Previous page

ना cf. nṛ.

॰ना -nā var. -ṇā forme des s. f.

नाक nāka m. myth. voûte des cieux, firmament.

नाकु nāku n. fourmilière | montagne | myth. np. du muni Nāku.

नाग nāga [vr. naga] m. serpent, cobra | myth. hydre, dragon, génie-serpent à visage humain, auxiliaire souterrain des dieux ou bien divinité locale, parfois ancêtre aborigène mythique d'une lignée royale; descendants de Kaśyapa et de Kadrū, les nāgās habitent la ville souterraine merveilleuse de Bhogavatī; cf. Ananta-Śeṣa, Vāsuki, Takṣaka, Kārkoṭa, Bhujaṅga, Śaṅkhapāla | [nāgahasta] éléphant | myth. race d'éléphants divins, munis d'ailes, et associés aux nuages; ils apportent la prospérité et la fertilité aux humains; cf. Airāvata | myth. l'une des 10 régions [dvīpa] formant le jambudvīpa | astr. troisième demi-jour lunaire [karaṇa] fixe — f. nāgī myth. princesse nāgī, de la race des dragons; cf. Manasā || fr. naja.

 nāgapañcamī [pañcamī] f. soc. fête en l'honneur de Manasā, où l'on honore des cobras; elle se tient le 5e jour de la quinzaine sombre du mois āṣāḍha; syn. manasāpañcamī.

 nāgapuṣpa [puṣpa] m. natu. bot. Mesua nagassarium, arbre à l'écorce brune, aux grandes fleurs blanches parfumées, aux fruits ovales durs; utilisé en médecine.

 nāgabandha [bandha] m. lit. nom d'un mètre imitant les anneaux d'un sertpent.

 nāgabhūṣaṇa [bhūṣaṇa] m. myth. épith. de Śiva «orné de serpents».

 nāgamātṛ [mātṛ] f. myth. divinité Mère-serpent; cf. Manasā.

 nāgaliṅga [liṅga] n. natu. bot. Couroupita guianensis, arbre fleurissant en mars, aux grandes fleurs roses ou oranges en larges grappes le long du tronc; ses lourds fruits bruns sont sphériques, et éclatent en tombant à terre (on les compare à des boulets de canon); l'arbre, sacré à Śiva, est utilisé en médecine.

 nāgasena [senā] m. bd. np. du moine Nāgasena, contemporain du roi Milinda; Rohaṇa était son maître; cf. Milindapraśna | lit. np. de Nāgasena_1, moine bd. de la pièce Mattavilāsa.

 nāgānanda [ānanda] m. lit. np. du Nāgānanda, drame du roi Harṣa, dont le sujet est le sacrifice de Jīmūtavāhana.

 nāgāntaka [antaka] m. myth. np. de Nāgāntaka, épith. de Garuḍa «Tueur des serpents».

 nāgārjuna [arjuna] m. bd. np. de Nāgārjuna «Serpent d'argent», maître bd. (~150–~250), auteur du Madhyamakaśāstra et de la Vigrahavyāvartanī; on lui attribue aussi le Ratiśāstra; cf. mādhyamika | méd. np. de Nāgārjuna_1, auteur présumé du Yogaśata.

  nāgārjunakuṇḍa [kuṇḍa] n. géo. np. de Nāgārjunakuṇḍa, site antique du pays Āndhra au bord de la Kṛṣṇā_1; le site est maintenant sous les eaux d'un lac de barrage.
 nāgārjuna

 nāgāśana [aśana_2] m. myth. np. de Nāgāśana, épith. de Garuḍa «Mangeur de serpents».

 nāgeśa [īśa] m. hist. np. du grammairien Nāgeśa Bhaṭṭa, aussi appelé Nāgojī Dīkṣita (1730–1810); il vivait à Vārāṇasī; il fixa une collection de règles méta-linguistiques [paribhāṣā] associées à l'Aṣṭādhyāyī de Pāṇini dans son Paribhāṣenduśekhara; il est aussi l'auteur du traité de sémantique de la langue Vaiyākaraṇasiddhāntamañjūṣā, de son résumé la Vaiyākaraṇasiddhāntalaghumañjūṣā, et de la Vaiyākaraṇasiddhāntaparamalaghumañjūṣā qui la condense encore; on lui doit aussi le Sphoṭavāda expliquant la doctrine du pouvoir évocatif, le Śabdenduśekhara, commentaire de la Siddhāntakaumudī, la Chāyāvyākhyā, commentaire du Yogasūtra, et l'Uddyota, commentaire du Pradīpa de Kaiyaṭa [Bhāṣyapradīpoddyota].

 nāgeśvara [īśvara] m. géo. np. de Nāgeśvara, l'un des 12 signes radieux de Śiva [jyotirliṅga], établi à Kumbakonam au Tamil Nadu.
nāga

नागर nāgara [vr. nagara] a. m. n. f. nāgarī urbain, citadin | poli, raffiné, courtois | malin, adroit, rusé — m. citadin, citoyen — f. nāgarī citadine | alphabet sanskrit; cf. devanāgarī.

 nāgaraka [-ka] a. m. n. f. nāgarikā qui vit en ville ou au village; opp. āraṇyaka | urbain, poli | malin, adroit, rusé — m. citoyen | policier, officiel de la cité.

 nāgarakhaṇḍa [khaṇḍa] m. n. lit. np. du Nāgarakhaṇḍa, section du Skandapurāṇa.

 nāgarika [-ika] a. m. n. f. nāgarikā cf. nāgaraka.
nāgara

नागोजि nāgoji cf. nāgeśa.

नाचिकेत nāciketa [vr. naciketas] a. m. n. f. nāciketī relatif à Naciketām. phil. [KU.] le Feu Sacré avec les trois autels védiques, dont l'ordonnance [agnicayana] a été révélée par Yama à Naciketā.
triṇāciketa m. phil. [KU.] qui exécute le triple sacrifice du feu, et par la méditation s'identifie à Virāṭ et atteint l'immortalité.

 nāciketopākhyāna [upākhyāna] n. lit. [KU.] histoire de Naciketā.
nāciketa

नाट् nāṭ [ca. naṭ] v. [10] pr. (nāṭayati) faire l'acteur; mimer.

नाट nāṭa [act. naṭ] m. n. danse; théâtre.

नाटक nāṭaka [agt. naṭ] a. m. n. f. nāṭakī qui danse; qui joue au théâtre — m. danseur; acteur, mime, chanteur — n. drame, œuvre dramatique; genre dramatique de comédie héroïque | représentation théâtrale — f. nāṭikā œuvre dramatique secondaire [uparūpaka].
nāṭakīkṛ transformer en comédie.

 nāṭakākhyāyikādarśana [ākhyāyikā-darśana] n. soc. le théâtre et les contes, l'un des 64 arts [kalā].
nāṭaka

नाट्य nāṭya [pfp. [1] nāṭ] n. ce qui concerne le théâtre | art dramatique, théâtre; œuvre dramatique | soc. représentation théâtrale d'un drame; elle combine la récitation simple avec mimique [nṛtya] avec la danse [nṛtta].

 nāṭyavarga [varga] m. lit. section du Svargādikāṇḍa, traitant de la dramaturgie.

 nāṭyaveda [veda] m. myth. [Nāṭyaśāstra] à la fin du kṛtayuga, quand Vaivasvata préparait le tretāyuga, Indra, menant les dieux entrant au Jambudvīpa, demanda à Brahmā de proférer un 5e Veda qui soit permis d'entendre par toutes les castes pour leur délassement; Brahmā prit les mots du Ṛgveda, les chants du Sāmaveda, les gestes du Yajurveda, et la magie de l'Atharvaveda pour composer le Nāṭyaveda «Savoir du mime et de la danse», qu'il enseigna à Bharatamuni.

 nāṭyaśāstra [śāstra] n. dramaturgie, art de la danse classique | lit. np. du Nāṭyaśāstra, grand traité de danse classique, attribué à Bharatamuni, antérieur au 6e siècle (et même au 2e siècle pour ses parties les plus anciennes); cf. bharataśāstra.

 nāṭyotsava [utsava] m. soc. festival de danse.
nāṭya

नाड nāḍa [vr. naḍa] n. tige creuse — f. cf. nāḍi — f. cf. nāḍī.

नाडि nāḍi [f. nāḍa] f. tube, tuyau; veine, artère, vaisseau.

 nāḍikā [-ka] f. tige creuse; tuyau | tuyau d'écoulement d'une clepsydre [ghaṭikā] | mesure de temps d'un moment de jour, égale à un demi muhūrta (24 minutes); on compte 30 moments, du coucher du soleil à son lever; syn. ghaṭikā.

  nāḍikāccheda [cheda] m. fin d'un moment de 24 minutes; elle est sonnée par le tambour paṭaha.
 nāḍikā

 nāḍijaṅgha [jaṅghā] m. myth. np. du vautour Nāḍijaṅgha, ami de Virūpākṣa_1.
nāḍi

नाडी nāḍī [f. nāḍa] f. tube, tuyau, canal; vaisseau, veine, artère; tige creuse, flûte | phil. [yoga] canal sympathique ou psychique; cf. Iḍā, Piṅgalā et Suṣumṇā | astr. période de temps de 24 minutes, égale à un demi muhūrta; aussi appelée ghaṭikā.

 nāḍīprakāśa [prakāśa] m. lit. np. du Nāḍīprakāśa «Explication des vaisseaux», ouvrage de médecine dû à Śaṃkarasena.
nāḍī

नाथ् nāth v. [1] pr. (nāthati) pr. md. (nāthate) demander protection ou secours, implorer, supplier; désirer, solliciter <dat. g.> | dominer, être maître de || all. Noth.
sarpiṣos nāthate il désire du beurre.

नाथ nātha [agt. nāth] m. maître, seigneur; protecteur, époux.

 nāthatva [-tva] n. protection, patronage.

 nāthadvārā [dvāra] f. géo. np. du sanctuaire Nāthadvārā de Kṛṣṇa enfant [Śrīnāthajī]; son idole originellement installée à Vṛndāvana y fut déplacée au Rajasthan à 48 km au nord-est d'Udaipur au 17e siècle pour la protéger d'Aurangzeb; cette ville de pèlerinage est le centre principal de la mouvance [sampradāya] Kumāra_1 fondée par Vallabhācārya.

 nāthamuni [muni] m. hist. np. de Nāthamuni, disciple de Nammālvār (10e siècle); il rassembla le Divyaprabandha, corpus des hymnes dévotionnels de la tradition tamile vaiṣṇava des 12 saints «immergés (dans l'expérience divine)» [ālvār]; son œuvre fut continuée par son petit-fils Yāmunācārya.

 nāthayogin [yogin] m. hist. np. d'une secte médiévale tantrique; leurs adeptes sont strictement végétariens et abstinents; ils portent de grandes boucles d'oreille plates [darśana] ou cylindriques [kuṇḍala]; à leur initiation on leur fend les oreilles, d'où leur appellation en hindī de kānphaṭa (oreille trouée); cf. Ādinātha_1, Gorakṣanātha.

 nāthavat [-vat] a. m. n. f. nāthavatī qui a un protecteur; subordonné — f. nāthavatī femme mariée.

 nāthahari [hari_1] m. [«qui enlève le maître (du troupeau)»] lion.
nātha

नाद् nād [ca. nad] v. [10] pr. (nādayati) pp. (nādita) faire résonner, remplir de bruit ou de cris.

नाद nāda [agt. nād] m. bruit retentissant, tumulte; cri, hurlement | phil. nasale dans un son mystique du yoga.
hastināda barrissement.

 nādaprada [prada] m. bd. np. de Nādaprada «Qui transmet le rugissement (de l'enseignement du Buddha)», épith. du mystique bengali Samantabhadra (1016–1100); élève de Tilopa, paṇḍita de Nālandā, il transmit le bouddhisme au Tibet par son élève Marpa; il est connu sous le nom de Nāropā; mod. l'Université de Naropa (Boulder, Colorado) est nommée en son honneur.

 nādavat [-vat] a. m. n. f. nādavatī phon. sonore.
nāda

नादि nādi [(na)-ādi] a. m. n. qui commence par la lettre ‘na’.

 nādiphānta [phānta] a. m. n. qui commence par la lettre ‘na’ et finit par la lettre ‘pha’.

  nādiphāntakrama [krama] m. phil. [tantr.] énumération des lettres de l'alphabet, avec leur imposition en 49 points du corps par nyāsa, invoquant la déesse Mālinī_2.
 nādiphānta
nādi

नादित nādita [pp. ca. nad] a. m. n. f. nāditā que l'on fait sonner — ifc. résonnant de — n. son, bruit.

नादिन् nādin [agt. nad] a. m. n. f. nādinī qui sonne, qui résonne; qui crie, qui hurle; qui barrit.

नादेय nādeya [vr. nadī-eya] a. m. n. f. nādeyī [«qui appartient à la rivière»] fluvial, aquatique — m. natu. bot. Saccharum spontaneum, roseau, canne à sucre.

नानक nānaka m. hist. np. de Guru Nānaka, 1er guru des Sikhs: né en 1469 dans un village du Pañjab, fils de fonctionnaire, il devint mystique et fonda à Kartarpur la communauté des Sikhs, ni hindous ni musulmans; il mourut en 1539, après avoir déclaré son disciple Lehna comme son successeur sous le nom de Guru Aṅgād; on célèbre son anniversaire à kārttikapūrṇimā.

नाना nānā adv. diversement | séparément, distinctement — iic. varié, divers, de toutes sortes.

 nānārūpa [rūpa] a. m. n. f. nānārūpā multiforme — m. différentes formes.

  nānārūpadhara [dhara] a. m. n. f. nānārūpadharā qui assume de multiples formes.
antaḥ śāktāḥ bahiḥ śaivāḥ sabhāyāṃ vaiṣṇavāḥ matāḥ nānārūpadharāḥ kaulāḥ vicaranti mahītale Avant tout fidèle de la Déesse, extérieurement shivaïte, en groupe suivant les rites vishnouites, sous de multiples formes les adeptes tantriques circulent sur la Terre.
 nānārūpa

 nānārtha [artha] a. m. n. f. nānārthā qui a un autre but ou object ou sens | gram. homonyme.

 nānārthavarga [varga] m. lit. section du Sāmānyakāṇḍa, traitant des homonymes.
nānā

नानान्द्र nānāndra [vr. nanāndṛ] m. fils d'une sœur de son mari — f. nānāndrī fille d'une sœur de son mari.

नान्दी nāndī [nand] f. joie, satisfaction, plaisir | soc. éloge d'une divinité; not. récitation d'une strophe propitiatoire appelant la grâce d'une divinité sur l'auditoire, au début d'une représentation théâtrale.

 nāndīmukha [mukha] a. m. n. f. nāndīmukhī souriant, épanoui | pl. nāndīmukhās soc. mânes [pitaras] à qui l'on offre un śrāddha.
nāndī

नापित nāpita m. barbier — f. nāpitī femme du barbier.
nṛpanāpitaputranyāya [«dicton du roi et du fils du barbier»] chacun voit midi à sa porte, comme ce barbier à qui le roi avait demandé de lui amener un joli garçon, et qui revint avec son propre fils hideux.

 nāpitaśālā [śālā] f. salon de barbier.
nāpita

नाभ nābha ifc. nābhi.

नाभाग nābhāga m. myth. [Rām.] np. du roi d'Ayodhyā Nābhāga, fils de Yayāti_1, père d'Aja.

नाभि nābhi m. f. nombril; cordon ombilical | moyeu d'une roue, centre; sommet d'une conque — m. nābha ifc. dont le nombril est <iic.> || lat. umbilicus; ang. navel; all. Nabel; fr. nombril.

 nābhidaghna [daghna] a. m. n. f. nābhidaghnā f. nābhidaghnī qui a (de l'eau) jusqu'au nombril.
nābhi

नाम nāma_1 [acc. nāman] prép. cl. certes, bien entendu; en vérité, certainement, bien sûr | pourtant, néanmoins | <interr.> je vous prie | de nom.
kiṃ nāma quoi donc?
kathaṃ nāma comment donc!
api nāma peut-être; pourvu que, plût au ciel que [opt.].
nāma pourvu que ... ne ... pas.
mayā nāma jitam [Vi.] En vérité j'ai vaincu.
apy eṣa nāma phalam icchati [MK.] Cet homme veut peut-être une récompense.
api nāmaivaṃ syāt Si seulement il en était ainsi.
nāma akāryaṃ kuryāt Pourvu qu'il ne fasse rien de mal.

नाम nāma_2 iic. nāman.

 nāmaka [-ka] a. m. n. f. nāmikā nommé — ifc. de nom.

 nāmakaraṇa [karaṇa] n. soc. rite de nommage d'un enfant à son 10 ème jour, un saṃskāra | soc. don du nom secret d'un fils nouveau-né lors du jātakarman.
nāmakaraṇam kṛ exécuter le rite de nommage.

 nāmatas [-tas] adv. nommément.
nāmataḥ kṛ nommer, appeler qqn. par son nom <2 acc.>.
nāmataḥ praś s'enquérir du nom de qqn. <acc.>.

 nāmadeva [deva] m. hist. np. de Nāmadeva «Maître du Nom (de Dieu)», tailleur-poète marathe (1275–1350) né à Paṇḍharpur, adorateur de Viṭṭhala [Haridāsa]; il perfectionna la poésie dévotionnelle continue [abhaṅga]; on dit que Dieu lui apparut sous la forme d'un chien.

 nāmadhātu [dhātu] m. gram. verbe dénominatif.

 nāmadheya [dheya] n. appellation, nom; titre | soc. cérémonie pour donner son nom à un enfant — ifc. qui a pour nom.
pāṭaliputranāmadheyam nagaram une ville appelée Pāṭaliputra.

 nāmamālā [mālā] f. lit. np. de la Nāmamālā «Guirlande de mots», lexique dû à Dhanañjaya_1.

 nāmarūpa [rūpa] n. du. phil. le nom et la forme, l'individualité (illusoire) | bd. l'illusion d'exister comme individu, la 4e cause de souffrance [pratītyasamutpāda].

 nāmaliṅga [liṅga] n. gram. genre d'un nom.

  nāmaliṅgānuśāsana [anuśāsana] n. lit. np. du Nāmaliṅgānuśāsana «Enseignement du genre des noms», lexique d'Amarasiṃha aussi appelé Amarakoṣa; il comprend 3 chapitres [Trikāṇḍaśeṣa]: Svargādikāṇḍa, Bhūmyādikāṇḍa et Sāmānyakāṇḍa.
 nāmaliṅga

 nāmastotra [stotra] n. litanie de noms (d'une divinité ou d'un saint).

 nāmārtha [artha] m. gram. sens d'un mot.

 nāmāvali [āvali] f. litanie de noms (not. des 108 noms) d'une divinité | dictionnaire.
nāma_2

नामन् naaman [jñā_1-man] n. caractéristique, forme | nom, appellation; nom propre personnel (opp. gotra) | soc. imposition d'un nom de religion (not. -dāsa dans le courant dévotionnel [bhakti] de la tradition vaiṣṇava) | gram. substantif — acc. nāma adv. cl. cf. nāma_1 | nommé, de nom | renommé, fameux — f. nāmnī ifc. nommée, de nom — ind. cl. nāmnā de nom | <interr.> je vous prie, s'il vous plaît || lat. nomen; ang. name; all. Name; fr. nom.
nāma grah mentionner le nom de.
viṣṇuśarmānāma paṇḍitaḥ Le lettré appelé Viṣṇuśarmā.
bhagavataḥ nāmni pūjām karomi Je célèbre l'hommage en l'honneur de Dieu.

नामिक nāmika [nāman-ika] a. m. n. f. nāmikā relatif au nom.

नाय् nāy [ca. nī_1] v. [10] pr. (nāyayati) faire mener, faire conduire — ps. (nāyyate) être amené à conduire.

नाय nāya [agt. nī_1] m. guide; chef — act. m. politique.

नायक nāyaka [agt. nī_1] a. m. n. f. nāyikā qui conduit, qui guide — m. chef, capitaine, dirigeant | hist. not. chef militaire du pays Āndhra; cf. Kāpaya; après la conquête d'Ekaśilā par le Sultanat de Bahmani, les nāyakās fondèrent l'empire de Vijayanagara; la dynastie Nāyaka remplaça les Cola à Thanjavur vers 1532 | hist. cf. Bhaṭṭanāyaka | héros, jeune premier (premier rôle masculin d'un drame) | joyau central (d'un collier) — f. nāyikā noble dame | héroïne de théâtre, jeune première; not. abhisārikā | courtisane.

नार nāra [vr. nara] a. m. n. f. nārī relatif à l'homme, humain; mortel — f. nārī femme, épouse; être féminin.

नारङ्ग nāraṅga m. oranger || espagnol naranja; fr. orange.

नारद nārada [vr. nara-dā_2] m. myth. np. du sage [ṛṣi] Nārada «Qui divise les hommes», géniteur [prajāpati] fils de Brahmā; sur son refus de procréer, son père le condamna à vivre une vie dissolue de 100000 ans comme gandharva avant que de renaître comme fils d'une servante; adolescent d'une grande beauté, parfait adorateur du Divin, maître du yoga, il est messager des dieux, musicien céleste et patron des bardes; il inventa la vīṇā (cf. Mahatī); c'est un oracle, qui informe les hommes de leur destinée; il informa notamment Kaṃsa qu'il serait tué par un fils de sa cousine Devakī; sa malédiction de Sāmba provoqua la mort de Kṛṣṇa et l'extinction des yādavās; il est bavard, et provoque des querelles par ses indiscrétions; [Bālarāmāyaṇa] il est même dit friand de combats [kalahakutūhalin]; on lui attribue la leçon [upaniṣad] Nāradaparivrājakā, le Nāradapurāṇa, et d'autres ouvrages; [MP.] il demanda à Viṣṇu le secret de sa Māyā; ce dernier lui dit de plonger dans un bassin, où il devint Suśīlā_2; [BhP.] curieux de savoir comment Kṛṣṇa pouvait satisfaire ses 1008 épouses, il leur rendit visite, et chez chacune trouva Kṛṣṇaf. nāradī myth. np. de Nāradī, Nārada transformé en femme par Viṣṇu pour s'être vanté de son célibat; elle rendit amoureux un roi qui l'épousa et lui fit soixante fils qui nomment les années d'un cycle de vie; cf. saṃvatsara.
nāradāya rocate kalahaḥ La querelle plaît à Nārada.

 nāradaparivrājakā [parivrājaka] f. lit. np. de la leçon [upaniṣad] Nāradaparivrājakā, attribuée à Nārada.

 nāradapurāṇa [purāṇa] n. lit. np. du Nāradapurāṇa, recueil mythologique d'obédience vaiṣṇava; cf. sāttvika.

 nāradasmṛti [smṛti] f. lit. np. de la Nāradasmṛti, texte de lois détaillé, postérieur à la Manusmṛti.
nārada

नाराच nārāca m. flèche en fer; flèche en gén.

नारायण nārāyaṇa [vr. nara-ayana] a. m. n. f. nārāyaṇī phil. en qui les hommes trouvent refuge | myth. np. de Nārāyaṇa «Refuge des hommes», ancienne divinité des eaux, frère jumeau (ou fils) de Nara; la nymphe [apsaras] Urvaśī est née d'une fleur posée sur sa cuisse | myth. Viṣṇu sommeillant sur les eaux primordiales entre deux ères, reposant sur les anneaux du serpent Śeṣa-Ananta; la création du monde est issue de son nombril, d'où s'élève un lotus portant Brahmā (cf. Anantaśāyin, Aravindanābhi, Jalaśayana, Padmanābha); il représente l'éveil de la Manifestation Divine | phil. Dieu en l'Homme; en l'invoquant on peut vénérer Dieu sous une forme humaine, not. Kṛṣṇa | lit. l'hymne au Puruṣa [puruṣasūkta] (attribué à Nārāyaṇa) | hist. patr. de Nārāyaṇa_1, écrivain bengali du 12e siècle, compilateur du Hitopadeśa | hist. np. de Paṇḍita Nārāyaṇa_2, mathématicien du 14e siècle; il est l'auteur de la Gaṇitakaumudī | hist. patr. de Nārāyaṇa_3 Bhaṭṭa, grammairien du 16e-17e siècle de Melputtūr au Kerala; il est l'auteur du Prakriyāsarvasva, du Dhātukāvya et de l'Apāṇinīyapramāṇatā; il est aussi l'auteur du Nārāyaṇīya, poème chanté jusqu'à ce jour, de la Rājasūyacampū et du Dūtakāvya | hist. np. de Nārāyaṇa_4 Paṇḍita, auteur du commentaire Vivaraṇa_1 (fin du 16e siècle) | hist. np. de Nārāyaṇa_5 Śāstrī (17e siècle), auteur du commentaire Nārāyaṇīya_1 du Pradīpa | hist. np. du poète dévotionnel Bhaṭṭa Nārāyaṇa_6, auteur du stotra Stavacintāmaṇi (fin 9e siècle) | hist. cf. Svāmīnārāyaṇa | pl. nārāyaṇās myth. [Mah.] vachers-soldats de la troupe [arbuda] de Kṛṣṇa, qu'il incita à combattre du côté de Duryodhana, Arjuna leur ayant préféré la présence de Kṛṣṇa neutre à son côté; ils combattirent Arjuna avec acharnement mais périront tous dans la grande guerre | excl. soc. se dit en baillant (afin que l'âme ne s'échappe pas) — f. nārāyaṇī myth. np. de Nārāyaṇī épith. de Durgā ou Lakṣmī «En qui se réfugient les hommes».
nārāyaṇaṃ namaskṛtya | naraṃ caiva narottamam | devīṃ sarasvatīṃ caiva | tato jayamudīrayet || (invocation avant la récitation du Mah.) Ayant honoré Nārāyaṇa, Nara, Narottama, et la déesse Sarasvatī, que soit maintenant proclamé le chant de victoire.

 nārāyaṇakaṇṭha [kaṇṭha] m. hist. np. du philosophe du Kaśmīra Nārāyaṇakaṇṭha (10e siècle); il fit un commentaire du Mṛgendratantra.

 nārāyaṇasvāmin [svāmin] m. géo. np. du temple Nārāyaṇasvāmī de Melukoṭe près de mod. Mysore au Karṇāṭaka, d'obédience pāñcarātra.

 nārāyaṇīya [-īya] a. m. n. f. nārāyaṇīyā concernant Nārāyaṇam. lit. np. du Nārāyaṇīya, poème chanté de Bhaṭṭa Nārāyaṇa_3, qui résume le Bhāgavatapurāṇa | gram. np. du Nārāyaṇīya_1, commentaire du Pradīpa dû à Nārāyaṇa_5 Śāstrī (17e siècle).
nārāyaṇa

नारिकेल nārikela [relié à nālikera] m. cocotier; noix de coco | var. nārikera id. — f. nārikelī noix de coco | var. nārikerī id.

 nārikelapāka [pāka] n. lit. poésie ardue à comprendre (comme la pulpe de coco est difficile d'accès); opp. drākṣāpāka, kadalīpāka.

 nārikelaphala [phala] n. cocotier; noix de coco.
antaḥ kaulo bahiḥ śaivo lokācāre tu vaidikaḥ | sāram ādāya tiṣṭheta nārikelaphalaṃ yathā || Intérieurement tantrique, extérieurement shivaïte, se comportant dans la vie comme un brahmane respectueux du Veda, il garde en soi l'essentiel, à la manière d'une noix de coco.
nārikela

नारी nārī cf. nāra.

 nārīkavaca [kavaca] m. myth. np. de Nārīkavaca, épith. du roi Mūlaka «ayant les femmes comme cuirasse».

 nārīdūṣaṇa [dūṣaṇa] n. soc. vice féminin; il y en a six: boire de l'alcool, avoir de mauvaises fréquentations, quitter son mari, traîner hors du domicile, passer la nuit chez un étranger et y résider.
nārī

नाल nāla [vr. nala] a. m. n. f. nālī fait de roseaux — m. tube, tuyau; veine — n. ifc. hampe; manche — f. nālī tuyau, conduit; veine, vaisseau; clystère.

नालक nālaka [nāla-ka] a. m. n. f. nālikā ifc. tige de (plante); tuyau de — f. nālikā lit. rhét. insinuation, sous-entendu | soc. [nāṭya] devinette [prahelikā] humoristique utilisée par le vidūṣaka durant le trilogue comique [trigata] | période de 24 minutes; syn. nāḍikā.

नालन्दा nālandā f. géo. np. de la ville de Nālandā, site d'une Université bouddhiste à 90 km au sud de Pāṭaliputra (mod. ruines près du village de Bargaon au sud de Paṭnā au Bihāra), fondée en 427; elle fut un centre culturel et scientifique important pendant 7 siècles; Samantabhadra était son abbé au 11e siècle; elle fut détruite par le turc Bakhtiyar Khilji vers 1193.

नालागिरि nālāgiri m. bd. np. de Nālāgiri, éléphant furieux envoyé par le félon Devadatta contre son cousin le Buddha; celui-ci apaisa l'animal, qui s'agenouilla à sa voix.

नालिकेर nālikera m. cocotier; noix de coco | var. nālikela id.
upalabhagnanālikerarasasnigdhaśilātalam [K.] Les dalles de pierre grasses du jus des noix de coco cassées sur la meule.

नाविक nāvika [nau_1-ika] a. m. n. f. nāvikī relatif au bateau | batelier; navigateur, capitaine.

नाव्य nāvya [nau_1-ya] a. m. n. f. nāvyā navigable — f. nāvyā rivière navigable.

नाश् nāś [ca. naś_1] v. [10] pr. (nāśayati) pp. (nāśita) faire périr, détruire; s'écarter de <abl.>; oublier; renoncer à <acc.>.

नाश nāśa [act. naś_1] m. perte, ruine, destruction, anéantissement.
cittanāśa m. phil. [yoga] cessation de l'activité mentale.

नाशक nāśaka [agt. naś_1] a. m. n. f. nāśikā qui détruit, qui supprime <g. iic.> | qui gaspille.

नाशन nāśana [agt. naś_1] a. m. n. f. nāśanī qui détruit — act. n. annihilation, ruine, destruction, perte.

नाशित nāśita [pp. nāś] a. m. n. f. nāśitā détruit, ruiné, perdu | exclu — m. soc. hors-caste.

नाशिन् nāśin [agt. naś_1] a. m. n. f. nāśinī périssable — ifc. qui détruit, qui enlève.

नासत् nāsat [na-asat] ind. l'inexistant n'(existait) pas.

 nāsadīya [-īya] n. [nāsadīyasūkta] lit. [RV.] np. du Nāsadīyasūkta, Hymne de création.
nāsat

नासत्य nāsatya a. m. n. f. nāsatyā serviable, amical — m. du. véd. np. de Nāsatyau «les deux Amis», formule désignant les Aśvinaum. myth. (tardivement) np. de Nāsatya «l'Ami», l'un des Aśvinau, distingué de son jumeau Dasra.

नासा nāsā [nas_2] f. nez, narine | du. véd. id. — ifc. cf. nasa || lat. nāsus; ang. nose; all. Nase; fr. nez.

 nāsāgra [agra] n. pointe du nez.

  nāsāgradṛṣṭi [dṛṣṭi] f. phil. [yoga] «fixation de la pointe du nez», concentration oculaire yogique.
 nāsāgra
nāsā

नासिक nāsika [vr. nas_2-ika] m. géo. np. de Nāsika, ville sacrée sur la Godāvarī, centre de pèlerinage, not. de kumbhamela (mod. Nāsik ou Nāśik, au nord du Mahārāṣṭra); myth. [Rām.] son nom vient du fait que c'est ici que Lakṣmaṇa aurait coupé le nez de la rākṣasī Śūrpaṇakhā; cf. Tryambakeśvaraf. nāsikā narine, nez.

नास्ति nāsti [na-asti] ind. il n'y a pas.

 nāstitā [-tā] f. non existence.

 nāstitva [-tva] n. non existence.
nāsti

नास्तिक nāstika [na-āstika] a. m. n. f. nāstikī athée, mécréant | phil. sectateur non orthodoxe ne reconnaissant pas l'autorité du Veda; les nāstikās comprenaient les matérialistes (cārvākās, bārhaspatyās), les jaïnes et les bouddhistes.

 nāstikatā [-tā] f. athéisme.

 nāstikatva [-tva] n. athéisme.
nāstika

नाह nāha [act. nah] m. fait d'attacher, de lier.

नाहुष nāhuṣa [vr. nahuṣa] m. myth. np. de Nāhuṣa «(fils de) Nahuṣa», patr. du roi Yayāti.

Next page

Le chameau Ocaml
Top | Index | Stemmer | Grammar | Sandhi | Reader | Help | Portal
© Gérard Huet 1994-2017
Logo Inria