Previous page
 k

ka_1 [m. kim] pn. m. interr. qui? lequel? || lat. quis; ang. who; all. wer; fr. qui.
kaścana m. quelqu'un, quiconque.
kaścid m. quelqu'un, quiconque; un certain; quelque personne que ce soit.
na kaścid personne, aucun.
na kaścid api absolument personne.
kecid quelques.
kecit ... kecit ... certains ..., d'autres ...
kānicitad ... kānicitad ... certains ... d'autres [n.].
kānicid ... kānicid ... id.
yat kiṃ ca n'importe quel, n'importe quoi.
kasmiṃścid en quelque; en n'importe; n'importe où.
yasyai kasyai ca devatāyai à une divinité quelqu'elle soit.
yāni kāni ca mitrāṇi tous les amis sans exception.
kecana certains; quelques uns.
ko 'pi quelqu'un, un certain; quelque chose, je ne sais quel.
ko nāma qui donc?.
ko nu qui vraiment?.
ko qui pourrait bien?.
na ko 'pi rien, personne.
kaḥ svid n'importe qui.
ko 'yam āyāti qui vient ici?.
ko hariṃ nindet qui pourrait blâmer Hari?.
kān kān lesquels d'entre eux?.
ke mama dhanvino'nye Que les archers adverses pourraient-ils contre moi?.
ke āvām paritrātum Comment pourriez-vous me secourir?.
keṣāṃ kiṃ śāstram adhyayanīyam Quel livre doit-il être lu par qui?.
kasya sa putra iti kathyatām Que l'on dise de qui il est le fils.
kasya sa putro na jñāyate On ne sait pas de qui il est le fils.
kasmiṃścinnagare 'vadadrājā Le roi habitait dans une ville.

ka_2 m. myth. np. de Ka «Lui», le Créateur Prajāpatin. joie, bonheur | eau | tête | math. symb. le nombre 1.
kasya paridadāmi soc. Je (le) confie à Prajāpati (formule prononcée lors de l'upanayana).

 kaṭapayādi [ṭa-pa-ya] m. math. codage des chiffres par des phonèmes, attribué à Vararuci_1; la série kādinavaka’ ... ‘ña’ représente 1,2, ..., 9,0, la série ṭādinavaṭa’ ... ‘na’ aussi, la série pādipañcapa’ ... ‘ma’ les chiffres 1 à 5, la série yādyaṣṭaya’ ... ‘ha’ les chiffres 1 à 8; les voyelles codent 0; par ce codage toute syllabe code un chiffre, seule la dernière consonne compte; les syllabes successives d'un mot comptent les puissances de 10; ainsi jaya donne 8+1×10=18, le nombre de livres du Mah. et de sections de la Gītā; ce codage est aussi utilisé en musique carnatique pour déterminer l'échelle d'un mode musical [rāga].
ka_2

॰क -ka forme des agt. | ifc. après s. de parenté en | ifc. m. d'un thème en ī | diminutif.

कंस kaṃsa m. n. gobelet, coupe (en métal, not. laiton) | (collectif) ustensiles (en métal) — m. myth. [Mah.] np. du cruel Kaṃsa, fils d'un démon aux traits d'Ugrasena, roi de Mathurā; il épousa Asti et Prāpti; il incarnait l'asura Kālanemi, et Nārada lui avait prophétisé qu'il serait tué par un fils de sa cousine Devakī; il emprisonna Devakī et Vasudeva il fit tuer ses 6 premiers enfants, mais le 7e, Balarāma, s'échappa [Saṃkarṣaṇa] en étant transféré par Magie [Yogamāyā] dans le ventre de Rohiṇī; le 8e, Kṛṣṇa, incarnant Viṣṇu, fut enlevé par Vasudeva par miracle, et élevé en secret par le roi des bergers Nanda et sa femme Yaśodā; plus tard Kṛṣṇa le détrôna et le tua; cf. Astif. kaṃsā myth. [BhP.] np. de Kaṃsā, sœur de Kaṃsa.

ककार kakāra [(ka)-kāra] m. le son ou la lettre ‘ka’.

ककुद् kakud var. kakut f. colline, sommet | bosse de bovin | myth. np. de Kakud, fille de Dakṣa, épouse de Dharmam. n. kakuda sommet; chef; symbole de royauté (not. le parasol blanc).

 kakutstha [stha] m. myth. [Mah.] np. du roi d'Ayodhyā Kakutstha «Qui se tient sur la bosse (du taureau incarné par Indra lors d'une bataille)»; [Mah.] il est dit fils de Śaśāda, et ancêtre de Raghu par son fils Anenā; ou bien [Rām.] il est dit fils de Bhagīratha et père de Raghu | myth. [Rām.] np. du roi de Viśālā Kakutstha_1, fils de Somadatta_1, père de Sumati.
kakud

ककुभ् kakubh [relié à kakud] f. sommet, pic, cime | région du ciel | myth. np. de Kakubh (variante de Kakud), personnifiant un quartier du ciel | phon. nom d'un mètre de 3 vers [pāda], de longueurs 8,12, 8.

कक्कोल kakkola var. kaṅkola m. f. kakkolī natu. bot. Myrtus pimenta, myrte; ses baies sont utilisées pour parfumer les cheveux.

कक्ष kakṣa m. repaire, tanière; broussailles, maquis, savane | aisselle | frange, ourlet; galon, ruban | sangle de ventre d'un éléphant — f. kakṣā creux de l'aisselle; frange du sous-vêtement; bande, ceinture | milieu, centre; enclos, chambre | mur d'enceinte; enceinte.
kakṣīkṛ [«mettre sous l'aisselle»] accepter, admettre (opinion).

कक्षी kakṣī iic. kakṣa.

 kakṣīvat [-vat] m. myth. [RV.] np. du sage [ṛṣi] Kakṣīvān Gautama, fils de Dīrghatamā et d'Uśik, auteur d'hymnes du RV.; Caṇḍa_1-Caṇḍakauśika est son fils.
kakṣī

कक्ष्य kakṣya [kakṣa-ya] a. m. n. f. kakṣyā qui vit dans les buissons; qui habite la savane | bien nourri — f. kakṣyā ventre; circonférence, tour | enclos; appartement; classe d'une école.

कङ्क kaṅka m. natu. zoo. héron; leur génitrice myth. est Surasā | myth. [Mah.] np. de Kaṅka «Marabout», fausse identité de Yudhiṣṭhira déguisé en brahmane maître de jeu de dés, pour se cacher à la cour du roi Virāṭa lors de la 13e année d'exil des pāṇḍavās; il se présente comme étant du gotra Vaiyāghrapadya | par ext., faux brahmane | myth. [Mah.] np. du prince vṛṣṇi Kaṅka_1, fils d'Ugrasena; c'est l'un des 7 célèbres archers yādavās, avec Kṛtavarmā, Anādhṛṣṭi, Śamīka, Samitiṃjaya, Śaṅku_1 et Kunti.

कङ्कण kaṅkaṇa m. n. bracelet; anneau; cordelette nouée autour du poignet (not. des époux lors du mariage) | anneau de cheville, not. d'éléphant.

कङ्कत kaṅkata m. peigne.

कङ्कय kaṅkaya m. n. peigne — f. kaṅkayī id.

कङ्काल kaṅkāla m. n. squelette — m. mode musical.

 kaṅkāladaṇḍa [daṇḍa] m. n. soc. os des jambes et des bras d'un mort, réunis en faisceau par une corde et ornés de plumes de paon; son meurtier doit le porter en expiation d'un crime de bhrūṇaghna.

 kaṅkālamūrti [mūrti] m. myth. représentation de Śiva-Bhairava en pénitent, après qu'il ait coupé la 5e tête de Brahmā; il porte sur son épaule gauche le kaṅkāladaṇḍa fait des os de Viṣvaksena_1.
kaṅkāla

कङ्कोल kaṅkola [kakkola] m. f. kaṅkolī natu. plante à baie.

 kaṅkolīphala [phala] n. natu. son fruit.
kaṅkola

कच kaca m. cheveu | myth. np. de Kaca «à la belle chevelure», fils aîné de Bṛhaspati; il était d'une très grande beauté, et le favori des dieux; [Mah.] les dieux voulaient connaître le secret de l'immortalité [saṃjīvanī] que Śukra utilisait pour rendre à la vie les démons [asura]; Kaca devint durant 1000 ans l'élève de Śukra, dont sa fille, la belle Devayānī, s'éprit de lui; les démons [asura] le tuèrent alors qu'il gardait son troupeau, mais Devayānī supplia son père de le ressusciter; les démons le tuèrent de nouveau, et firent une pâte de son corps qu'ils jetèrent à la mer; Śukra le ressuscita de nouveau; les démons le réduisirent en poudre, et le firent boire à Śukra mélangé à du vin; Śukra lui donna alors le secret de l'immortalité, afin qu'il puisse renaître de son estomac, et à son tour lui rendre la vie; Śukra interdit alors aux brahmanes de boire le vin trompeur; quand son apprentissage fut terminé, Kaca prit congé de Śukra, mais refusa de prendre Devayānī pour femme «car il était devenu comme son frère»; elle le maudit de ne pas pouvoir utiliser pour lui-même l'art de saṃjīvanī, qu'il enseigna néanmoins aux dieux.

कचु kacu f. natu. bot. Colocasia esculenta, arum taro; plante tubéreuse cultivée, aux larges feuilles sagittées «en oreilles d'éléphant»; ses tubercules sont comestibles; syn. kacvī || hi. kaccālu.

कच्चिद् kaccid var. kaccit [kad-cid_1] part. est-ce que? peut-être? n'est-il pas vrai que? espérons que.
kaccid dṛṣṭā est-ce qu'on l'a vue?
śivāni vastīrthajalāni kaccit [RV.] Vos eaux sacrées sont tranquilles, n'est-ce pas?.

कच्छ kaccha m. n. marais; bord, rivage || topo. Kutch.

 kacchapa [pa_2] m. [«gardien du marais»] tortue.

 kacchapajātaka [jātaka] n. bd. histoire de la tortue, contée par le Buddha; il fut dans une vie antérieure le chapelain Takkāriya du prolixe roi de Kāśī, auquel il enseignait de ne parler qu'en temps et en heure; une tortue vivait dans l'Himālaya; elle se fit des amies de deux oies sauvages, qui lui proposèrent de lui montrer une cave en or sur le Mont Citrakūṭa; elles la transporteraient dans les airs en lui faisant tenir un bâton entre ses dents, il suffirait qu'elle se taise durant le trajet; ce qu'elles firent; au dessus de Bénarès, des enfants s'exclamèrent à leur vue; elle ne put se retenir de les traiter de vauriens mêleurs, lâcha le bâton et s'écrasa dans la cour du palais royal; le roi en demanda la raison, et Takkāriya lui expliqua que la cause de sa chute avait été qu'elle avait parlé à mauvais escient, et que parfois le silence est d'or.
kaccha

कच्छू kacchū [kaṣ] f. gale; maladie de peau | kacchu id.

कच्वी kacvī f. cf. kacu.

कज्जल kajjala n. noir de fumée; poudre de graphite (employés comme collyre ou fard); se dit not. de la couleur de la Yamunā.

कञ्चुक kañcuka m. veste, justaucorps, corset; cuirasse; vêtement; couverture.

 kañcukin [-in] a. m. n. f. kañcukini cuirassé; porteur d'une cotte de maille ou d'une armure — ifc. couvert de — m. soc. chambellan; gardien du gynécée | débauché.

 kañcukīya [-īya] m. soc. chambellan.
kañcuka

कट kaṭa [pkt. kṛta] m. hanche, croupe; flanc, côté | tempes de l'éléphant | natte, paille, tresse; chaume | natte de repos, tapis; paillasse, matelas.

 kaṭaka [-ka] m. paille; natte — m. n. corde, bracelet, chaîne | vallée; versant | géo. np. de Kaṭaka, capitale du Kaliṅga (mod. Cuttack); sa divinité tutélaire est Kaṭaka Caṇḍīf. kaṭikā natte; paillasse.

 kaṭapūtanā [pūtanā] f. myth. np. de la démonesse Kaṭapūtanā «Natte putride», qui saisit de fièvre les jeunes enfants.

 kaṭaprū [prū] m. ver | joueur, parieur.

 kaṭākṣa [akṣa] m. regard de côté (apitoyé ou affectueux).

 kaṭākṣapāta [pāta] m. regard de côté de Śiva pour impartir sa grâce à un disciple.

 kaṭāgni [agni] m. feu de paille | soc. [dharmaśāstra] mode d'exécution capitale par immolation avec de la paille.
kaṭa

कटह kaṭaha m. poêle, wok; chaudron, cocotte (semi-sphérique, avec des anses) | (objet renflé) carapace de tortue, bosse des tempes de l'éléphant, tumulus | van.

कटि kaṭi f. taille; hanches; fessier.

 kaṭitaṭa [taṭa] n. taille, hanches.
kaṭi

कटी kaṭī [relié à kaṭi] f. taille; hanches; fessier.

कटु kaṭu a. m. n. f. âcre, amer, épicé; aigu (son); forte (odeur) | violent, impétueux.

 kaṭuka [-ka] a. m. n. f. kaṭukā id. — n. amertume; goût brûlant; force en goût, son, odeur — m. phil. [nyāya] l'épicé, un type de goût [rasa]; [Bṛhajjātaka] il est associé au Soleil.

 kaṭuvīra [vīra] m. natu. bot. Capsicum annuum, piment; syn. raktamarica.
kaṭu

कठ kaṭha m. géo. nom du pays kaṭha (au nord du Pañjab) | pl. le peuple des kaṭhās | hist. np. du sage Kaṭha, fondateur d'une école du Yajurveda; il était élève de Vaiśampāyana.

 kaṭhopaniṣad [upaniṣad] f. lit. np. de la Kaṭhopaniṣad «Leçon de Kaṭha».
kaṭha

कठिन kaṭhina a. m. n. f. kaṭhinā dur, rigide; opp. mṛdu | inflexible, cruel; violent (douleur) — n. chaudron de cuisine en terre — f. kaṭhinā sucre cristallisé; sucrerie — f. kaṭhinī craie.

कठेर kaṭhera m. indigent.

कठोर kaṭhora a. m. n. f. kaṭhorā dur, rigide, raide; offrant une résistance | aigu, perçant; sévère; cruel | plein, complet, intense; not. qualifie la pleine lune — v. [11] pr. (kaṭhorayati) pp. (kaṭhorita) faire prospérer, renforcer, rendre luxuriant.
kaṭhorībhū s'accroître, s'affermir, s'intensifier.

 kaṭhoratā [-tā] f. dûreté, fermeté | rigueur, sévérité.

 kaṭhoratva [-tva] n. id.
kaṭhora

कडम्ब kaḍamba cf. kadamba.

 kaḍambeśvara [īśvara] m. géo. np. du temple de Kaḍambeśvara à Raṭṭihalli au Karṇāṭaka, construit par les sectateurs Kālāmukha.
kaḍamba

कडार kaḍāra a. m. n. f. kaḍārā basané — m. serviteur, esclave.
kaḍārajaiminiḥ var. jaiminikaḍāraḥ Jaimini le basané.

कण kaṇa [relié à kana] m. f. kaṇā grain, graine; goutte; grain de poussière; atome.

 kaṇabhakṣa [bhakṣa] m. phil. np. de Kaṇabhakṣa, épith. de Kaṇāda «qui se nourrit d'atomes».

 kaṇabhuj [bhuj_3] m. phil. np. de Kaṇabhuk, épith. de Kaṇāda «qui régit les atomes».

 kaṇāda [ada] m. phil. np. de Kaṇāda «qui se nourrit d'atomes», épith. de Kaśyapa_1, fondateur du système discriminatif [vaiśeṣika]; on lui attribue le Vaiśeṣikasūtra; il vécut vers le 6e siècle ant.; on l'appelle aussi Kaṇabhuk ou Kaṇabhakṣa.

  kaṇādarahasya [rahasya] n. lit. np. du Kaṇādarahasya «Doctrine secrète de Kaṇāda», manuel de nyāya-vaiśeṣika dû à Śaṃkara_2 Miśra.
 kaṇāda
kaṇa

कणिक kaṇika [kaṇa-ika] m. grain, épi (de blé) | goutte; petite particule — f. kaṇikā épi de blé | goutte; petite particule; petite tache | repas de grains séchés.

कण्ट kaṇṭa m. épine.

 kaṇṭakāra [kāra] a. m. n. f. kaṇṭakārī épineux — f. kaṇṭakārī natu. bot. Solanum xanthocarpum, petite solanée épineuse aux fleurs violettes et aux fruits jaunes; cette plante médicinale, employée contre la toux, est l'une des 5 petites racines [hrasvapañcamūla].
kaṇṭa

कण्टक kaṇṭaka [kaṇṭa-ka] m. épine, écharde; pointe, aiguille; aiguillon, arête | rebelle, bandit, ennemi | douleur aiguë.

 kaṇṭakavat [-vat] a. m. n. f. kaṇṭakavatī qui porte des épines | hérissé, couvert de poils dressés.

 kaṇṭakavṛntākī [vṛntākī] f. natu. bot. Solanum jacquini, petite solanée épineuse aux fleurs violettes et aux fruits jaunes, utilisée en médecine; syn. kaṇṭakāra.

 kaṇṭakaśodhana [śodhana] n. lit. np. du Kaṇṭakaśodhana «Punition par la souffrance», 4e livre de l'Arthaśāstra.

 kaṇṭakoddhāra [uddhāra] m. arrachage d'une épine ou écharde.
kaṇṭaka

कण्टकि kaṇṭaki iic. kaṇṭakin.

 kaṇṭakikṣīrin [kṣīrin] m. pl. les plantes épineuses et les plantes grasses.
kaṇṭaki

कण्टकित kaṇṭakita [kaṇṭaka-ita] a. m. n. f. kaṇṭakitā épineux, piquant; plein d'épines | hérissé; horripilé.

कण्टकिन् kaṇṭakin [kaṇṭaka-in] a. m. n. f. kaṇṭakinī pourvu d'épines, piquant — m. plante épineuse.

कण्ठ kaṇṭha m. cou, gorge.

 kaṇṭhatālavya [tālavya] a. m. n. f. kaṇṭhatālavyā phon. gutturalo-palatal (se dit des voyelles e, ai).

 kaṇṭhadaghna [daghna] a. m. n. f. kaṇṭhadaghnā f. kaṇṭhadaghnī qui a (de l'eau) jusqu'au cou.

 kaṇṭhabhūṣaṇa [bhūṣaṇa] n. [«ornement de la gorge»] collier | se dit d'un poème apprécié.
satām kanṭhabhūṣaṇam (poème) ornant la gorge des érudits.

 kaṇṭhastha [stha] a. m. n. f. kaṇṭhasthā [«dans la gorge»] se dit d'un savoir mémorisé, jugé supérieur à un savoir lu dans un livre [granthastha]; syn. mukhastha.

 kaṇṭhābharaṇa [ābharaṇa] n. collier.

 kaṇṭhoṣṭhya [oṣṭhya] a. m. n. f. kaṇṭhoṣṭhyā phon. gutturalo-labial (se dit des voyelles o, au).
kaṇṭha

कण्ठे kaṇṭhe [loc. kaṇṭha] iic. .

 kaṇṭhekāla [kāla_2] a. m. n. f. kaṇṭhekālā qui a la gorge noire; syn. kālakaṇṭham. myth. épith. de Śiva.
kaṇṭhe

कण्ठ्य kaṇṭhya [kaṇṭha-ya] a. m. n. f. kaṇṭhyā relatif à la gorge | phon. [«prononcé dans la gorge»] guttural — m. phonème vélaire ou guttural (postpalatal) (k, kh, g, gh, ) — ifc. qui a <iic.> dans la gorge.

कण्ड् kaṇḍ v. [10] pr. (kaṇḍayati) vanner.

कण्डन kaṇḍana [act. kaṇḍ] n. vannage; fait de broyer — f. kaṇḍanī mortier.

कण्डु kaṇḍu [kaṇḍ] m. f. démangeaison — ifc. désir violent de — f. kaṇḍū démangeaison, prurit — v. [11] pr. (kaṇḍūyati) (se) gratter — v. [11] pr. md. (kaṇḍūyate) démanger.

 kaṇḍūti [-ti] f. démangeaison | (au fig.) désir sexuel (pour une femme).

 kaṇḍūmat [-mat] a. m. n. f. kaṇḍūmatī qui démange.

 kaṇḍūyā [-ya] f. démangeaison.

 kaṇḍvādi [ādi] m. gram. [Kaumudī] «qui commence par kaṇḍū», qualifie la classe [gaṇa] des verbes nominaux.
kaṇḍu

कण्व kaṇva m. myth. np. du sage [ṛṣi] Kaṇva, fils de Medhātithi, auteur d'hymnes védiques; son āśrama sur les bords de la Mālinī était un lieu de paix; il est époux de Gautamī et père adoptif de Śakuntalā | myth. np. de Kaṇva_1 Kāśyapa | hist. np. de la dynastie Kaṇva, fondée par Vāsudeva_2 vers 71 ant.; elle succéda à la dynastie Śuṅgan. péché — v. [11] pr. md. (kaṇvāyate) commettre un péché.

 kaṇvatama [-tama] m. Kaṇva en personne; un véritable Kaṇva.
kaṇva

कतक kataka m. natu. bot. Strychnos potatorum, arbuste aux fruits de couleur orange aux vertus médicinales; la poudre de ses graines sert à purifier l'eau, on en enduit l'intérieur des jarres.

कतम katama [super. ka_1] pn. m. n. interr. lequel? qui? — f. katamā laquelle?
katamaś cana aucun (dans phrase négative).
katamo 'pi id.
yatamat katamac ca n'importe lequel.

कतर katara [compar. ka_1] pn. m. n. interr. lequel (des deux)? — f. katarā laquelle (des deux)?

॰कता -katā dans un composé navyanyāya, exprime le suffixe -tā après un composé bahuvrīhi.

कति kati [ka_1] pn. * num. interr. combien? combien de? || lat. quot; fr. quotidien.
katicid quelques, plusieurs | souvent.
katicit stutaḥ souvent célébré.
katyapi quelques, plusieurs.

कतिपय katipaya [kati] a. m. n. f. katipayī quelques, quelques uns; un certain nombre, plusieurs — n. ifc. un peu, un petit peu de <iic.> | pl. katipayās quelques uns.
katipayāt adv. avec difficulté, à peine.
katipayena adv. id.
udaśvitkatipayam un peu d'udaśvit.
katipayenāhargaṇeṣa après quelques jours.

कत्थ् katth v. [1] pr. md. (katthate) pp. (katthita) pf. (vi) se vanter, se glorifier | louer | blâmer, mépriser.
katthase satyavādī [Rām.] Tu te vantes de dire la vérité.

कत्थित katthita [pp. katth] a. m. n. f. katthitā vantard — n. vantardise.

॰कत्व -katva dans un composé navyanyāya, exprime le suffixe -tva après un composé bahuvrīhi.

कथ् kath [vn. katham] v. [10] pr. (kathayati) impft. (akathayat) aor. [3] (acakathat) pp. (kathita) pf. (sam) [«donner le comment»] dire, raconter, exposer; parler, appeler; admettre — ps. (kathyate) être considéré comme, se reconnaître comme || ang. quote.
uttaraṃ kath dire la réponse, donner la solution.

कथक kathaka [agt. kath] a. m. n. f. kathikā qui raconte, qui récite — m. narrateur; conteur; récitateur | locuteur d'un monologue; acteur principal | myth. membre de la suite de Skanda.

कथन kathana [act. kath] n. fait de raconter, récit.

कथनीय kathanīya [pfp. [2] kath] a. m. n. f. kathanīyā qui mérite d'être raconté; à mentionner.

कथम् katham adv. interr. comment? de quelle manière?
katham api adv. à peine, difficilement; en quelque sorte.
kathaṃ katham api muktaḥ adv. il s'échappa de justesse.
kathaṃ cana adv. en quelque façon; tant bien que mal, peu.
kathaṃ cit adv. à peine, difficilement; en quelque sorte.
kathaṃ nu adv. comment donc?
katham etat comment cela?
kathaṃ rūpa de quelle forme?
kathaṃ vīrya de quelle force?

 kathambhūta [bhūta] a. m. n. f. kathambhūtā de quelle sorte? comment est-ce arrivé?

  kathambhūtin [-in] a. m. n. f. kathambhūtinī gram. se dit d'une méthode d'enseignement par questions et réponses; cf. khaṇḍānvaya.
 kathambhūta
katham

कथयितव्य kathayitavya [pfp. [3] kath] a. m. n. f. kathayitavyā qui mérite d'être raconté; à mentionner.

कथा kathā [obj. kath] f. explication, discours; récit, histoire (le «comment» d'un événement); conte, fable, geste | le fait de parler de; entretien, conversation; récitation; débat | [kathāsaritsāgara] lit. np. de Kathā, la Grande Histoire.
kathā que dire de <g. loc.>? à plus forte raison; sans parler de.
kathīkṛ réduire à un simple conte.

 kathākusumadvāṣaṣṭi [kusuma-dvāṣaṣṭi] f. lit. np. de la Kathākusumadvāṣaṣṭi «62 contes fleuris» de Rasarājaviracitā.

 kathākeli [keli] m. np. du Kathākeli, style de théâtre rituel dansé du Kerala, accompagné de tambours; les pièces sont en maṇipravāla; il date du 17e siècle.

 kathāchala var. kathācchala [chala] n. semblant d'histoire, couverture; enseignement déguisé en fable.

 kathāpīṭha [pīṭha] n. lit. [«origine de la Grande Histoire»] premier livre du Kathāsaritsāgara.

 kathāvatāra [avatāra] m. lit. incarnation de la Grande Histoire.

 kathāsaritsāgara [sarit-sāgara] m. lit. np. du Kathāsaritsāgara «Océan des fleuves des contes», version de la Bṛhatkathā en sanskrit de Somadeva Bhaṭṭa, composé entre 1063 et 1081 pour distraire la reine Sūryavatī; ce recueil de contes de 24000 vers a inspiré les Contes des Mille et Une Nuits; il contient not. la Vetālapañcaviṃśatikā; il est divisé en 18 sections [lambaka] et 124 chapitres [taraṃga].

 kathodghāta [udghāta] m. lit. [théâtre] ouverture d'une pièce par un personnage qui reprend à son compte les paroles du prologue par le sūtradhāra.
kathā

कथा kathā_1 [ka_1-thā] ind. véd. pourquoi? comment? (pour katham).

कथित kathita [pp. kath] a. m. n. f. kathitā dit, mentionné, raconté — n. récit.

कद् kad [n. ka_1] iic. donne un sens péjoratif.
kaccid var. kaccit est-ce que? peut-être? n'est-il pas vrai que? espérons que.

कदम्ब kadamba m. natu. bot. Nauclea cadamba, arbre aux fleurs en globules sphériques de couleur orange, très parfumées, éclosant à l'arrivée des pluies; c'est une rubiacée; myth. c'est à un kadamba que Kṛṣṇa suspendit les vêtements des bouvières [gopī] qui se baignaient; le vṛkṣasthala du temple de Mīnākṣī-Sundareśvara est un kadamba; tantr. sa fleur est associée au culte de Lohitāyanī; lit. [Āryabhaṭīya] on compare la Terre à sa fleur | astr. pôle de l'écliptique | var. kaḍamba hist. np. de la dynastie Kadamba ou Kaḍamba qui régna au Karṇāṭa (345–525); elle fut fondée par le roi Mayūraśarmā; sa capitale était Vaijayantī-Vanavāsī; le jaïnisme y était encouragé; une dynastie de même nom plus tardive régna au 12e siècle; cf. Kāmadeva_1n. multitude, collection, groupement, troupe, troupeau (forme des pluriels).

 kadambaka [-ka] n. la fleur du kadamba; elle est sacrée à la Déesse, qui en porte une guirlande.
kadamba

कदर kadara m. scie | croc à éléphant | cor, callosité — n. lait caillé.

कदर्थ kadartha [kad-artha] m. chose inutile ou funeste — v. [11] pr. (kadarthayati) mépriser, tourmenter, traiter durement, ne faire aucun cas de.
kadarthīkṛ mépriser.

 kadarthana [-na] n. trouble, tourment.
kadartha

कदर्य kadarya [kad-arya] a. m. n. f. kadaryā avare, cupide | méprisable, mauvais; ignoble.

कदल kadala m. f. kadalī natu. bot. Musa sapientum, bananier plantain; sa tige est un symbole de fragilité et de grâce.

 kadalīgarbha [garbha] m. natu. cœur du bananier — f. kadalīgarbhā lit. [KSs.] np. de Kadalīgarbhā, fille de Maṅkaṇaka perturbé dans ses austérités par la nymphe Menakā et perdant sa semence dans un bananier; elle était très belle, et le roi Dṛḍhavarmā en tomba amoureux et l'épousa; elle fut en butte à la jalousie d'une rivale, accusée de sorcellerie, et revint vers son père, qui rétablit la vérité.

 kadalīpāka [pāka] n. lit. poésie assez facile à comprendre (comme la banane est facile d'accès); opp. drākṣāpāka, nārikelapāka.

 kadalīphala [phala] n. natu. banane.
kadala

कदा kadā [ka_1-dā] adv. interr. quand? || lat. quando; slave kogda; fr. quand.
kadā cana adv. jamais; quelquefois.
na kadā cana adv. jamais.
kadā cit var. kadāpi adv. quelquefois, parfois; une fois, un jour.
na kadā cit adv. jamais.
kadā cid api na adv. jamais.
pūrvaṃ kadācit adv. il était une fois; autrefois.
yadā ... kadā ca autant de fois que possible.

कद्रु kadru a. m. n. f. kadrū roux, brun; bronzé, tanné — f. kadrū myth. np. de Kadrū «la Brune», fille de Dakṣa (ou [Mah.] Prajāpati), épouse de Kaśyapa et mère des mille dragons [nāga]; on la dit aussi fille de Kaśyapa et Krodhavaśā; elle s'opposa à sa sœur Vinatā; cf. Uccaiḥśravā | véd. récipient à soma (brun).

Next page

Le chameau Ocaml
Top | Index | Stemmer | Grammar | Sandhi | Reader | Corpus | Help | Portal
© Gérard Huet 1994-2017
Logo Inria