; engager un rite avec <g.>; imaginer, supposer <g.> — ps. (jñāyate) être informé de — ca. (jñāpayati) ca. (jñapayati) faire savoir, informer — ca. md. (jñāpayate) ca. md. (jñapayate) s'informer — dés.md. (jijñāsate) désirer savoir || lat. gnosco; ang. to know; fr. connaître.
jñāyatām adr. (ps. imp.) renseigne-toi, cherche.
sukhasya jānāti il se rappelle du bonheur.

ज्ञा jñā_2 cf. jña.

ज्ञात jñāta [pp. jñā_1] a. m. n. f. jñātā connu; appris; perçu, compris | pris comme <nom.>; compris comme <nom.> (par <g.>) | intentionnel.
jñātam (impers.) c'est connu; on sait.
mayā jñātam je voulais dire.
jñātaduḥkha qui connaît la misère.

 jñātasambandha [sambandha] m. parenté bien connue, relation évidente.
jñāta

ज्ञाति jñāti [act. jñā_1] m. proche; parent.

 jñātitva [-tva] m. consanguinité; relation de parenté.

 jñātiprāya [prāya] a. m. n. f. jñātiprāyā principalement destiné à la famille.

 jñātibhāva [bhāva] m. soc. lien de parenté.
jñāti

ज्ञातु jñātu [inf. jñā_1] iic. désireux de savoir.

 jñātukāma [kāma] a. m. n. f. jñātukāmā désireux de savoir.
jñātu

ज्ञातृ jñātṛ [agt. jñā_1] a. m. n. f. jñātrī phil. le sujet connaissant; opp. pramātṛ.

ज्ञात्वा jñātvā [abs. jñā_1] ind. sachant, ayant pris connaissance de.

ज्ञान jñāna [act. jñā_1] n. connaissance, savoir, science; sagesse; syn. vidyā | perspicacité; intelligence, pensée; conscience; syn. buddhi || fr. gnose, cognition.

 jñānakarmasamuccaya [karma-samuccaya] m. phil. combinaison de la connaissance et les actes; cette doctrine fut adoptée par Bhāskara_1.

  jñānakarmasamuccayavāda [vāda] m. phil. doctrine philosophique qui postule que les actes doivent complémenter la connaissance pour obtenir la libération; elle fut défendue par Bhartṛprapañca et réfutée par Śaṃkara_1.
 jñānakarmasamuccaya

 jñānakhaḍga [khaḍga] m. bd. «glaive de sagesse»; brandi par l'accompli [bodhisattva] Mañjuśrī, il tranche l'ignorance.

 jñānakhaṇḍa [khaṇḍa] m. lit. np. du Jñānakhaṇḍa «Chapitre de la connaissance», partie du SP. traitant de la connaissance de la vérité suprême.

 jñānajāla [jāla] n. mod. réseau sémantique; ontologie.

 jñānatva [-tva] n. qualité de connaissance.

 jñānadīkṣā [dīkṣā] f. du. jñānadīkṣe la connaissance et le rite.

 jñānanetra [netra] m. phil. [yoga] [«œil de savoir»] 3e œil, ouvert à l'ājñācakra; il contemple la Vérité Divine; c'est un attribut de Śiva.

 jñānapañcamī [pañcamī] f. cf. śrutapañcamī.

 jñānapaṭṭa [paṭṭa] m. jeu de société, métaphore de la rétribution des bonnes et mauvaises actions; il se joue sur un damier de 72 (vaiṣṇava) ou 84 (jaina) cases.

 jñānabhūmikā [bhūmikā] f. phil. niveau de connaissance; cf. saptajñānabhūmikā.

 jñānamārga [mārga] m. phil. voie de la connaissance.

 jñānayoga [yoga] m. phil. réalisation spirituelle par la voie de la connaissance; cf. sāyujya.

 jñānarāja [rājan] m. hist. np. du mathématicien Jñānarāja, auteur du Siddhāntasundara.

 jñānalakṣaṇa [lakṣaṇa] n. phil. [nyāya] perception spécifique faisant appel aux connaissances, not. au sens commun ou à la mémoire.

 jñānavṛddha [vṛddha] a. m. n. f. vayovṛddhā avancé en connaissances.

 jñānaśrīmitra [śrī-mitra] m. hist. np. de Jñānaśrīmitra (fin 10e, début 11e siècle), philosophe bd. enseignant à Vikramaśīla; s'opposant à Ratnākaraśānti, il soutenait la réalité de l'objet de la conscience [sākāravāda]; on lui doit not. l'Apohaprakaraṇa; Ratnakīrti fut son élève.

 jñānasampanna [sampanna] a. m. n. f. jñānasampannā doué de sagesse.

 jñānākāra [ākāra_1] m. phil. [navyanyāya] structure cognitive.

 jñānātma [ātma] m. phil. conscient, qui a gardé sa connaissance.

 jñānādhikāra [adhikāra] m. lit. np. du Jñānādhikāra «Enseignement de la Connaissance», section des Īśvarapratyabhijñākārikās.

 jñānendra [indra] m. hist. np. du grammairien Jñānendra Sarasvatī_2, auteur de la Tattvabodhinī (vers 1730); Nīlakaṇṭha_2 Dīkṣita fut son élève.

 jñānendriya [indriya] m. cf. buddhīndriya.

 jñāneśvāra [īśvara] m. hist. np. de Jnāneśvāra Mahārāja, saint et poète marathe du 13e siècle; il écrivit not. la Jnāneśvārī, un commentaire en vers de la Bhagavadgītā, à l'âge de 16 ans.
jñāna

ज्ञानिन् jñānin [jñāna-in] a. m. n. f. jñāninī éclairé, perspicace; qui sait, qui comprend, qui possède la connaissance.

ज्ञाप् jñāp [ca. jñā_1] v. [10] pr. (jñāpayati) pp. (jñāpita) faire savoir, informer — pr. md. (jñāpayate) s'informer.

ज्ञापक jñāpaka [agt. ca. jñā_1] a. m. n. f. jñāpikā informateur, qui renseigne — m. soc. maître de requêtes (dignitaire de cour royale) — n. indice révélateur; instrument cognitif; précepte | gram. indice révélateur de l'existence d'une règle métalinguistique [paribhāṣā] sans laquelle une règle serait superflue.

ज्ञापित jñāpita [pp. ca. jñā_1] a. m. n. f. jñāpitā informé; instruit en <acc.> | rendu public; enseigné — ifc. connu par.

ज्ञेय jñeya [pfp. [1] jñā_1] a. m. n. f. jñeyā que l'on doit savoir; connaissable | à investiguer, à apprendre, à se renseigner sur.
jñeyo maharṇavo'tra Il faut savoir qu'il y a ici une grande mer.

 jñeyatā [-tā] f. fait d'être intelligible.

 jñeyatva [-tva] n. id.
jñeya

ज्या jyā_1 [relié à ji] v. [9] pr. (jināti) surpasser, opprimer; dompter — v. [4] pr. md. (jīyate) vieillir — ca. (jyāpayati) traiter qqn. de vieux.

ज्या jyā_2 [act. jyā_1] f. oppression, suppression.

ज्या jyā_3 f. corde d'arc | math. [Āryabhaṭa] sinus d'un angle; syn. jīva.

 jyāghāta [ghāta] m. blessure de rebond de la corde d'arc.

  jyāghātarekhā [rekhā] f. sa marque sur le poignet gauche.

  jyāghātavāraṇa [vāraṇa] m. gant de protection de l'archer.
 jyāghāta
jyā_3

ज्यानि jyāni [act. jyā_1] f. vieillissement, déclin; infirmité, vieillesse | décroissance, déclin | perte; cf. sarvajyāni.

ज्यायस् jyāyas [compar. jyā_2] a. m. n. f. jyāyasī supérieur; plus grand, plus fort | aîné — f. jyāyasī sœur aînée.

ज्युत् jyut [relié à dyut_1] v. [1] pr. (jyotati) pr. md. (jyotate) luire, briller — ca. (jyotayati) illuminer.

ज्येय jyeya [pfp. [1] jyā_1] a. m. n. f. jyeyā que l'on peut ou doit opprimer; dont on peut confisquer les biens.

ज्येष्ठ jyeṣṭha [super. jyā_2] a. m. n. f. jyeṣṭhā le meilleur, le plus fort; prééminent; aîné — ifc. le meilleur en — m. frère aîné | math. racine carrée — f. jyeṣṭhā épouse aînée | (doigt) le majeur | myth. np. de Jyeṣṭhā «Aînée (de Lakṣmī)», déesse de mauvais augure née du barattage de la mer de lait [kṣīrodamathana] avant Lakṣmī; les dieux l'envoyèrent en exil dans le ciel; aussi appelée Jyeṣṭhaghnī «Celle qui tue l'aîné» | astr. np. de Jyeṣṭhā, 16e astérisme lunaire [nakṣatra], corr. à Antarès; Indra y préside; son symbole est un anneau; elle personnifie la variole.

 jyeṣṭhaghnī [ghnī] f. cf. jyeṣṭhā.

 jyeṣṭhadeva [deva] m. hist. np. du mathématicien Jyeṣṭhadeva (1500–1610) du Kerala; on lui doit le traité d'analyse Gaṇitayuktibhāṣā.

 jyeṣṭhapūrṇimā [pūrṇimā] f. astr. pleine lune du mois de Jyeṣṭhā (début juin); elle signale la fin de la saison des mangues, et le début de la mousson; cf. snānapūrṇimā, vaṭapūrṇimā.

 jyeṣṭhya [-ya] n. aînesse.
jyeṣṭha

ज्यैष्ठ jyaiṣṭha [vr. jyeṣṭha] m. astr. nom du mois de Jyeṣṭhā (mai-juin); cf. nirjalaikādaśī.

 jyaiṣṭhāṣṭamī [aṣṭamī] f. soc. 8e jour de la quinzaine claire du mois jyaiṣṭha; on y célèbre la naissance de Pārvatī.
jyaiṣṭha

ज्योतिः jyotiḥ iic. jyotis.

 jyotiḥśāstra [śāstra] n. astronomie, astrologie; syn. jyotirvidyā.

  jyotiḥśāstravid [vid_3] m. astrologue.
jyotiḥśāstravide tasmai namo'stu jñānacakṣuṣe | varṣaṃ pṛcchatyavarṣaṃ dhīvarānyaḥ vinaṣṭadhiḥ | | [Narmamālā] Rends respect à l'astrologue au regard extralucide, lui cet ahuri qui doit demander aux pêcheurs pour savoir s'il va pleuvoir ou pas.
 jyotiḥśāstra

 jyotiḥṣṭambha [stambha] m. soc. mât couronné pour la fête de Kārttikeya d'un pot à feu enflammé | var. jyotiṣṭambha id.

 jyotiḥṣṭoma [stoma] m. soc. véd. cérémonie de sacrifice de soma | var. jyotiṣṭoma id.
jyotiḥ

ज्योतिर् jyotir iic. jyotis.

 jyotirmaṭha [maṭha] m. monastère de l'uttarāmnāya, situé à Badarīnātha.

 jyotirmaya [maya] a. m. n. f. jyotirmayī fait de lumière, brillant; plein d'étoiles.

 jyotirliṅga [liṅga] m. phil. «liṅga céleste»; syn. svayaṃbhūliṅga | [dvādaśajyotirliṅga] l'un des 12 signes radieux de Śiva: Oṃkāreśvara, Kedāranātha, Ghṛṣṇeśvara, Tryambakeśvara, Nāgeśvara, Bhīmaśaṅkara, Mallikārjuna, Mahākāleśvara, Rāmaliṅgeśvara, Viśvanātha, Vaidyanātha, et Somanātha.

 jyotirvidyā [vidyā] f. astronomie, astrologie; syn. jyotiḥśāstra.
jyotir

ज्योतिष् jyotiṣ iic. jyotis.

 jyotiṣkaṇa [kaṇa] m. étincelle.

 jyotiṣmat [-mat] m. phil. [ChU.] le Radiant ou partition [pāda] du brahman en quatre radiances: le Feu [Agni], le Soleil [Sūrya], la Lune [Candra] et l'Éclair [Vidyut].
jyotiṣ

ज्योतिष jyotiṣa [jyotis] m. astronome | soc. magie; not. formule magique pour exorciser les armes — n. phil. l'astronomie/astrologie, un des 6 traités annexes du Veda [vedāṅga].
yathā śikhā mayūrāṇām nāgānām maṇayo yathā | tadvadvedāṅgaśāstrāṇām jyotiṣam mūrdhni saṃsthitam | | [Bhāskarācārya_2] Comme la crête du paon ou les joyaux du capuchon du cobra, l'astronomie est parvenue à la tête des sciences annexes du Véda.

 jyotiṣavedāṅga [vedāṅga] n. astr. np. du Jyotiṣavedāṅga, bref ouvrage dont on a 2 recensions: une courte de 36 versets associée au Ṛgveda, composée par Lagadha, et une longue plus récente de 43 versets associée au Yajurveda; aussi appelé Vedāṅgajyotiṣa.
jyotiṣa

ज्योतिस् jyotis [abstr. jyut] n. clarté, lueur, lumière; radiance du ciel clair; éclair | astr. étoile, corps céleste, clair de lune | phil. pouvoir d'illumination; Jyotis est la lumière spirituelle exprimant le Divin en tant que synthèse d'Harmonie, Sagesse et Lumière; jyotis abolit la distance entre la connaissance et l'action et apporte non seulement sukha le bonheur mental mais aussi ānanda la joie et la félicité divines | pl. jyotīṃṣi les astres || hi. Joshi.
hṛdyantarjyotiḥ phil. [BU.] la lumière intérieure dans le cœur.

ज्योत्स्ना jyotsnā [jyotis] f. clair de lune | var. jyotsnī id.

ज्यौतिष jyautiṣa [vr. jyotis-a] a. m. n. f. jyautiṣā qui étudie ou connaît l'astronomie [jyotiṣa].

ज्यौत्स्न jyautsna [vr. jyotis-na] m. quinzaine claire de la Lune — f. jyautsnī lumière de pleine lune.

ज्वर् jvar [relié à jval] v. [1] pr. (jvarati) avoir la fièvre.

ज्वर jvara [act. jvar] m. fièvre; douleur.
śrīnārāyaṇaḥ śītajvaram asṛjat [BhP.] Le vénéré Nārāyaṇa envoya une fièvre froide (à Śiva, pour combattre sa fièvre brûlante [dahat]).

ज्वल् jval v. [1] pr. (jvalati) fut. (jvaliṣyati) pp. (jvalita) pf. (ut, pra) brûler, briller — ca. (jvalayati) enflammer, allumer, illuminer — int. md. (jājvalate) briller intensément.

ज्वल jvala [agt. jval] a. m. n. f. jvalā qui brûle, qui brille — m. flamme.

ज्वलत् jvalat [ppr. jval] a. m. n. f. jvalantī brillant.
jvalanniva brahmamayena tejasā comme brillant du lustre de sa qualié de brahmane.

ज्वलन jvalana [agt. jval] a. m. n. f. jvalanā combustible, inflammable; en feu — m. feu — n. combustion; incendie.

ज्वलित jvalita [pp. jval] a. m. n. f. jvalitā brillant.

ज्वाल jvāla [agt. jval] a. m. n. f. jvālā qui brûle, qui brille — m. lampe; feu, flamme — f. jvālā flamme.

Next page

Le chameau Ocaml
Top | Index | Stemmer | Grammar | Sandhi | Reader | Corpus | Help | Portal
© Gérard Huet 1994-2017
Logo Inria