Previous page

काय kāya [act. ci] m. corps (humain) | tronc (d'arbre) | corps d'un luth | rassemblement, collection, multitude | bûcher funéraire | bd. cf. trikāya.

 kāyakalpa [kalpa] m. entretien du corps, hygiène; gymnastique | méd. [Āyurveda] traitement anti-âge; cure de jouvence.

 kāyacikitsā [cikitsā] f. médecine.

 kāyasiddhi [siddhi] f. phil. pouvoir de protection du corps.

 kāyastha [stha] m. phil. l'Esprit Suprême «qui réside dans le corps» | véd. np. du clan Indo-Européen Kāyastha | myth. descendant par Bhaṭṭika de Citragupta, issu du corps de Brahmā à la demande de Yama pour administrer la justice; [Bhaviṣyapurāṇa] Brahmā fit sortir Citragupta de son corps, et ainsi le nomma Kāyastha et l'affecta au service de Yama | soc. (homme de la) caste [jāti] des lettrés; scribe, secrétaire, administrateur; les kāyasthās étaient souvent issus d'unions de princes [kṣatriya] et de servantes [śūdrā]; ils apparurent sous la dynastie Maurya comme administrateurs et autres officiers subalternes des cours princières; ils prospérèrent dans la période musulmane puis anglaise; leur tradition d'éducation en fit la principale communauté des élites intellectuelles de l'Inde moderne, comme Subash Chandra Bose, Rajendra Prasad, mais aussi des maîtres spirituels tels que Vivekānanda, Aurobindo, et Maharṣi Maheśa Yogīf. kāyasthā soc. femme de cette communauté.

 kāyāgni [agni] m. [«feu du corps»] digestion | impulsion motrice.

 kāyotsarga [utsarga] m. jn. position de méditation debout, not. des maîtres jaïns [tīrthaṅkara].
kāya

कायक kāyaka [kāya-ka] a. m. n. f. kāyikā concernant le corps; corporel — m. kāyaka ifc. corps de — f. kāyikā soc. intérêt [vṛddhi] sur un capital fixe, bétail ou autre; rendement (not. d'une vache); opp. kālikā.
kāyikā vṛddhi soc. intérêt simple sur un bien mis en gage.

कायिक kāyika [kāya-ika] a. m. n. f. kāyikī fait avec le corps; corporel — ifc. bd. qui concerne une multitude.

कार् kār [ca. kṛ_1] v. [10] pr. (kārayati) pp. (kārita) faire faire, faire exécuter — pr. md. (kārayate) (avec mithyā) répéter.
padaṃ mithyā kārayate il répète le mot incorrectement.

कार kāra [agt. kṛ_1] ifc. a. m. n. f. kārī celui ou celle qui fait, ce qui fait; auteur de | gram. la lettre ou le mot «<iic.>»; cf. akāra, etc. — act. m. action de <iic.> | désigne le son, la lettre ou le mot <iic.> | effort, pénitence; détermination; rite religieux
kumbhakāra potier.
andhakāra cécité; ténèbres.
kiṃceti cakārārthaḥ m. gram. le sens de la particule «ca» est «de plus».

कारक kāraka [agt. kṛ_1] a. m. n. f. kārikā ifc. qui fait, qui crée, qui produit, qui agit, qui accomplit <iic.> | qui cause l'action; auteur — act. n. gram. rôle sémantique d'un mot dans une phrase; not. rôle d'un syntagme nominal par rapport au procès exprimé par le verbe; on distingue: apadāna le rôle d'origine (hors de, depuis, à cause de, à l'ablatif), saṃpradāna le rôle de destination (pour ou vers, au datif), karaṇa le rôle d'instrument (par, à l'instrumental), adhikaraṇa le rôle de support (sur ou dans, au locatif), karman le rôle d'objet ou but (accusatif à l'actif, nominatif au passif), kartṛ le rôle d'agent (nominatif à l'actif, instrumental au passif), et hetu le rôle de cause (nominatif gouverné par un verbe causatif) — f. cf. kārikā.

कारण kāraṇa [act. kṛ_1] n. raison, cause, motif, origine; principe | signe, marque | moyen; instrument | père (cause de la conception); dieu (cause de la création) | phil. cause nécessaire | justification d'une opinion ou d'un jugement | lit. origine ou intrigue d'un poème ou d'une pièce de théâtre | soc. [tantra] boisson fermentée bue lors du rituel cakrapūjāf. kāraṇā douleur; agonie.
kāraṇībhū être une cause nécessaire.
niṣkāraṇa a. m. n. sans cause; spontané.
kasmāt kāraṇāt pour quelle raison?
mama kāraṇāt pour mon propre usage.
yena kāraṇena parce que.
yasmin kāraṇena pour cette raison, ainsi.

 kāraṇatā [-tā] f. causalité.

 kāraṇatva [-tva] n. id.

 kāraṇaśarīra [śarīra] n. phil. [vedānta] corps causal ou originel de l'âme, formé de l'ānandamayakośa.

 kāraṇānanda [ānanda] m. soc. rite d'union tantrique lors de la śrīcakrapūjā, avec ivresse du vin kāraṇa.

 kāraṇānandajāpeṣṭā [jāpa-iṣṭa_2] f. myth. «adorée en récitant le mantra du rite kāraṇānanda», épith. de Lalitā.
kāraṇa

कारण्ड kāraṇḍa [vr. karaṇḍa] m. natu. zoo. canard, foulque; oie.

 kāraṇḍava [-va] m. id.
kāraṇḍa

कारण्डव्यूह kāraṇḍavyūha [vr. karaṇḍavyūha] m. lit. np. du Kāraṇḍavyūha, titre contracté de l'Avalokiteśvaraguṇakaraṇḍavyūha.

कारन्धम kārandhama [vr. karandhama] m. patr. de Kārandhama «fils de Karandhama»; cf. Avikṣit.

कारम् kāram [abs. kṛ_1] ind. ayant fait.

कारयितृ kārayitṛ [agt. ca. kṛ_1] a. m. n. f. kārayitrī qui instigue à agir — m. soc. officiant d'une cérémonie religieuse — f. kārayitrī lit. [KM.] qualifie l'inspiration créatrice du poète; cf. pratibhā_1.

कारवेल्ल kāravella m. natu. bot. Momordica charantia, courge amère; elle est utilisée en médecine || hi. karelā.

कारा kārā f. prison, geôle.

कारिका kārikā [f. kāraka] f. activité; commerce; intérêt | phil. strophe condensant efficacement un enseignement philosophique ou linguistique; opp. bhāṣya | pl. kārikās [harikārikās] gram. strophes du Vākyapadīya de Bhartṛhari.

 kārikāvalī [āvalī] f. lit. np. de la Kārikāvalī «Guirlande de stances», manuel de philosophie nyāya-vaiśeṣika dû à Viśvanātha_3, aussi appelé Bhāṣāpariccheda.
kārikā

कारित kārita [pp. ca. kṛ_1] a. m. n. f. kāritā dont la création a été ordonnée; causé, occasionné, provoqué — n. gram. forme causale d'un verbe — f. kāritā soc. intérêt [vṛddhi] spécifié par contrat, supérieur au taux usuraire usuel.

कारिन् kārin [agt. kṛ_1] ifc. a. m. n. f. kāriṇī qui fait; agent, actif, faisant, produisant; agissant; acteur.

 kāritva [-tva] n. conduite, action, engagement.
kārin

कारीर kārīra [vr. karīra] a. m. n. f. kārīrī relatif à la pousse de bambou ou au buisson karīra.

 kārīrīṣṭi [iṣṭi_1] f. soc. rite pour faire pleuvoir, utilisant le fruit de bot. Capparis aphylla.
kārīra

कारीष kārīṣa [vr. karīṣa] a. m. n. f. kārīṣā concernant la bouse de vache — n. bouse de vache séchée (utilisée comme combustible).
kārīṣo 'gnir adhyāpayati Le feu de bouse permet d'étudier.

कारु kāru [vr. kṛ_1-u] a. m. n. f. qui travaille; qui fait | ouvrier, artisan, artiste.

कारुक kāruka [-ka] m. f. kārukā artisan | soc. sectateur śaiva-pāśupata, considéré impur.
kāpālikāḥ pāśupatāḥ śaivāś ca saha kārukaiḥ | dṛṣṭāś ced ravim īkṣeta spṛṣṭāś cet snānam ācaret | | Les kāpālikās, pāśupatās, śaivās et autres kārukās (sont impurs); à leur vue, il faut regarder le Soleil (pour se purifier); à leur toucher, il faut prendre un bain.

 kārukasiddhāntin [siddhāntin] m. pl. kārukasiddhāntinas soc. secte śaiva-pāśupata, dont les membres étaient considérés comme impurs.
kāruka

कार्कट kārkaṭa [vr. karkaṭa] a. m. n. f. kārkaṭā relatif au crabe ou au signe du Cancer.

कार्कोट kārkoṭa [vr. karkoṭa] m. myth. np. du génie-serpent [nāga] Kārkoṭa ou Kārkoṭaka | hist. np. d'une dynastie royale du Kaśmīra (7e-9e siècles), établie par Muktāpīḍa; ils établirent de nombreux temples d'obédience vaiṣṇava.

 kārkoṭaka [-ka] m. myth. cf. Karkoṭaka.
kārkoṭa

कार्तवीर्य kārtavīrya [vr. kṛtavīrya] m. myth. [Mah.] patr. du prince Arjuna_1 Kārtavīrya, roi des Haihayās, fils de Kṛtavīrya; pour récompenser sa piété Dattātreya lui donna mille bras [sahasrabāhu] pour défendre le dharma, la jeunesse éternelle, un char d'or qui se déplaçait à volonté, et la souveraineté sur toute la Terre; sa capitale était Mahiṣmatī; il abusa de sa puissance en opprimant les dieux et les sages [ṛṣi] et dérangea Indra dans son intimité avec Śacī; [Rām.] en se baignant dans la Narmadā avec ses mille femmes, il fit une digue de ses 1000 bras, et provoqua une vague qui noya les offrandes de Rāvaṇa qui se baignait non loin de là; Rāvaṇa et tous les vampires [rākṣasās] combattirent l'armée d'Arjuna_1; celui-ci parvint à capturer Rāvaṇa en le liant avec ses 1000 bras, et ne le libéra que sur la prière de Pulastya; en visite à l'ermitage de Jamadagni, mécontent de l'accueil de Reṇukā, il vola le veau de sa vache laitière [homadhenu]; Jamadagni courut après lui, coupa ses mille bras, et le livra à la mort; il fut vengé par ses mille fils, provoquant l'extermination par Paraśurāma de toute la classe princière [kṣatriyās]; on l'invoque quand on perd un objet; ses 5 fils survivants du massacre de Paraśurāma sont Jayadhvaja, Śūrasena_1, Vṛṣabha_2, Madhu et Ūrjita.
kārtavīryārjunanāmo rājā bāhusahasravān | tasya smaraṇamātreṇa gataṃ naṣṭaṃ ca labhyate | | Hommage au roi Kārtavīrya Arjuna_1 aux mille bras, par son invocation on retrouve ce qui était perdu.

कार्त्तिक kārttika [vr. kṛttika] m. le mois kārttika (octobre-novembre), où la lune est pleine dans les Pléiades; cf. kaumuda.

 kārttikapūrṇimā [pūrṇimā] f. astr. pleine lune du mois kārttika; on y célèbre Śiva-Tripurāntaka et Viṣṇu-Matsya; les Sikhs y célèbrent l'anniversaire de Guru Nānaka | soc. festival [melā] et foire aux bestiaux importante au pèlerinage de Hariharakṣetra (mod. Sonepur au Bihāra).
kārttika

कार्त्तिकेय kārttikeya [vr. kṛttika-īya] m. myth. np. de Kārttikeya «Élevé par les Pléiades», épith. de Skanda, fils de Śiva, commandeur en chef de l'armée des dieux; sa monture [vāhana] est le paon Paravāṇi.

कार्त्स्न kārtsna [vr. kṛtsna] n. totalité.

कार्त्स्न्य kārtsnya [vr. kṛtsna-ya] n. totalité.
kārtsnyena en totalité, complètement.

कार्पट kārpaṭa [vr. karpaṭa] a. m. n. f. kārpaṭā [«en guenilles»] mendiant, gueux.

 kārpaṭika [-ika] m. pèlerin; voyageur; gueux | soc. vassal (se dit d'un pauvre déchirant ses guenilles en présence de son futur maître).
kārpaṭa

कार्पण्य kārpaṇya [vr. kṛpaṇa-ya] n. pauvreté, misère; condition pitoyable | avarice | compassion.

कार्पास kārpāsa [vr. karpāsa] a. m. n. f. kārpāsī en coton; cotoneux — m. n. coton | papier de coton — f. kārpāsī natu. bot. Gossypium herbaceum, cotonnier.

 kārpāsapaṭa [paṭa] m. tissu de coton; papier de coton.
kārpāsa

कार्म kārma [vr. karma] a. m. n. f. kārmī [«habitué à agir»] actif; travailleur | habitué à.

कार्मण kārmaṇa [vr. karman-a] a. m. n. f. kārmaṇī relatif à une action ou à un travail | qui mène à bout sa tâche — n. magie, sorcellerie.

कार्य kārya [pfp. [1] kṛ_1] a. m. n. f. kāryā devant être fait, devant être accompli, obligatoire | pouvant être accompli, faisable; juste, convenable | phil. produit, créé; opp. nityan. affaire, occupation, ouvrage; travail; intérêt; tâche, devoir, responsabilité; le bien | action en justice, procès | effet, résultat; motif, but, dessein, objet | phil. effet résultant d'une relation causale | gram. opération grammaticale || ang. care.
kāryavaśāt pour ma gouverne; en ce qui me concerne.
asmābhiḥ sahaikakāryāṇām qui ont fait cause commune avec nous.

 kāryāgāra [agāra] n. mod. bureau.

 kāryānuśāsana [anuśāsana] n. enseignement de ce qui doit être fait; action de rendre la justice.

 kāryāntara [antara] n. pause de travail; loisir | une autre affaire.

  kāryāntarasaciva [saciva] m. soc. compagnon de loisir du prince.
 kāryāntara

 kāryālaya [ālaya] m. n. mod. bureau.
kāryālayasya samāptiḥ kadā quand votre bureau ferme-t-il?

 kāryāvasthā [avasthā_2] f. lit. [esthétique] l'une des 5 étapes de déroulement d'un récit dramatique: ārambha début d'une entreprise, yatna effort pour vaincre les difficultés, prāptyāśā espérance d'atteindre le but, niyatāpti assurance de réussite par le fait de surmonter un obstacle, et phalāgama/phalayoga obtention du but; cf. arthaprakṛti, pañcasandhi.

 kāryaikya [aikya] n. phil. [nyāya] cohérence de causalité de deux sections adjacentes.
kārya

कार्यिन् kāryin [kārya-in] a. m. n. f. kāryiṇī assidu; travailleur | qui cherche un emploi | gram. opérande; qui attend un affixe.

कार्ष kārṣa [vr. karṣa] m. f. kārṣi paysan.

 kārṣaka [-ka] m. id.

 kārṣāpaṇa [āpaṇa] m. n. soc. [«du poids d'un karṣa»] monnaie dont la valeur dépend du métal utilisé: en or, 16 fèves [māṣa]; en argent, 16 enjeux [paṇa]; en cuivre, 80 graines de raktikān. argent, monnaie — ifc. valant.
kārṣa

काल kāla_1 [vr. kal] m. temps; moment; heure, jour, saison; occasion, circonstance | not. temps du repas (2 fois par jour) | intervalle de temps, période | temps approprié pour <g. dat. loc. iic. opt.-yad> | période du jour, comprenant 3 moments [muhūrta] (2 h 24); il y en a 5 dans la journée diurne; cf. prātastana, saṃgava | phil. le Temps, l'une des 9 substances [dravya_1] du vaiśeṣika | la destinée, la mort | myth. np. de Kāla_1, épith. de Yama-Mṛtyu, le dieu de la Mort, sous son aspect du Temps destructeur — loc. kāle adv. ifc. au temps de || lat. kalandae; fr. calendrier.
kālam adv. pour un certain temps.
mahāntaṃ kālam pour longtemps.
nityakālam toujours; constamment.
kālam i mourir.
kālaṃ kṛ mourir.
kālāt adv. avec le temps.
kālena adv. à temps, au temps prescrit; avec le temps.
gacchatā kālena au cours du temps, avec le temps.
kāle adv. à temps, à propos.
kāle kāle adv. toujours à temps | de temps en temps.
tatra kāle adv. à ce moment là; en ce temps là.
caturthakālam le soir du second jour (au 4e repas).
kriyākālaḥ temps d'agir.
kālaḥ prasthānasya temps de prtir.
ubhau kālau matin et soir (les deux moments de repas).
ṣaṣṭe kāle le soir du 3e jour (après 6 repas).
ṣaṣṭe kāle 'hnaḥ à midi (la 6e heure du jour).
ṣaṣṭānnakāla a. m. n. qui ne mange qu'au 6e repas (en jeûnant 2 jours et demi).
nāyaṃ kālo vilambitum [Nalopākhyāna] Ce n'est pas le moment de traîner.
kālo bhoktum il est temps de manger.
kālo 'yaṃ yad bhuñjīthāḥ Voici le temps de te nourrir.
abhyadhāvata prajāḥ kāla ivāntakaḥ [Ram] il attaquait les hommes tel le Temps destructeur.

 kālakañja [kañja] m. pl. myth. [«cheveux du temps»] race de démons [asura]; ils firent un autel de briques pour atteindre les Cieux; Indra, déguisé en brahmane, posa sa brique en bas; quand ils arrivèrent au Ciel, il retira sa brique, et l'autel s'écroula; les Kālakañjās retombèrent sur Terre sous la forme d'araignées, sauf deux, qui réussirent à sauter au Ciel pour devenir les chiens tachetés [śabalau] de Yama.

 kālakrama [krama] m. intervalle de temps | phil. progression du temps.
kālakrameṇa adv. au fil du temps, progressivement.
ācāryāt pādamādatte pādaṃ śiṣyaḥ svamedhayā | pādaṃ sabrahmacāribhyaḥ pādaṃ kālakrameṇa ca | | L'étudiant acquiert un quart (de son savoir) de son maître, un quart de sa propre intelligence, un quart de ses condisciples, et un quart de l'expérience de la vie.

 kālakriyā [kriyā] f. astr. mesure du temps.

 kālakṣepa [kṣepa] m. retard [«perte de temps»].

 kālacakra [cakra] n. phil. la roue du temps, symbolisé par une roue qui tourne continûment; son cycle | jn. la roue du temps; la période de sa révolution est estimée à 2 millions de milliards d'océans [sāgara] d'années | bd. système philosophique tantr. du Kālacakra; cf. Paramārthasevā.

  kālacakratantra [tantra] n. bd. np. du Kālacakratantra, enseignement du système Kālacakra | lit. not. son exposition par Mañjuśrīyaśā, le Laghutantra, et son commentaire Vimalaprabhā par Puṇḍarīka_4.
 kālacakra

 kālajña [jña] a. m. n. f. kālajñā qui connaît les festivals ou les saisons — m. astrologue.

 kālanirṇaya [nirṇaya] m. lit. np. du Kālanirṇaya, précis de smṛti de Mādhavācārya.

 kālanemi [nemi] m. myth. [Mah.] np. de l'asura Kālanemi «Jante de la Roue du Temps»; il fut vaincu par Viṣṇu dans un combat céleste avant de s'incarner comme Kaṃsa, tué par Kṛṣṇa.

 kālayukta [yukta] a. m. n. f. kālayuktā de saison; approprié au temps présent | astr. np. de Kālayukta «dont le temps est venu», personnifiant l'an 52 d'un cycle de vie [saṃvatsara].

 kālarātrī [rātrī] f. myth. [Mah.] np. de Kālarātrī «Nuit du temps», arme magique fabriquée par Tvaṣṭā pour Īśāna; Yudhiṣṭhira s'en servit pour tuer Śalya.

 kālavakrokti [vakrokti] f. lit. [Vakroktijīvita] emploi oblique du temps, une qualité poétique.

 kālavarga [varga] m. lit. section du Svargādikāṇḍa, traitant du temps.

 kālaśakti [śakti] f. phil. pouvoir destructeur du temps.

 kālātikramaṇa [atikramaṇa] n. retard; perte de temps.

 kālātipāta [atipāta] m. retard; perte de temps.

 kālāri [ari] m. myth. np. de Kālāri «Ennemi de la Mort», épith. de Śiva frappant Yama venu chercher Mārkaṇḍeya.

 kāleśvara [īśvara] n. géo. np. du sanctuaire shivaïste de Kāleśvara à Ujjayinī; cf. Mahākāleśvara | géo. np. du triliṅga Kāleśvara_1, au confluent de la Godāvarī et de la Prāṇahitā.

 kālocita [ucita] a. m. n. f. kālocitā dont le temps est venu; opportun, de saison.

 kālottara [uttara_1] a. m. n. f. kālottarā qui se produit à l'achèvement du temps requis.

  kālottarajñāna [jñāna] n. phil. [śaiva] connaissance révélée lorsque le temps est venu de la comprendre.
 kālottara
kāla_1

काल kāla_2 a. m. n. f. kālī noir — m. couleur noire | myth. np. de Kāla_2 «le Noir», épith. de Śivaf. kālī myth. np. de la déesse de la destruction Kālī «la Noire», aspect effrayant de Durgā, l'une des dix puissances [mahāvidyā] de Śakti; on la représente noire, grimaçante, ruisselante de sang, avec des crocs et la langue pendante; elle porte une guirlande de crânes [muṇḍamālā] et erre dans les enclos crématoires; à l'origine divinité tribale, elle fut d'abord considérée comme un démon volant avec sa langue la graisse du sacrifice, puis fut déifiée comme flamme du feu sacrificiel; c'est l'une des 7 langues d'Agni [saptajihva]; [tantra] humiliée par les dieux d'avoir dû montrer son sexe à Mahiṣa pour le vaincre, Durgā fit naître Kālī de sa colère; inquiets de ses destructions, les dieux demandèrent à Śiva-Mahādeva de s'interposer; en marchant sur sa poitrine dans l'enclos crématoire, Kālī reconnut son époux et tira la langue en extase; on sacrifie des buffles et des boucs à Kālī; on lui offre des fleurs d'hibiscus rouge [japā]; elle est assistée de furies [ḍākinī] se nourrissant de chair humaine | myth. np. de Kālī_1 «Noireaude», épith. de Matsyagandhī.
kālīkṛ noircir.

 kālakaṇṭha [kaṇṭha] a. m. n. f. kālakaṇṭhī qui a la gorge noire — m. oiseau à gorge noire, comme le paon ou le moineau | myth. épith. de Śiva.

 kālakūṭa [kūṭa] m. myth. [«mystère noir»] poison issu du barattage de la mer de lait [kṣīrodamathana]; il fut avalé par Śiva-Nīlakaṇṭha dont la gorge en bleuit; syn. halāhala.

 kālapānīya [pānīya] n. mod. café.

 kālabhairava [bhairava] m. géo. np. du temple de Kālabhairava, à Ujjayinī; consacré à Bhairava «Noir»; on lui offre de l'alcool.

 kālamukha [mukha] a. m. n. f. kālamukhī qui a le visage noir | soc. semblable à Śiva/Bhairava; se dit de sectateurs pāśupatam. pl. soc. np. de la secte pāśupata Kālamukha ou Kālāmukha au Karṇāṭaka.

 kālahastīśvara [hasti-īśvara] m. géo. np. de Kālahastīśvara, sanctuaire de Śiva-Vāyu «Maître de l'éléphant noir», situé à Śrīkālahasti à 36 km de Tirupati sur la rivière Svarṇamukhī; cet énorme temple est sculpté dans une colline; sa construction commença sous les Pallavās, il fut reconstruit par les Colās au 10e siècle, l'enceinte avec ses 4 portails [gopura] date du 12e siècle; Kṛṣṇadeva Rāya construisit le maṇḍapa aux 100 piliers et le Rājagopura en 1516; c'est le pañcabhūtasthala associé à l'élément air [vāyu]; on l'appelle le Dakṣiṇa Kailāsa.
kāla_2

कालक kālaka [kāla_2-ka] a. m. n. f. kālikā teint ou peint en noir — m. grain de beauté — f. cf. kālikā.

कालशेय kālaśeya [vr. kalaśa-īya] a. m. n. f. kālaśeyā qui se trouve dans une jarre ou une baratte — n. petit-lait.

कालिक kālika [kāla_1-ika] a. m. n. f. kālikī concernant le temps; qui dépend du temps; de saison | qui dure longtemps | phil. [nyāya] temporel — ifc. qui dure aussi longtemps que <iic.>.
māsakālika mensuel.

कालिका kālikā [f. kālaka] f. encre | point de rouille; défault de l'or | masse de nuages noirs | ligne de poils entre le nombril et le pubis | soc. intérêt [vṛddhi] payé à intervalle régulier, not. mensuel; opp. kāyikā | myth. np. de Kālikā, épith. de Kālī comme aspect cosmique [mahāvidyā]; elle est adorée dans le Mahānirvāṇatantra | soc. fillette de 4 ans personnifiant la Déesse au festival de Durgā.

 kālikāpurāṇa [purāṇa] n. lit. np. du Kālikāpurāṇa ou Kālikopapurāṇa; il est consacré au culte de Kālī.

 kālikāvṛddhi [vṛddhi] f. soc. taux d'intérêt mensuel.

 kālikāstotra [stotra] n. lit. np. du Kālīkastotra, hymne d'adoration à Kālī.
kālikā

कालिङ्ग kāliṅga [vr. kaliṅga] a. m. n. f. kāliṅgī originaire du Kaliṅgam. prince des kaliṅgāsn. pastèque.

कालिदास kālidāsa [kālī-dāsa] m. lit. np. de Kālidāsa «Esclave de Kālī», célèbre poète et auteur dramatique des 4e-5e siècles; la tradition dit qu'il était l'un des 9 joyaux [navaratna] de la cour du roi Vikramāditya à Ujjayinī; on lui doit les pièces de théâtre Abhijñānaśakuntalā, Mālavikāgnimitra et Vikramorvaśī, les poèmes épiques Raghuvaṃśa et Kumārasambhava, et les poèmes lyriques Meghadūta et (sans doute à tort) Ṛtusaṃhāra; on lui attribue aussi le recueil de poèmes érotiques Śṛṅgāratilaka.

कालिन्द kālinda [vr. kalinda] a. m. n. f. kālindī relatif au pays des kalindāsf. kālindī géo. np. de Kālindī, épith. de la Yamunā «sœur du Mont Kalinda» | lit. [K.] np. de la mainate Kālindī_1, jalouse des écarts sentimentaux de son époux Parihāsa.

कालिय kāliya var. kāleya m. myth. [BhP.] np. du dragon [nāga] Kāliya ou Kālīya ou Kāleya; il empoisonnait l'eau de la Yamunā; inaccessible à Garuḍa à cause d'une malédiction du sage Saubhari, il fut terrassé par Kṛṣṇa enfant, et dut gagner le fond de l'océan; cf. Agasti.

काली kālī cf. kāla_2.

 kālīkrama [krama] m. soc. doctrine tantr. extrême des «suites de Kālī»; on y vénère des déesses hideuses dans des champs crématoires et on y commet des transgressions impures.

 kālīghaṭṭa [ghaṭṭa] m. géo. gradins du temple de Kālī sur le Gange à Calcutta || bengali Kolkata.
kālī

कालीन kālīna [kāla_1-īna] ifc. a. m. n. f. kālīnā approprié au temps <iic.>.

कालेय kāleya cf. kāliya.

काल्पनिक kālpanika [vr. kalpanā-ika] a. m. n. f. kālpanikā imaginaire, fictif; inventé; artificiel, fabriqué.

 kālpanikatā [-tā] f. fait d'être fictif.

 kālpanikatva [-tva] n. id.
kālpanika

काल्पसूत्र kālpasūtra [vr. kalpasūtra] a. m. n. f. kālpasūtrā soc. qui étudie les injonctions du Kalpasūtra.

काल्य kālya [kāla_1-ya] a. m. n. f. kālyā à temps, au bon moment; de saison; de bon augure — f. kālyā vache prête pour le taureau.

कावेर kāvera n. safran — f. kāverī curcuma | courtisane, prostituée | géo. np. de la Kāverī, grande rivière du Deccan, coulant d'Ouest en Est; cf. Śrīraṅga | myth. [SkP.] le sage Agastya se rendit au Kailāsa pour demander à Śiva une eau sacrée pour consacrer un tīrtha; la Kāverī y était là en prières; Śiva remit à Agastya l'eau de la Kāverī dans son pot à eau [kamaṇḍalu]; Agastya partit au Sud, et il méditait lorsque Gaṇeśa, changé en corbeau, se posa à la demande d'Indra sur le pot à eau qui en se renversant donna naissance à la rivière | myth. [HV.] fille de Yuvanāśva, épouse de Jahnu, changée par la malédiction de son père de la moitié de la Gaṅgā en la rivère Kāverī, et ainsi appelée Ardhagaṅgā | géo. np. de la Kāverī_1, rivière du Madhya Pradesh, se jetant dans la Narmadā, à Oṃkāreśvara.

काव्य kāvya [vr. kavi-ya] n. poème, poésie | œuvre littéraire ou lyrique; on y distingue le récit [śravya] du drame [dṛśya] — m. myth. np. de Kāvya, titre de Śukra «le Barde».

 kāvyadarpaṇa [darpaṇa] m. lit. np. du Kāvyadarpaṇa «Miroir de la poésie», traité de poétique sanskrite, composé au Kaśmīra au 11e siècle par Rājacūḍāmaṇi Dīkṣita.

 kāvyapuruṣa [puruṣa] m. lit. [KM.] np. de Kāvyapuruṣa, mythique incarnation de la poèsie, fils de Sarasvatī; il était l'un des 64 disciples de Śiva, et reçut la science poètique de Prajāpati, que Rājaśekhara voulut exposer dans les 18 livres de la Kāvyamīmāṃsā, mais dont seul le premier parut en tant que Kavirahasya_1.

 kāvyaprakāśa [prakāśa] m. lit. np. du Kāvyaprakāśa «Splendeur de la poésie», traité de poétique sanskrite, composé au 11e siècle par Mammaṭa.

 kāvyamīmāṃsā [mīmāṃsā] f. lit. np. de la Kāvyamīmāṃsā «Investigation poétique», composée au 10e siècle par Rājaśekhara Yāyāvara.

 kāvyarākṣasa [rākṣasa] n. lit. np. du Kāvyarākṣasa ou Rākṣasakāvya «Poème démoniaque»; ce poème sylvestre de 20 stances en style énigmatique est attribué à Ravideva du pays Malaya (avant 1000).

 kāvyalakṣaṇa [lakṣaṇa] n. lit. np. du manuel de poétique Kāvyalakṣaṇa «Indications au poète», de Daṇḍī_1; cf. Kāvyādarśa.

 kāvyaśobhā [śobhā] f. lit. beauté poétique.

 kāvyasamasyā [samasyā] f. lit. poème à compléter.

  kāvyasamasyāpūraṇa [pūraṇa] n. jeu de complétion de poèmes, l'un des 64 arts [kalā].
 kāvyasamasyā

 kāvyātman [ātman] n. lit. essence de la poésie.

 kāvyādarśa [ādarśa] m. lit. np. du Kāvyādarśa «Miroir de la poésie», traité de composition poétique sanskrite, composé au 7e siècle par Daṇḍī_1, aussi appelé Kāvyalakṣaṇa; il y définit les deux styles [mārga] vaidarbha et gauḍa; il décrit 35 figures de style poétiques [arthālaṃkāra] et traite en détail les figures de style euphoniques [śabdālaṃkāra]; il divisa le langage prākṛta en trois catégories: tatsama, tadbhava et deśī; il eut une énorme influence sur la poésie des langues indiennes en général; Ratnaśrījñāna en fit un commentaire [Ratnaśrī].

 kāvyānuśāsana [anuśāsana] n. lit. np. du Kāvyānuśāsana «Traité de poétique» dû à Hemacandra (12e siècle), en style sūtra; il en a donné son commentaire Alaṅkāracūḍāmaṇi, lui même glosé par son Viveka_1, plus avancé | lit. np. du Kāvyānuśāsana_1 «Traité de poétique» de Vāgbhaṭa_3 en style sūtra avec commentaire.

 kāvyārtha [artha] m. matière poétique.

  kāvyārthacaura [caura] m. plagiaire.
 kāvyārtha

 kāvyālaṃkāra [alaṃkāra] m. lit. np. du Kāvyālaṃkāra «Ornements de la poésie», manuel de style poétique dû à Bhāmaha (7e siècle) | lit. np. du Kāvyālaṃkāra_1 manuel de poétique dû à Rudraṭa (9e siècle).

  kāvyālaṃkāravṛtti [vṛtti] f. lit. np. de la Kāvyālaṃkāravṛtti (ou Kāvyālaṃkārasūtravṛtti), commentaire de Vāmana_2; aussi appelée Kāmadhenu; Sahadeva_3 en fit un commentaire.

  kāvyālaṃkārasārasaṅgraha [sāra-saṅgraha] m. lit. np. du Kāvyālaṅkārasārasaṅgraha «Compendium des principales figures de style», traité de dramaturgie et de poétique de Bhaṭṭa Udbhaṭa (8e siècle); Pratīhārendurāja en fit un commentaire.
 kāvyālaṃkāra
kāvya

काश् kāś v. [1] pr. md. (kāśate) pp. (kāśita) pf. (abhi, ava, ā, pra, vi, sam) paraître, apparaître, se manifester | briller, resplendir — ca. (kāśayati) faire se manifester — int. (cākaśīti) int. md. (cākaśyate) briller intensément; observer attentivement.

काश kāśa [agt. kāś] m. ifc. aspect; apparition, visibilité | myth. np. du roi Kāśa, qui donna son nom à sa capitale Kāśi, descendant de Purūravā; il est père de Dhanvā-Dīrghatapā | natu. bot. Saccharum spontaneum, graminée utilisée pour les nattes et les toits; ce végétal est personnifié, avec l'herbe kuśa, comme un serviteur de Yaman. f. kāśā id.

काशि kāśi [kāś] m. le Soleil | myth. np. de Kāśi_1, fils de Suhotra, ancêtre des rois de Kāśi; [HV.] on le dit grand-père de Dhanvantarif. var. kāśī géo. np. de la ville de Kāśi ou Kāśī «Cité des lumières», mod. Vārāṇasī (Bénarès); elle fut rattachée au Magadha par Ajātaśatru_1.
kāśyām hi kāśate kāśī kāśī sarvaprakāśikā [Manīṣāpañcaka] Oui vraiment à Kāśī Kāśī resplendit, Kāśī qui illumine tout.

 kāśika [-ka] a. m. n. f. kāśikā provenant de Kāśif. kāśikā ville de Kāśi | [kāśikāvṛtti] lit. np. de la Kāśikā «Glose de Bénarès», commentaire [vṛtti] de l'Aṣṭādhyāyī; ses 2 premiers livres sont de Jayāditya, les 3 derniers de Vāmana_2 (7e siècle).

  kāśikāvivaraṇapañjikā [vivaraṇa-pañjikā] f. lit. np. de la Kāśikāvivaraṇapañjikā, commentaire analytique de la Kāśikā, dû à Jinendrabuddhi, aussi appelé Nyāsa (8e siècle).
 kāśika
kāśi

काशी kāśī iic. kāśi.

 kāśīkhaṇḍa [khaṇḍa] m. n. lit. np. du Kāśīkhaṇḍa, section du Skandapurāṇa glorifiant la ville sacrée de Bénarès.
kāśī

काश्मीर kāśmīra [vr. kaśmīra] a. m. n. f. kāśmīrī relatif au Kaśmīra (Cachemire) — n. safran.
kāśmīrabhūr uttamā [Rājataraṅgiṇī] Le pays du Cachemire est suprême.

 kāśmīramaṇḍala [maṇḍala] n. géo. la région du Cachemire.
kāśmīra

काश्य kāśya_1 [pfp. [1] kāś] a. m. n. f. kāśyā à contempler, à admirer.

काश्य kāśya_2 [vr. kaśa-ya] a. m. n. f. kāśyā qui mérite le fouet.

काश्यप kāśyapa [vr. kaśyapa] a. m. n. f. kāśyapā relatif à Kaśyapa | myth. qui descend de Kaśyapam. myth. np. de Kāśyapa, épith. de Kaṇva_1.

 kāśyapakalpasūtra [kalpasūtra] n. pl. lit. np. du Kāśyapakalpasūtra, recueil d'injonctions rituelles attribué à Kaśyapa.

 kāśyapaśilpa [śilpa] n. lit. np. du Kāśyapaśilpa, texte shivaïte du Sud du 11e siècle; il donne les rituels de consécration des temples.

 kāśyapasaṃhitā [saṃhitā] f. lit. np. de la Kāśyapasaṃhitā, traité médical du 7e siècle, visant le traitement médical des femmes et des enfants.
kāśyapa

काषाय kāṣāya [vr. kaṣāya] a. m. n. f. kāṣāyā de couleur safran; orange; brun — n. vêtement (not. monastique) de couleur safran ou brun.

काष्ठ kāṣṭha [kāś] n. bois, not. de chauffage; morceau de bois, bûche, fagot — adv. kāṣṭham (avec verbe) exprime la supériorité ou l'excellence.
kāṣṭhībhū devenir immobile comme une bûche.
ānandasya paraṃ koṭiṃ kāṣṭham adhigataḥ il fut extrêmement heureux.

 kāṣṭhacchid [chid_2] m. natu. zoo. pivert.

 kāṣṭhamaṇḍapa [maṇḍapa] n. géo. np. du Kāṣṭhamaṇḍapa «Pavillon de bois», temple en bois construit en 1596 à Kathmandu (mod. Durbar Square), et qui a donné son nom à la ville.

 kāṣṭhavikretṛ [vikretṛ] m. marchand de bois.
kāṣṭha

काष्ठा kāṣṭhā f. direction; région du monde | limite, frontière; marque, but | limite supérieure, extrémité; sommet, paroxysme | terrain de course; parcours (du vent, des nuages) | mesure de temps; il y en a 30 dans une kalā; approx 2 s.

कास् kās_1 v. [1] pr. md. (kāsate) tousser.

कास् kās_2 [act. kās_1] f. méd. toux.

कास kāsa [act. kās_1] m. f. kāsā méd. toux.

 kāsakara [kara_1] a. m. n. f. kāsakarā qui fait tousser.

 kāsaghna [ghna] a. m. n. f. kāsaghnā qui soulage la toux; pectoral.

 kāsamarda [marda] m. natu. [«qui supprime la toux»] bot. Senna sophera, légumineuse buissonnante aux fleurs jaunes, utilisée en médecine, not. contre la toux.

 kāsamardaka [mardaka] m. id.

 kāsavat [-vat] a. m. n. f. kāsavatī qui tousse.
kāsa

काहल kāhala a. m. n. f. kāhalā qui parle avec difficulté ou de manière désagréable | grand, excessif — m. gros tambour.

किं kiṃ iic. kim.

 kiṃvṛtta [vṛtta] m. homme du commun, brute.

 kiṃśuka [śuka] m. natu. bot. Butea frondosa, arbre Flamboyant; ses fleurs écarlates apparaissent au printemps avant les feuilles; il est comparé en poésie à un guerrier ou à un tigre rougi de sang, ou à un incendie; syn. palāśa.
kiṃ

किंस्तुघ्न kiṃstughna cf. kiṃtughna.

किङ् kiṅ iic. kim.

 kiṃkara var. kiṅkara [kara_1] m. serviteur; esclave | myth. [Mah.] np. du mauvais esprit Kiṃkara; Vasiṣṭha lui fit posséder le roi Kalmāṣapāda pour le punir d'avoir offensé son fils Śakti_1.

 kiṃkirāta [kirāta] m. natu. variété d'arbre Ashok (bot. Saraca asoka).
kiṅ

किङ्किणी kiṅkiṇī f. clochette | var. kiṅkiṇi id.

किञ् kiñ iic. kim.

 kiṃca var. kiñca [ca] adv. de plus, en outre.

 kiṃcana [cana] adv. quelque chose | pl. kānicana quelques choses.
na kiṃcana rien.

 kiṃcid var. kiñcid [cid_1] adv. quelque chose, un peu, quelque.

  kiṃciccalana [calana] n. mouvement imperceptible; mouvement sur place.
 kiṃcid

 kiṃjala var. kiñjala [jala] m. fleur de lotus.
kiñ

किटि kiṭi m. natu. porc.

किण kiṇa m. callosité | cicatrice.

 kiṇalāñchana [lāñchana] a. m. n. f. kiṇalāñchanā marqué d'une callosité.

 kiṇāṅka [aṅka] m. marque de callosité.
kiṇa

कितव kitava m. joueur (not. aux dés) | trompeur, fripon; brigand.

 kitavavyavahāra [vyavahāra] m. jeu (avec pari).
kitava

किन् kin iic. kim.

 kiṃtu var. kintu [kim-tu] adv. mais, néanmoins.

  kiṃtughna var. kiṃstughna [ghna] m. astr. [«qui détruit tout sauf»] premier demi-jour lunaire [karaṇa] fixe.
 kiṃtu

 kiṃdama var. kindama [dama] m. myth. [Mah.] np. du muni Kiṃdama; il s'accoupla avec sa compagne dans la forêt sous l'apparence de daims; Pāṇḍu le frappa d'une flèche; en mourant il le maudit de ne pouvoir faire l'acte d'amour sans en mourir.

 kiṃnara var. kinnara [kim-nara] m. f. kinnarī myth. [«être anthropomorphe»] un kinnara être céleste fabuleux à corps d'homme et tête de cheval ou d'oiseau; les kinnarās sont associés aux centaures [gandharvās]; ils sont serviteurs de Kubera; cf. mayu.

  kiṃnaravarṣa [varṣa] n. myth. np. du Kiṃnaravarṣa, l'un des 9 bassins versants [varṣa] du Monde, au nord de l'Himālaya; syn. kiṃpuruṣavarṣa.
 kiṃnara
kin

किम् kim pn. n. m. ka_1 f. interr. qui? quel? lequel? | que? pourquoi? comment? | assez de <i.>; pourquoi donc? à quoi bon <i. g.>? — (en début de phrase) est-ce que? qu'est-ce que?
atha kim certainement.
kim atra à quoi bon?
kim anyad quoi encore?
kim api plutôt, de préférence.
kim artham pourquoi faire? pour quel motif?
kim iti pourquoi?
kim iva quoi donc? comment donc?
kimu adv. à plus forte raison, d'autant plus que.
kimuta adv. à plus forte raison, d'autant plus que.
kiṃ kila quel dommage!
kiṃ ca de plus, en outre.
kiṃcana adv. quelque chose.
na kiṃ cana rien.
kiṃcid quelque chose, un peu, quelque.
akiṃ cid rien.
kiṃ tu var. kintu mais, néanmoins.
kiṃ nu à plus forte raison | vraiment? combien en plus? combien en moins?
kiṃ punar à plus forte raison.
kiṃ à plus forte raison | à quoi bon <i.>?
kiṃ svid pourquoi, comment donc?
yat kiṃ ca n'importe quel, n'importe quoi.
kiṃ yuddhena à quoi bon se battre?
kiṃ bahunā pourquoi tant de paroles?
kiṃ vilambena à quoi sert de traîner?
nirujaḥ kim auṣadhaiḥ à quoi sert un remède à un homme bien portant?

 kiṃrūpa [rūpa] a. m. n. f. kiṃrūpā la forme ou couleur de quoi?

 kiṃpuruṣa var. kimpuruṣa [puruṣa] m. f. kimpuruṣī myth. chimère; les kimpuruṣās habitent le Hemakūṭa et sont aux ordres de Kubera; ils comprennent les gandharvās et les apsarasas; syn. kinnara.

  kiṃpuruṣavarṣa [varṣa] m. myth. np. du Kiṃpuruṣavarṣa, l'un des 9 versants du Monde; syn. kiṃnaravarṣa.
 kiṃpuruṣa
kim

किमु kimu var. kimuta [kim-u] adv. à plus forte raison, d'autant moins que.

कियत् kiyat [kim-yat] a. m. n. f. kiyatī interr. dans quelle mesure? | de quelle taille? combien? à quelle distance? | petit, insignifiant — ind. combien? comment? à quelle distance?
kiyantaṃ kālam pour combien de temps?
kiyacciram pour combien de temps?
kiyatyadhvani à quelle distance?
kiyadetad de quelle importance est-ce envers <g.>?
tena kiyān arthah quel profit en retire-t-on?
kiyaccireṇa dans combien de temps? dans quel délai?
kiyaddūre à quelle distance?
kiyad rodimi à quoi bon pleurer?
kiyad asubhis à quoi bon vivre?
kiyadvakra légèrement tordu.
kiyātaṃcit d'une certaine taille; à une certaine distance.
kiyatāpyaṃśena dans une certaine mesure.
kākiyati mātrā teṣām mama je pense qu'ils ne valent rien.

 kiyanmātra [mātra] a. m. n. f. kiyanmātrī de peu d'importance — n. bagatelle.
kiyat

किर kira [agt. kṝ] a. m. n. f. kirā qui disperse.

किरण kiraṇa [agt. kṝ] m. poussière | rayon (de lumière, de soleil, de lune).

 kiraṇavṛtti [vṛtti] f. lit. np. de la Kiraṇavṛtti de Bhaṭṭa Rāmakaṇṭha.

 kiraṇāvalī [āvalī] f. lit. [nyāya] np. de la Kiraṇāvalī «Recueil de rayons», commentaire du Padārthadharmasaṃgraha dû à Udayana_1, qu'il ne put compléter.

  kiraṇāvalīprakāśa [prakāśa] m. lit. [nyāya] np. du Kiraṇāvalīprakāśa «Éclat du Recueil de rayons», commentaire de la Kiraṇāvalī dû à Vardhamāna_1.

  kiraṇāvalīprakāśadīdhiti [dīdhiti] f. lit. np. de la Kiraṇāvalīprakāśadīdhiti, commentaire du précédent par Raghunātha_1 Śiromaṇi.
  kiraṇāvalīprakāśa
 kiraṇāvalī
kiraṇa

किरात kirāta m. géo. habitant des montagnes de l'Himālaya | soc. chasseur tribal vivant dans la forêt, de race jaune | pl. kirātās np. du peuple des Kirātās; les Tibétains; les Népalais; les sauvages; cf. Yalambaraf. kirātī soc. femme de tribu montagnarde.

 kirātārjunīya [arjuna-īya] n. lit. np. du mahākāvya Kirātārjunīya de Bhāravi; il conte le combat entre Arjuna, parti au Mont Indrakīla pour obtenir des dieux l'arme Pāśupata, et le dieu Śiva sous les traits d'un montagnard sauvage [kirāta]; à mains nues Arjuna parvint à se saisir du dieu et à le tenir soulevé de terre, exploit marquant le point culminant du sentiment héroïque [vīrarasa] évoqué par l'œuvre; Śiva se révèle alors à lui et lui donne l'arme souhaitée; ce motif est représenté not. au Prasat Thom à Angkor et au Banteay Srei à Īśvarapura.
kirāta

किरीट kirīṭa n. diadème; crête; tiare.

 kirīṭin [-in] a. m. n. f. kirīṭiṇī qui porte un diadème — m. myth. [Mah.] np. de Kirīṭin, épith. d'Arjuna «Couronné (par Indra)».
kirīṭa

किर्मीर kirmīra a. m. n. f. kirmīrā bigarré — m. [Mah.] np. du rākṣasa Kirmīra «Tacheté», frère de Baka_1 et ami de Hiḍimba; il attaqua les pāṇḍavās pendant leur exil dans la forêt; Dhaumya détruisit sa māyā, et Bhīma le tua.

किल kila part. cl. certes, comme on dit, comme on le sait; apparemment; probablement | <interr.> n'est-ce-pas?
kiṃ kila quel dommage!
naiva kila non!
yadi kila peut-être.
smarati kila vous vous rappelez, n'est-ce-pas?
śrūyante kila bhārate comme il est dit dans le Mahābhārata.

किलास kilāsa a. m. n. f. kilāsī lépreux — n. tache de lèpre; lèpre blanche — f. kilāsī daim tacheté; myth. véhicule des vents [marut].

किल्बिष kilbiṣa [relié à kilviṣa] n. cf. kilviṣa.

 kilbiṣin [-in] a. m. n. f. kilbiṣiṇī coupable, pécheur.
kilbiṣa

किल्विष kilviṣa var. kilbiṣa [viṣa] n. faute, péché; offense, injustice — f. kilviṣā ifc. id.

किशर kiśara m. denrée parfumée | var. kisara id.

 kiśarika [-ika] a. m. n. f. kiśarikī [«qui vend du kiśara»] marchand de parfums.
kiśara

किशोर kiśora m. poulain | garçon, adolescent prépubère — ifc. petit de — f. kiśorī pouline | jeune fille.

किष्किन्ध kiṣkindha m. myth. [Rām.] np. de la montagne Kiṣkindha du Sud de l'Inde, contenant la grotte Kiṣkindhā | géo. territoire au nord de Mysore, près des sources de la Pampā; myth. c'était le royaume de Sugrīva, usurpé par son frère Vālī — f. cf. kiṣkindhā.

किष्किन्धा kiṣkindhā [f. kiṣkindha] f. myth. np. de la grotte Kiṣkindhā, qui était la capitale de Vālī l'usurpateur, puis restituée à Sugrīva par Rāma.

 kiṣkindhākāṇḍa [kāṇḍa] n. lit. np. du Kiṣkindhākāṇḍa, 4e livre du Rām., où Rāma rencontre Hanumān et Sugrīva.
kiṣkindhā

किसलय kisalaya n. bourgeon, jeune pousse.

कीचक kīcaka m. natu. bot. Bambusa arundinacea, bambou épineux; il peut atteindre 30 m de haut | myth. [Mah.] np. de Kīcaka «Bambou», commandant en chef de l'armée du roi Virāṭa, et son gendre comme frère de la reine Sudeṣṇā_1; il importuna Draupadī lors de la 13e année d'exil des pāṇḍavās, dissimuléée comme la sairandhrī Mālinī_1; celle-ci demanda protection à Bhīma, qui le massacra en l'écrabouillant en une boule de chair | pl. géo. np. du pays des Kīcakās, tribu des Kekayās.

 kīcakavadha [vadha] m. lit. np. du poème Kīcakavadha «Mise à mort de Kīcaka» de Nītivarmā; il conte les évènements du virāṭaparvan avec de nombreux procédés d'interprétation multiple [śleṣa].
kīcaka

कीट kīṭa m. n. f. kīṭī insecte; ver, chenille — ifc. vil, méprisable.

 kīṭamaṇi [maṇi] m. natu. zoo. Lampyris noctiluca, luciole, ver luisant.
kīṭa

कीदृश kīdṛśa [kim-dṛś_2] a. m. n. f. kīdṛśī interr. de quelle sorte? ressemblant à quoi? | excl. quel ...! — a. m. n. f. kīdṛś id.

कीनाश kīnāśa m. paysan, cultivateur | manant, pauvre.

कीर्ण kīrṇa [pp. kṝ] a. m. n. f. kīrṇā répandu, épars, disséminé | couvert de, plein de.

कीर्त् kīrt [relié à kṛ_2] v. [10] pr. (kīrtayati) pp. (kīrtita) pf. (anu, ut, pari, pra) mentionner; appeler; annoncer, nommer, célébrer, glorifier <g.>; réciter, raconter — ps. (kīrtyate) s'appeler.

कीर्तन kīrtana [act. kīrt] n. f. kīrtanā mention, récit; éloge, louange | litanie de louanges à une divinité; chant dévotionnel.

कीर्ति kīrti [act. kṛ_2] f. mention; gloire, renommée — m. myth. np. de l'asura Kīrti (ou Kīrtti) «Glorieux»; avec son frère Vāsa il était gardien de l'ekāmrakṣetra; il possédait le monstre Raktabīja; quand Pārvatī leur rendit visite, ils se disputèrent pour la posséder, et Śiva proposa que celui qui la prendrait sur ses épaules la gagnerait; de ses deux talons elle les expédia sous terre, affectés à la garde du bassin de ses temples.

 kīrtimat [-mat] a. m. n. f. kīrtimatī glorieux, renommé.

 kīrtimukuṭa [mukuṭa] m. n. haute tiare cylindrique; Viṣṇu la porte.

 kīrtimukha [mukha] n. myth. np. de Kīrtimukha «Face de gloire», monstre issu de la colère de Śiva face à l'impudence de Jalandhara; il jaillit de son troisième œil pour dévorer Rāhu le messager, qui se plaça sous la protection de Śiva, ne laissant à Kīrtimukha que la possibilité de s'auto-dévorer; lorsqu'il n'en resta que la tête, Śiva l'honora en lui confiant la garde de ses sanctuaires; arch. sa tête est un motif décorant fréquemment les frontons et linteaux dans les temples indiens, indonésiens et khmers; il orne aussi des bijoux tels que les boucles de ceintures.

 kīrtiratha [ratha] m. myth. [Rām.] np. du roi Kīrtiratha Janaka, fils de Pratīndhaka, père de Devamīḍha.

 kīrtirāta [rāta] m. myth. [Rām.] np. du roi Kīrtirāta Janaka, fils de Mahīdhraka, père de Mahāromā; aussi appelé Kṛtirāta.

 kīrtivāsa [vāsa_3] m. du. myth. Kīrti et Vāsa ensemble.

  kīrtivāseśvara [īśvara] m. myth. np. de Kīrtivāseśvara, épith. de Śiva «Vainqueur de Kīrti et Vāsa»; il est adoré à Bhuvaneśvarī_1 comme Liṅgarāja | myth. épith. de Śiva «vêtu de gloire», arborant la dépouille du gajāsura.
 kīrtivāsa
kīrti

कीर्तित kīrtita [pp. kīrt] a. m. n. f. kīrtitā dit, nommé, mentionné; connu, célèbre.

कील् kīl v. [1] pr. (kīlati) pp. (kīlita) attacher, lier (à un poteau); cheviller; épingler.

कील kīla [agt. kīl] m. piquet, pieu; pal; cheville, aiguille; lance; coin de bûcheron | poteau; not. poteau pour attacher le bétail | cadran solaire; syn. mayūkha | arme; coude; coup de coude — f. kīlā poteau; épingle.

कीलक kīlaka [agt. kīl] m. aiguille; cheville; coin (en bois); attelle | pieu à attacher le bétail | astr. np. de Kīlaka «Pieu», personnifiant l'an 42 d'un cycle de vie [saṃvatsara] — n. lit. syllabes centrales d'un mantraf. kīlikā aiguille; cheville.

कीलित kīlita [pp. kīl] a. m. n. f. kīlitā attaché à un poteau; empalé; attaché, lié, sequestré | érigé en poteau.

कु ku_1 [ka_1] pf. d'interrogation | particule péjorative; mauvais, mal, méchant, honteux | quelque peu, un peu, plutôt | bien, bon.

कु ku_2 f. terre.

कुकवि kukavi [ku_1-kavi] m. mauvais poète.

 kukavitva [-tva] n. état de mauvais poète.

 kukavinindā [nindā] f. lit. section d'anthologies de poésie blâmant not. les plagiaires.
kukavi

कुक्कुट kukkuṭa [onomatopée] m. natu. zoo. coq — f. kukkuṭī poule.

 kukkuṭaka [-ka] m. natu. zoo. Phasianus Gallus, faisan | soc. fils d'un tribal [niṣāda] par une servante [śūdrā].

 kukkuṭamayūrī [mayūrī] f. mâle et femelle paons.

 kukkuṭāsana [āsana] n. phil. [yoga] posture partant de padmāsana, les mains passant entre les cuisses et les mollets pour se soulever de terre.
kukkuṭa

कुक्कुर kukkura m. chien.

कुक्ष kukṣa m. ventre; matrice.

कुक्षि kukṣi m. ventre, entrailles; bas-ventre; matrice | cavité en gén. | myth. np. du roi Kukṣi «Ventru», fils aîné d'Ikṣvāku, aussi appelé Vikukṣi et Śaśāda; Kakutstha est son fils || pali kucchi.

 kukṣiroga [roga] m. méd. dyarrée; dysenterie.
kukṣi

कुक्षिम् kukṣim [acc. kukṣi] iic. .

 kukṣimbhari [bhari] m. [«qui ne s'occupe que de son ventre»] glouton.
kukṣim

कुङ्कुम kuṅkuma n. natu. bot. Crocus sativus, crocus; safran || arabe curcum; gr. κροκος; lat. crocus.

कुच् kuc var. kuñc v. [6] pr. (kucati) pp. (kuñcita, kucita) pf. (ut, sam) courber — v. [1] pr. md. (kuñcate) se contracter, se resserrer; friser — ca. (kuñcayati) courber; froncer.

कुच kuca [agt. kuc] m. poitrine, sein | du. kucau les (deux) seins (de la femme).

 kucabandha [bandha] m. soutien-gorge.

 kucaśāṭī [śāṭī] f. vêtement couvrant la poitrine.
kuca

कुचुमार kucumāra m. lit. np. de Kucumāra, auteur de l'Aupaniṣadādhikaraṇa.

कुचेल kucela [ku_1-cela] n. haillon — m. myth. np. de Kucela «Mal vêtu», épith. du pauvre Sudāma.

कुज kuja [ku_2-ja] m. astr. np. de Kuja «né de la Terre», un nom de Mars; cf. Aṅgāraka, Bhūmija, Maṅgala.

कुञ्च् kuñc cf. kuc.

कुञ्चक kuñcaka [agt. kuc] a. m. n. f. kuñcikā qui courbe — f. kuñcikā clé | lit. np. de la Kuñcikā, commentaire de la Vaiyākaraṇasiddhāntamañjūṣā dû à Durbalācārya.

कुञ्चन kuñcana [act. kuc] n. courbure, contraction.

कुञ्चि kuñci [act. kuc] f. mesure de volume de grain, égale à 8 poignées.
aṣṭamuṣṭirbhavetkuñciḥ kuñcayo'ṣṭau tu puṣkalam puṣkalāni ca catvāri āḍhakaḥ parikīrtitaḥ Il est statué que la kuñci doit faire 8 poignées, le puṣkala 8 kuñci de même, et que 4 puṣkala font un āḍhaka.

कुञ्चित kuñcita [pp. kuc] a. m. n. f. kuñcitā contracté, resserré; courbé, tordu.

 kuñcitāṅghri [aṅghri] a. m. n. f. qui a le pied courbé; se dit not. de Naṭarāja.
kuñcitāṅghriṃ bhaje J'adore (le Seigneur Naṭarāja) au pied courbé.

  kuñcitāṅghristava [stava] m. lit. np. du Kuñcitāṅghristava «Hymne de gloire au pied courbé (de Naṭarāja)», poème dévotionnel d'Umāpati Śivācārya (vers 1300).
 kuñcitāṅghri
kuñcita

कुञ्ज kuñja m. buissons, taillis, hallier.

कुञ्जर kuñjara [kuñja-ra] m. éléphant — ifc. trésor; cf. navakuñjara.

कुट् kuṭ v. [6] pr. (kuṭati) pp. (kuṭita) être courbe; se courber; pencher; se tordre, vriller | être fourbe, être malhonnête.

कुट kuṭa [agt. kuṭ] m. n. maison; famille | pichet; pot à eau — m. bastion; fort | marteau; hache.

 kuṭaja [ja] m. natu. bot. Wrightia antidysenterica, jasmin des sommets; il est utilisé en médecine contre les spasmes intestinaux; c'est une fleur de la saison des pluies; syn. girimallikā | myth. épith. d'Agastya «né dans une jarre».
kuṭa

कुटक kuṭaka [agt. kuṭ] a. m. n. f. kuṭikā courbé; tordu — m. kuṭika id. — n. kuṭaka araire — f. kuṭikā hutte | soc. hutte funéraire pour abriter les cendres.

कुटि kuṭi var. kuṭī [act. kuṭ] f. courbe | hutte; cabane; échoppe.

 kuṭicara [cara] m. crocodile [«qui emporte la hutte (dans l'eau)»].
kuṭi

कुटिर kuṭira [kuṭi-ra] n. petite cabane, hutte | var. kuṭīra id.

 kuṭiraka [-ka] n. id.
kuṭira

कुटिल kuṭila [kuṭ-ila] a. m. n. f. kuṭilā plié, courbé, tordu, arqué | tortueux, fourbe; malhonnête — m. myth. np. du ṛṣi Kuṭila «Bossu» — n. natu. fleur de bot. Valeriana jatamansi; cf. tagaraf. kuṭilā géo. np. de la rivière Kutilā «Serpentine», épith. de la Sarasvatī_1.

 kuṭilaka [-ka] a. m. n. f. kuṭilikā courbé, tordu | (chasseur) aux aguets — m. soc. crosse portée par le vidūṣaka lors du trigata, et symbolisant Brahmāf. kuṭilikā mouvement tortueux.
kuṭila

कुटी kuṭī [kuṭi] f. courbe | hutte; échoppe.

 kuṭīkṛta [kṛta] n. (tissu) frisé; not. vêtement de laine.
kuṭī

कुटुम्ब kuṭumba n. famille, ménage, maison | charges de famille; soucis familiaux | lien familial; progéniture.
kuṭumbārtham adv. pour le compte de la famille.

 kuṭumbaka [-ka] n. id.
ayaṃ nijaḥ paro veti gaṇanā laghucetasām | udāracaritānāṃ tu vasudhaivakuṭumbakam | | [Hitopadeśa] Celui-ci fait partie des miens, l'autre est un étranger, ainsi calculent les mesquins; alors que pour les hommes généreux le Monde entier est leur famille.

 kuṭumbin [-in] a. m. n. f. kuṭumbinī qui vit en famille | membre de la maisonnée (y compris les serviteurs) | du. kuṭumbinau le père et la mère de famille — f. kuṭumbinī mère de famille.
kuṭumba

कुट्ट kuṭṭa m. broyage, concassage — ifc. broyage par — v. [11] pr. (kuṭṭayati) écraser, broyer; pulvériser | math. résoudre.

कुट्टक kuṭṭaka [agt. kuṭṭa] a. m. n. f. kuṭṭikā ifc. qui coupe, qui casse, qui broie — m. action de broyer, de casser, de découper | math. résolution d'équations linéaires diophantiennes.

 kuṭṭana [act. kuṭṭa] n. action de broyer, de casser, de couper, de battre — f. kuṭṭanī sorte de lance | catin, putain.
kuṭṭaka

कुट्टनी kuṭṭanī [f. kuṭṭana] f. catin, putain.

 kuṭṭanīmata [mata] n. lit. np. du Kuṭṭanīmata «Conseils de la catin», poème narratif libertin du 8e siècle en vers dû à Dāmodaragupta, de genre érotico-satirique (Mālatī, une courtisane débutante de Bénarès, demande le conseil d'une professionnelle expérimentée, qui lui explique l'art de séduire et de voler les hommes fortunés).
kuṭṭanī

कुट्टित kuṭṭita [pp. kuṭṭa] a. m. n. f. kuṭṭitā broyé, moulu; battu | écrasé; aplati.

कुट्टिन् kuṭṭin [agt. kuṭṭa] a. m. n. f. kuṭṭiṇī qui broie, qui concasse.

कुट्टिम kuṭṭima [kuṭṭin-ma] a. m. n. f. kuṭṭimā pavé; couvert de mosaïques — m. n. sol pavé, carrelé; carrelage en mosaïque | sol aplani pour construire un bâtiment.

कुठार kuṭhāra [relié à kuṭa] m. hache.

 kuṭhārikā [-ika] f. hachette.
kuṭhāra

कुड्य kuḍya n. mur, cloison.

कुण kuṇa m. mite.

कुणप kuṇapa n. cadavre; charogne; engrais d'origine animale | excrément — a. m. n. f. kuṇapā qui empeste comme un cadavre.

 kuṇapajala [jala] n. purin.
kuṇapa

कुण्ठ् kuṇṭh v. [1] pr. (kuṇṭhati) pp. (kuṇṭhita) être estropié, infirme; être émoussé | être paresseux; être obtus, stupide — ca. (kuṇṭhayati) dissimuler.

कुण्ठ kuṇṭha [agt. kuṇṭh] a. m. n. f. kuṇṭhā émoussé; sans effet | stupide, abruti; lent, paresseux.
vajraṃ tapovīryamahatsu kuṇṭham le tonnerre n'affecte pas ceux qui pratiquent de fortes austérités.

कुण्ठित kuṇṭhita [pp. kuṇṭh] a. m. n. f. kuṇṭhitā émoussé; obtus | indolent; paresseux; stupide.

कुण्ड् kuṇḍ v. [1] pr. md. (kuṇḍate) brûler — v. [1] pr. (kuṇḍati) mutiler — ca. (kuṇḍayati) protéger.

कुण्ड kuṇḍa [act. kuṇḍ] m. n. pot, jarre, bol, pichet; récipient; not. pot à eau — n. fosse dans le sol, puits; bassin, pièce d'eau sacrée | soc. not. fosse de briques servant d'autel védique — f. kuṇḍī récipient en forme de bol — f. kuṇḍā brûlure, mutilation.

 kuṇḍapāya [pāya] a. m. n. f. kuṇḍapāyā soc. (sacrifice) où l'on boit (le soma) dans un bol.
kuṇḍa

कुण्डक kuṇḍaka [agt. kuṇḍ] m. n. pot — f. kuṇḍikā pot; pot à eau d'ascète.

कुण्डल kuṇḍala m. n. boucle d'oreille, anneau, bracelet — f. kuṇḍalī astr. horoscope.

कुण्डलिन् kuṇḍalin [kuṇḍala-in] a. m. n. f. kuṇḍalinī qui a des boucles d'oreille — f. kuṇḍalinī phil. [yoga] «la Lovée», épith. de la śakti de Śiva sous la forme de la serpente Kuṇḍalinī, force psychique qui s'élève lors du kuṇḍalinīyoga pour éveiller successivement les 6 centres d'énergie [cakra] en les transperçant; cf. Suṣumṇā.

कुण्डिन kuṇḍina m. myth. [Mah.] np. de Kuṇḍina, un des 100 fils de Dhṛtarāṣṭran. géo. np. de la ville de Kuṇḍina_1, capitale du pays Vidarbha | myth. c'était la capitale du roi Bhīma_1.

कुतप kutapa [ku_1-tapa] m. n. couverture faite de poils de chèvre de montagne.

कुतस् kutas adv. d'où? de qui? vers où? dans quelle direction? | (au fig.) pourquoi? comment? | par ex. <abl.>; introduit un exemple de ce qui précède | en quelque sorte; à plus forte raison, bien loin que.
kutaḥkālāt depuis quand?
ākutas jusqu'à où?
kutaścid de n'importe qui; de n'importe où.
yathaḥ kutaścid de qui que ce soit.
kuto'pi de n'importe où; quelqu'en soit la cause.

कुतस्त्य kutastya [kutas-tya] a. m. n. f. kutastyā venant d'où?
kutastyo'pi de quelque part; d'où que ce soit.

कुतुक kutuka [kutas] n. curiosité — ifc. désir pour.

कुतूहल kutūhala [kutas-hala] a. m. n. f. kutūhalā étonnant, surprenant; intéressant, fascinant; amusant; excellent — n. désir; curiosité, intérêt.

 kutūhalakṛt [kṛt_2] a. m. n. f. qui excite la curiosité.

 kutūhalavat [-vat] a. m. n. f. kutūhalavatī curieux, intéressé.

 kutūhalin [-in] a. m. n. f. kutūhalinī amateur de, friand de, curieux de <iic.> | impatient, désireux, avide.
kutūhala

कुत्ता kuttā f. soc. contrat de location; bail; viager.

कुत्र kutra [ku_1-tra] adv. où? vers où?

 kutracid var. kutracit [cid_1] adv. quelque part.
kutra

कुत्स् kuts v. [10] pr. (kutsayati) v. [10] pr. md. (kutsayate) v. [1] pr. (kutsati) pp. (kutsita) pfp. (kutsya) mépriser; critiquer, blâmer; condamner.

कुत्स kutsa [agt. kuts] m. véd. np. du ṛṣi Kutsa «Qui blâme», auteur d'hymnes du Ṛgveda; il est ami d'Indra, qui le prit un jour sur son char; lorsque le démon Śuṣṇa l'attaqua, Indra le défendit et tua le démon | pl. géo. np. des Kutsās, peuple des descendants de Kutsa.

कुत्सन kutsana [act. kuts] n. mépris; blâme, reproche — f. kutsanā expression de mépris.

कुत्सा kutsā [act. kuts] f. mépris; blâme, critique.
kutsayā i. adv. avec mépris.

कुत्सित kutsita [pp. kuts] a. m. n. f. kutsitā méprisé; blâmé, flétri | méprisable; vil.
kutsite avec une intention de mépris.

कुथुमिन् kuthumin m. hist. np. du lettré védique Kuthumī ou Kuṭhumi.

कुदाल kudāla m. natu. bot. Bauhinia variegata, ébène de montagne.

 kudālasaṃgama [saṃgama] m. géo. np. de Kudālasaṃgama, lieu sacré au confluent de la Kṛṣṇā_1 et de la Malaprabhā au Karṇāṭaka; c'est un lieu de pèlerinage liṅgāyat important.
kudāla

कुदृष्टि kudṛṣṭi [ku_1-dṛṣṭi] f. vue erronée; système non orthodoxe.

कुदेश kudeśa [ku_1-deśa] m. mauvais pays (où la vie est difficile).

कुदेह kudeha [ku_1-deha] m. corps misérable.

कुधी kudhī [ku_1-dhī_2] a. m. n. f. peu intelligent, sot, niais; fou.

कुनृप kunṛpa [ku_1-nṛpa] m. mauvais roi.

कुन्त kunta m. flèche, javelot; lance || lat. contus.
kuntān praveśaya faites venir les gardes.

 kuntaka [-ka] m. hist. np. de Kuntaka, poète du Kaśmīra du 10e siècle, auteur du Vakroktijīvita.
kunta

कुन्तल kuntala m. chevelure; mèche de cheveux — m. géo. pays ou prince des Kuntalās (ancien nom du Karṇāṭa) | pl. géo. np. du peuple des Kuntalāsf. kuntalā ifc. chevelure de.

कुन्ति kunti m. géo. homme d'un peuple du Nord-Ouest | [kuntibhoja] myth. np. du prince Kunti | pl. kuntayas géo. le peuple kunti.

 kuntibhoja [bhoja] m. myth. [Mah.] np. de Kuntibhoja «Kunti le bon vivant», prince kunti de la dynastie de Yadu; sa mère était la sœur du yādava Śūra, qui lui donna à adopter son premier-né, sa fille Pṛthā, qui devint ainsi Kuntī; il combattit dans la grande bataille du Kurukṣetra aux côtés des pāṇḍavās.
kunti

कुन्ती kuntī [kunti] f. myth. [Mah.] np. de Kuntī «(fille adoptive) de Kunti», épith. de Pṛthā fille de Śūrasena, sœur de Vasudeva (et ainsi tante de Kṛṣṇa); elle reçut du sage [ṛṣi] Durvāsā un mantra ayant le pouvoir d'invoquer les dieux pour enfanter; elle l'essaya sur l'heure en invoquant Sūrya, dont naquit son aîné Karṇa; plus tard elle devint la 1re épouse du roi Pāṇḍu, qui ne pouvait avoir de rapports sexuels sous peine de mort; elle enfanta de Yudhiṣṭhira par Dharma, de Bhīma par Vāyu, et d'Arjuna par Indra.

कुन्थ् kunth v. [1] pr. (kunthati) blesser | souffrir.

कुन्थु kunthu [kunth] m. cf. kunthunātha.

 kunthunātha [nātha] m. jn. np. de Kunthu ou Kunthunātha «Martyr», 17e tīrthaṅkara; son corps est doré, son symbole est une chèvre.
kunthu

कुन्द kunda m. natu. bot. Jasminum multiflorum; jasmin blanc; il fleurit au printemps; en poésie, il évoque la blancheur des dents — n. fleur de jasmin blanc, très parfumée.
kundaiḥsavibhramavadhūhasitāvadātairuddyotitānyupavanānimanoharāṇi | cittaṃmunerapiharantinivṛttarāgaṃprāgevarāgamalinānimanāṃsiyūnām || [Ṛtusaṃhāra] Les bosquets illuminés de fleurs de jasmin, évoquant l'éclat immaculé du sourire de jeunes femmes aguichantes, troublent l'esprit même des ascètes ayant dompté leurs passions, et combien donc celui des jeunes gens juste éveillés à la sensualité.

 kundāvadāta [avadāta] a. m. n. f. kundāvadātā de la blancheur du jasmin (se dit not. des dents).
kunda

कुप् kup v. [4] pr. (kupyati) pft. (cukopa) pp. (kupita) pf. (pra) s'irriter contre qqn. <g. dat.> | être irrité, se mettre en colère — ca. (copayati) irriter || lat. cupio.

कुपित kupita [pp. kup] a. m. n. f. kupitā irrité, en colère.

कुपुरुष kupuruṣa [ku_1-puruṣa] m. mauvais homme | homme méprisable; lâche.

कुबेर kubera var. kuvera m. myth. np. de Kubera «Difforme», issu du géniteur [prajāpati] Pulastya et de la Parole [Go]; fâché de sa dévotion envers Brahmā, dont il était exclu, Pulastya se recréa sous la forme de Viśravā pour l'enfanter d'Iḍaviḍā; Kubera est le régent des océans et des rivières; il fit de sévères austérités pour obtenir de Brahmā d'être un protecteur de l'univers [lokapāla], et d'obtenir le titre de Roi des rois [Rājarāja]; il est le gardien [dikpāla] de la direction du Nord; Crésus indien, Kubera est dieu de la richesse, gardien des neuf trésors [navanidhi], chef des génies [yakṣās] et des esprits cachés [guhyakās]; les presqu'hommes [kinnarās] et les chimères [kimpuruṣās] sont ses serviteurs; son demi-frère Rāvaṇa usurpa son trône de Laṅkā et lui déroba son char volant Fleuri [Puṣpaka]; il établit sa capitale Alakā sur le Mont Gandhamādana; son palais, magnifique, fut construit par Viśvakarmā; son jardin merveilleux Caitraratha se trouve sur le Mont Mandara; il est représenté difforme et obèse [kumbhāṇḍa], les yeux exorbités par l'alcool; on dit qqf. qu'il a un œil, trois jambes et huit dents; il est l'ami de Śiva [Harasakhi]; la mangouste [nakula] lui apporte des trésors; sa monture est un homme [naravāhana], un cheval ou une mangouste; Ṛddhi ou Cārvī est son épouse; il a pour fils Nalakūbara et Maṇigrīva, et pour fille Mīnākṣī; cf. Dhaneśvara, Nararāja, Mayurāja, Ratnagarbha, Vaiśravaṇa, Pāñcika | hist. np. du brahmane Kubera_1, de la lignée vātsyāyana, père d'Arthapati_1, arrière-grand-père de Bāṇa_2.

 kuberapūjā [pūjā] f. cf. dhanvantaritrayodaśī.
kubera

कुब्ज kubja a. m. n. f. kubjā bossu, courbé — m. bossu || gr. κυπτω; lat. gibbus.
kubjībhū se courber.
kubjavāmanakirāta les bossus, les nains et les sauvages (bouffons de cour).

 kubjaka [-ka] a. m. n. f. kubjikā bossu, courbé; infirme — m. bossu | natu. bot. Rosa moschata, rosier musqué | natu. bot. Trapa bispinosa, plante aquatique des lacs du Cachemire; son fruit, la noix sinhara, est un aliment et une plante médicinale — f. cf. kubjikā.
kubja

कुब्जिका kubjikā [f. kubjaka] f. myth. [kaula] np. de la déesse Kubjikā, aspect androgyne de Durgā; lors de son festival au Népal, elle est représentée par une fillette de 8 ans; son culte est expliqué dans le Manthānabhairava tantra.

 kubjikātantra [tantra] n. lit. np. du Kubjikātantra, ouvrage ésotérique de tradition kaula.

 kubjikāmata [mata] n. phil. [tantra] np. du Kubjikāmata, doctrine kaula.

 kubjikāyantra [yantra] n. soc. diagramme géométrique de Kubjikā, support des dix puissances [mahāvidyā] de la Déesse; autour du bindu central, siège de Siddhilakṣmī, un triangle puis un hexagone portent les neuf autres.
kubjikā

कुमति kumati [ku_1-mati] a. m. n. f. faible d'esprit; idiot — f. idiocie; folie.

कुमनस् kumanas [ku_1-manas] a. m. n. f. fâché, en colère.

कुमार kumāra m. garçon, jeune homme; fils | prince; page; cavalier | myth. np. de Kumāra «Prince», épith. du (toujours jeune et beau) dieu Skanda | myth. np. de la mouvance [sampradāya] vaiṣṇava Kumāra_1 fondée par Vallabhācārya et vénérant Kṛṣṇa enfant; cf. Śrīnāthajīn. or pur — f. kumārī adolescente, fillette | jeune fille, vierge | myth. np. de Kumārī «Princesse», épith. de not. Durgām. homme efféminé.

 kumāraka [-ka] m. enfant, garçon, jeune homme — f. kumārikā fille, jeune fille, vierge | myth. l'une des 10 régions [dvīpa] formant le jambudvīpa.

 kumāragiri [giri] m. hist. np. du roi Kumaragiri Reddy de Kondavīdu (1386–1402); grand amateur d'art, il laissa le gouvernement à son beau-frère Katayavema, et s'occupa d'organiser des festivals comme le vasantotsava; on le surnomma Karpūra Vasanta Rāyalu; on lui doit le traité de danse Vasantarājīya; sa danseuse de cour Lakumadevī était renommée.

 kumārajīva [jīva] m. hist. np. du lettré brahmane Kumārajīva (4e siècle), qui répandit le bouddhisme en Asie Centrale et en Chine; né à Kucha (sur la route de la soie au nord du Taklamakan) du brahmane Kumārāyaṇa et de la princesse koutchéenne Jīvakā, il voyagea avec sa mère en Inde ef fut ordonné moine bouddhiste dans la tradition Mahāyāna; rentré au pays, lettré célébre, il fut amené à l'empereur de Chine pour diriger une équipe de traduction des textes bouddhiques sanskrits en chinois; il fixa en chinois la terminologie abhidharma du Mahāyāna.

 kumāratantra [tantra] n. lit. np. du Kumāratantra, manuel d'exorcisme pour guérir les enfants possédés par un démon.

 kumāratva [-tva] n. jeunesse (d'un garçon).

 kumāradāsa [dāsa] m. hist. np. du prince Ceylanais Kumāradāsa (~517–~526), auteur du Jānakīharaṇa; il est aussi appelé Kumārabhaṭṭa.

 kumārapāla [pāla] m. np. du roi Caulukya Kumārapāla du Gurjara; il succéda à son oncle Jayasiṃha_4 Siddharāja en 1143; sa capitale était Aṇahilapāṭaka; Hemacandra Sūri le convertit au jaïnisme; il mourut en 1173.

 kumārapālita [pālita] m. lit. [K.] np. de Kumārapālitā, premier ministre du roi Śūdraka_1.

 kumārapūrṇimā [pūrṇimā] f. pleine lune du mois āśvina; on y célèbre Kārttikeya; cf. aśvattha.

 kumārabhaṭṭa [bhaṭṭa] m. hist. np. du prince-poète de Ceylan Kumārabhaṭṭa; cf. Kumāradāsa.

 kumārabhīmeśvara [bhīmeśvara] m. géo. np. du śivaliṅga Kumārabhīmeśvara, établi au pañcarāmakṣetra Kumārarāma par Kumāra; il est en calcaire blanc, de plus de 4 m de hauteur.

 kumārarāma [rāma] m. géo. np. de Kumārarāma, grand lieu de pèlerinage shivaïte à Somarlakota en pays Āndhra, à l'est du delta de la Godāvarī; c'est un pañcarāmakṣetra; le temple fut construit par le roi Cālukya Bhīma_2 à la fin du 9e siècle; cf. Kumārabhīmeśvara.

 kumāravana [vana] n. myth. [BhP.] np. du bois Kumāravana «Bois de Skanda», près du Mont Kailāsa; c'est là que Śiva et Pārvatī étaient occupés maritalement, lorsqu'un groupe de sages menés par Śunaka s'y rendit pour honorer Śiva; surpris dans ses ébats, celui-ci maudit la forêt de tourner en femme tout homme qui y pénétrerait; Sudyumna vint un jour y chasser, et ainsi redevint la belle Iḍā.

 kumāravyākaraṇa [vyākaraṇa] n. lit. np. du Kumāravyākaraṇa «Grammaire de Kumāra», œuvre du grammarien bd. Śarvavarmā; cf. Kātantra.

 kumārasambhava [sambhava] m. lit. np. du Kumārasambhava «Origines de Kumāra», poème [kāvya] en forme d'épopée lyrique de Kālidāsa, composé vers 400; il décrit les événements menant à la naissance de Kumāra, qui doit naître pour tuer le démon Tāraka; les dieux demandent à Kāma de faire tomber Śiva amoureux de Pārvatī, fille de Himavān, mais la colère de celui-ci pratiquant son ascèse réduisit en cendres celui-là; Pārvatī parvient à ses fins en devenant elle-même ascète, et le poème s'achève par leur union; cf. Vivaraṇa_1.
kumāra

कुमारलात kumāralāta m. hist. np. du grammairien bd. Kumāralāta; il vivait à la fin du 2e siècle à la cour Kuṣāṇa de Takṣaśilā; il fonda l'école bd. sautrāntika; il écrivit une grammaire sanskrite inspirée (ou à l'origine) du Kātantra; on l'identifie parfois à Aśvaghoṣa.

कुमारि kumāri iic. f. kumārī.

 kumārimata [mata] a. m. n. f. kumārimatā estimé par Kumārī.
kumāri

कुमारिल kumārila m. hist. np. de Kumārila Bhaṭṭa, célèbre maître de mīmāṃsā; il vécut en Inde du Sud au 8e siècle, et fonda l'école bhaṭṭamata; on lui doit not. le Ślokavārttika, le Tantravārttika, la Bṛhaṭṭīkā, la Madhyamaṭīkā; il fit fin à sa vie en s'immolant dans un feu de paille [tuṣānala].

कुमुद् kumud [kumuda] n. natu. bot. Nymphæa esculenta, lotus blanc.

 kumudvat [-vat] a. m. n. f. kumudvatī abondant en lotus blanc — f. kumudvatī étang couvert de lotus.
kumud

कुमुद kumuda [ku_1-mudā] a. m. n. f. kumudā [«qui provoque une telle joie»] réjouissant, agréable — n. natu. bot. Nymphæa esculenta, lotus blanc (fleurissant au lever de la lune) — m. myth. np. de l'éléphant céleste Kumuda «Joyeux», gardien [diggaja] du Sud-Ouest — f. kumudā myth. np. de Kumudā, aspect de Durgā; Prayāga est son devīpīṭha.
kumudabāndhava «ami du lotus nocturne», épith. de l'astre Lune.

 kumudavat [-vat] a. m. n. f. kumudavatī abondant en lotus blanc — f. kumudavatī étang couvert de lotus | myth. [Rām.] np. de la princesse Kumudavatī, épouse de Kuśa.

 kumudika [-ika] a. m. n. f. kumudikī abondant en lotus blanc.

 kumudinī [-in] f. étang couvert de lotus.
kumuda

कुम्भ kumbha m. cruche, pot-à-eau; jarre, vase, urne; syn. kalaśa | [kumbharāśi] astr. signe zodiacal [rāśi] du Verseau | bosse frontale de l'éléphant | myth. vase sacré contenant l'ambroisie [amṛta] provenant du barattage de la mer de lait [kṣīrodamathana] | myth. np. de Kumbha «Cruche», fils de Kumbhakarṇaf. kumbhā prostituée — f. kumbhī petite cruche; petite jarre, petit pot en terre.

 kumbhakarṇa [karṇa] m. myth. [Rām.] np. de l'ogre-vampire [rākṣasa] Kumbhakarṇa «Oreille de cruche», fils de Viśravā et Keśinī_2, frère de Rāvaṇa, de taille gigantesque et à l'appêtit insatiable; il voulut demander à Brahmā comme récompense de ses austérités la destruction des dieux [nirdevatva]; effrayés de sa voracité, les dieux obtinrent que Sarasvatī danse sur sa langue lorsqu'il fit sa requête; elle lui fit faire un lapsus et il demanda en fait le sommeil éternel [nidrāvattva]; il ne se réveille qu'un jour tous les 6 mois; Rāvaṇa lui fit boire 2000 cruches d'alcool pour le réveiller et combattre l'armée de Rāma; il vainquit Sugrīva, mais Rāma lui coupa la tête; Kumbha et Nikumbha_1 sont ses fils.

 kumbhakāra [kāra] m. potier — f. kumbhakārī femme de potier.

 kumbhakoṇa [koṇa] m. géo. np. de la ville de Kumbhakoṇa, au bord de la Kāverī (mod. Kubakoṇam, district de Thanjavur au Tamil Nadu); capitale Cola au 7e siècle, elle fut disputée entre les Pallavās et les Pāṇḍyās, conquise par ces derniers en 1290, puis rattachée à l'empire de Vijayanagara; c'est une ville de pèlerinage, avec de nombreux temples; Rāghavendra Svāmī y étudia; le bassin de Mahāmaha est l'objet d'un grand pèlerinage annuel.

 kumbhadhara [dhara] m. astr. [«qui porte la jarre»] signe du Verseau; syn. kumbharāśi.

 kumbhamela [mela] m. soc. grand pèlerinage ayant lieu sur un cycle de 12 ans, période de Jupiter; il a lieu alternativement à Allahabad [prayāga], Haridwar [haridvāra], Ujjain [Ujjayinī] et Nasik [Nāsika]; myth. ce sont les 4 endroits où tombèrent sur Terre une goutte du soma qu'Indra sous la forme d'un faucon transportait dans les airs dans le vase sacré [kumbha].

 kumbhayoni [yoni] m. myth. np. de Kumbhayoni, épith. d'Agastya «né dans une cruche».

 kumbharāśi [rāśi] m. astr. signe du Verseau.

 kumbhāṇḍa [aṇḍa] a. m. n. f. kumbhāṇḍā ventru, pansu | pl. kumbhāṇḍās myth. génies ventrus; syn. yakṣās.
kumbha

कुम्भक kumbhaka [kumbha-ka] m. ifc. pot de, mesure de — m. n. phil. [yoga] arrêt de la respiration, la bouche fermée et les narines bloquées par les doigts de la main droite | bosse frontale de l'éléphant — f. kumbhikā petite cruche.

कुम्भिन् kumbhin [kumbha-in] a. m. n. f. kumbhinī qui porte une jarre; qui ressemble à un pot — m. [«qui a une protubérance crânienne»] éléphant | math. symb. le nombre 8 — f. kumbhinī la Terre.

कुम्भिल kumbhila [kumbha-la] m. voleur, cambrioleur; plagiaire | avorton.

कुम्भी kumbhī iic. f. kumbha.

 kumbhīka [-ka] m. soc. garçon éromène.

 kumbhīnasa [nasa] m. grand serpent venimeux — f. kumbhīnasī myth. np. de Kumbhīnasī «aux narines en forme de cruche», épouse du gandharva Aṅgāraparṇa.

 kumbhīpāka [pāka] m. cuisson dans un pot, nourriture cuite dans un pot.

  kumbhīpākanaraka [naraka] m. myth. np. du Kumbhīpākanaraka «Enfer cuisant», où sont brûlés les damnés au Pitṛloka; aussi appelé Pitṛtīrtha.
 kumbhīpāka

 kumbhīra [-ra] m. crocodile gharial.
kumbhī

कुरङ्ग kuraṅga m. f. kuraṅgī antilope, daim.
kuraṅgāyate se comporter comme une antilope.

कुरण्ट kuraṇṭa var. kuraṇḍa m. natu. bot. Amaranthus caudatus, amarante jaune; elle est considérée de mauvais augure.

 kuraṇṭaka var. kuraṇḍaka [-ka] m. natu. id.
kuraṇṭa

कुरबक kurabaka m. natu. bot. Amaranthus cruentus, amarante rouge; on dit qu'elle ne fleurit qu'après qu'une jeune fille ne l'ait regardée.

कुरर kurara m. f. kurarī natu. zoo. Pandion haliaetus, balbuzard | rapace pêcheur | goélan.

कुरु kuru m. myth. np. du paurava Kuru, roi de la lignée lunaire; il est fils de Saṃvaraṇa et de Tapatī; il est ancêtre de Śāṃtanu | myth. son royaume, le kuruvarṣa, l'un des 10 sous-continents [dvīpa] formant le jambudvīpa | pl. kuravas myth. les Kuravas, peuple antique du Nord de l'Inde.

 kurukṣetra [kṣetra] n. géo. np. de la vaste plaine du Kurukṣetra, entre les rivières Sarasvatī_1 et Dṛṣadvatī, au nord-ouest de Delhi | myth. [Mah.] territoire des Kuravas; lieu de la grande bataille entre les kauravās et les pāṇḍavās.
dharmakṣetre kurukṣetre [BhG.] Sur la terre de Kuru, sur la terre du Destin.

 kurujāṅgala [jāṅgala] n. géo. np. du Kurujāṅgala «Pays de Kuru», dans la vallée du Gange; sa capitale était Hastināpuram. pl. kurujāṅgalās ses habitants.

 kurunandana [nandana] a. m. n. f. kurunandanā qui fait la joie des kauravāsm. myth. épith. not. de Yudhiṣṭhira.

 kuruvarṣa [varṣa] n. myth. pays des Kuravas, l'un des 9 bassins versants [varṣa] du monde.
kuru

कुरुकुल्ला kurukullā f. bd. np. de la déesse tantr. Kurukullā.

कुरुविन्द kuruvinda n. cinabre | sorte de rubis || fr. corindon.

कुरूप kurūpa [ku_1-rūpa] a. m. n. f. kurūpā mal formé, difforme; laid.

कुर्वत् kurvat [ppr. kṛ_1] a. m. n. f. kurvantī en faisant | en faisant le serviteur.
aśabdaṃ kurvan en ne faisant pas de bruit.
kurvadrūpaḥ dont la forme est efficiente.

 kurvāṇa [ppr. md. kṛ_1] a. m. n. f. kurvāṇā faisant — m. celui qui fait — f. kurvāṇā celle qui fait.
kurvat

कुल् kul v. [1] pr. (kolati) accumuler.

कुल kula [act. kul] n. troupe, foule; horde; troupeau | soc. famille; race; clan; tribu, caste; noblesse, dynastie royale | maison familiale | phil. [tantra] doctrine de la bonne famille; [Ānandabhaṭṭa] elle prescrit 9 obligations: bonne conduite [ācāra], discipline [vinaya], acquisition de la connaissance [vidyā], bonne position sociale [pratiṣṭhā_2], pèlerinage [tīrthadarśana], obédience aux textes sacrés [niṣṭhā_2], endogamie [āvṛtti], pratique des austérités [tapas] et générosité [dāna]; cf. kaulaf. kulā ifc. id.
caurasyakula bande de voleurs.

 kulagiri [giri] m. myth. chaîne de montagnes principale d'un varṣa; il y en a 7; not. pour Bhāratavarṣa: Mahendra_1, Sahya, Śuktimat, Ṛkṣa_1, Vindhya et Pāriyātra.

 kulaguru [guru] m. précepteur de famille.

 kulacaritra [caritra] n. coutume.

 kulacūḍāmaṇi [cūḍāmaṇi] n. [kulacūḍāmaṇitantra] lit. np. du nigama Kulacūḍāmaṇi, tantra tardif de la doctrine kaula (14e siècle).

 kulattha [stha] m. natu. bot. Dolichos uniflorus, légume à gousse utilisé pour nourrir le bétail.

 kuladevatā [devatā] f. soc. divinité tutélaire d'une lignée (opp. iṣṭadevatā, divinité d'élection) | var. kuladevī id.

 kuladharma [dharma] n. soc. [«religion du clan»] rites tantriques; cf. kulācāra.

 kulapati [pati] m. chef de famille; chef de clan | directeur d'école; recteur d'université.

 kulaparvata [parvata] m. cf. kulagiri.

 kulaputra [putra] m. fils de (bonne) famille.

 kulapurāṇa [purāṇa] n. lit. recueil de récits et légendes concernant les origines d'une caste, d'une tribu ou d'une dynastie.

 kulamuktikallolinī [mukti-kallolinī] f. lit. np. de la Kulamuktikallolinī «Torrent de libération du clan», texte śākta.

 kulayāga [yāga] m. phil. [trika] technique de transgression tantrique, lors de la phase d'expansion [vikāsa] de réalisation spirituelle; on y ignore les interdits de viande, d'alcool et de sexe; cf. dūtī.

 kulaśekhara [śekhara] m. hist. np. du roi Kulaśekhara Perumāl, 10e des saints ālvār; il régnait au Malaya au 9e siècle; il est l'auteur du poème dévotionnel Mukundamālā.

 kulasantati [santati] f. phil. [tantr.] la «descendance de la famille», rite symbolique [cakrapūjā] effectué par le geste [mudrā] du toucher de son majeur-yoni avec son pouce-liṅga, évoquant l'union rituelle de sa śakti intérieure identifiée à Śakti-Caṇḍikā avec l'Être Suprême Śiva-Bhairava.

 kulācāra [ācāra] m. phil. [tantr.] la «voie du clan», doctrine développée dans le Kulārṇava tantra, enseignant le monisme par la transgression des contraires; cf. makārapañcaka.

 kulādhīna [adhīna] n. soc. monastère [maṭha] du village d'origine d'une famille, en gén. śaiva.

 kulārṇava [arṇava] n. [kulārṇavatantra] lit. «Océan de la voie du clan», np. du Kulārṇava tantra, de doctrine shivaïte non-dualiste kaula; il fut compilé au 12e siècle — n. [kulārṇavatantra] lit. id.

 kulotpanna [utpanna] a. m. n. f. kulotpannā soc. de bonne famille | issu du gotra <iic.>.
kula

कुलक kulaka [kula-ka] n. noyau d'un fruit | gram. suite de phrases partageant le gouvernement d'un verbe (ellipse) — ifc. multitude — m. patron d'une guilde; artisan de bonne famille.

कुलाल kulāla [kul-āla] m. potier | coq sauvage, faisan.

 kulālacakra [cakra] n. tour (de potier).
kulāla

कुलिन् kulin [kula-in] a. m. n. f. kulinī de bonne famille — f. kulinī natu. bot. Impatiens balsamina, impatience.

कुलिन्द kulinda m. géo. nom d'un pays de l'Himālaya central | hist. np. de Kulinda, titre princier de ce pays | pl. kulindās géo. ses habitants.

कुलिश kuliśa m. hache, hachette — n. var. kulīśa myth. np. du foudre d'Indra; syn. vajra | par ext. diamant — ifc. lit. titre d'ouvrages.

कुलीन kulīna [kula-ana] a. m. n. f. kulīnā noble, de noble origine, de bonne famille — ifc. de la famille de — m. soc. brahmane du Bengale de haute classe | soc. adepte de la voie de la main gauche [kulācāra]; syn. kaula.

कुलीय kulīya [kula-īya] ifc. a. m. n. f. kulīyā appartenant à la famille de <iic.>.

कुलूत kulūta m. pl. géo. np. du pays et du peuple Kulūta.

कुल्फ kulpha var. gulpha m. cheville.

 kulphadaghna [daghna] a. m. n. f. kulphadaghnā f. kulphadaghnī qui a (de l'eau) jusqu'aux chevilles.
kulpha

कुल्य kulya [kula-ya] a. m. n. f. kulyā concernant la famille ou le clan | de bonne famille — m. homme honorable — n. demande amicale concernant la famille; congratulation; condoléances — f. kulyā_2 coutume familiale.

कुल्या kulyā f. ruisseau; canal.

कुल्लूक kullūka m. hist. np. de Kullūka Bhaṭṭa, commentateur de Manu du 15e siècle, auteur de la Manvarthamuktāvalī.

कुल्व kulva a. m. n. f. kulvā chauve || lat. calvus.

कुवल kuvala m. natu. bot. Ziziphus mauritiana, jujubier — n. son fruit, le jujube ou datte chinoise, petit fruit comestible, violet à maturité | natu. bot. Nymphæa nelumbo, lotus bleu.

 kuvalaya [-ya] n. natu. bot. Nymphæa nelumbo, lotus bleu.

 kuvalayamālā [mālā] f. lit. np. de la Kuvalayamālā, œuvre jaina en prākṛta d'Uddyotana_1 Sūri, composée à Jālore (Rajasthan) en 778.

 kuvalayānanda [ānanda] m. lit. np. du Kuvalayānanda «Joie du lotus bleu», traité de rhétorique d'Appayya Dīkṣita.

 kuvalayāśva [aśva] m. cf. kuvalāśva.

 kuvalāśva [aśva] m. myth. [Mah.] np. du roi Kuvalāśva ou Kuvalayāśva «Au cheval bleu», fils de Bṛhadaśva; il tua l'asura Dhundhu [Dhundhumāra].
kuvala

कुविद् kuvid [ku_1-id] part. véd. (interrogation) si? est-ce que? où donc?.

 kuvitsa [sa_2] m. véd. quiconque; un inconnu.
kuvid

कुवेर kuvera [ku_1-vera] a. m. n. f. kuverā difforme, monstrueux — m. myth. np. de Kuvera «Difforme», forme d'origine du nom plus tardif Kubera.

कुश kuśa m. natu. bot. Desmostachya bipinnata, plante herbacée de la famille des graminées, à gros rhizôme, aux feuilles acérées; pâturin; fourrage | soc. herbe sacrée utilisée dans les cérémonies religieuses dès l'âge védique, aux vertus purificatrices; syn. darbha; elle sert de couche de méditation; on en fait aussi des cordes | myth. [Rām.] np. de Kuśa, fils du roi Rāma, jumeau de Lava; à la mort de son père il devint roi d'Ayodhyā; son épouse était la princesse Kumudavatī; il fut tué en combattant l'asura Durjaya; [Ragh.] son fils Atithi_1 lui succéda | myth. [Rām.] np. du rājarṣi Kuśa_1, fils spirituel de Brahmā; ses fils par Vaidarbhī sont Kuśāmba, qui fonda la ville de Kauśāmbī, Kuśanābha, qui fonda la ville de Mahodayā-Kanyākubjā, Amūrtarajasa qui fonda la ville de Dharmāraṇya, et Vasu_3 qui fonda la ville de Girivraja-Rājagṛhan. eau — f. kuśā aiguille de bois ou de métal, servant de marqueur de récitation — f. kuśī soc.

 kuśadvīpa [dvīpa] m. myth. l'un des 7 continents [dvīpa], entouré d'une mer de ghṛta.

 kuśadhvaja [dhvaja] m. myth. [Rām.] np. du sage Kuśadhvaja «Qui a l'herbe sacrée comme emblème», fils de Bṛhaspati; sa fille est la très belle Vedavatī, qu'il ne voulut pas marier à quiconque sauf Viṣṇu; le daitya Śambhu_1, furieux de ne pouvoir épouser celle-ci, le tua; son épouse se jeta sur son bûcher, et sa fille se réfugia comme ascète dans une forêt, où elle fut agressée par Rāvaṇa | myth. [Rām.] np. de Kuśadhvaja_1 Janaka, fils de Hrasvaromā; après la victoire de son frère aîné Janakarāja sur le roi Sudhanvā_1 qui avait attaqué Mithilā, il obtint son trône et devint roi de Saṃkāśyā; il avait deux filles, Māṇḍavī qui épousa Bharata_1, et Śrutakīrti_1 qui épousa Śatrughna.

 kuśanābha [nābhi] m. myth. [Rām.] np. du roi Kuśanābha, fils de Kuśa_1; il fonda la ville de Kanyākubjā la prospère [Mahodayā]; il eut 100 filles très belles de la nymphe [apsaras] Ghṛtācī; elles furent rendues bossues par Vāyu pour n'avoir pas cédé à ses désirs; il les maria au roi Brahmadatta, et elles retrouvèrent leur beauté; il fit alors un sacrifice pour obtenir un fils pareil à Indra, et Gādhi lui naquit.

 kuśalava [lava] m. du. kuśalavau myth. np. des Kuśalavau, fils jumeaux de Rāma Kuśa et Lava «Fourrage et Froment»; il furent élevés par Vālmīki, qui leur apprit à réciter son Rāmāyaṇa en public; ils sont donc aussi Kuśīlavau «les deux Bardes».

 kuśasthala [sthala] n. géo. np. de Kuśasthala «où l'on trouve l'herbe kuśa», épith. de la ville de Kānyakubjaf. kuśasthalī myth. np. de Kuśasthalī, épith. de la ville de Dvārakā.

 kuśāgra [agra] n. pointe coupante de l'herbe kuśa — a. m. n. f. kuśāgrā coupant; pénétrant; intelligent — m. myth. np. du roi du Magadha Kuśāgra «l'Intelligent», fils de Bṛhadratha, frère de Jarāsandha.

  kuśāgrabuddhi [buddhi] a. m. n. f. à l'esprit acéré; intelligent, astucieux — f. intelligence; astuce.

  kuśāgrīya [-īya] a. m. n. f. kuśāgrīyā aiguisé comme l'herbe kuśa; pénétrant.
 kuśāgra

 kuśāvarta [āvarta] m. myth. [Mah.] np. d'un gué sur le Gange | myth. np. du muni Kuśāvarta | pl. kuśāvartās ses descendants.

 kuśāśva [aśva] m. myth. [Rām.] np. du roi de Viśālā Kuśāśva, fils de Sahadeva_2, père de Somadatta_1.

 kuśāsana [āsana] n. soc. petite natte d'herbe sacrée, utilisée pour la méditation.
kuśa

कुशल kuśala [kuśa-la] a. m. n. f. kuśalā bon, juste, approprié à, convenable pour <g.> | sain, prospère, en bonne santé | capable, habile, adroit; expert, instruit — n. bien-être, prospérité, bonne santé.
kuśalam adr. bien à vous.
kuśalaṃ te comment te portes-tu?
kuśalam asti var. kuśalamvā comment allez-vous?
... api kuśalam comment se porte ... <g.>?
kuśalam iva ça va.
kuśalamasya il se porte bien.

 kuśalin [-in] a. m. n. f. kuśalinī qui est prospère, qui se porte bien.
kuśala

कुशाम्ब kuśāmba m. myth. [Rām.] np. du roi Kuśāmba, fils de Kuśa_1; il fonda la ville de Kauśāmbī.

कुशि kuśi iic. kuśin.

 kuśinagara [nagara] n. géo. np. de la ville de Kuśinagara, capitale de la dynastie Malla; mod. Kasia, à l'est du mod. Uttar Pradesh; Buddha y mourut; c'est un grand lieu de pèlerinage bd. — f. kuśinagarī id.
kuśi

कुशिक kuśika a. m. n. f. kuśikā affecté de strabisme | myth. [Mah.] np. du roi Paurava Kuśika «Qui louche», fils de Balākāśva, descendant de Bharata; il fit pénitence pour obtenir un fils invincible, l'égal d'Indra; touché par ses dévotions, Indra s'incarna en son fils Gādhi | myth. [Rām.] «fils de Kuśa_1», épith. de Kuśanābha, père de Gādhi.

 kuśikaputra [putra] m. myth. [Rām.] «descendant de Kuśika», patr. de Viśvāmitra.
kuśika

कुशिन् kuśin [kuśa-in] a. m. n. f. kuśinī riche en herbe kuśam. myth. np. de Kuśī, épith. de Vālmīki-Kuśīlavau.

कुशीद kuśīda n. prêt à intérêts.

 kuśīdika [-ika] a. m. n. f. kuśīdikī usurier.
kuśīda

कुशील kuśīla [ku_1-śīla] n. mauvaise conduite.

 kuśīlava [-va] m. barde, hérault; mime, acteur | lit. np. de Kuśīlava, épith. de Vālmīki «le Barde» | du. kuśīlavau myth. [Rām.] np. de Kuśīlavau «les deux Bardes», épith. des deux fils jumeaux de Rāma, Kuśa et Lava (jeu de mots sur Kuśalavau).
kuśīla

कुशे kuśe [loc. kuśa] ind. dans l'herbe kuśa.

 kuśeśaya [śaya] a. m. n. f. kuśeśayā couché dans l'herbe kuśan. lotus [«étendu sur l'eau»].

  kuśeśayamaya [maya] a. m. n. f. kuśeśayamayī fait de lotus.
 kuśeśaya
kuśe

कुषाण kuṣāṇa m. géo. np. du peuple Kuṣāṇa (Scythe) parti de Bactriane au début de l'ère chrétienne pour fonder en Inde du Nord une dynastie śaka; cf. Kaniṣka_1.

कुषीतक kuṣītaka m. sorte d'oiseau | np. d'homme Kuṣītaka.

कुष्ठ kuṣṭha [ku_1-stha] m. natu. bot. Saussurea costus, chardon de l'Himālaya, grande astéracée dont la racine est utilisée en médecine — n. lèpre.

 kuṣṭhānvita [anvita] a. m. n. f. kuṣṭhānvitā affligé de lèpre.

 kuṣṭhin [-in] a. m. n. f. kuṣṭhinī lépreux.
kuṣṭha

कुष्माण्ड kuṣmāṇḍa m. citrouille | myth. np. de Kuṣmāṇḍa, obèse membre du gaṇa, assistant glouton de Śiva.

कुसीद kusīda a. m. n. f. kusīdā paresseux, inerte — n. usure; prêt à intérêt.

 kusīdin [-in] a. m. n. f. kusīdinī usurier.
kusīda

कुसुम kusuma n. fleur | fruit — v. [11] pr. (kusumayati) pp. (kusumita) couvrir de fleurs.

 kusumapura [pura] n. géo. np. de Kusumapura, épith. de Pāṭaliputra «Ville des fleurs».

 kusumabāṇa [bāṇa] m. myth. np. de Kusumabāṇa, épith. de Kāma «aux flèches de fleurs».

 kusumamārgaṇa [mārgaṇa] m. myth. np. de Kusumamārgaṇa, épith. de Kāma «aux flèches de fleurs».

 kusumaśara [śara] m. myth. np. de Kusumaśara, épith. de Kāma «aux flèches de fleurs».

 kusumasukumāra [sukumāra] a. m. n. f. kusumasukumārā tendre comme une fleur.

 kusumāñjali [añjali] m. offrande de fleurs dans le creux des mains jointes.

 kusumāyudha [āyudha] m. myth. np. de Kusumāyudha, épith. de Kāma «armé de fleurs».

 kusumeṣu [iṣu] m. myth. np. de Kusumaśara, épith. de Kāma «aux flèches de fleurs».
kusuma

कुसुमित kusumita [pp. kusuma] a. m. n. f. kusumitā en fleurs, couvert de fleurs, fleuri.

कुस्तुभ kustubha [ku_2-stambha] m. myth. np. de Kustubha, épith. de Viṣṇu «qui soutient la Terre».

कुस्तुम्बुरु kustumburu [ku_1-tumburu] m. coriandre — n. graine de coriandre.

कुह kuha m. tromperie — v. [11] pr. md. (kuhayate) étonner par un tour de magie ou une tricherie.

कुहक kuhaka [kuha-ka] m. tricheur; prestidigitateur; imposteur — n. f. kuhakā tour de magie; tricherie, tromperie | stimulus du rire, chatouillement.

कुहन kuhana [kuha-na] a. m. n. f. kuhanā envieux, hypocrite — m. np. d'homme «Tartuffe» — f. kuhanā hypocrisie; fausse piété; envie — n. kuhana gobelet (de terre ou de verre).

 kuhanāgopa [gopa] m. myth. np. de Kuhanāgopa, épith. de Kṛṣṇa comme Bhagavān «prétendant être un bouvier».
kuhana

कुहर kuhara [ku_2-hara] n. cavité, caverne; trou, terrier.

कुहू kuhū f. myth. np. de Kuhū, la nouvelle lune, personnifiée comme fille d'Aṅgirā | jour de nouvelle lune.

कू v. [6] pr. md. (kuvate) pp. (kūta) pf. (ā) émettre un son, pousser un cri — int. (kokūyate) crier.

कूची kūcī f. pinceau; crayon.

कूज् kūj v. [1] pr. (kūjati) pp. (kūjita) crier, piailler, caqueter; fredonner; gazouiller, roucouler; chanter (oiseau) | grogner, gémir; murmurer.

कूज kūja [act. kūj] m. gazouillis, roucoulement | gargouillis; murmure.

 kūjana [-na] n. id.
kūja

कूजित kūjita [pp. kūj] a. m. n. f. kūjitā rempli de murmures ou de gémissements — n. cri d'oiseau; caquet, roucoulement, ramage.

कूट kūṭa a. m. n. f. kūṭaa faux, menteur, trompeur — m. n. pointe, sommet, éminence; front, corne | tas; multitude | arch. sanctuaire; cf. ekakūṭa, dvikūṭa, trikūṭa | piège, arme dissimulée; énigme | illusion, fraude; fausseté.

 kūṭakāraka [kāraka] m. menteur; faux témoin.

 kūṭalekha [lekha] m. document falsifié.

 kūṭastha [stha] a. m. n. f. kūṭasthā qui est au sommet; à la tête de | phil. inaltérable, inamovible; uniforme, constant; absolu, suprême — n. phil. l'âme, le Soi.

 kūṭākṣara [akṣara] n. consonnes jointes dans une syllabe; ligature.
kūṭa

कूप kūpa m. puits, citerne; fontaine.
kūpe toyam il y a de l'eau dans le puits.

 kūpaka [-ka] m. trou, cavité; cave | petit puits.

 kūpamaṇḍūka [maṇḍūka] a. m. n. f. kūpamaṇḍūkā [«grenouille de puits»] sédentaire, casanier; dont l'horizon est borné; syn. udapānamaṇḍūka.
kūpa

कूपार kūpāra [relié à akūpāra] m. océan.

कूबर kūbara m. n. f. kūbarī timon.

कूर्च kūrca m. n. botte, faisceau; gerbe ou poignée d'herbe kuśa | brosse | partie du corps humain, membre | place entre les sourcils; barbe | geste pinçant le bout du medium avec l'extrémité du pouce | fraude; hypocrisie.

 kūrcaka [-ka] m. brosse, pinceau; crayon; brosse à dents.

 kūrcin [-in] a. m. n. f. kūrcinī barbu.
kūrca

कूर्म kūrma m. tortue | myth. np. de Kūrma «Tortue», 2e avatāra de Viṣṇu, qui soutint l'axe de la baratte lors du barattage de la mer de lait [kṣīrodamathana]; cf. Akūpāra, Mandara, Vāsukif. kūrmī tortue femelle.

 kūrmapurāṇa [purāṇa] n. lit. np. du Kūrmapurāṇa ou Kaurmapurāṇa, texte mythologique tantrique.

 kūrmāñcala [añcala] m. géo. np. du pays Kūrmāñcala, à l'Ouest du Népal (mod. Almora).
kūrma

कूल kūla n. pente, berge, rive, rivage, bord.

 kūlaṃkaṣa [kaṣa] a. m. n. f. kūlaṃkaṣā [«qui emporte ses rives»] impétueux (torrent).
kūla

Next page

Le chameau Ocaml
Top | Index | Stemmer | Grammar | Sandhi | Reader | Corpus | Help | Portal
© Gérard Huet 1994-2017
Logo Inria